Mon AlloCiné
Une Affaire de famille
note moyenne
4,2
1928 notes dont 208 critiques
21% (43 critiques)
36% (75 critiques)
21% (43 critiques)
16% (33 critiques)
4% (8 critiques)
3% (6 critiques)
Votre avis sur Une Affaire de famille ?

208 critiques spectateurs

AZZZO

Suivre son activité 27 abonnés Lire ses 182 critiques

4,5
Publiée le 18/12/2018
Film d'une poésie rare qui pose avec subtilité la question des liens familiaux, entre consentement et acceptation forcée. Si les spectateurs occidentaux sont avant-tout touchés par la beauté des images et la délicatesse de la mise-en-scène, il faut imaginer à quel point ce film a dû faire l'effet d'une petite bombe dans la société nippone. Il montre une famille qui brise tous les tabous, vit à l'écart du monde, se nourrit de petit larcins, ne respecte pas les règles collectives et ose dénoncer l'hyper-sacralisation des liens familiaux dans le Japon contemporain. C'est une violence douce, un brûlot politique porté par un sourire, d'autant qu'Hirokazu Kore-Eda a une façon de filmer si gracieuse qu'il embellit tous ses personnages. Un petit bijou d'Art et d'humanité.
colombe P.

Suivre son activité 56 abonnés Lire ses 587 critiques

5,0
Publiée le 14/12/2018
Je ne suis pas du tout une "bobo intellectuelle" et pourtant j'ai été très touchée par ce film et je l'ai adoréSpoiler: (une personne qui a émis une critique hyper mauvaise disant qu'il faut être "bobo intellectuel" pour aimer ce film). C'est une histoire bouleversante, d'une grande humanité. C'est lent, l'histoire se laisse infuser tranquillement, c'est la vie de tous les jours d'une famille recomposée, jusqu'à des révélations dramatiques finales. C'est réellement un film d'une grande profondeur, d'une grande qualité artistique et humaine.
dominique P.

Suivre son activité 270 abonnés Lire ses 1 783 critiques

4,0
Publiée le 12/12/2018
J'ai beaucoup aimé ce film japonais qui raconte un drame familial. Je pense toutefois que le film "Capharnaum" aurait davantage mérité la palme d'or à Cannes, mais cela reste un très bon film. J'ai aimé cette famille "recomposée" pas banale, très débrouillarde et qui arrive à garder espoir et à être heureuse. Notamment, toute la première partie est franchement excellente, on nous montre le quotidien de la famille, le quotidien de chaque personnage. Malgré que ce soit un drame, il y a des scènes amusantes. J'ai beaucoup apprécié l'ambiance de ce film, c'est bien réalisé, c'est sensible et délicat. Vraiment l'atmosphère générale m'a beaucoup plu. Et puis c'est nécessaire de faire des films sur des gens qui ne sont pas riches, qui galèrent, c'est là qu'on voit l'humanité pure, brute, émouvante et bouleversante.
traversay1

Suivre son activité 411 abonnés Lire ses 2 926 critiques

4,0
Publiée le 12/12/2018
C'est entendu, Kore-eda méritait tôt ou tard d'être récompensé par une Palme d'or pour l'ensemble de son oeuvre, traversée de thématiques récurrentes. Qu'il l'ait obtenu avec Une affaire de famille, loin d'être sa meilleure réalisation, est un peu surprenant mais cela n'a qu'une importance relative et lui permettra sans doute de toucher une audience encore plus large que d'habitude. Une affaire de famille est bâti sur le même principe que Notre petite soeur, notamment, à savoir que les liens familiaux que l'on se construit sont plus importants que ceux acquis par le sang. Une grande partie du film s'échafaude autour d'un noyau réunissant plusieurs pièces rapportées, une famille recomposée et décomposée dont la moralité n'est pas le fort. Au passage, on admire la direction d'acteurs du cinéaste et notamment celle des enfants mais dans un premier temps le scénario n'est pas des plus exaltants voire même un peu répétitif, comme s'il fallait à tout prix dépasser les 2 heures de projection. Au moment de Tel père, tel fils, certains avaient pointé du doigt, à juste titre, une certaine tendance du cinéaste à la mièvrerie et ceci peut expliquer qu'après la parenthèse de The Third Murder, Kore-eda ait décidé de "muscler" Une affaire de famille avec des scènes moins consensuelles et plus osées que d'habitude, quitte à ce qu'elles soient parfois embarrassantes comme celles du peep-show. Dans la dernière demi-heure, cependant, l'intérêt du film est relancé et l'émotion s'invite, sans excès toutefois, comme au temps des meilleures réussites du réalisateur. Cela méritait-il pour autant la récompense suprême sur la Croisette ? Face à la mise en scène bouillonnante de Leto de Serebrennikov, pour ne citer qu'un seul des autres compétiteurs, sans doute pas.
BomberWoman

Suivre son activité 8 abonnés Lire ses 76 critiques

5,0
Publiée le 12/12/2018
Après s'être penché sur les cas d'enfants abandonnés à eux-mêmes (Nobody knows), d'enfants échangés à la naissance (Tel Père tel fils), une enfant qui découvre à l'adolescence qu'elle a 3 soeurs (Notre petite soeur), Kore-Eda nous revient avec l'histoire d'une famille de voleurs à la tire recomposée, misérables mais unis face à l'adversité et par l'amour, et où les liens du sang ne font pas tout. On est ému jusqu'aux larmes, on a mal au coeur au vrai sens du terme et on finit par les aimer plus que tout avec leurs fêlures et leurs blessures. Kore-Eda est ici touché par la grâce et nous livre son plus beau film.
Ernesto D.

Suivre son activité 7 abonnés Lire ses 36 critiques

3,5
Publiée le 13/12/2018
J'ai encore en tête le magnifique " Tel pére tel fils " certainement la palme d'or que Kore-eda aurait incontestablement mérité d'avoir . Mais le jury de Cannes a parfois ( souvent ) des contre-pieds peu compréhensibles à nous autres le "commun des mortels" du cinéma contemporain , préférant palmer ce dernier film . Passons . "Une Affaire de famille" est dans la pure tradition et dans la continuité de la vision de la famille idéalisée que le brillant metteur continue de nous offrir sur le grand écran film après film . Toutefois , ce dernier opus n'a pas , malgré tout , la puissance et la sensibilité , à mon humble avis , des précédents . Tous les ingrédients sont pourtant là : amour parental absolu, sans conditions ni concessions , même si les enfants ne sont pas tous , biologiquement , les vôtres . Pire , ce sont des enfants "enlevés " à la rue car maltraités ( la petite Juri est extraordinaire d'émotion et de naturel ) . A partir de cet état de fait le metteur en scène nous livre un film un brin trop long , parfois ennuyeux , avec des plans s’étirant à l'infini . Les scènes d'amour de la fratrie inondent chaque plans ou les enfants ( comme les parents ) semblent vivre qu'au présent . Peu importe les lendemains , l'amour c'est maintenant et tant pis de ce qu'il adviendra . On sait dès le début que la morale rattrapera tout ce petit monde ( on ne rigole pas avec ça au Japon ! ) . On pense parfois aux comédies dramatiques italiennes des années 60 à la sauce nippone: pas ou peu de morale , pied de nez à l'existence et déterminisme assumé et sans regrets et un attachement irrésistible aux personnages ( les enfants en premier lieu ), pour finir sur un dernier plan , sans doute le plus beau du film , le regard de la petite Juri fixant l'horizon comme un nouveau "point de fuite" sur un avenir incertain après avoir été rendue à sa famille d'origine . Un très beau film mais pas un grand film .
Lara c 28

Suivre son activité 28 abonnés Lire ses 109 critiques

4,0
Publiée le 01/01/2019
Le réalisateur déconstruit le mythe de la famille idéale en suivant les pérégrinations d'une famille peu conventionnelle qui vit de rapines et de maigres salaires dans un éden désordonné mais heureux. Le film se compose de deux parties : la première où, au groupe vient s'ajouter la petite Juri, dont la présence permet de combler un manque d'enfant et donne encore plus de sérénité au tableau familial, cette partie trouve son point culminant dans l'épisode de la sortie au bord de la mer; la seconde où cette micro société confrontée cette fois-ci à la loi implose et laisse percevoir ses failles, ses sombres secrets. Ce qui fait le charme de ce film c'est que la loi vient perturber un système qui repose sur l'illégalité mais qui fonctionnait très bien. La petite Juri a certes retrouvé ses parents, Nobuyo est en prison, la loi est sauve, l'ordre est rétabli...mais la justice est elle rendue et quelle justice? Juri est élevée par des parents maltraitants, Nobuyo est séparée de son fils et de son mari... En tout cas, le spectateur est pris au dépourvu tant la vision d'un Japon policé a volé en éclat sous la camera de Kore eda.
Stéphane P.

Suivre son activité 2 abonnés Lire ses 7 critiques

5,0
Publiée le 20/12/2018
Magnifique ! Touchant et sensible. Une vision peu habituelle de la vie au Japon à travers la vie d’une famille recomposée peu orthodoxe . A voir absolument !
Pascal O

Suivre son activité 3 abonnés Lire ses 4 critiques

5,0
Publiée le 16/12/2018
Hirokazu Kore-eda est définitivement un des plus grands réalisateurs actuels. Film après film, cet artiste japonais creuse toutes les subtilités et nuances que peut recouvrir la notion de famille, tout en interrogeant en filigrane ce concept même de famille. Son nouveau film, Une affaire de famille, très justement récompensé au festival de Cannes, ne déroge pas à la règle et nous embarque dans le quotidien léger et tragique d’une drôle de famille qui tente de survivre malgré sa pauvreté. Sans jamais forcer le trait, Hirokazu Kore-eda s’intéresse à tous les liens qui unissent les uns et les autres, créant ainsi une profonde réflexion sur le sens que l’on donne à l’amour des siens. Comme d’habitude avec ce réalisateur, c’est dans les détails que l’œuvre va se dessiner, et lorsque la dernière image du film apparaît, on ne sait si l’on doit pleurer ou sourire… Un très grand film, sensible et humaniste.
ffred

Suivre son activité 287 abonnés Lire ses 2 966 critiques

3,5
Publiée le 14/12/2018
Chaque année le débat ressurgit sur la légitimité de la dernière palme d'or. Une fois de plus, voilà un film, certes réussi, mais qui, face à la concurrence, a peut être été surestimé par le jury. Je n'ai pas vu tous les films de la sélection mais rien que Dogman ou En guerre méritait déjà bien plus la récompense suprême. Bref. Dans une filmographie en dent de scie, voici un Kore-eda dans la moyenne haute (il n'a jamais rien fait d'aussi bien que Still Walking). Tout est bien fait ici. Belle mise en scène, belles images, belle histoire, dure, tendre, politiquement incorrect. Avec à la clef une critique ouverte de la société japonaise (le gouvernement a très mal pris la palme). Les acteurs sont très convaincants, enfants y compris. Ils rendent tous d'entrée leurs personnages attachants. Un joli film sur la famille (surtout celle que l'on peut se créer) mais qui ne restera pas les mémoires et a été très chanceux de se voir attribuer cette palme. Quand on voit le palmarès dans sa totalité (Blackkklansman Grand prix, etc...) on se dit que Cate Blanchett est une formidable actrice mais pas forcément une grande présidente de jury !
Xavier d

Suivre son activité 2 abonnés Lire ses 71 critiques

5,0
Publiée le 13/12/2018
Waow ! Un film étonnant qui commence doucement, sous forme de chronique d’une famille « un peu »particulière. On se demande où le réalisateur veut nous amener. Le jeu des acteurs est parfait. La réalisation sobre et précise. La musique minimaliste. Puis d’un seul coup, les tournants de la vie s’accélèrent, la vie, l’amour à l’état pur apparaissent. On est scotché. Une palme d’or qui honore le Festival de Cannes, encore capable de révéler de tels chefs d’œuvres.
larramendy

Suivre son activité 1 abonné Lire ses 8 critiques

4,5
Publiée le 17/01/2019
Un très beau film. De l'amour, beaucoup de chaleur dans un environnement de grand dénuement mais aussi, toujours présentes, une durété, une cruauté même, qui font toute la profondeur du film et sa complexité.
frederic T.

Suivre son activité 2 abonnés Lire ses 24 critiques

4,5
Publiée le 23/12/2018
Hirokuza Koré-Eda dénonce la fracture sociale dans un pays qui cultive une image policée du bien-vivre et de la réussite, en posant un regard attendri et tranquille sur une drôle de famille dans laquelle on est voleurs de père en fils et on arnaque de mère en fille... Il s’acquitte facilement de toute amoralité, car dans cette famille de marginaux on se sent vite accueilli, attendri. Et quand Koré-Eda finit par nous révéler leurs secrets, on comprend que leurs petites magouilles ne parlent finalement que d’amour... Un film touchant réalisé avec une infinie tendresse.
Enki Dou

Suivre son activité 2 abonnés Lire ses 21 critiques

5,0
Publiée le 23/12/2018
Un film magnifique. Une "famille" de toutes petites gens, réunis par le hasard, la nécessité, l’intérêt, le désir, et l'amour. Une "famille" où les enfants ne disent ni papa ni maman, et pour cause, mais peut-être, un jour, qui sait ... Une "famille" qui vit de presque rien, à la marge de la société, un pied dedans et un pied dehors, dans un minuscule logement, de petits boulots, de petits chapardages, de petites arnaques, de petites allocations, de petits mensonges, de petits rêves et de petits bonheurs ... Une "famille" dont chaque membre, adulte ou enfant, est important pour les autres, comme le renard du Petit Prince ... Et sur tout cela un regard sans pathos, sans misérabilisme, sans embellissement non plus, simplement bienveillant. Une "famille" pauvre, baroque, bancale, et profondément humaine. Et une "affaire" dont le spectateur ressort enrichi et heureux.
floflo2204

Suivre son activité 35 abonnés Lire ses 345 critiques

5,0
Publiée le 16/12/2018
Quelques années après le sublime Notre Petite Soeur, Hirokazu Kore-Eda continue son exploration des liens familiaux. Une Affaire de Famille nous entraîne dans le quotidien d'une famille quelque peu dysfonctionnelle, une famille complètement différente de ce à quoi le réalisateur avait pu nous habitué. Mais finalement on s'attache très facilement à chaque personnage, à chaque vie. Au fur et à mesure que le scénario se dévoile sous nos yeux, chaque personnage se construit, se détruit, s'invente complètement et nous emmène dans son propre voyage. L'une des plus grosses réussites de cette histoire réside dans cette facilité d'écriture, rien dans cette histoire n'imprègne le tout de suspens et pourtant on suit avec intérêt le quotidien de cette famille. Depuis Nobody Knows, jamais Kore-Eda n'aura réussi à peindre de manière aussi subtile et poétique les difficultés sociales et familiales existantes dans son pays natal. Il faut dire que, comme à son habitude, le réalisateur japonais s'est entouré d'un casting exceptionnel. Les grands noms que l'on retrouve habituellement au générique de ses longs-métrages sont de retour et tous sont transcendants. Lily Franky, Sakura Andô, Mayu Matsuoka, Kiki Kirin, Kairi Jyo et Miyu Sasaki subliment le film à chaque seconde. Chacun de ces acteurs et actrices, jeunes ou pas, savent faire vivre leurs personnages avec grand talent et nous accompagnent tout au long du film. Les rares seconds rôles que l'on peut apercevoir sont aussi très bons mais leur temps à l'écran est très réduit. La volonté du réalisateur est clairement de vouloir poser sa caméra sur ses six acteurs principaux pour les faire vivre avec le spectateur. Dans tout ça, les décors choisis sont sublimes, la maison qui accompagne bon nombre des scènes est réalisée avec soin et attention pour nous immerger dans ce quotidien difficile mais pourtant terriblement vrai que certaines familles vivent. Le réalisateur a choisi un nouveau compositeur pour faire vivre son film et il va sans dire que Haruomi Hosono est un choix payant. Les partitions que l'on peut entendre tout au long du long-métrage sont d'une grâce subtile et apportent de la lumière à un quotidien assez sombre. La dernière Palme d'Or du Festival de Cannes est loin d'être une déception, davantage une consécration pour un réalisateur qui continue d'explorer de la plus belle des manière les thèmes sociétaux qui parcourent son pays.
Les meilleurs films de tous les temps
  • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
  • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
Back to Top