Mon AlloCiné
La Dernière Folie de Claire Darling
note moyenne
3,2
198 notes dont 37 critiques
5% (2 critiques)
24% (9 critiques)
38% (14 critiques)
27% (10 critiques)
5% (2 critiques)
0% (0 critique)
Votre avis sur La Dernière Folie de Claire Darling ?

37 critiques spectateurs

benoitG80

Suivre son activité 907 abonnés Lire ses 1 338 critiques

3,0
Publiée le 16/02/2019
« La Dernière Folie de Claire Darling », un titre plutôt classe pour une vieille dame qui l’est tout autant ! Une passionnée de beaux objets, rares et précieux, de belles lampes, de belle vaisselle et surtout d’automates uniques et merveilleux aux yeux des enfants et des adultes... De quoi nous émerveiller aussi en tant que spectateur pour peu que l’on ait un petit penchant de ce côté-là. Des objets qui dit-elle, l’ont accompagnée pour mieux tenir, ou mieux résister face aux épreuves de la vie... Alors que la confusion des temps se mêle à celle des sentiments, que les visages des uns rappellent ceux des autres, qu’on a aimés ou détestés, pour Claire ce jour précis, les jeux sont faits, rien ne va plus, et donc bonjour la brocante à domicile ! Si la cinéaste Julie Bertuccelli arrive à camper l’univers de cette Madame Darling avec beaucoup de charme et d’ambiguïté, en la faisant plus amoureuse de ses collections que de ceux qui l’entourent, elle arrive au fond aussi à se prendre les pieds dans le tapis avec le même problème que son héroïne, c’est à dire en privilégiant le beau décor, la belle ambiance plutôt qu’à s’intéresser vraiment à ses personnages qui semblent en roue libre, qui n’arrivent pas à nous toucher plus que cela ! Le duo mère/fille qui révèle de grandes failles, et une relation complexe et fragile, ne délivre en fait et paradoxalement que très peu d’émotion au point de nous laisser sur la touche. Bien sûr, on sent à la lecture de ces aller-retours dans le temps poindre le drame familial, mais jamais on n’arrive à s’identifier à l’une ou à l’autre, que ce soit cette mère dure et fantasque qui perd la tête, que cette fille en quête d’amour et de reconnaissance, elle plutôt troublée, mais aussi perdue dans ce retour sur les lieux de son enfance ! Et c’est justement cette impression qui rejaillit plus d’une fois, celle de voir tous ces acteurs justement un peu perdus, sans qu’ils ne croient vraiment de près ou de loin à leur personnage qu’ils interprètent sans âme, sans réel investissement. Et pourtant Catherine Deneuve, sauf ici sans doute, à eu récemment des rôles bourrés d’humanisme, doublés justement d’une réelle profondeur et dont l’humour était le petit plus enchanteur... C’est ce que l’on attendait encore, mais cette fois, cette image de femme élégante et distinguée, à la poigne de fer lui colle peut-être trop à la peau, en correspondant finalement au genre de personnage qu’elle laisse percevoir dans la vie, avec ce caractère trempé et inflexible qui semble être le sien ! Rien ne vaut finalement une Deneuve à contre-emploi, plus impertinente et surprenante qu’ici ! Alors bon gré, mal gré, on assiste de loin à ces retrouvailles où l’on s’attire, où l’on se déchire sans être plus bouleversé que cela... Rien n’est désagréable, l’endroit est magnifique évidemment avec un parfum de conte sur l’enfance et ses secrets, dans lequel des enfants joyeux et farfelus courent tout azimut... Peut-être presque trop beau dans un sens, puisqu’on en oublie l’essentiel, tout ce qui touche à cette fameuse psychologie des personnages, ce qui les rend finalement passionnants à comprendre et à aimer !
dominique P.

Suivre son activité 290 abonnés Lire ses 1 817 critiques

3,5
Publiée le 07/02/2019
C'est un drame intimiste, familial très sensible et réussi. C'est touchant et émouvant bien que très triste dans l'ensemble. J'ai apprécié les passages du passé quand on voit les protagonistes plus jeunes. J'ai bien aimé.
PLR

Suivre son activité 67 abonnés Lire ses 753 critiques

2,0
Publiée le 07/02/2019
Mélange du passé et du présent, flash-back à en donner le tournis, allégorie, onirisme et pourquoi pas une petite touche de fantastique pour terminer l’affaire, c’est tout ce que je n’aime pas au cinéma quand il n'y a que ça dans le scénario ! Tourner les pages d'un roman reposant sur de tels fils conducteurs, je ne dis pas mais au cinéma le résultat est le plus souvent ennuyeux et soporifique. La note donnée témoigne de mes goûts, de mes attentes. Elle ne signifie pas que les amateurs de ce genre de sujet ainsi traité (la vieillesse, les pertes de repères, la distanciation familiale, la mémoire immédiate qui défaille au profit des souvenirs enfouis) n’y trouveront pas leur bonheur.
traversay1

Suivre son activité 420 abonnés Lire ses 2 952 critiques

3,5
Publiée le 11/02/2019
En 25 ans de carrière, Julie Bertuccelli a beaucoup plus oeuvré dans le documentaire que dans la fiction puisqu'elle n'a signé que Depuis qu'Otar est parti et L'arbre avant La dernière folie de Claire Darling, qui est d'ailleurs le seul à avoir été tourné en France, mêle si l'origine littéraire est américaine. Comme ses précédents films, Claire Darling se caractérise par un éloignement certain du réalisme pur, prenant plutôt des allures de conte, avec un net penchant pour l'onirisme voire le fantastique. Mais avec délicatesse et douceur, avec son propre rythme, sans chercher manifestement à plaire. D'où un côté désuet qui tranche assez avec ce que l'on côtoie généralement ces temps-ci sur les écrans. La dernière folie de Claire Darling prend comme point de départ, un vide-grenier, celui, très symbolique, qu'une femme organise dans son jardin, pour se débarrasser des souvenirs du passé. Les objets jouent un grand rôle dans le film, marqueurs d'une vie qui pourrait toucher à sa fin. Le va-et-vient de différentes temporalités est contant, assez joliment réalisé, le passé venant régulièrement contaminer le présent, les fantômes compris. Le charme du long-métrage émane de cette fragilité narrative, que d'aucuns pourront juger répétitive, mais qui ne manque pas d'un certain panache mélancolique. Il règne dans La dernière folie de Claire Darling un climat bergmanien (Les fraises sauvages) auquel on a le droit de ne pas être insensible. Pour la première fois, Catherine Deneuve arbore des cheveux blancs, qui ne restreignent en aucun cas son charisme et son élégance. Elle est royale. Et la manière dont le film se termine, en feu d'artifice, clôt de jolie façon un film à la séduction discrète qui ennuiera les uns et bouleversera les autres. A moins de connaître les deux sentiments à la fois, ce qui est absolument possible.
srechm

Suivre son activité 2 abonnés Lire ses 61 critiques

3,0
Publiée le 08/02/2019
Malgré un scénario un peu faible mais intelligent, c’est surtout un plaisir immense de voir la mère et la fille ensemble dans ce film intimiste sur l’amour que l’on peut porter sur les parents et nos enfants.
Ernesto D.

Suivre son activité 7 abonnés Lire ses 40 critiques

3,0
Publiée le 10/02/2019
"La dernière folie de Claire Darling" reste une oeuvre ambiguë et exigeante . Ambiguë dans la forme , exigeante dans sa conception . Une vieille dame , remarquablement jouée par une Catherine Deneuve habitée ( au sens propre comme au sens figurée ) , décide un matin de faire un vide-grenier dans sa maison cossue de la grande banlieue parisienne , car elle est persuadée qu'elle va mourir le soir même . Par ce geste aussi surprenant qu' incongru elle veut faire table rase de son passé ( qu'on devine riche et foisonnant ) et convoque ( dans sa tête ) les fantômes de son existence , en tout cas ceux qui ont compté ( en bien et en mal ) pour elle , afin de pouvoir "partir" en ayant réglé ses comptes avec sa famille et notamment son ex-mari . On se retrouve alors dans un univers Kafkien où la paranoïa se mêle à la réalité , laissant parfois en route le spectateur pourtant très concentrés . Les flash-back sont incessants et nécessaires pour mieux comprendre la psychose de Claire mais l'abus ne fait qu’alourdir la narration au point de perdre en route , parfois , le spectateur . Le choix de faire jouer sa propre fille et une excellente idée tant les 2 comédiennes sont en osmose . Mais ce "carrousel des maléfices" a ses limites . Petit à petit on se lasse de cet atmosphère et ce mélange de genres ou rien n'est réglé . La scène final reste aussi énigmatique que la folie de Claire et ne nous a
poet75

Suivre son activité 147 abonnés Lire ses 606 critiques

3,0
Publiée le 06/02/2019
Il arrive que certains films séduisent, ne serait-ce qu’un peu, non pas tant du fait de leurs personnages que de leurs décors, voire de leurs accessoires. C’est, dans une certaine mesure, l’impression que l’on peut ressentir à la vision de ce film. Je ne veux pas dire que les personnages principaux ne dégagent aucun charme, au contraire. Catherine Deneuve, jouant le rôle-titre, et Chiara Mastroianni, jouant sa fille, ne peuvent qu’éveiller l’intérêt. Mère et fille dans le film comme elles le sont dans la vie, toutes deux confirment, bien évidemment, leurs talents respectifs. Mais on serait en peine de considérer ces rôles-ci comme essentiels dans leurs carrières. Claire Darling, donc, décide un beau jour, à la grande surprise de son voisinage, d’organiser un vide grenier dans sa propriété du village de Verderonne (Oise). Et ce n’est pas seulement dans le but de se débarrasser de quelques vieilleries poussiéreuses. En vérité, il s’agit de rien moins que de vider la maison de tous ses meubles et de tous ses objets. Claire Darling a non seulement décidé de tirer un trait sur son passé, mais elle affirme également que, puisqu’elle est en train de vivre le dernier jour de sa vie, elle peut sans regret brader tout ce qu’elle possède. Or il ne s’agit pas de bibelots, mais de meubles et d’objets de grande valeur, qu’elle cède néanmoins à des prix ridiculement bas. C’est précisément cet environnement et ces objets qui donnent au film un ton d’originalité et font une bonne partie de son charme. Parmi eux, on distingue tout particulièrement une collection d’automates tout à fait remarquables. Il va sans dire qu’au prix où ils sont vendus, les amateurs se les arrachent. C’est à ce moment qu’arrive la fille de Claire Darling qui, bien sûr, s’étonne de la conduite de sa mère. Qu’est-ce qui lui a pris ? Pourquoi affirme-t-elle que ce jour est le dernier de sa vie ? Petit à petit, en introduisant dans le film les personnages à d’autres moments de leur vie, la réalisatrice met en lumière la vérité. Un drame du passé a assombri à jamais la vie de Claire Darling. Je me garderais d’en dévoiler davantage, bien qu’il n’y ait rien de très original dans ce scénario. Je veux simplement, pour finir, déplorer le peu de crédibilité de certains personnages secondaires. C’est le cas du gendarme joué par Samir Guesmi et, plus encore, du prêtre que joue Johan Leysen. Un prêtre qu’on voit à deux âges de sa vie, très éloignés l’un de l’autre, ce qui laisse supposer qu’il est resté le curé de Verderonne pendant toutes ces années ! Un prêtre qui est dépeint de la manière la plus routinière qui soit, ce qui d’ailleurs irrite Claire Darling qui ne trouve rien de mieux que de lui demander un exorcisme ! Celui-ci refuse dans un premier temps, avant de s’exécuter : une scène le montre s’étant approché subrepticement de la maison, ayant revêtu une chasuble et tenant un goupillon avec lequel il l’asperge copieusement d’eau bénite ! S’il s’agissait d’une comédie, on serait en droit de rire un bon coup. Mais ce n’est pas le cas. La scène n’est pas drôle, elle est surtout extravagante.
velocio

Suivre son activité 285 abonnés Lire ses 2 052 critiques

2,5
Publiée le 31/01/2019
Passant et repassant du documentaire à la fiction et vice-versa, Julie Bertuccelli nous propose cette fois ci une fiction, adaptation de "Faith Bass Darling's Last Garage Sale ", roman de la texane Lynda Rutledge, paru en 2013. Un film tout à la fois sympathique, inabouti et inégal. Après un début très ennuyeux, on comprend que Claire Darling, une septuagénaire persuadée de l'imminence de son décès, est en train d'organiser un vide grenier au cours duquel elle bazarde tout son passé pour quelques bouchées de pain avec une idée derrière la tête : faire venir sa fille Marie, qu'elle n'a pas vue depuis des lustres. Souhait qui, grâce à Martine, une amie d'enfance de Marie, va se trouver exaucé. L'occasion pour ce film, dans lequel le procédé du flashback est très présent, de confronter le passé et le présent et, également, de se pencher sur les rapports fille/mère. Comme dans la vraie vie, c'est Chiara Mastroianni qui interprète le rôle de Marie, fille de Claire/Catherine Deneuve. Le film revenant donc souvent dans le passé, on apprécie l'effort effectué pour avoir des acteurs qui soient crédibles pour interpréter les personnages tels qu'ils étaient dans leur jeunesse. C'est particulièrement vrai pour Alice Taglioni jouant le rôle de Claire lorsqu'elle avait une petite quarantaine d'années, pour Colomba Giovanni et Mona Goinard, interprètes de Marie jeune et enfant, pour Lewine Weber jouant celui de Martine/Laure Calamy enfant et pour Amine Mejri jouant celui de Amir/Samir Guesmi enfant.
ANDRÉ T.

Suivre son activité 12 abonnés Lire ses 291 critiques

3,5
Publiée le 21/01/2019
Depuis qu’elle réalise des longs-métrages, je suis les films de Julie Bertuccelli (père réalisateur) et je lui trouve un univers particulier. Les évènements frôlent le fantastique (L’arbre, Claire Darling) et la communication tient une place centrale ( La cour de Babel, Dernières nouvelles du Cosmos). Julie Bertuccelli frôle souvent l’étrange, les forces de l’esprit, même si elle se réclame« incroyante » ….. Cet univers étrange, interpelle le spectateur…« objets inanimés, avez-vous donc une âme ? » Les objets « précieux », mis en vente brutalement, sans raison (?) par Claire Darling…qui manque de discernement, au point de faire rappliquer sa fille, éloignée depuis près de 20 ans! On est sous le charme d’un univers: château habité, meublé, cirque, feu d’artifice et plus encore, une tendresse infinie….
Carolinecharles007

Suivre son activité Lire ses 3 critiques

4,5
Publiée le 10/02/2019
Il y a tout d'abord une petite fille. Qui se lève dans la nuit. C'est Marie. Elle a peur das le noir et se réfugie dans le lit de sa mère, Claire Darling âgée alors de 40 ans (impeccable Alice Tagiloni). Claire renvoie illico Marie dans sa chambre. Elle lui ramène ensuite la pendule-éléphant qui rassure sa fille, Marie fait alors semblant de dormir, la mère et la fille se tiennent déjà à distance... ça ne s'arrangera pas avec le temps. Claire aura l'occasion de gifler sa fille pour abréger l'évocation d'un mensonge où l'ombre du père et d'un frère disparus chacun dans des conditions tragiques a forgé le nid d'une profonde incompréhension mêlée de rancoeurs voire de haine entre Claire et sa fille... Et les objets dans tout ça?... Hé bien vous n'allez qu'à aller voir le film, les objets c'est un prétexte, pour fuir, encore, se débarrasser de tout, partir sans laisser de traces, mais est-ce possible?... Pourquoi Claire n'a-t-elle pas défroquer le père Georges plus tôt!!... c'est ça qui manque au film, Deneuve qui se tape un curé!!... Pourquoi Julie Bertucelli se montre-t-elle trop sage parfois?... en tout cas, c'est un film touchant, tout en sensualité visuelle et sonore... et le plaisir de retrouver Catherine Deneuve aux côtés de sa fille Chiara. A noter le très bon choix de casting pour incarner Chiara plus jeune... Colomba Giovanni très juste et Mona Goinard qui est tout mimi! Allez voir le film!
Nils T

Suivre son activité Lire sa critique

4,5
Publiée le 06/02/2019
Formidable . Rugueux et tendre à la fois .remplie de poésie . Merci a Julie bertouchelli de résister à la mode et de nous fair partager ce film unique , Deneuve sublime et Clara impressionnante . Encor un film pas " branché " Et ca fait du bien Bravo et merci encor Nils tavernier
marc C.

Suivre son activité 6 abonnés Lire ses 49 critiques

5,0
Publiée le 06/02/2019
Tout en finesse et subtilité ce film est remarquable,on se laisse bercer dans ce retour vers le passé et toutes les interrogations qui en découlent.... L'interprétation magistrale de Catherine Deneuve habite le film, la présence de Chiara Mastroianni et de Alice Taglioni apporte une autre lumière sur ce superbe film.
Caméo

Suivre son activité 3 abonnés Lire ses 58 critiques

4,0
Publiée le 16/11/2018
Très bon film qui fait rimer poésie, onirisme et légèreté en évoquant des situations dramatiques et tragiques. Un conte initiatique qui ravit les yeux et l'esprit. Catherine Deneuve délivre une interprétation très subtile : elle sait mieux que personne faire surgir la folie sur son visage-paysage.
jean-luc D

Suivre son activité Lire sa critique

1,0
Publiée le 10/02/2019
Un début difficile, un milieu hyper naïf, une fin catastrophique au sens propre comme au figuré quelle gâchis d'acteur
Nico H.

Suivre son activité 7 abonnés Lire ses 86 critiques

1,5
Publiée le 16/02/2019
Il ya une certaine originalité et une poésie qui se dégage de cette histoire, mais le scénario reste trop décousu et avance trop lentement pour maintenir éveiller. Un bon casting ne suffit pas, il faut avant tout un truc à raconter, et la malheureusement ça sonne un peu creux.
Les meilleurs films de tous les temps
  • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
  • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
Back to Top