Mon AlloCiné
We Blew It
note moyenne
3,2
26 notes dont 6 critiques
17% (1 critique)
67% (4 critiques)
17% (1 critique)
0% (0 critique)
0% (0 critique)
0% (0 critique)
Votre avis sur We Blew It ?

6 critiques spectateurs

Gfa C.

Suivre son activité 10 abonnés Lire ses 280 critiques

4,0Très bien
Publiée le 14/11/2017

Vu et avis le 20171114 Un peu long et décousu, mais intéressant. L'idée maîtriser du film qui est aussi son objectif, c est de montrer qu entre 1968 et 1975, les États Unis ont traversé une période pendant laquelle ils ont eu une chance de devenir plus encore "un gouvernement du peuple par le peuple pour le peuple". Le documentaire cherche à prouver cela et à comprendre pourquoi cela ne s est pas fait. Je pense que l' objectif du film n' est pas assez clairement explicité et probablement pas assez tenu. En conséquence, le film va un peu au hasard des séquences et semble manquer de structure ce qui m aurait permis de mieux le suivre. Il y a quelques points qui m ont appris quelque chose, par exemple ce gérant de magasin général dans une ville fantôme qui explique que le second amendement (le droit du port d arme)et la constitution en général est important pour lui car il signifie que la justice, grâce à cela, n' est pas réservée aux juristes. Qu'il y a des lois qui sont compréhensibles par tous et qu il est possible de respecter et faire respecter.

dejihem

Suivre son activité 16 abonnés Lire ses 382 critiques

3,0Pas mal
Publiée le 12/11/2017

Ce documentaire utilise différents procédés cinématographiques pour captiver les spectateurs et le tenir en haleine. Les personnages interviewés racontent chacun leur Amérique. Dommage que certains plans soient trop longs. Du coup, le film perd de sa force. Pour l'aspect politique, une interview de Noam Chomsky aurait été nécessaire. Je suis d'accord pour interviewer des étasuniens moyens et des cinéastes, mais il manque des entretiens avec quelques universitaires. En tout cas, bravo pour la recherche cinématographique, certaines transitions de plans sont visuellement formidables et le plan final évoque le procédé utilisé dans le dernier film de Xavier Dolan.

Kevin.chartron

Suivre son activité 0 abonné Lire ses 25 critiques

4,5Excellent
Publiée le 09/11/2017

Film élégant et réfléchi, "We blew it" prend le temps de s'installer, n'ayant peur ni de la longueur ni de l'immobilité des plans, ni de s'attarder sur des visages et des silences. Traités à égalité (du grand cinéaste à la supportrice pro-Trump) par une caméra jamais moralisatrice, tous les intervenants ont le temps de (se) raconter, de dire ce qu'il ont vécu, ce qu'il ont compris ou non, ce qu'ils regrettent ou non. Tout à coup, c'est une autre Amérique, loin de celle des chaînes info, qui apparaît à l'écran. Amérique dans laquelle le vote pour Trump est motivé par un discours souvent structuré qui ne peut être congédié par un rejet condescendant ou un rire automatique. Amérique dans laquelle un vieux barbier de quatre-vingt-dix ans peut expliquer comment une population a tenté de résister à la désertification de sa ville, au bord de la Route 66, entraînée par la construction d'une voie rapide. Mais qu'est-il arrivé à l'Amérique ? Au final, on ne le saura pas vraiment. Mais chacun a sa petite idée. Car l'intérêt de "We blew it" réside en réalité dans le fait qu'il est autant traversé par l'Amérique qu'il ne la traverse. A preuve, cette séquence formidable où la caméra, montée sur une automobile, refait le trajet de JFK à Dallas, passe devant le fameux immeuble, prend la rue des fameux événements et des fameuses images. On voit la fenêtre d'où seraient partis les coups de feu, l'endroit d'où Zapruder a filmé, etc. avant que la voiture, continuant, malgré tout, n'entre dans un tunnel et plonge dans le noir. Et c'est là que "We blew it" vise juste. D'une part, il fait l'économie de la voix off. Rien n'est expliqué, rien n'est décrit mais les images (et leur mise en scène) parlent, en disent long sur l'histoire américaine, ses mutations, ses traumatismes (assassinat de JFK, Watergate, guerre du Vietnam,etc.) qui ont contribué à créer à l'intérieur des Etats-Unis un pays qui n'y croit plus (et le film met bien en lumière le lien profond que chaque Américain entretient avec son pays et sa mythologie). D'autre part, le film est hanté par d'autres films. On saisit alors ici ou là la référence à tel film ou tel cinéaste (et Michael Mann n'est jamais loin, à preuve le plan d'ouverture) avec la certitude qu'on en manque, qu'on en rate, faute d'avoir vu les films, faute de connaître cette histoire. Si bien que "We blew it", tout en filmant l'Amérique non comme un lieu mais comme un espace (avec la métaphysique qui va avec) fait aussi deux choses : d'une part la critique d'un capitalisme (cette idée qu'on n'ose plus discuter) qui a tout balayé sur son passage, et d'autre part (en partie) l'autobiographie de son auteur et le portrait de sa mélancolie. Et l'on ne boudera pas son plaisir devant le générique dément ouvrant le film, sorte de compilation de l'Amérique, de ses monstres, de ses traumatismes. Là, aussi, dans cette séquence rappelant le test délirant que passe Warren Beatty dans "A cause d'un assassinat", on saisira, dans la profusion d'images, des références nettes à l'histoire américaine (ex : le mot "pig" renvoyant aux mots écrits sur les murs par les assassins de Sharon Tate avec son propre sang). Et l'on restera, pensif, devant le long plan final, vertigineux et fascinant, qui clôt avec beauté, lenteur et profondeur, un film qui nous a autant rempli l'esprit que nettoyé la rétine.

velocio

Suivre son activité 247 abonnés Lire ses 1 802 critiques

4,0Très bien
Publiée le 02/11/2017

Spécialiste du cinéma américain et, tout particulièrement, de ce qu’on a appelé le Nouvel Hollywood, Jean-Baptiste Thoret s’est rendu il y a 2 ans aux Etats-Unis afin de préparer un film sur le cinéma américain. Une fois sur place, il s’est trouvé immergé dans la campagne de l’élection présidentielle de novembre 2016 et, ayant compris que Donald Trump avait de grandes chances d’être élu, il a fait bifurquer son film dans une autre voie : comment l’Amérique des années 60/70 a-t-elle bien pu glisser vers l’élection d’un individu comme Donald Trump ? D’où le titre du film, tiré d’une réplique de ""Easy Rider" : "We blew it", on a foiré ! Impossible de raconter un film comme "We blew it" ! Un film très riche, qui part dans de nombreuses directions, un film qui s’efforce d’expliquer ce qu’ont été les années 60/70, cet âge d’or pour la jeunesse de l’époque et pour la création artistique. Nostalgie pour celles et ceux qui ont vécu cette période, découverte pour les plus jeunes. Une période dont on arrive assez facilement à dater le début (1963, l’assassinat de Kennedy) mais dont il est beaucoup plus difficile de dater la fin. Avec "We blew it", nous circulons d’est en ouest dans les Etats-Unis d’aujourd’hui, nous circulons sur les routes et les autoroutes de ce pays, au milieu des grands espaces, nous empruntons un bout de la mythique Route 66 et nous rencontrons une foultitude d’américains divers et variés : de nombreux réalisateurs de cinéma ; Bob Mankoff, un cartooniste et éditeur du New-Yorker ; Ronee Blakley, une comédienne et chanteuse ayant joué dans Nashville. Mais aussi un homme qui a vécu à fond la période Sex, drugs and Rock’n’roll des années 60/70 et qui s’apprête à voter Trump ; une mère de famille qui milite pour Trump au sein des Républicains ; Angel Delgadillo, un vieux barbier de Seligman qui participe activement à la renaissance de la Route 66 dans sa bourgade de l’Arizona ; des habitants de Goldfield, petite ville plus ou moins abandonnée du Nevada ; des vétérans du Vietnam, touchés par l’agent orange, des gens que le pays a oubliés et qui n’ont que les conventions les réunissant pour pouvoir parler, entre eux, de ce passé difficile. Mais au fait, qu'est-ce qui a foiré ? On ne sait pas trop, finalement. Peut-être le fait, comme le dit un protagoniste, que, dans ces festivals et dans les mouvements de contestation de l’époque, le plus important n’était peut-être pas de chercher à changer la société mais plutôt de trouver avec qui coucher dans un avenir proche ! Est-il envisageable, aujourd’hui, de reprendre le flambeau de cette époque ? Difficile d’y croire, même si l’émergence de Bernie Sanders sur l’échiquier politique peut donner un semblant d’espoir. Même si on peut se montrer irrité par certains partis pris, même si on peut se montrer en désaccord avec certains choix, on ne peut que remercier Jean-Baptiste Thoret pour ce film d’une grande richesse qui, tout en n’étant en rien un film à thèse, devrait permettre au public français de mieux comprendre ce qu’ont été les Etats-Unis des années 60/70 et ce qu’ils sont aujourd’hui.

arsseptima

Suivre son activité 0 abonné Lire ses 3 critiques

4,0Très bien
Publiée le 16/11/2017

Si ce film est d'abord destiné aux cinéphiles avertis, amoureux des films américains des Seventies, le spectateur lambda ne peut qu'être séduit par la beauté des images et des musiques qui les accompagnent. Le cinéma américain se lit en filigrane dans chaque plan de ce road movie, mais on pourra aussi y trouver la nostalgie fellinienne d'un piano planté dans un champ sur fond de Parthénon ou encore la fantaisie poétique d'un film de Kusturica dans la danse improvisée de deux jeunes noirs face à la caméra ou dans les mouvements d'un ballon géant se gonflant au vent dans le ciel bleu d'une ville fantôme. Le geste arrêté du vétéran de la guerre de Vietnam, levant la main comme un écolier dans une réunion d'éclopés venus se dire dans un monde qui les a oubliés. Et puis les beaux portraits immobiles des Américains "moyens" rencontrés au hasard du voyage, façon "Humans" de Yann Arthus Bertrand. Voici ce que je retiens de ce beau film, plus encore que son propos central, qui reste finalement - et sans doute volontairement - assez énigmatique.

françois g.

Suivre son activité 0 abonné Lire sa critique

5,0Chef-d'oeuvre
Publiée le 11/11/2017

Film très inspirant sur l'Amérique des années 70. Des images et une musique magnifiques. On revisite complètement cette période avec une certaine nostalgie.

Les meilleurs films de tous les temps
  • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
  • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
Back to Top