Mon AlloCiné
  • Mes amis
  • Mes cinémas
  • Speednoter
  • Ma Collection
  • Mon compte
  • Jeux
  • Forum
  • Déconnexion
Joueurs
note moyenne
3,4
471 notes dont 53 critiques
30% (16 critiques)
19% (10 critiques)
25% (13 critiques)
15% (8 critiques)
6% (3 critiques)
6% (3 critiques)
Votre avis sur Joueurs ?

53 critiques spectateurs

titicaca120
titicaca120

Suivre son activité 160 abonnés Lire ses 2 124 critiques

3,0
le premier film de la réalisatrice est plutôt encourageant et son casting est très alléchant. la rencontre de deux êtres que tout oppose et qui vont se consumer aussi bien par la passion du jeu que par la passion tout court.
Joce2012
Joce2012

Suivre son activité 6 abonnés Lire ses 91 critiques

3,5
Très bon film qui tient en haleine tout le long, bonne interprétation, ça ne donne pas envie de devenir addict au jeu ....
Dandure
Dandure

Suivre son activité 98 abonnés Lire ses 135 critiques

4,5
Attention, cet avis contient des spoilers tels que : spoiler: attendre un peu avant de relire les premières pages de "Peau de chagrin". Ah tiens, un authentique film de cinéma, ce n'est pas si courant. Et c'est quoi un authentique film de cinéma M. Le Pédant ? Fiston, un authentique film de cinéma, c'est quand il faut aller le voir au cinéma parce que ta télé n'arrivera jamais à le restituer. C'est aussi un exercice formel et esthétique qui vient servir et justifier un propos. Dans "Joueurs", la réal dresse un parallèle entre addiction au jeu et passion amoureuse. Si Tahar est accro au jeu, Stacey est accro à Tahar. Il est roublard, gouailleur et vivant, elle n'a jamais vécu mais un feu couve en elle. En pratique, ça donne beaucoup de visages bleus nuit sur fonds rouges en très, très gros plans pour capter l'intensité d'une myriade d'émotions (et là les 2 acteurs principaux apparaissent très intenses). Car oui, le cinéma est lumière et ici, chaque émotion trouve la sienne : vive, contrastée, blafarde, douce, enveloppante, crue, profonde...Joueurs est un opéra de couleurs. Et comme on se frotte au cruel milieu du jeu, de l'amour et du hasard, il prend très vite des airs de tragédie. Attends, tu es en train de me dire qu'un excellent film, c'est en fait un opéra ? Fiston...oui...enfin non...Joker. Mais au cinéma.
Loraine C
Loraine C

Suivre son activité 2 abonnés Lire sa critique

5,0
Un premier film qui m'a prise aux tripes. Les acteurs sont formidablement bien dirigés (je n'ai jamais vu Tahar Rahim aussi puissant), la bande originale (autant celle composée pour le film que celle utilisée) accompagne l'histoire avec force, et le thème du jeu est traité sans cliché (ce qui pouvait être à craindre avec ce genre de sujet, tout comme l'histoire d'amour, d'ailleurs). J'y suis allée par curiosité, en espérant être séduite mais sans forcément en être sûre, et j'en suis sortie totalement charmée. Je pense que cette cinéaste ira très loin. J'ai lu depuis que ce film avait eu une standing ovation à la quinzaine des réalisateurs de Cannes, c'est amplement mérité.
ElBlasio
ElBlasio

Suivre son activité 24 abonnés Lire ses 323 critiques

2,0
On n’entrevoit le talent de la jeune réalisatrice Marie Monge que lors de quelques fulgurances, dans ce premier long-métrage inabouti et à l’intérêt limité. Les montées d’adrénaline sont particulièrement bien rendues lors des scènes de casino, de courses-poursuites et… des coups de chaud en cuisine. Par ailleurs, elle a réuni en tête d’affiche un couple qui a tout pour faire des étincelles : le « prophète » Tahar Rahim et Stacey Martin, révélée dans le sulfureux Nymphomaniac. Malheureusement, ces deux acteurs ont bien de la peine à faire exister leurs personnages, mal servis par des dialogues poussifs et cantonnés à des figures archétypales : celles du margoulin empêtré dans sa fuite en avant et de la jeune fille sage qui se laisse entraîner par amour dans une situation dramatique insoluble. En plaçant son histoire dans le milieu du jeu de hasard, le film évolue dans un univers archi-visité au cinéma où le bluff est souvent le moteur de l’intrigue. Dommage qu’ici tous les rebondissements s’avèrent prévisibles, mécaniques et inintéressants. Ce manque de finesse se retrouve également au-delà du traitement de l’histoire : une photographie qui abuse des contrastes bleu-oranges, une musique utilisant de la basse lors des moments oppressants et des violons lors des moments dramatiques, disparition des personnages secondaires en cours de film… Dommage car on aurait voulu aimer ce premier film proposant quelques moments pourtant prometteurs.
moaddi
moaddi

Suivre son activité 2 abonnés Lire ses 13 critiques

5,0
Des acteurs intenses qui expriment à merveille ce sentiment de danger et d'addiction que peut représenter l'amour et le jeu. Tahar Rahim crève l'écran, encore ! Et Stacy Martin est intense. Un très beau film noir !
Michel C.
Michel C.

Suivre son activité 47 abonnés Lire ses 647 critiques

3,5
Excellente interprétation d'Ella (Stacy Martin) être assez fragile et toute fraîche, à l'opposé d'un monstre du cinéma : Abel (Tahar Rahim ) robuste et manipulateur..... L'ambiance ne m'a pas plu, le manque de couleur idem.... On a peur assez vite - trop vite - pour eux deux ! Un premier film de Marie Monge : bravo. Car il y a du rythme et une tension parfaitement rendue !! **
Pierre L.
Pierre L.

Suivre son activité Lire sa critique

5,0
Si ce n’était que le défi formel d’un film de genre ambitieux avec son rythme haletant, sa tension fiévreuse, la découverte d’un milieu permettant d’échapper aux travers de l’explication sociologique, de la compréhension psychologique ; si ce n’etait que le portrait sensuel d’une ville vivante par l’image brute et néanmoins amie (merci monsieur Guilhaume) ajoutant à cette vision documentaire une grandeur lyrique, une dimension mythique, fabriquant du cinéma avec du familier ; si ce n'était que la machine infernale de la tragédie, irrémédiable destin qui punit la démesure et ramène les anges sur la terre dans toute sa violence mécanique, dans sa noirceur ; si ce n’etait que la mise en scène qui magnifie les états affectifs nerveux mais aussi les mouvements les plus simples, universels, pointant délicatement l’insaisissable, faisant apparaître avec justesse le geste amoureux dans sa joyeuse et éphémère brutalité sans la moindre naïveté, sans béatitude ; si ce n’etait que cette mise en scène chaudement enveloppée dans une bande originale organique, presque omniprésente comme sortant des corps eux-mêmes, des voix des acteurs et pénétrant les viscères des spectateurs tendus ; s’il n’etait question que de l’alchimie de ces acteurs puissants et fragiles, couple de cinema immédiat et charnel, rôles secondaires, figurants et passants comme de vrais ponts nous faisant rentrer dans l’écran (quelle fraîcheur sauvage des vrais passants parisiens!) ; s’il ne s’agissait que d’un renversement des valeurs du genre, nous faisant désirer ardemment le personnage masculin, par le regard d’Ella (Stacy Martin bouleversante par la force de son evolution), regard actif, volontaire, avec une avidité qui est parfois, comme dans la vie, presque insupportablement insensé ; si ce n’etait que la description clinique de la pathologie, disséquant sans complaisance les terribles mécanismes de la dépendance au jeu et aux personnes, au manque, à la recherche éperdue de sens, comme une incantation magique qui voudrait déjouer les mauvais sorts dans la répétition infinie et pourtant infiniment variée de la perte de l’objet de désir, de morceaux de soi jetés en pâture à la gueule des dieux comme autant de sacrifices, pendant contemporain du potlach ancestral ; mais il est avant tout question de nous dans cet objet de cinéma d’une grande générosité, dont la virtuosité n’efface pas la très belle fragilité, fragilité des relations entre les hommes, fragilité des identités, des ambitions, des envies. L’ensemble de cette œuvre, homogène et multiple, nous raconte l’histoire de nos petites impostures et de nos désirs immenses qui, dans quelques moments de grâce, nous font croire à nos propres mensonge, nous perdent en nous faisant gagner de l’ailleurs. Avec ce grand film de cinéma qu’on reçoit en plein corps, Marie Monge, parfois durement, nous ouvre la porte. Voir ce film, c’est faire partie de la bande, désarmés et crispés de désir.
omegazell35
omegazell35

Suivre son activité 3 abonnés Lire ses 3 critiques

4,0
Très bon sujet qui peut concerné beaucoup de personne. personnellement j'en ressort avec des questions personnels.
Lucie O.
Lucie O.

Suivre son activité 10 abonnés Lire ses 112 critiques

3,5
Film réaliste. Histoire sur les accro aux jeux .. Pas mal. Tahar Rahim est un grand acteur donc pas de mauvaises surprises avec lui. On se demande aussi comment la chute allait arriver.
Kap d.
Kap d.

Suivre son activité 4 abonnés Lire ses 14 critiques

0,5
Lassée de voir Tahar jouer tjs pareille ds tout ses films ! Lassée de voir stacy martin dans son corps de petite fille nue et en pleine orgasme! Quelle hypersexualisation! Quelle mauvaise image de la femme! Concernant le film je l’ai trouvé profondement ennuyeux des les 10 premiers minutes et ca ne decole pas d’un yota jusqu’a la fin! Le voyou tahar rahim ou plutot le bobo parisien parce quil fait plus bobo que voyou (la styliste avait du fumer un joint au dejut du tournage) nest pas du tout convainquant et stacy martin HOlala la meme que ds la bande annonce a savoir :insipide total! Ou est l’interet de faire un film pareille ? Ils sont beaux goss certe mais il n’y a aucun jeux, aucun senario , juste une enorme frustration d’avoir perdu 11 balles pour voir une daube pareille avec soit disant des acteurs bankable !rembourssez!
vivailcinema
vivailcinema

Suivre son activité Lire sa critique

5,0
Je suis allée voir Joueurs avec des amis, on est sortis emballés ! De l'action, de l'amour, du suspense, de l'élégance, ajoutez à ça une BO qui envoie et des acteurs qui donnent tout, mention spéciale à Stacy Martin, éblouissante. Bref, un moment de cinéma que je ne suis pas prête d'oublier et une jeune réalisatrice à suivre de très près !
farenheit451
farenheit451

Suivre son activité Lire sa critique

5,0
Un film bouleversant, déchirant, et d'une puissance incroyable !! L'image est sublime, les comédiens éblouissants, la mise en scène grandiose. On se laisse entraîner immédiatement dans cette histoire d'amour, de jeu et de hasard, on vit l'intensité de chaque instant avec Ella et Abel. Vous n'en sortirez pas indemnes. Un très très grand et beau film de cinéma. N'attendez plus, courez voir Joueurs !
kévin c.
kévin c.

Suivre son activité Lire ses 2 critiques

5,0
Un film noir dans la veine des premiers films de Scorsese et de Good Time des frères Safie. Un histoire d'amour qui emporte tout sur son passage sur fond d'addiction au jeu, une montée en puissance qui tient sur la longueur, bref, un film à couper le souffle.
Luke E
Luke E

Suivre son activité 2 abonnés Lire ses 15 critiques

4,0
Voilà ! Bon moment, bien écrit, bien joué, beaux dialogues, personnages travaillées et prenants ! Une histoire qu'on voit un peu venir de loin, mais qui n’entache en rien la performance des acteurs, portés par un Paris sombre et gris, menant à un paris rouge.
Les meilleurs films de tous les temps
  • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
  • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
Back to Top