Mon AlloCiné
  • Mes amis
  • Mes cinémas
  • Speednoter
  • Ma Collection
  • Mon compte
  • Jeux
  • Forum
  • Déconnexion
La Camarista
note moyenne
2,9
18 notes dont 2 critiques
0% (0 critique)
0% (0 critique)
100% (2 critiques)
0% (0 critique)
0% (0 critique)
0% (0 critique)
Votre avis sur La Camarista ?

2 critiques spectateurs

traversay1
traversay1

Suivre son activité 478 abonnés Lire ses 3 023 critiques

3,5
Publiée le 23/04/2019
C'est drôle, mais la grande fréquentation du cinéma mexicain fait que l'on s'attend toujours à une flambée de violence dans les dernières minutes, comme une libération. On peut citer de multiples exemples, à commencer par les films d'Amat Escalante. Rien de cela dans La camarista car si violence il y a, elle est intérieure. Le premier long-métrage de Lila Avilés est épuré, contemplatif et subtil. Trop peut-être au point de devenir parfois ingrat, en obligeant le spectateur à rester 1 heure 40 dans l'hôtel où travaille sa modeste héroïne, prénommée Eve. Jamais la cinéaste ne montre le monde extérieur à l'établissement et la vie que peut avoir Eve en dehors de son travail. C'est un parti pris assez radical qui aurait pu être atténué mais visiblement Lila Avilés ne souhaitait pas donner trop d'indications sur l'existence privée et familiale de son personnage principal. Ce portrait d'une sans-grade, indienne faut-il le préciser, ce qui a son importance de classe au Mexique (voir Roma de Cuaron), est une sorte de Journal d'une femme de chambre dont le caractère est relativement indéchiffrable comme en témoigne une ou deux scènes où elle fait exceptionnellement preuve d'extravagance. C'est ce côté imprévisible qui attache à Eve, remarquablement incarnée par Gabriela Cartol, et plus largement au film, même si celui-ci, à l'image de sa figure de proue, reste terriblement introverti.
Cinéphiles 44
Cinéphiles 44

Suivre son activité 159 abonnés Lire ses 2 597 critiques

3,5
Publiée le 20/04/2019
« La Camarista » est un film mexicain qui nous plonge dans le quotidien d’une femme de chambre dans un luxueux hôtel de la ville de Mexico. Changer les draps, épousseter, apporter des produits, satisfaire les clients…Eve fait très bien son travail, mais il lui arrive de s’évader en observant les objets personnels laissés dans les chambres. Son seul rêve est de travailler au 42ème étage, comme une métaphore de l’ascenseur social d’une condition pour les classes défavorisées. D’ailleurs, elle croisera régulièrement une collègue qui passe ses journées à appuyer sur les boutons de l’ascenseur sans jamais voir le jour. « La Camarista » ne tient pas à beaucoup dans son intrigue. Pourtant, nous sommes captivés par la prestance discrète de la comédienne. D'autres critiques sur notre page Facebook : Cinéphiles 44 et notre site cinephiles44.com
Les meilleurs films de tous les temps
  • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
  • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
Back to Top