Mon AlloCiné
England Is Mine
Note moyenne
2,7
18 titres de presse
  • CinemaTeaser
  • Culturebox - France Télévisions
  • Positif
  • Rolling Stone
  • Transfuge
  • Critikat.com
  • Le Figaro
  • Libération
  • Première
  • Télérama
  • Voici
  • aVoir-aLire.com
  • Le Monde
  • Le Nouvel Observateur
  • Les Fiches du Cinéma
  • Cahiers du Cinéma
  • Le Parisien
  • Les Inrockuptibles

Attention, chaque magazine ou journal ayant son propre système de notation, toutes les notes attribuées sont remises au barême de AlloCiné, de 0.5 à 5 étoiles.

18 critiques presse

CinemaTeaser

par Aurélien Allin

Ce biopic joue avec talent la carte de l'humain et de l'anti-spectaculaire.

Culturebox - France Télévisions

par Jacky Bornet

Classique dans la forme, sobre dans sa mise en images, cela n’empêche pas "England Is Mine" d’être fort dans cette ascèse qui correspond si bien au poème, donc à Morrissey. Bien vu.

La critique complète est disponible sur le site Culturebox - France Télévisions

Positif

par Olivier de Bruyn

England Is Mine dresse avec une tendresse amusée le portrait de son jeune personnage et restitue avec un certain brio la réalité morose de Manchester.

Rolling Stone

par Sophie Rosemont

Une plongée originale dans la jeunesse de l'ex-chanteur des Smiths.

Transfuge

par Damien Aubel

Mark Gill n’a rien d’un médecin-légiste de la caméra, il émane de son film une douce atmosphère de tendresse mélancolique, ce qui ne l’empêche pas de procéder à une radioscopie convaincante et fouillée de ce qu’on appellerait aujourd’hui un geek.

Critikat.com

par Laetitia Scherier

Au-delà de l’angle choisi qui se démarque des biopics sortant à la chaîne sur nos écrans depuis quelques mois, "England Is Mine" permet d’aborder à travers le passé de Morrissey le délicat sujet de la dépression adolescente.

La critique complète est disponible sur le site Critikat.com

Le Figaro

par Olivier Nuc

Le biopic de Mark Gill raconte la jeunesse de Morrisey avant l'émergence des Smiths qui ont fait de lui une star de la pop. Dommage que le film tourne en rond.

La critique complète est disponible sur le site Le Figaro

Libération

par Marcos Uzal

L’idée un peu aberrante d’"England is Mine" consistant à montrer Morrissey avant qu’il devienne la star que l’on connaît s’avère être la singularité la plus intéressante de ce film attachant mais sans souffle.

La critique complète est disponible sur le site Libération

Première

par Michaël Patin

Mark Gills évite l'idolâtrie mais pas les clichés.

La critique complète est disponible sur le site Première

Télérama

par Samuel Douhaire

Ce premier long métrage séduit davantage par sa chronique du Manchester populaire de la fin des années 1970. Et par la qualité des seconds rôles féminins : les trois jeunes filles, plus ou moins admiratives et/ou amoureuses qui gravitent autour de Morrissey sont, au fond, plus intéressantes que lui.

La critique complète est disponible sur le site Télérama

Voici

par La Rédaction

Ce biopic un peu tristounet raconte le chemin qui conduira Steven Patrick Morrissey à devenir le leader iconique des Smiths, après sa rencontre avec le guitariste Johnny Marr.

aVoir-aLire.com

par Frédéric Mignard

Biopic sans consistance d’un poète rock à l’adolescence mollassonne.

La critique complète est disponible sur le site aVoir-aLire.com

Le Monde

par Thomas Sotinel

"England Is Mine" ne parvient toutefois pas à percer le mystère des forces qui tirèrent ce garçon timide de sa chambre pour le précipiter sur les scènes du monde entier.

Le Nouvel Observateur

par Nicolas Schaller

L’originalité de ce énième biopic musical – se concentrer sur la procrastination maladive du futur chanteur et parolier des Smiths, qui ne cessa de remiser son ambition – est aussi son problème : l’apathie du Moz d’avant la célébrité a raison du film, le premier du réalisateur. Lequel, passé la première moitié, n’a plus grand-chose à raconter.

La critique complète est disponible sur le site Le Nouvel Observateur

Les Fiches du Cinéma

par T.F.

A réserver aux aficionados.

Cahiers du Cinéma

par Joachim Lepastier

Morissey écrivait des lettres enflammées au New Musical Express («Dear NME » qu’on entend « Dear Enemy ») pour conspuer les groupes locaux. Mais que dirait-il d’un film aussi ennuyeux et académique ? « Dear NME, I found my enemy : a biopic about me ! ».

Le Parisien

par E.M.

"England is Mine" raconte la jeunesse de Morrissey, le chanteur des Smiths, avant la création du légendaire groupe britannique des années 1980. (...) Tout ça n'est pas passionnant. Jusqu'à ce qu'il rencontre le guitariste Johnny Marr, son futur alter ego des Smiths. Sauf que c'est à ce moment-là que le film s'arrête, alors qu'on commençait à s'y intéresser.

La critique complète est disponible sur le site Le Parisien

Les Inrockuptibles

par Serge Kaganski

Pour jouer cette partition mille fois entendue et vue, Gill s’inscrit dans un naturalisme honnête à défaut d’être enthousiasmant. 

Les meilleurs films de tous les temps
  • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
  • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
Back to Top