Mon AlloCiné
    Duelles
    note moyenne
    3,5
    98 notes dont 24 critiques
    13% (3 critiques)
    50% (12 critiques)
    17% (4 critiques)
    13% (3 critiques)
    8% (2 critiques)
    0% (0 critique)
    Votre avis sur Duelles ?

    24 critiques spectateurs

    Francis de laveleye
    Francis de laveleye

    Suivre son activité

    4,5
    Publiée le 28 avril 2019
    Duelles de Olivier Masset Depasse Gagné ! Superbement. Le film est passionnant, à tous égards. Peut-être faut-il d'abord en souligner la réussite formelle, la beauté de " l'écriture cinématographique "ou, pour le dire plus simplement, l'image, les cadrages, le montage. Il y a un choix " chromatique " très intéressant qui aide, pour beaucoup, à la restitution des années 60. Et les tonalités tantôt chaudes, oranges, lumineuses, tantôt bleutées, glaciales, qui participent avec subtilité aux moments du films qui sont très contrastés, et qui s'enchaînent de façon non prévisible. Dans cette très belle image de Hichame Alaouié, très travaillée - ce qui donne un cachet très fort au film - les personnes, les éléments, sont mis en place de façon particulièrement attentive. Nous retrouvons avec délice les utilisations de focales diverses, les mouvements d'appareil (soyez attentifs à ceux qui accompagnent les dames qui s'allongent ou se couchent) les déplacements de caméra qui se retrouvent chaque fois dans le bon angle, dans la bonne lumière, qui montrent avec force ce qui doit être vu. Il me semble que ce soin minutieux à " cadrer " l'histoire (au sens premier de la prise de vue, mais aussi de la maîtrise de son déroulement) procure à lui seul, une large part du plaisir du spectateur. Mais c'est aussi un film à regarder avec les oreilles. La musique, omniprésente, de Frédéric Vercheval m'a paru exceptionnelle. Les esprits grognons la qualifieront d'envahissante. Elle est en effet presque incessante, mais contribue d'une façon brillante à créer les tensions et le suspens qui parcourent le film de façon lancinante, comme un interminable frisson. Car cette histoire de deux " happy family " qui habitent deux maisons jumelles, semi-attachées, pourrait être banale. Toute la construction du récit nous réservera cependant des événements qu'une sérieuse dose d'adrénaline aidera à surmonter. Les deux pères sont simplement parfaits. Le gosse joue sa partie avec conviction et c'est impressionnant dans les scènes " tendues ". Il faut dire le plus grand bien des deux actrices qui portent littéralement le film. Oui, nous les connaissions excellentes. Anne Coessens est indéchiffrable, ténébreuse et radieuse, elle porte un mystère qui semble insondable. Souvenez-vous d'elle dans Cage. Veerle Baetens est souveraine, d'une intensité qui ne faiblit jamais, pas un seul plan d'elle qui ne frappe.(Une mention toute spéciale pour sa coiffeuse qui a fait un travail d'orfèvre !) Elle avait convaincu déjà dans Alabama Monroe, (The Broken circle breakdown), D'Ardennen, parmi de nombreux autres rôles. Le réalisateur avait été très convaincant avec ses deux précédents films, Cages et Illégal et l'on sent son plaisir à utiliser les (très beaux) décors, les toilettes des dames (très belles) dans des décors des années 60 avec les codes visuels du suspens classique à l'américaine. L'utilisation des non-dits, des regards, des coïncidences, des interprétations contradictoires, antagonistes, nourrissent un ambiance psychologique dont on ne sait si elle est ludique ou inspirée par les grandes frayeurs inhérentes à tous parents. C'est du cinéma belge tout ça !
    dominique P.
    dominique P.

    Suivre son activité 478 abonnés Lire ses 432 critiques

    5,0
    Publiée le 5 mai 2019
    Ce thriller dramatique et psychologique est particulièrement bien réussi. C'est bien ficelé, inquiétant, renversant. La réalisation et l'interprétation sont impeccables et le spectateur en fini tout retourné. J'ai adoré ce film de qualité et hautement captivant.
    Yves G.
    Yves G.

    Suivre son activité 322 abonnés Lire ses 364 critiques

    1,5
    Publiée le 11 mai 2019
    Alice (Veerle Baetens) et Céline (Anne Coesens) sont voisines. Elles sont les meilleures amies du monde. Leurs familles, en tous points similaires, habitent un pavillon cossu de banlieue : Alice comme Céline ont un mari, qui travaille dans une compagnie aérienne, et un fils unique de dix ans. Les deux familles sont vite devenues inséparables. Mais un événement tragique va les monter l’une contre l’autre. J’avais beaucoup aimé "Illégal" (2010) le premier film de Olivier Masset-Depasse. Anne Coesens, déjà elle, y jouait le rôle d’une immigrée russe en situation illégale menacée d’être reconduite à la frontière et séparée de son fils. Avec Duelles, le réalisateur belge change radicalement de registre. Il abandonne le naturalisme brut de son premier film pour un drame intimiste dont l’action se déroule dans les années soixante filmé à la façon d’Alfred Hitchcock ou de Douglas Sirk. Son esthétisation louche du côté de François Ozon. Hélas, une fois les enjeux du film posés, le scénario peine à soutenir l’intérêt, tournant trop souvent à l’exercice scolaire. Alice et Cécile sont tour à tour coupables et victimes. La paranoïa de l’une nourrit celle de l’autre dans un crescendo de violence qui culmine dans un final paradoxal. Cette conclusion – dont je suis curieux de savoir si elle est fidèle à celle du livre de Barbara Abel dont "Duelles" est tiré – sauve in extremis le film du naufrage.
    Chris58640
    Chris58640

    Suivre son activité 66 abonnés Lire ses 229 critiques

    2,5
    Publiée le 8 mai 2019
    La seule et unique raison qui m’ont poussé vers ce thriller franco-belge, c’est qu’il s’agit de l’adaptation d’un roman noir que j’ai beaucoup aimé, « Derrière la Haine » de Barbara Abel, et dont je me dis depuis longtemps qu’il est taillé pour le grand écran. Forcément, vu que j’avais encore bien le roman en tête, je ne peux pas avoir vu « Duelles » de la même façon qu’un spectateur qui découvre l’intrigue, c’est évident… Pour le dire vite, je savais d’emblée comment cela était censé finir. Mais qu’importe, ça me plaisait de voir enfin sur l’écran cette histoire d’amitié qui se mue en une haine sourde et implacable, un vrai thriller psychologique. Pour une raison que j’ignore, l’action est transposée dans les années 60, alors qu’objectivement cela n’apporte pas grand chose au propos. Cela donne l’occasion aux décorateurs de faire une jolie reconstitution à base de mobilier géométrique, de robe chasubles avec bandeaux pour les cheveux assortis et de permettre aux protagonistes de griller une clope dés que leur nerfs sont à bout, ce qui va beaucoup arriver. Le temps béni des 60’s, où les hommes travaillaient et les femmes restaient à la maison, toujours élégantes et bien mises, ces 60’s phantasmés m’ont toujours laissé dubitative. Ici, c’est tellement ultra-60’s que ça en sonne presque faux ! La réalisation est intéressante, il y a chez Olivier Masset-Depasse une visible volonté de bien faire, d’utiliser le flou, de jouer avec l’ombre et la lumière, de faire des plans soignés. Mais cette application est un peu gâchée par une musique envahissante et sans grand intérêt, qui appuie les effets au centuple, ou en tout cas bien au-delà du nécessaire ! Le casting est intéressant, les deux actrices jouent plutôt bien leurs partitions avec une mention spéciale à Anne Coesens, plus subtile et dont le jeu est plus retenu que sa consœur Veerle Baetens. Cette dernière, lors des scènes où elle est censée s’abandonner à la colère, surjoue un peu et son accent flamand devient si fort que cela parasite la scène. C’est un peu dur de lui reprocher cela, j’en conviens parce dans l’ensemble, elle fait le job. Les deux hommes, Mehdi Nebbou et Arieh Worthaler, ont des rôles un peu sous –écrits et c’est dommage. C’est dommage surtout pour le rôle de Damien, le père éploré, que le film traite quasiment comme une anecdote alors que dans le livre de Barbara Abel, son rôle est ô combien crucial. L’adaptation d’un roman à suspens est toujours délicate, il y a un monde entre le livre et l’écran. Lorsqu’il s’agit d’un roman qui a très bien marché comme celui-ci (les amateurs de romans noirs le connaissent et si ce n’est pas le cas, il faut aller dare-dare dans une librairie), c’est encore pire puisque tous ceux qui l’ont lu vont avoir leur mot à dire que le film, alors même qu’ils savent d’emblée comment cela doit finir. Jusqu’à ses 20 dernières minutes, le film est assez fidèle au roman, je le reconnais, à part quelques écarts sans conséquence. Si on ne connait pas le livre, on peut se laisser emporter par ces deux femmes. spoiler: La première est tout d’abord écrasée de chagrin puis semble se reprendre, retrouver un certain équilibre avec la présence de ses voisins et de leur fils Théo. Mais on n’arrive jamais à lire cette femme derrière son sourire timide et ses manières polies, grâce à la bonne composition de l’actrice Anne Coesens. La seconde se sent coupable de l’accident, d’une certaine façon, et comme elle a un passé compliqué en matière psychique, elle ne sait plus si elle a raison d’être sur ses gardes ou si son esprit lui joue des tours . Jusqu’à 20 minutes de la fin, le suspens peut marcher et le film se laisse suivre sans déplaisir. Les 20 dernières minutes, quant à elles, trahissent quelque peu le roman. Là où Barbara Abel, pour un résultat quasi identique, déployait de la subtilité et de la lenteur, Olivier Masset-Depasse fonce tête baissée et lorgne davantage vers les thrillers américains au dénouement spectaculaire. Je ne veux pas exagérer non plus, les deux voisines ne sont pas s’affronter à coups de couteaux dans une cave mal éclairée, il ne faut pas caricaturer. Mais quand même, la fin est précipitée et lorsque la vérité est enfin connue à l’écran, le film perd beaucoup en pertinence et en intérêt. Du coup, on a l’impression d’avoir passé 1h40 devant un téléfilm de l’après –midi sur M6 plutôt que devant l’adaptation d’une excellent roman qu’on a adoré et qu’on a eu un mal fou à lâcher. J’imagine que c’était le prix à payer pour que le film réponde aux code du genre au cinéma, c’est quand même dommage. En conclusion, si l’on a pas la possibilité ou l’envie de lire le roman, on peut éventuellement passer un bon moment devant « Duelles », mais si on l’a aimé et qu’on à tremblé en le lisant, on ne peut que rester sur sa faim devant cette adaptation lisse, aseptisée et simplifiée.
    dvd dog
    dvd dog

    Suivre son activité 3 abonnés Lire ses 7 critiques

    2,0
    Publiée le 28 avril 2019
    Olivier Masset-Depasse a eu l'envie de s'inspirer de Alfred Hitchcock. On place des acteurs contemporains dans un thriller des années cinquante. En effet, l'idée était originale, aussi il y avait pas mal de potentiel à tirer de ce complot. Mais le problème c'est que cela ne colle pas et dès le départ. Personnellement je trouve les personnages de ce scénario peu crédibles. Cela apporte comme effet que faute de pouvoir s'identifier aux acteurs de ce thriller l'ennui s'installe très vite. Bien que ce film ne dure pas longtemps j'ai ressenti le temps passer. Aussi, à certains moments j'ai eu l'impression de visionner un soap ou une mauvaise série télé servie à la sauce Hitchcock. Tout cela est bien dommage car il y avait pas mal d'inspiration à tirer de l'idée de départ. Hélas je ne vois rien de très inventif ici.
    traversay1
    traversay1

    Suivre son activité 521 abonnés Lire ses 1 387 critiques

    1,5
    Publiée le 29 avril 2019
    Duelles est un film clairement référencé. Douglas Sirk pour l'ambiance fin des années 50, Alfred Hitchcock pour le scénario. Deux ombres imposantes avec lesquelles le film du belge Olivier Masset-Depasse ne lutte pas bien longtemps. Après quelques minutes seulement, il n'est pas difficile de comprendre que Duelles va manquer cruellement de subtilité, s'engouffrant dans un récit surligné par la musique et entassant les événements tragiques sans aucun souci de crédibilité. Comme l'interprétation est couci-couça, le film finit par devenir ridicule et même grotesque, tout en essayant de jouer au plus malin avec le spectateur. Est-ce de la paranoïa qui étreint l'une des deux femmes ou une peur fondée sur la véritable démence de l'autre ? Ce long-métrage, qui se veut très noir tout en créant un environnement haut en couleurs clinquantes, sombre dans une surenchère narrative où l'instinct maternel se révèle un poison très toxique (le mal de mère ?). Le point de départ de Duelles n'était pas plus mauvais qu'un autre mais son traitement et son développement sont tellement accentués dans l'outrance qu'on en vient à se demander si ce n'est pas volontaire. Mais dans quel but, alors ?
    jeff21
    jeff21

    Suivre son activité 38 abonnés Lire sa critique

    2,0
    Publiée le 5 mai 2019
    Avec un décors flambant neuf des année 60 qui sonne creux, deux familles sont victimes d'un drame, la perte d'un enfant par accident. S'en suis un déroulement peu crédible où s'affrontent deux femmes jadis amies devenues rivales voire plus. Scénario écrit à la serpe avec une succession de scénettes qui empêche le spectateur de ressentir véritablement cette ambiance pesante et le côté thriller voulu par l'écriture. On s'ennuie et surtout on est déçu par le manque de réalisme de ce film.
    titi3838
    titi3838

    Suivre son activité 11 abonnés Lire ses 16 critiques

    5,0
    Publiée le 2 mai 2019
    N'attendez pas pour y aller car c'est un petit bijou. Un seul mot pour définir ce grand film : Hitchkokien avec une touche de Polanski (Rosemary's baby pour la paranoïa de l'héroïne). Je me suis pris une claque avec ce film tellement il frôle la perfection : cadrage parfait, suspense et rebondissements permanents, ambiance malsaine à souhait, la rivalité blonde-brune (digne du grand alfred), une musique angoissante collant parfaitement aux images, des actrices qui sont prises par leur personnage, un doute permanent, des psychologies très complexes (l’enfant paradoxalement sauvé de la chute), une reconstitution au couteau des années 60. Comme chaque image est calculée et n’est jamais le fruit du hasard, j’aurai aimé savoir quel est le film en noir et blanc sur la télé et pourquoi ce choix du réalisateur ? Vivement son prochain film!!!!!
    laurent D.
    laurent D.

    Suivre son activité 1 abonné Lire sa critique

    3,5
    Publiée le 3 mai 2019
    Contrairement à certaines critiques, j'ai apprécié le jeu des deux actrices principales et j'ai ressenti la tension psychologique pendant tout le film à l'ambiance très réussie. On ne sait jamais ce qui va arriver et le scénario réserve des surprises. Je recommande ce film.
    Christoblog
    Christoblog

    Suivre son activité 378 abonnés Lire ses 683 critiques

    4,0
    Publiée le 4 mai 2019
    Excellente surprise que ce film belge délicieusement rétro. Tout est parfait dans ce revival de film noir des années 50 : le scénario machiavélique, les couleurs pétantes, la reconstitution d'époque, le jeu des deux actrices principales, la mise en scène inventive toute en symétrie. Le réalisateur Olivier Masset-Depasse dépasse (!) ce qui aurait pu être un exercice de style brillant pour nous entraîner beaucoup plus loin, quelque part entre le Hitchcock de Vertigo et le Clouzot des Diaboliques. En voyant ce type de films, je me prends à mesurer à quel point les scénarios des films d'aujourd'hui sont timorés en matière d'imagination et de noirceur, à part bien entendu dans le cinéma asiatique. Si le film est une pleine réussite, c'est en grande partie grâce à ces deux actrices : la brune Veerle Baetens (qu'on a vu dans Alabama Monroe et Les Ardennes) répond parfaitement à la blonde Anne Coesens, par ailleurs épouse dans la vie du réalisateur. Duelles impressionne par sa compacité et la cohérence de son projet artistique. Je le conseille vivement.
    PLR
    PLR

    Suivre son activité 86 abonnés Lire ses 139 critiques

    3,0
    Publiée le 5 mai 2019
    Une ambiance qui se veut rapidement oppressante, interrogative, aux relents psychologiques (névroses et autres paranoïa). Les mouvements de caméra (souvent très rapprochée), la musique (comme pour mieux cerner le message), une première hypothèse qui se dégage mais c’est un thriller alors ont sait qu’on peut s’attendre à des fausses pistes ou rebonds. De quoi tenir en haleine le spectateur amateur du genre même si à l’évidence il manque quelque chose (beaucoup même) pour se hasarder à une comparaison avec les grands classiques. Le déroulement du scénario par petites touches successives ne vaut et n’est prétexte que pour justifier la fin, somme toute noire très noire. Un film qui peut trouver son public d’initiés, de spectateurs avertis. Non sans difficulté car malgré une nomination dans un festival (Beaune) il est très peu programmé dans les salles obscures. Raison de plus pour lui donner sa chance en n’étant pas trop sévère avec la critique.
    Sylvie B
    Sylvie B

    Suivre son activité Lire ses 4 critiques

    4,0
    Publiée le 8 mai 2019
    Je pensais que le film était plutôt bon en fait il est carrément bien. Les acteurs sont tous excellents, ça tient la route et on ne s'ennuie pas un moment. La fin eut pu être plus travaillée, c'est pour moi le seul bémol. J'ai beaucoup apprécié l'ambiance et les décors très soignés. Les deux actrices principales sont top. Je craignais du pseudo Hitchcock mais que nenni. Je conseille
    Gfa Cro
    Gfa Cro

    Suivre son activité 24 abonnés Lire ses 14 critiques

    4,0
    Publiée le 19 juin 2019
    Vu le 20190507, avis le 20190509 Très bien. Il existe plusieurs films du même genre : psychologique, délire de persécution ou pressentiment d une réalité ?, situation qui s envenime, ... J ai l impression que tous ceux que j ai vu sur ce principe sont réussi. La situation s envenime et ça fonctionne bien. On doute jusqu à la fin de savoir qui a raison qui a tors. Machiavélisme, manipulation, revirement de sentiment. Ce sont toujours des films très plaisants. J ai tout particulièrement apprécié celui là car la fin / conclusion est inhabituelle. La trame est plus simple, il y a moins de revirement de situation, les phases plus longues. Au final le film est bien plus resserré sur une histoire simple qui prend son temps.
    Ingrid2171
    Ingrid2171

    Suivre son activité 6 abonnés Lire ses 8 critiques

    4,0
    Publiée le 9 avril 2019
    Film qui aurait mérité le prix du sang neuf du festival policier de Beaune Scénario original par le choix de l'époque du déroulement de l histoire et comment un drame peu changer les rapport et la personnalité des gens. On ressent l'angoisse depuis le début. Le suspens est acccentuer par le jeu des acteurs et la bande son.
    Gaye75
    Gaye75

    Suivre son activité 33 abonnés Lire ses 643 critiques

    4,5
    Publiée le 4 mai 2019
    Un sans-faute pour ce thriller quasi Hitchcockien où l’oppression est présente en permanence, le malaise est insoutenable et la tension suffocante. La musique angoissante ne fait que rajouter à cette ambiance machiavélique. Une grande réussite à ne pas manquer.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top