Notez des films
Mon AlloCiné
    L'Autre continent
    note moyenne
    3,7
    269 notes dont 54 critiques
    répartition des 54 critiques par note
    15 critiques
    16 critiques
    13 critiques
    10 critiques
    0 critique
    0 critique
    Votre avis sur L'Autre continent ?

    54 critiques spectateurs

    poet75
    poet75

    Suivre son activité 213 abonnés Lire ses 685 critiques

    4,0
    Publiée le 9 juin 2019
    Au début, on croit avoir affaire à une romance presque banale, pas foncièrement différente de toutes celles qui ont déjà été mises en scène et projetées sur les écrans. On est néanmoins captivé, car cela se déroule à Taïwan et l’on est en présence d’une actrice et d’un acteur qui ne laissent pas indifférent. Déborah François joue le rôle de Maria, une jeune femme experte en néerlandais et au caractère déterminé. Paul Hamy joue Olivier, un garçon âgé, comme Maria, d’une trentaine d’années, très doué en langues (il en parle quatorze) mais de caractère plus réservé ou moins entreprenant que la jeune femme. Les différences de tempérament n’empêchent pas l’amour de naître, de grandir et de s’épanouir. Mais, au bout d’un an de vie commune, pris de fatigues anormales, Olivier consulte un médecin et la nouvelle tombe comme un couperet : il est d’atteint d’une forme grave de leucémie. Ses chances de guérison sont minimes. Il lui faut rentrer dare-dare en France et se faire hospitaliser à Strasbourg. Accueillie et hébergée par les parents d’Olivier, Maria est fermement décidée à l’accompagner dans son combat. Les médecins, plutôt pessimistes, sont néanmoins déterminés, dans un premier temps, à tout entreprendre pour la guérison du malade. Mais, à Maria, un des médecins affirme que c’est elle, que c’est sa présence, que c’est son amour, plus que tous les traitements médicaux, qui sont une aide pour Olivier. Or c’est là, précisément, le vrai sujet de ce film, c’est sa beauté, et c’est grâce à cela qu’il fait vibrer nos émotions. Jusqu’où peut aller l’amour ? Quelle est sa force ? Quelle est sa puissance ? Comme dans les meilleurs films de ce très grand réalisateur que fut Frank Borzage (1894-1962), l’amour semble pouvoir renverser tous les obstacles, il peut aller jusqu’à faire des miracles. Même les prévisions les plus défaitistes des médecins peuvent donc se trouver déjouées. Oui, c’est vrai, mais jusqu’à un certain point ou dans une certaine mesure seulement. Ou, plus exactement, il y a ce dont est capable l’amour mais il y a des limites humaines contre lesquelles on continue à se heurter. L’amour de Maria est grand, sans nul doute, mais, pour qu’il puisse faire véritablement son oeuvre, c’est-à-dire une œuvre de salut, il lui faut peut-être, en quelque sorte, se sacrifier. Jusqu’où aller dans le don de soi ? Quand on est « l’autre continent » d’un homme qui, précisément, n’est plus continent, souffre d’incontinence, quand il le faut soutenir tout en se sentant impuissant devant ses défaillances, n’est-il pas nécessaire de prendre de la distance ? Dans certains cas, au nom même de l’amour, il faut se résoudre à une perte. Ce superbe film, qui prenait, au début, des allures de romance quasi ordinaire, nous a conduits, en fin de compte, vers des sommets de singularité. Et, sans être jamais larmoyant, il a fait palpiter toute la gamme de nos émotions.
    dominique P.
    dominique P.

    Suivre son activité 562 abonnés Lire ses 2 027 critiques

    4,5
    Publiée le 7 juin 2019
    La bande annonce m'a beaucoup attirée et même si ce magnifique film est peu distribué en salles, j'ai tenu à ne pas le louper. J'ai passé un excellent moment de détente. C'est très beau à voir et il s'en dégage énormément de délicatesse, de sensibilité, d'amour et d'espoir. En outre, la réalisation et l'interprétation sont impeccables. Que demander de plus ?
    Lovisee
    Lovisee

    Suivre son activité 1 abonné Lire sa critique

    4,5
    Publiée le 6 juin 2019
    Je recommande ce film à la fois délicat, original, esthétique et sobre. Les acteurs jouent bien, le couple est attachant. Un film sur la foi et la force de l'amour différent des mélos habituels et je trouve la bande musicale très réussie. Romain Cogitore mérite d'être connu et reconnu.
    mag74
    mag74

    Suivre son activité 12 abonnés Lire ses 3 critiques

    5,0
    Publiée le 5 juin 2019
    Une histoire d'amour encore jamais vue au cinéma. C'est touchant, poétique, étonnant et même parfois drôle. Mais c'est aussi triste et bouleversant. L'amour peut il survivre à tout ?...Vivre et survivre, c'est la question qui est posée dans ce film un peu étrange mais à l'esthétique élégante avec de sublimes images. Un vrai moment d'évasion.
    Johanna V.
    Johanna V.

    Suivre son activité 31 abonnés Lire sa critique

    5,0
    Publiée le 9 juin 2019
    Un magnifique film à ne pas manquer, dont vous ne sortirez ps indemne ! Extrêmement touchant et poétique.
    pitch22
    pitch22

    Suivre son activité 111 abonnés Lire ses 647 critiques

    2,0
    Publiée le 15 juin 2019
    L'AUTRE CONTINENT est un drame d'une vérité puissante, d'une finesse et d'une douceur remarquables, parcouru d'images merveilleuses et de quelques effets spéciaux magiques... Les deux acteurs principaux sont incroyablement crédibles et la réalisation élégante (d'où 2 étoiles). Pour le reste, il s'agit d'un type de "LOVE STORY" relativement classique, triste et parfois mièvre, qui s'enfonce progressivement dans le dolorisme et dans l'absurde, en nous jouant l'histoire du «il s'en sortira, il s'en sortira pas»... spoiler: sans en sortir: on nous sert donc une chute déprimante . Le film démarre très bien et puis, dès lors la crise survenue, on patauge dans une suite de tableaux de désolation froide agrémentée de rares éclats d'humour. Avec Maria, le personnage de Déborah François, on nous sert la carte de la femme pure, parcourue de doutes mais à la foi inaltérée, incorruptible. On n'est pas loin de l'image du sacrifice et d'un piéta, dans une version modernisée, ouverte et laïque. J'ai regretté cette espèce de thématique religieuse recouverte d'un esprit gauchisant internationaliste (multiples références d'ancrage), qui reste complaisante avec l'idéologie de la rédemption. L'exercice de style a son intérêt, soutenu par une réalisation habile mais on patine dans une direction négative, entre rires et larmes, sans issue.
    lionelb30
    lionelb30

    Suivre son activité 100 abonnés Lire ses 1 903 critiques

    2,0
    Publiée le 2 juillet 2019
    Film enervant car le debut etait bien mais qui tombe trop rapidement dans le cote dramatique malvenu et pas tres interressant , ce qui gache ce film.
    Tumtumtree
    Tumtumtree

    Suivre son activité 53 abonnés Lire ses 374 critiques

    2,5
    Publiée le 17 juin 2019
    Respect à ceux qui ont aimé ; pour ma part, ce fut une purge. Je m'attendais à voir le nouvel opus du réalisateur du sublime "Ni le ciel ni la terre" et je découvre à l'instant qu'il s'agit de son frère...! Ici, tout m'a semblé convenu et forcé. Le scénario est attendu ou outrancier. Les comédiens sonnent rarement juste. La mise en scène est basique ou excessive. Hum, hum, mauvais karma... Côté scénario, donc, une femme pleinement émancipée tombe follement amoureuse du seul homme qui lui résiste vraiment (résistance pour cause d'Asperger évident... le jeune homme déteste les contacts physiques et parle 14 langues...). Comme les gens heureux n'ont pas d'histoire, hop, il tombe gravement malade. Et là, notre femme des années 80, femme jusqu'au bout des seins devient la pire maso qu'on ait vue depuis "Le Gamin au vélo" des frères Dardenne. Difficile d'adhérer... L'homme au baiser Lacoste se noie dans ce mélodrame médical en mode alternatif. Et sa compagne rame, rame, rame... Mais bon, respect à ceux qui ont aimé...
    Nane
    Nane

    Suivre son activité Lire sa critique

    5,0
    Publiée le 8 juin 2019
    Très beau film, une histoire d’amour mais pas que... J’ai aimé autant la façon de filmer que l’histoire et le jeu des acteurs. Un film qui sort des sentiers battus .
    ffred
    ffred

    Suivre son activité 589 abonnés Lire ses 3 145 critiques

    4,0
    Publiée le 14 juin 2019
    J'ai une tendresse particulière pour Paul Hamy depuis Elle s'en va. Voilà un nouveau très beau premier rôle pour lui après le particulier L'ornithologue. La belle rumeur m'a aussi attiré vers ce film, le deuxième du jeune réalisateur Romain Cogitore. Il nous compte ici une histoire d'amour aussi belle que tragique. Un scénario poétique, à la limite du fantastique, allié à une mise en scène aussi soignée qu'élégante, nous intrigue d'entrée. Le tout est fait avec beaucoup de douceur et de délicatesse et n'est pas exempt d'une certaine mélancolie. Paul Hamy et Déborah François forment un bien joli couple qu'on du mal à quitter. Sur de superbes images, de Taiwan à Strasbourg, on suit avec cette belle histoire d'amour impossible avec un petit pincement au cœur et on en sort avec la satisfaction d'avoir vu un émouvant très joli (et étrange film) film. Une belle petite surprise.
    Christoblog
    Christoblog

    Suivre son activité 421 abonnés Lire ses 1 198 critiques

    4,0
    Publiée le 10 juin 2019
    Quel beau film que ce premier long-métrage de Romain Cogitore (à ne pas confondre avec son frère, Clément, l'auteur de Ni le ciel, ni la terre) ! L'histoire que raconte L'autre continent est très classique, si on se contente de l'envisager sous l'angle de son pitch : un amour fou qui se heurte au drame de la maladie. Toute l'originalité du film tient à son traitement plutôt inhabituel : la moitié du récit se déroule à Taipei, l'autre à Strasbourg. Les deux protagonistes parlent plusieurs langues, dont le mandarin. Ils aiment tous les deux les voyages et l'exotisme, et ne s'embarrassent pas de contraintes matérielles. Ce dépaysement léger et profond à la fois nimbe le film d'une aura qui lui donne beaucoup de charme. L'autre atout de Cogitore est de s'appuyer sur l'interprétation absolument renversante de Deborah François (découverte dans Populaire), irrésistible en femme forte et libre, et dans une moindre mesure celle de Paul Hamy, en géant timide. Leur histoire d'amour est non seulement crédible, mais bouleversante. La mise en scène est sèche et précise, le montage rigoureux et entraînant, les trouvailles visuelles très réussies et poétiques. A découvrir si vous ne détester pas écraser une petite larme dans l'obscurité d'une salle de cinéma.
    Yves G.
    Yves G.

    Suivre son activité 461 abonnés Lire ses 1 808 critiques

    4,0
    Publiée le 9 juin 2019
    "L'Autre Continent" est l'un des films les plus tristes que j'aie jamais vus. Il se découpe en trois parties qu'il faut résumer au risque d'en éventer l'intrigue. spoiler: La première est une comédie romantique et exotique aux accents rohmériens. Maria (Déborah François) et Olivier (Paul Hamy) se rencontrent à Taïwan où ils exercent le métier de guide touristique. Maria est aussi hardie qu'Olivier est timide. C'est à elle de faire les premiers pas. Mais bientôt le couple devient inséparable. La deuxième est un drame en blouse blanche façon "L'Ordre des médecins" ou "Le Scaphandre et le Papillon". Olivier est victime d'une leucémie foudroyante. Il doit rentrer en France. Les médecins sont pessimistes. Olivier est plongé dans un coma profond. Mais Maria refuse l'inéluctable. Elle est résolue à sauver Olivier en sollicitant son corps inerte et son cerveau endormi. Elle y parviendra. La troisième est le contraire d'un happy end. Olivier a survécu. Mais les séquelles de son coma sont profondes. Son cerveau a été durablement endommagé. Il peine à se repérer dans l'espace et dans le temps. Il souffre d'incontinence. Il est l'objet de violents accès de colère. Il nécessite une attention constante que Maria n'est plus capable de lui prodiguer. Le cœur brisé, elle le quitte. J'ai eu beau me creuser la tête, je ne suis pas arrivé à écrire cette critique sans raconter le film du début jusqu'à la fin. "L'Autre Continent" comptant probablement moins de spectateurs potentiels que "Game of Thrones", j'espère qu'on me pardonnera. Je ne pouvais pas me borner à raconter que Maria et Olivier affrontaient un drame terrible qui allait mettre à mal leur couple. Ce n'aurait pas été rendre justice à ce film poignant qui tire son originalité de son dénouement désenchanté. "L'Autre Continent" aurait pu être l'histoire d'un deuil : l'histoire du chagrin de Maria après la mort d'Olivier et de sa difficulté - ou de son impossibilité - à s'en consoler. Mais "L'Autre Continent" prend un chemin original. Olivier survit. Cet happy end n'en est pas un. Il cache en fait un dénouement plus déchirant encore. Si l'amour de Maria a pu sauver Olivier de la mort à laquelle la médecine l'avait déjà condamnée, elle ne peut l'accompagner ensuite dans sa survie. L'histoire est d'autant plus déchirante que le couple formé par Déborah François et Paul Hamy fonctionne à la perfection. La première, révélée par les frères Dardenne (elle jouait la mère de "L'Enfant", Palme d'or en 2005), est particulièrement piquante : la légèreté dont elle fait preuve à l'égard de ses nombreux amants au début du film ne laisse pas augurer la dévotion dont elle sera capable auprès d'Olivier. Celui-ci est tout son contraire. Paul Hamy interprète un géant lunaire, tout entier concentré sur l'étude, sourd aux avances de Maria. À la fois grave et léger, optimiste et pessimiste, dur et doux, aux antipodes des standards d'écriture, "L'Autre Continent" m'a bouleversé.
    colombe P.
    colombe P.

    Suivre son activité 97 abonnés Lire ses 695 critiques

    4,5
    Publiée le 17 juin 2019
    Cela faisait longtemps que je n'avais pas vu un film aussi beau et émouvant. Quelle histoire tragique et belle à la fois ! Ce genre de film est à saluer, à ne pas manquer et à admirer. J'ai été conquise et charmée et je le recommande chaudement.
    Anne M.
    Anne M.

    Suivre son activité 45 abonnés Lire ses 595 critiques

    4,5
    Publiée le 18 juin 2019
    Si « l’autre continent » passe toujours près de chez vous je vous conseille d’en profiter, pour passer un moment rare. Maria part à Taiwan afin d’y écrire un roman. Pour gagner sa vie, elle est guide touristique en langue néerlandaise dans un temple bouddhiste. Elle y rencontre Olivier, guide aussi. Comme elle, il parle mandarin, mais aussi une dizaine de langues étrangères. La scène de leur rencontre est charmante et originale. Ils vivent une histoire d’amour qui s’installe dans le temps, jusqu’au jour où Olivier tombe malade. Le jeune couple rentre à Strasbourg afin qu’Olivier puisse y bénéficier de soins de qualité. Maria reste au chevet d’Olivier. De jour en jour elle vit au quotidien les revers de la maladie. Les images d’Asie restent présentes. Romain Cogitore est le frère de Clément Cogitore (« Ni le ciel ni la terre », « Braguino ») : une famille de cinéastes très doués. « l’autre continent » excelle à mes yeux par sa justesse comme par sa singularité, même si le thème du film , depuis « love story » est récurrent dans l’histoire du cinéma. J’ai tout aimé dans la réalisation : la musique discrète en phase avec les émotions, le texte poétique, léger ; la succession d’images asiatiques et françaises, parfois oniriques, les acteurs très vrais. L’histoire, loin de prendre les sentiments du spectateur en otage (ce que je craignais), émouvante, est riche en oxygène, laisse respirer, et espérer. La jeunesse et ses potentiels sont au coeur de cette histoire où l’amour est présenté avec beaucoup de philosophie. Mon blog : larroseurarrose.com
    axelle J.
    axelle J.

    Suivre son activité 87 abonnés Lire ses 501 critiques

    4,5
    Publiée le 9 juin 2019
    Encore un film remarquable, qui va passer presque inaperçu car mal distribué et noyé au milieu des gros bluckbusters américains récemment sortis et pourtant il est bien meilleur et il les surpasse en bien des points. Voilà un film intelligent et sensible qu'il serait dommage de rater. J'ai trouvé l'actrice principale excellente dans ce rôle pas facile à interpréter.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top