Notez des films
Mon AlloCiné
    Uncut Gems
    note moyenne
    3,3
    1831 notes dont 130 critiques
    répartition des 130 critiques par note
    13 critiques
    43 critiques
    36 critiques
    16 critiques
    13 critiques
    9 critiques
    Votre avis sur Uncut Gems ?

    130 critiques spectateurs

    Fêtons le cinéma
    Fêtons le cinéma

    Suivre son activité 131 abonnés Lire ses 1 095 critiques

    3,5
    Publiée le 2 février 2020
    On n’y comprend rien mais ce n’est pas grave, c’est de la magouille en spectacle, de la magouille qui se met en scène et qui braille, qui saute d’une bijouterie à une autre, qui parie des sommes astronomiques sur des matchs de basketball qui perdent aussitôt en art du sport ce qu’ils gagnent en réceptacle des malversations financières. La caméra ne lâche pas le personnage d’Howard Ratner, ici campé par un Adam Sandler méconnaissable, anti-héros aussi repoussant qu’attachant et qui répand sur le rythme du film son propre train de vie marqué par la vitesse constante et déstabilisante, une vitesse pure et folle. La musique souffle une brume sonore à la Vangelis, contribue à déshumaniser le monde qu’elle matérialise en retour : ici tout se chiffre, s’estime, se casse, s’explose d’un coup de bras dans la vitrine ou de revolver dans le visage. Nul hasard si nous retrouvons Martin Scorsese à la production : encore un film qui s’empare de la folie contemporaine, de la même manière que le cinéaste n’a de cesse de le faire, encore un film radical qui ne recule devant aucun obstacle, aucune retenue morale. C’est le Joker version parieur, version cinéma aussi ; car là où Todd Phillips enchaînait les petits plans fort laids en jouant à l’artiste, le duo de réalisateurs que forment les frères Safdie a une vision esthétique de leur projet, soit une immersion dans des espaces composés d’une collection de surfaces réfléchissantes, renvoyant le réel en mille et un reflets trompeurs. Uncut Gems est un film sur le fanatisme contemporain que l’individu construit comme une prison autour de lui et dans lequel il erre avec inertie en pensant y jouer, un film également sur le voyeurisme que cet aveuglement occasionne, la soif d’aller voir ailleurs, de convoiter ce qui est plus gros, plus grand, plus inaccessible et qui renvoie à la figure du fou cet amas d’infini qu’est l’univers scintillant. Ça brille, on le veut, on s’y tue.
    Le cinéphile
    Le cinéphile

    Suivre son activité 173 abonnés Lire ses 2 134 critiques

    3,5
    Publiée le 3 février 2020
    Uncut Gems est donc une pure réussite Un long métrage éreintant, qui avance à 100 à l'heure. Adam Sandler est impressionnant de justesse Une vision pessimiste du rêve américain, représentation d'une société où chacun court après l'argent. Petite influence de Scorsese
    Naughty Dog
    Naughty Dog

    Suivre son activité 413 abonnés Lire ses 274 critiques

    5,0
    Publiée le 23 janvier 2020
    Une baffe cosmique Après des films mélancoliques comme Daddy Longlegs ou Mad Love in New York, les frères Safdie avaient opéré un changement + violent avec Good Time en 2017. Avec Uncut Gems, les 2 réalisateurs citent Lumet, Altman, Cassavetes ou encore Scorsese pour aller encore plus loin, et le résultat est tout simplement sensationnel. On y suit donc Howard Ratner, un joaillier au tempérament d'électron libre, qui va faire acquisition d'une précieuse opale noire brute. En pariant par la même occasion des sommes d'argent à tout va pour éponger ses dettes, il se retrouvera dans une spirale infernale où son addiction au jeu lui fera prendre les pires risques, en empruntant à tout va, au risque de contrarier les mauvaises personnes.. En développement depuis 10 ans, Uncut Gems s'ouvre via un prologue plaçant son action dans une mine de diamant en Ethiopie, où cette fameuse opale noire est trouvée, comme pour illustrer d'entrée de jeu le coup humain qui est le prix de sa convoitise. Par la suite, et à l'instar des précédentes œuvres des Safdie, le film nous immerge littéralement dans la jungle urbaine et fiévreuse de New York dans le district des diamantaires et prêteurs sur gage. Howard, anti-héros par excellence, est le personnage autour de qui tout gravite. Constamment sur le qui-vive, le téléphone à la main, cloisonnant sa vie à l'extrême au point de foirer sa vie privée et en quête du meilleur coup. La tension du film est constante sur les 2h tant chez le personnage que chez le spectateur. Toujours en terrain de thriller intimiste assez balisé teinté de comédie noire, les Safdie injectent des doses d'adrénaline et de frénésie incroyables à intervalles réguliers, à mesure que Howard semble se sortir d'une situation mais prend une décision encore plus grave. Une recette qui pourtant ne s'essouffle jamais, renversant constamment les rapports de force en présence tout en créant de nouveaux enjeux dramatiques,jusqu'à un dernier tiers à la tension inouïe. Une énergie démente pour une étude de personnage désespéré et compulsif, tentant de toujours pousser la limite plus loin. Et si le style des frangins Safdie est ultra singulier, jouant constamment des joutes verbales, de cadres proches des visages et d'une viscéralité exacerbée à chaque plan, Adam Sandler est le joyau de la couronne. Courtisé depuis le début pour incarner Howard, Adam Sandler trouve ici peut-être le rôle de sa vie, au service de sa meilleure interprétation depuis Punch-Drunk Love de Paul Thomas Anderson. Sanguin, épuisant et brillamment antipathique, on a là un personnage qu'on adore détester. Pourtant l'interprétation tantôt subtile tantôt explosive de Sandler amène le spectateur a comprendre le personnage d'Howard et à créer l'empathie malgré les choix de ce dernier. Une écriture brillante en symbiose avec une interprétation magistrale. Le reste du casting n'a pas à rougir : Lakeith Stanfield est comme toujours excellent, Idina Menzel est un atout charme, Eric Bogosian menaçant...mais les 2 révélations sont Julia Fox (sorte de pendant féminin d'Howard) et Kevin Garnett (jouant son propre rôle) pleins de professionnalisme. Anoter uncaméo très plaisant de The Weeknd également. Daniel Lopatin, déjà à l'oeuvre sur Good Time, livre une OST tantôt atmosphérique tantôt terriblement anxiogène à base de synthés (la vibe Blade Runner et Akira n'est pas loin). Un plaisir pour les sens, autant que la photographie cristalline et précise de Darius Khondji, réinventant sa grammaire de chef op' pour un résultat absolument magnifique via ses jeux de contraste avec la longue focale. En conclusion, Uncut Gems est bien un diamant brut, une œuvre entropique d'une efficacité et d'une maîtrise incroyables. Lorgnant à la fois vers le thriller que l'étude de personnage ou bien la peinture d'un monde capitaliste cloisonné, les Safdie rentrent dans la cour des grands. Un chef-d'oeuvre
    JimBo Lebowski
    JimBo Lebowski

    Suivre son activité 253 abonnés Lire ses 1 063 critiques

    4,0
    Publiée le 4 février 2020
    Un film dont on a l’impression de vivre l’action en temps réel, rendant les péripéties poissardes de Sandler terriblement captivantes, et qui n’est pas sans rappeler After Hours dont je sentais déjà l’influence dans Good Times des mêmes réals, un tourbillon ininterrompu jusqu’à, sans doute, la séquence de match de basket la plus vibrante au cinéma.
    Jorik V
    Jorik V

    Suivre son activité 615 abonnés Lire ses 1 085 critiques

    2,5
    Publiée le 22 janvier 2020
    Découverts avec le thriller urbain original et novateur “Good Times », avec cette atmosphère nocturne new-yorkaise si bien rendue et son impression d’urgence perpétuelle, les frères Safdie reviennent avec une œuvre encore plus particulière mais qui semble être la récolte des graines semées avec leur précédent film. En plus extrême. Trop extrême. En effet, « Uncut Gems » dure deux heures et quinze minutes, mais elles sont parfois exténuantes à défaut de paraître longues. C’est certes très rythmé mais, c’est rare de le souligner, peut-être un peu trop. Les personnages en mouvement constant ainsi que leurs interminables tunnels de dialogues finissent par avoir raison de notre patience et cela confine rapidement à l’hystérie. On sort de la projection en ayant besoin de prendre une bonne bouffée d’air frais. Cependant, il y a une chose qui est indéniable : Adam Sandler trouve là le rôle de sa vie. Il est extraordinaire en bijoutier juif magouilleur au débit de parole mitraillette. Il n’avait pas trouvé telle enveloppe pour exprimer son talent depuis « Punch-Drunk Love » il y a plus de quinze ans. Il est même étonnant qu’il n’ait pas eu de nomination à l’Oscar, mais la compétition cette année dans la catégorie du meilleur acteur est vraiment embouteillée. A ses côtés, les frères Safdie ont su réunir une galerie de personnages aux gueules bien trempées, un festival de mines patibulaires et de tout ce que New-York peut compter de malfrats et de magouilleurs. La caméra de la fratrie est alerte et en totale immersion avec son sujet et cette histoire de pierre rare qui cristallise toutes les envies (et actions des personnages). Mais toutes ces magouilles et arnaques sont parfois trop complexes à saisir et on abandonne d’essayer d’en saisir les rouages. « Uncut Gems » assoit encore son originalité en s’ouvrant et se clôturant de manière mémorable : la caméra plonge littéralement dans le colon de Sandler (!) après un prologue dans une mine de diamants en Éthiopie et une nouvelle fois dans une goutte de sang avant que le générique de fin apparaisse. C’est osé! Ajoutons une ambiance, une musique et surtout un grain d’image très années 80, mais pas forcément dans le bon sens du terme, et vous comprendrez la bizarrerie de cette œuvre qui divisera. Il y a pourtant des fulgurances dans certaines séquences, proche du culte, et des moments de tension réussis. Mais, en dépit de certaines qualités fortes et indéniables, l’histoire peine à captiver totalement sur la durée et c’est vraiment éreintant. Et on prend beaucoup moins de plaisir que dans « Good Times ». Un film vraiment déroutant, pas comme les autres et qui divisera, mais qui peut sembler pénible pour qui n’y goûte pas. Plus de critiques cinéma sur ma page Facebook Ciné Ma Passion.
    gimliamideselfes
    gimliamideselfes

    Suivre son activité 1329 abonnés Lire ses 3 662 critiques

    3,5
    Publiée le 3 février 2020
    C'était pas mal du tout. Pas vraiment mon genre de film, disons que ce genre de personnages qui font que les mauvais choix, où leur vie est un véritable bordel à cause d'eux, de leur incapacité à être fiables et raisonnés, je n'arrive vraiment pas à me reconnaitre en eux et les suivre pendant plus de deux heures peut parfois me gaver. C'est stressant de suivre ce genre de personnage car on sait qu'ils vont enchaîner les conneries, que ça ne va pas s'arrêter et finalement le film n'est pas très agréable à regarder, il n'y a pas de moments de bonheur, de moments où ça se calme un peu, on est tout le temps sous tension. La qualité du film est donc de gérer tout ce merdier vraiment bien. Déjà esthétiquement il y a quelques belles idées, dont une scène à un concert où un type en orange brille dans la salle plongée dans le bleu. Il y a reflets oranges un peu partout sur les gens autour, ça rend vraiment bien. Et de manière générale, il y a beau avoir cet aspect pris sur le vif, la photographie est vraiment soignée. Les lumières sont toujours sublimes et on sent que les réalisateurs prennent plaisir à filmer ces personnages en intérieur, dans des lieux exiguës. La caméra est collée aux visages des acteurs... Ce qui renforce l'impression de frénésie puisque tout va vite, la caméra bouge et les acteurs hurlent en gros plan. C'est le chaos. Tout peut basculer, jamais il n'y a le moindre point d'équilibre... C'est déstabilisant. Un film pas forcément plaisant à voir, mais une expérience fatiguante, où mine de rien on n'a beau ne pas aimer le personnage de Sandler on espère malgré tout qu'il lui arrive des trucs biens dans sa vie... Ce qui rend le tout encore plus stressant. Puis je dois dire que rarement un match de basket n'aura été aussi palpitant. Clairement les réalisateurs savenr gérer la tension... Tout est fait pour qu'elle ne retombe jamais et ce point d'orgue sportif est véritablement usant. Rien que pour le déplaisir d'être mis sous tension et malmené par le chaos frénétique du film, ça vaut le coup. Après c'est pas vraiment le genre de film qui me parle outre mesure, mais je suis bien content de l'avoir vu.
    Moimoi
    Moimoi

    Suivre son activité 61 abonnés Lire ses 2 344 critiques

    3,0
    Publiée le 1 février 2020
    C'est intéressant de voir Adam Sandler, acteur que j'apprécie pour ses comédies, dans un film plus sérieux. C'est d'ailleurs le rôle le plus sérieux où je l'ai vu. Je regrette juste la fin.
    perfectdock
    perfectdock

    Suivre son activité Lire ses 26 critiques

    1,0
    Publiée le 1 février 2020
    Du dévubut jusqu'à la fin on restera dubitatif sur ce film...comédie ? sérieux ? clairement le cjoix d'adam sandler n'était absolument pas le bon. le scénario est bancal, les réactions des personnages pas du tout logique ou naturel...c'est décousu , c'est à oublié rapidement...une grosse déception.
    anonyme
    Un visiteur
    0,5
    Publiée le 3 février 2020
    J’ai détesté ce film. C’est une perte de temps. Le personnage principal avec ses successions de coups foireux, le handballeur superstitieux, dans toute ce film, rien n’est crédible depuis le début jusqu’au dénouement prévisible.
    Roland Pradoc
    Roland Pradoc

    Suivre son activité 13 abonnés

    5,0
    Publiée le 1 février 2020
    Excellent thriller nerveux et généreux maîtrisé malgré une frénésie permanente et une saturation qui menace de déborder mais tient parfaitement la route. Le film est au bord de la rupture mais poursuit sa course avec une énergie folle. Aucune scène n'est ratée, les acteurs sont superbes, le scénario fonctionne jusqu'à la dernière seconde. De plus, rarement j'ai pu voir un film qui parle aussi bien de l'argent, de sa fascination et de sa valeur d'échange, entre le bling-bling et le jeu. C'est d'ores et déjà, un de mes meilleurs souvenirs de cinéma de l'année et les Safdie sont à classer dans la lignée des meilleur cinéastes sur New-York à côté de Ferrara ou Cassavetes.
    pseudobidon
    pseudobidon

    Suivre son activité 2 abonnés Lire ses 11 critiques

    2,5
    Publiée le 5 février 2020
    On ressent une forme de soulagement à la fin, essoré par toute cette frénésie, les dialogues bruyants et la B.O. éclectique… Une coloscopie du cosmos new-yorkais de la taille d’un trou de balle, exubérant et vide à la fois, à l’image d’Adam Sandler, qui en fait des caisses dans le rôle d’un polype.
    nikoo34
    nikoo34

    Suivre son activité

    0,5
    Publiée le 4 février 2020
    Ce film est une souffrance du début jusqu'à la fin aucun intérêt on y est mal à l'aise parce que c'est bien joué ok par Adam Sandler mais à part ça le film est nul et on devine aisément dès le début comment ça va finir
    Smail Aguenouz
    Smail Aguenouz

    Suivre son activité

    0,5
    Publiée le 4 février 2020
    Le pire film de Sandler. Voilà comment il faut bien l'introduire sans détours. On ne ressent la présence ni d'histoire, ni d'intrigues, ni de scènes drôles. Quel gâchis ce film pour tout le monde. J'ai perdu deux heures à le voir. Netflex a mal ciblé cette fois encore. Il faut avoir le courage de tout supprimer et de passer à autre chose comme disait Musso: Après avoir rédigé une dizaine de pages si vous ne ressentez pas de l'art dedans, il faut tout jeter à la poubelle et recommencer à nouveau. C'est ça le vrai talent. Le film en question n'est réussi sur aucun plan. Et aucune de ces facettes n' proposé quelque chose d'intéressant. Dommage pour Sandler, car j'adore cet acteur! Bref, tout le monde peut se tromper!
    tchooki
    tchooki

    Suivre son activité Lire ses 2 critiques

    1,0
    Publiée le 1 février 2020
    J'en ais vu des daubes, celle là est sévère. Hystérie, logorrhée verbal, scénario prévisible. Avis subjectif, mais je trouve rien de bon dans ce film.
    eldarkstone
    eldarkstone

    Suivre son activité 57 abonnés Lire ses 1 246 critiques

    3,0
    Publiée le 1 février 2020
    Adam Sandler a contre role dans ce Thriller dramatique très tendu et assez efficace du début à la fin !
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top