Notez des films
Mon AlloCiné
    Alice et le maire
    note moyenne
    3,3
    1694 notes dont 272 critiques
    répartition des 272 critiques par note
    33 critiques
    68 critiques
    74 critiques
    56 critiques
    33 critiques
    8 critiques
    Votre avis sur Alice et le maire ?

    272 critiques spectateurs

    Hareebel
    Hareebel

    Suivre son activité Lire sa critique

    0,5
    Publiée le 6 octobre 2019
    Une Bouse puante ! Un téléfilm de mauvaise qualité ! Anais demoustier horripilante avec pour seul jeu un léger sourire ironique en guise de pseudo-finesse dans un scénario absolument insipide !! Un film pseudo intellectuel pédant prétentieux, à le voir on a l'impression qu'aucun philosophe n'a jamais pensé aux rapports de la pensée et de l'action, à la praxis politique . Une complaisance puante avec les fastes et arcanes du pouvoir dans les longs plans (très très longs et répétés) de la jeune pseudo-philosophe en jean promenant son regard pseudo détaché , ironique ( et surtout vide , car c'est 1 film bavard et creux) dans les salles et escaliers fastueux de la mairie et qui s'installe au coeur du "pouvoir" , complaisance puante pour ce faste , aspect insupportable de l'entre soi , des connivences et propos creux sur les limites du pouvoir . Pas d'action, pas de profondeur, à par celle de la bouse
    eliacam
    eliacam

    Suivre son activité 5 abonnés Lire ses 163 critiques

    2,5
    Publiée le 1 octobre 2019
    Déception ... qu'a voulu dire le metteur en scène ? Est ce un film politique sur le désenchantement des politiques ? Est ce un film sur une relation non sexuelle en une jeune femme et un homme plus âgé autour de vagues thèmes philosophiques ? Est ce une comédie ? une comédie dramatique ? CErtainement un peu de tout ça mais à force de ne pas choisir il m'a perdu et lassé. Lucchini est très bon tout de retenue dans ce film, mais Anaïs Demoustier fidèle à elle même n'exprime pas grand chose.
    Adrien B.
    Adrien B.

    Suivre son activité Lire ses 2 critiques

    1,5
    Publiée le 4 octobre 2019
    J'ai trouvé ce film terriblement long, triste et ennuyeux . Une heure et quarante minutes de bavardage à propos d'un maire qui n'a plus d'idées !
    Vincent M.
    Vincent M.

    Suivre son activité Lire ses 3 critiques

    1,5
    Publiée le 3 octobre 2019
    ok les vues de LYON sont merveilleuses, ok Luchini est un grand acteur et on est déçu qu'il ne fasse pas ses grandes envolées lyriques, ok il est très bien accompagné par Alice qui joue bien. Mais en plus de nous confirmer le fast d'une mairie comme celle de Lyon on assiste à des scènes longues, lentes, sans vie. et surtout la fin... manque de budget ?? Erreur au montage ?? il s'est passé quoi ??? vraiment resté sur ma faim, tout était concentré dans la bande annonce comme s'est de plus en plus souvent le cas...
    Anollag
    Anollag

    Suivre son activité 1 abonné Lire ses 5 critiques

    2,0
    Publiée le 5 octobre 2019
    Scénario assez pauvre au final. Rencontre de deux personnes paumées qui ne se comprennent pas au final. L'un est totalement mégalo, l'autre perdue dans ses incertitudes. Le film est sauvé par le talent des 2 personnages principaux.
    Scorsese
    Scorsese

    Suivre son activité Lire sa critique

    1,5
    Publiée le 12 novembre 2019
    - Sur le fond : le film enfonce des portes ouvertes sans avoir l'audace d'aller au bout de thématiques intéressantes. L'on aurait dans ce cas pardonné les gros sabots de certains dialogues. - Sur la forme : les scènes se succèdent sans se lier. On est en effet tenté de penser qu'elles ne sont destinées qu'à une chose : rendre compte de l'avis du scénariste. Le rythme est gênant sans être audacieux, les acteurs étant engoncer dans des dialogues logorrhéiques et sans cohérences. Les acteurs principaux sont tout en justesses et parviennent à garder en haleine dans l'expectative d'un dénouement, qui n'arrive jamais... laissant ainsi le spectateur dans la frustrante sensation d'avoir vu un film plutôt destiné à être un livre.
    tixou0
    tixou0

    Suivre son activité 280 abonnés Lire ses 1 697 critiques

    3,0
    Publiée le 3 octobre 2019
    "Alice" (Heimann), 30 ans, est une ancienne normalienne (mais pas que - très longues études littéraires). En poste à Oxford (elle enseigne, à l'étranger, depuis quelque temps), elle y est débauchée pour rejoindre le cabinet de "Paul Théraneau", un vieux briscard du PS, maire de Lyon. En pleine crise quasi-existentielle (alors qu'il ne sait faire que de la politique, il est las du milieu formaté qui est le sien depuis 30 ans), il se prend d'emblée d'affection pour la jeune femme, et en fait sa conseillère privilégiée - ce qui excite aussitôt nombre de jalousies dans le sérail. Nicolas Pariser poursuit sa veine "politique" (trois courts-métrages, peu ou prou, et un long métrage - en 2015, "Le Grand Jeu")....En net progrès (il est aussi son scénariste) par rapport à ce dernier (que je notais, en son temps, "prétentieux, et bien mauvais"..), il peut cependant encore faire mieux... Un assez bon dialogue (le ton adopté est quand même celui d'un marivaudage... "politique"), quelques passages bien troussés sur les ridicules de ce microcosme (comme ceux de "Lyon 2500"), mais un net manque de fond, des personnages secondaires (la directrice de cabinet, l'ancien condisciple confident, sa femme névrosée, l'imprimeur amant passager...) seulement esquissés à gros traits, entrant et sortant du cadre sans vraie justification, une progression du récit pas toujours cohérente.... Et l'on ne peut même pas se consoler avec un Luchini, proche lui aussi de l'épisodique, et peu convaincant, au global. Quant au personnage central, Alice, on s'interroge sur le coup de foudre intellectuel (et quasi-paternel) dont elle est l'objet de la part du maire - Anaïs Demoustier n'ayant rien pour susciter l'enthousiasme, ni au physique, ni dans le jeu.....
    Cleo55
    Cleo55

    Suivre son activité Lire sa critique

    0,5
    Publiée le 20 octobre 2019
    D'un ennui profond et d'une certaine prétention intellectuelle, les acteurs sont loin d'être convaincants, les caricatures s'accumulent, les idées reçues tombent à foison: pourquoi un tel emballement pour un film qui pose aussi mal de bonnes questions??? La jeunesse normalienne est loin d'être la seule à réfléchir, les politiques ne sont pas tous narcissiques, les secrétaires ne sont pas toutes désagréables, peu s'en faut et surtout, les vraies personnes ont un vrai boulot, pas cet artefact du monde et des luttes, qui confine au grotesque. Le plus mauvais film de l'année....
    traversay1
    traversay1

    Suivre son activité 593 abonnés Lire ses 3 170 critiques

    3,0
    Publiée le 2 octobre 2019
    Dès ses courts-métrages, Nicolas Pariser s'est caractérisé par son intérêt pour la chose politique, inclination finalement assez rare parmi les réalisateurs français, à la notable exception de Pierre Schoeller. Alice et le maire n'a cependant que peu à voir avec L'exercice de l'Etat du dernier cité et encore moins avec son premier et excellent long-métrage, Le grand jeu. Il est bien question de la pratique du pouvoir dans Alice et le maire mais le sujet est surtout celui de la relation entre un vieil édile fatigué et en panne d'idées qui se régénère au contact d'une jeune femme plutôt versée dans la philosophie. L'idée que nos élus auraient bien besoin de collaborateurs novateurs et recrutés hors du sérail nourrit le film mais Pariser a un peu de mal à le mettre en images. Il semble qu'au départ du projet, Alice et le maire ne contenait que des échanges entre ses deux personnages principaux mais il a fallu se résoudre à enrichir et à habiller le scénario de façon à ne pas le limiter à un dialogue ininterrompu de ce duo incongru. Seulement voilà, ce sont précisément ces échanges entre Alice et le maire qui captivent, le reste semblant bien pâle en comparaison, faute d'approfondissement, que cela soit autour du personnel de la municipalité ou de la vie privée de la jeune femme, certaines autres pistes narratives restant par ailleurs en jachère. Si Fabrice Luchini n'a pas à forcer son talent pour être crédible, c'est bien Anaïs Demoustier qui impressionne, une fois encore, par la finesse de son jeu. En revanche, la mise en scène de Nicolas Pariser est très décevante, purement fonctionnelle et sans aucune prise de risque. On attendait beaucoup mieux du réalisateur du Grand jeu même si ce deuxième film n'a rien d'indigne.
    Frederic S
    Frederic S

    Suivre son activité 11 abonnés Lire ses 52 critiques

    1,5
    Publiée le 2 octobre 2019
    Film ennuyeux sur le monde politique à travers une intellectuelle !!! Le film est long et plat...
    Danielle G
    Danielle G

    Suivre son activité 4 abonnés Lire ses 20 critiques

    0,5
    Publiée le 7 octobre 2019
    c'est quoi cette nullité ? un film sans scénario ? des dialogues tellement sophistiqués qu'on n'y comprend rien. c'est franchement mauvais. tous ces pas et ces courses folles dans les couloirs. un poste de maire et des envolées lyriques qui feraient plus penser à une présidence de la république. bref ! il était tant que ce navet se termine
    Yves G.
    Yves G.

    Suivre son activité 377 abonnés Lire ses 1 808 critiques

    2,5
    Publiée le 3 octobre 2019
    Jeune normalienne sachant écrire, Alice Heimann (Anaïs Demoustier) est recrutée au cabinet du maire de Lyon en dépit de son inexpérience et de son désintérêt pour la vie politique. Paul Théraneau (Fabrice Lucchini) est un vieil édile socialiste qui a sacrifié sa vie à sa vocation. Mais à l'heure de décider s'il va prendre la tête du parti pour se présenter à l'Élysée, le maire traverse une grave dépression. "Alice et le maire" vient prendre sa place dans la liste, qui ne cesse de s'allonger, des films qui s'essaient à raconter la politique de l'intérieur. Le genre est récent. La France longtemps ne l'a pas pratiqué à la différence des États-Unis. J'ai chaque fois une petite déception à voire décrit sans réalisme, ce monde que je connais un peu. Dans "Alice et le maire", comme dans "L'Exercice de l'Etat", référence désormais incontournable et à mon sens surcotée, les situations sont caricaturales, les dialogues artificielles. L'héroïne de "Alice et le maire" ressemble à des personnages déjà filmés : une jeune Candide débarquant en politique. Le même rôle était interprété par Raphaël Personnaz dans "Quai d'Orsay" et par Finegan Oldfield dans l'hilarant "Le Poulain". Mais Nicolas Pariser, formé à l'école de Rohmer ne prend pas le pari de l'humour. Son ton est grave. Trop peut-être. Il s'agit pour lui de filmer l'impuissance politique. On dira que j'ose une lecture bien freudienne et passablement perturbée du personnage de Fabrice Luchini. Mais je crois que c'est l'impuissance qui le caractérise. L'homme n'a plus aucune activité sexuelle. Il est divorcé d'une femme castratrice, dont on aperçoit à peine la silhouette derrière la vitre d'un restaurant, et qui réussit, en l'espace d'une soirée à changer le cours de sa carrière. Il ne tente aucun geste de séduction avec la jeune Alice - alors qu'Anaïs Demoustier n'a jamais été aussi ravissante. Et, bien sûr, il a l'impression, quelles que soient les réalisations dont il puisse se targuer, d'être arrivé au bout d'un cycle, incapable à la fois de projeter sa ville au siècle prochain ou de faire face à l'urgence de l'accueil de réfugiés. La jeune Alice pourrait secouer le même homme. Elle pourrait réveiller sa libido, lui redonner l'appétit de la conquête, le propulser vers l'Élysée en rédigeant le "discours de [s]a vie". Le film de Nicolas Pariser a l'intelligence d'éviter cet happy end trop prévisible. Cyniquement, Alice renvoie au maire l'image glaçante de son électorat : en même temps insatisfait d'une classe politique en qui il a perdu sa confiance et incapable de lui proposer une alternative - sauf à tomber, comme Delphine (Maud Wyler), une amie d'Alice, dans une collapsologie apocalyptique. Dans une interview au "Monde", Nicolas Pariser évoque les deux façons de décrire la politique : avec Tchekhov, tout le monde est déçu mais personne ne meurt ou avec Shakespeare où personne n'est déçu mais tout le monde meurt. Nicolas Pariser s'inscrit résolument dans les pas de Tchekhov.
    Thierry Goedert
    Thierry Goedert

    Suivre son activité 4 abonnés Lire ses 16 critiques

    1,5
    Publiée le 13 octobre 2019
    malheureusement un film pas terrible ,un film compliqué intellectuel un film politique avec des cliches
    f.h.
    f.h.

    Suivre son activité 1 abonné Lire sa critique

    5,0
    Publiée le 24 septembre 2019
    Excellent film. Les dialogues sont subtils, justes et drôles. Les acteurs sont impressionnants. A voir !
    Gérard A.
    Gérard A.

    Suivre son activité Lire ses 10 critiques

    0,5
    Publiée le 26 octobre 2019
    Je me suis embêté tout le long de ce film qui était une série de dialogues basés sur la politique. Aucune action pour se réveiller.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top