Notez des films
Mon AlloCiné
    K contraire
    note moyenne
    3,5
    140 notes dont 24 critiques
    répartition des 24 critiques par note
    10 critiques
    4 critiques
    6 critiques
    4 critiques
    0 critique
    0 critique
    Votre avis sur K contraire ?

    24 critiques spectateurs

    traversay1
    traversay1

    Suivre son activité 661 abonnés Lire ses 3 177 critiques

    2,0
    Publiée le 25 janvier 2020
    Ce n'est qu'un détail évidemment, dans les dialogues de K contraire, mais affirmer par deux fois que 500 km est la distance entre Paris et Poitiers (340 en réalité) montre le côté approximatif de ce film très décevant sur bien des plans. Le sujet n'est pas plus mauvais qu'un autre et un Téchiné lui aurait sans insufflé de la vie, voire un certain romantisme, mais il est plombé par une écriture assez peu excitante, avec des tas de scènes inutiles et un manque certain de profondeur psychologique. Entre la mine défaite d'une Sandrine Bonnaire, sous-employée et monocorde, et la kétamine de fête qui sert en quelque sorte de fil rouge, le film emprunte une route un brin cahoteuse malgré sa volonté louable de coller à un réalisme social où la galère devient synonyme de déterminisme. L'interprète principal, Sandor Funtek, fait montre d'une belle énergie et constitue la meilleure raison (la seule ?) d'aller voir K contraire qui fait grise (kéta)mine et pas juste à cause de ses moyens forcément limités. Cela n'explique pas que l'on ressente aussi peu d'empathie pour son jeune héros et quasiment aucune émotion quant à son cheminement prévisible.
    CinÉmotion
    CinÉmotion

    Suivre son activité 14 abonnés Lire ses 48 critiques

    3,0
    Publiée le 26 janvier 2020
    Le K contraire signe le premier film de Sarah Marx, qui est plutôt bien fait pour une première réalisation. Le film est très sombre, et aborde la dépression efficacement illustrée à travers la mère jouée par Sandrine Bonnaire, et la réinsertion de son fils tout juste sorti de prison, qui souhaite aller de l'avant mais qui se retrouve à devoir gérer et porter sur ses épaules les problèmes de sa mère dépressive... le tout autour de la Kétamine, élément central qui permet de nouer l'intrigue des uns avec les autres, tantôt utilisé comme soin contre la dépression, tantôt comme produits de vente et trafic, tantôt comme produits de consommation de stupéfiant durant une nuit pour juste oublier l'ambiance morose et lourde de la vie quotidienne sans avoir réel conscience ni recul sur l'impact et les conséquences d'un tel produit... Alexis Manenti, après son rôle très prometteurs dans Misérables, confirme son potentiel, je pense qu'on sera amené à le revoir beaucoup et dans un rôle qui lui permettra de montrer toute l'envergue de ses capacités d'acteurs où il sera connu et reconnu comme tel. Sandor Funtek aussi est très convainquant et une belle révélation. Le gros problème du film c'est qu'il reste assez court, et donne l'impression que l'alchimie entre tous n'est pas forcément assuré. Il manque quelque chose qui fait que je n'ai pas été si attaché que ça aux personnages ni ressenti de grandes émotions. Je pense qu'il manque quelques scènes permettant de creuser davantage la profondeur psychologique des 2 personnages principaux, ce qui aurait renforcer l'impact de la scène d'interpellation sur la route après la boîte de nuit, qui les met face à ce qu'ils sont réellement, dans leur relation, leurs actes et leurs valeurs personnelles. J'ai trouvé cette scène vraiment intéressante et à fort enjeu dramatique, mais il manquait quelque chose pour vraiment qu'elle soit plus marquante émotionnellement. Mais cela reste un bon premier film et donc prometteur pour la suite :)
    Cinéphiles 44
    Cinéphiles 44

    Suivre son activité 235 abonnés Lire ses 2 873 critiques

    3,0
    Publiée le 12 janvier 2020
    “K contraire” est un premier long-métrage qui fait sortir un jeune homme de prison et qui doit gérer la dépression de sa mère en plus de sa réinsertion. Fuyant ses responsabilités, il s’engage dans une grosse affaire de revente de kétamine lors d’un festival de musique sans prendre conscience que sa mère ne va vraiment pas bien. Cette dernière jouée par Sandrine Bonnaire est malheureusement trop démonstrative. Ce manque de profondeur nous empêche toute empathie envers sa douleur. A l’inverse, le personnage de Sandor Funtek est envoûtant. Dommage que la brièveté du film ne laisse pas le temps à l’histoire de nous émouvoir. D'autres critiques sur notre page Facebook : Cinéphiles 44 et notre site cinephiles44.com
    Guiciné
    Guiciné

    Suivre son activité 39 abonnés Lire ses 1 007 critiques

    3,0
    Publiée le 25 janvier 2020
    Un film plutôt bien écrit, qui fait passer la nonchalance de la mise en scène et le côté assez plombant du scénario. L'interprétation est impeccable et un petit souffle arrive à maintenir notre attention jusqu'à la fin. Tout à fait honorable.
    Snegopady
    Snegopady

    Suivre son activité 3 abonnés Lire sa critique

    5,0
    Publiée le 23 janvier 2020
    Un film sans détour, sans compromis, au plus près de ses personnages et qui ne ment pas sur ce qu'il est ou ce qu'ils sont. On assiste ici à une tranche de vie particulièrement tourmentée : celle d'Ulysse, un jeune homme qui, à peine sorti de prison, doit prendre en charge sa mère dépressive, et dont les dettes s'accumulent. Son plan : vendre des boissons à la kétamine dans des raves. Le récit nous enferme avec ce personnage dans une approche ultra réaliste et immersive, souvent oppressante et sous tension permanente. Le film se permet tout de même quelques moments de légèreté et d'humour qui font mouche, et qui servent de respirations inattendues mais qui fonctionnent.
    Simon52
    Simon52

    Suivre son activité 1 abonné

    5,0
    Publiée le 22 janvier 2020
    K Contraire est une premier film maîtrisé et d'une grande justesse. La réalisatrice montre le réel avec ses moments durs et ses instants de légèreté et de grâce. Jamais elle ne tombe dans le pathos, ni ne s'apitoie sur ses personnages. Les personnages prennent la vie à bras le corps et sont servis par des comédiens talentueux. Un film à ne pas rater et une réalisatrice à suivre !
    BenBal
    BenBal

    Suivre son activité 1 abonné

    5,0
    Publiée le 22 janvier 2020
    Une claque. Je suis allé voir ce film sans trop savoir à quoi m'attendre. 1h30 de tension, des dialogues percutants, jamais démonstratifs, avec quelques vannes bien percutantes. Le point de vue est sincère, bref, à voir !
    Mambovasco
    Mambovasco

    Suivre son activité 1 abonné

    5,0
    Publiée le 22 janvier 2020
    J'ai vu ce film sans aucune attente particulière et suis ressorti content d'avoir acheté ma place ! Un sujet compliqué à traiter et pas forcement vendeur, pourtant on est pris par le rythme du film, par des personnages dont les failles, les erreurs, les rendent attachants. C'est très juste, très bien filmé, caméra à l'épaule on est avec chaque personnage passant d'une emotion à l'autre avec subtilité. Chacun des personnages est super bien joué, tous apportent une note différente qui ajoute à la justesse de l'ensemble, le seconds roles sont tous des personnages à part entière. Les dialogues sont travaillés sans que cela se sente, ils sont souvent drôles ce qui offre des respirations nécessaires et balance avec le climat général du film. Mention spéciale pour la scène de la rave ! Premier film réussi, au suivant !
    nokiwi
    nokiwi

    Suivre son activité Lire sa critique

    4,0
    Publiée le 23 janvier 2020
    Excellent premier film de Sarah Marx, bien écrit et qui sonne juste. Sandor Funtek est une révélation. A suivre tous les deux!
    Giulia Gautruche
    Giulia Gautruche

    Suivre son activité Lire sa critique

    5,0
    Publiée le 23 janvier 2020
    Un film bouleversant qui sonne vrai à tout point de vue. Immense performance du duo Sandor Funtek et Sandrine Bonnaire ! A voir absolument
    loma
    loma

    Suivre son activité

    5,0
    Publiée le 22 janvier 2020
    Quelle claque! C’est un film bouleversant, juste et fort. Le jeune acteur principal m’a prit aux tripes d’un simple regard, sans parler de Sandrine Bonnaire... Je ne m’attendais pas du tout à ce genre d’histoire et j’ai été très agréablement surprise. Bravo
    christophe D.
    christophe D.

    Suivre son activité 1 abonné

    5,0
    Publiée le 24 janvier 2020
    A VOIR D’URGENCE ! Le premier film de Sarah Marx, produit par La Rumeur Filme, (les fameux rappeurs Ekoué Labitey et Hamé Bourokba, qui ont aussi co-écrit le scénario avec Sarah), est magnifique, d'une grande profondeur, on en sort très ému. Les comédiens sont lumineux, Sandrine Bonnaire, Sandor Funtek et Alexis Manentti ainsi que tous les seconds rôles, à commencer par Virginie Acaries et Lauréna Thellier. Quant à ceux qu'ils soient flics, douaniers ou hommes de la sécurité dans la rave, ils sont tellement authentiques qu'on aimerait pas avoir à faire à eux dans la vie réelle. Le film est rythmé, la mise en scène et direction d'acteur de Sarah Marx sont tendu, d'une grande justesse ainsi qu'une tendresse et d'une sensibilité à fleur de peau. Et la caméra de son chef-opérateur, Yoan Cart, elle tellement proche des personnages qu'on en perd aucune émotion. A voir dès cette première semaine. Cristo
    loiseaurare
    loiseaurare

    Suivre son activité

    4,0
    Publiée le 22 janvier 2020
    Plongeant dans le monde de la réinsertion, ce film nous frappe par son froid réalisme. Relatant le parcours suivi par un jeune ex-détenu, prêt à tout pour subvenir aux besoins de sa mère dépressive, on est très vite embarqué dans une aventure que l'on devine sans lendemain. On sort de ce film avec l'impression d'avoir vécu un périple collé aux côtés du héros, Ulysse, magistralement interprété par Sandor Funtek qui, à n'en pas douter, fait parti de la relève du cinéma français.
    L'AlsacienParisien
    L'AlsacienParisien

    Suivre son activité 392 abonnés Lire ses 1 230 critiques

    2,5
    Publiée le 6 février 2020
    A premier abord, "K contraire" m'a donné envie car il semblait véhiculer des émotions fortes tout en soulevant des thèmes intéressants et controversés. En plus, s'agissant d'un premier film, on se doute que la transposition de cette histoire à l'écran a du être semé d'embûches. Il y a donc une prise de risque, une densité et une authenticité non négligeables dans la première réalisation signée par Sarah Marx. Servie par des acteurs plutôt étonnants et bruts, Sandor Funtek en tête d'affiche, on se laisse surprendre par l'intrigue. Les thèmes de la drogue, de sa légalisation thérapeutique à sa consommation répétitive, de la rédemption en passant par la relation ambiguë mère/fils où les rôles s'inversent, dessinent un film cru, dur où les marges de liberté des personnages se resserrent comme dans un étau. Sur le papier, ça en jette mais à l'écran, c'est pas vraiment le cas... Faute à une réalisation bancale, donnant l'impression que le film ne se concentre pas sur l'essentiel, comme s'il passait à côté de ses qualités narratives. C'est aussi comme s'il manquait une touche finale pour que l'ensemble nous touche. J'ai observé ces déboires, ces malheurs mais sans parvenir à m'identifier, à me projeter dans l'histoire comme si tout cet enchainement d'actions restait factuel, anecdotique, secondaire... C'est dommage car on sent l'investissement des acteurs, le parti prix d'une caméra près des corps et une sobriété de l'image mais je suis passé à côté de l'émotion, à côté de la touche personnelle. On dirait que le film se teste dans des dialogues faussement réalistes, assez vaporeux d'ailleurs, sans vraiment oser assumer le geste jusqu'au bout. Et au final, j'ai trouvé ce film d'1h23 long, ennuyeux et mal dosé niveau tension. Y'a du fond mais pas vraiment la forme pour embarquer.
    PLR
    PLR

    Suivre son activité 96 abonnés Lire ses 880 critiques

    2,0
    Publiée le 27 janvier 2020
    Distribution confidentielle. En conséquence, peu de spectateurs et donc peu de critiques. Ce qui aura tendance à faire monter la moyenne des notes, surtout quand à l’heure où j’écris la moitié des critiques affichent 5 étoiles ! Je vais faire baisser la moyenne. C’est un scénario sombre, d’accord c’est voulu, mais était-ce si nécessaire que ce soit aussi terne et aussi lent, sans rebonds significatifs ? Par chance, c’est assez court (85 minutes), durée qui traduit la difficulté à développer le propos. Est-ce un récit sur les difficultés ou les obstacles de la réinsertion sociale en sortie de détention ou un tableau tendant à démontrer que, lâché dans la nature, il n’y a guère de meilleure solution que de calculer de nouveaux plans pour se refaire ? Ou est-ce un film sur la dépression, la charge que ça représente pour l’entourage et accessoirement les errements des traitements ? Et puis côté technique, ces prises de vue caméra à quelques centimètres du sujet, c’est juste agaçant et fatigant à la longue pour le spectateur. Ça évite aussi de devoir s’embarrasser avec le cadre de la mise en scène, non ? Personnellement, j'y suis surtout allé pour Sandrine Bonnaire. A laquelle, il n'a pas été livré un scénario digne de son talent, de sa présence. Quant-à Sandor Fantek, je ne suis pas du tout convaincu !
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top