Notez des films
Mon AlloCiné
    Le Prince Oublié
    note moyenne
    3,0
    727 notes dont 168 critiques
    répartition des 168 critiques par note
    49 critiques
    30 critiques
    31 critiques
    33 critiques
    13 critiques
    12 critiques
    Votre avis sur Le Prince Oublié ?

    168 critiques spectateurs

    Pldu75
    Pldu75

    Suivre son activité 3 abonnés Lire ses 7 critiques

    5,0
    Publiée le 12 février 2020
    Très beau film sur la relation entre un père et sa fille ! Touchant et drôle ! Omar Sy et Bérénice Bejo jouent très bien et François Damiens m'a fait beaucoup rire !
    Christine Milan
    Christine Milan

    Suivre son activité

    5,0
    Publiée le 15 février 2020
    Un thème inspirant - l’imagination, le passage de l’enfance à l’age adulte, la transmission... - traité de façon poétique et drôle !
    victorria
    victorria

    Suivre son activité 4 abonnés

    1,5
    Publiée le 8 février 2020
    Film vu en avant première, malgré un très beau casting et une idée intéressante : l'évolution de la relation père- fille à l'adolescence, le film s'enlise. Il oscille entre un cartoon grossièrement exécuté et un film pour enfants au scénario simpliste. Omar Sy surjoue, a en devenir agaçant quand il est en prince, quant au personnage de la voisine, il est cousu de fil blanc. Des passages moralisateurs, bref si vous avez la possibilité de voir autre chose, n'hésitez pas.
    ralf73
    ralf73

    Suivre son activité 2 abonnés Lire ses 27 critiques

    0,5
    Publiée le 5 février 2020
    J'ai vu cette chose en avant-première, à temps donc pour mettre chacun en garde contre cette soupe de mélasse mielleuse et de foutraque clownesque aux airs de disneyland sans une once d'humour ni la moindre parcelle d'intérêt. Alors, épargnez-vous cela, et surtout épargnez-en vos enfants !
    Marie
    Marie

    Suivre son activité 3 abonnés Lire sa critique

    5,0
    Publiée le 24 janvier 2020
    Vu en avant-première, très beau film sur le passage de l’enfance à l’adolescence vu du côté des parents. A voir en famille, chacun s’y retrouve.
    lecinéaddict
    lecinéaddict

    Suivre son activité 2 abonnés Lire ses 2 critiques

    5,0
    Publiée le 12 février 2020
    Dans "le Prince Oublié", on passe par toutes les émotions : des larmes aux rires aux éclats. Michel Hazanavicus a réussi son pari de rassembler petits et grands dans ce film très drôle et touchant ! Bravo !
    Clara Deletraz
    Clara Deletraz

    Suivre son activité

    5,0
    Publiée le 15 février 2020
    On a passé un super moment en famille. Les acteurs sont au top et l'histoire nous a embarqués. Allez y!
    lhomme-grenouille
    lhomme-grenouille

    Suivre son activité 1261 abonnés Lire ses 3 095 critiques

    2,0
    Publiée le 13 février 2020
    Si je devais faire une liste des choses qui m’ont plu ou séduit dans ce film, je pense que – l’air de rien – celle-ci serait assez longue. Pas mal d’inventivité visuelle. Une narration cohérente pour un sujet à hauteur d’humain. Une approche sincère et touchante magnifiée par un toujours aussi sublime Omar Sy. Quelques moments où j’ai ri, aussi…* Ah ça - il n’y a pas à dire – je n’ai pas l’impression que Michel Hasanavicius nous l’ait joué en dilettante sur ce coup-ci. Au contraire même, je trouve qu’il y a une certaine prise de risque de sa part à sortir – une fois de plus – de sa zone de confort. Seulement voilà, ce « Prince oublié » je ne suis pas parvenu à rentrer dedans. Et pour moi la raison tient en un mot : l’artifice. Que ce film ait recours à de nombreux artifices visuels ou narratifs n’est en soi par un problème. Bien au contraire. L’artifice c’est justement le cœur de tout art. Un cœur qui ne prend d’ailleurs vie qu’en se faisant oublier. Et qu’importe qu’on soit dans un mélodrame ouzbek ou dans une épopée gorgée de CGI, l’artifice fonctionne sitôt le spectateur n’a plus l’impression d’être face à un film mais à plutôt à l’intérieur même de l’histoire. Or, c’est là que le bas blesse de mon point de vue. Face au « Prince oublié », je suis resté l’essentiel du temps face à un film, ne rentrant que trop peu souvent à l’intérieur de l’histoire. Alors que s’est-il passé ? Où est le problème ? Est-ce que ça vient de ce monde fantasmagorique dans lequel se déroule une partie de l’intrigue ? C’est vrai que ce monde est quand-même très flashy, très nian-nian, et franchement pas si original que ça. D’autant plus que s’ajoute à cela toute une galerie d’imageries numériques certes propres mais au rendu parfois factice ; discours que je pourrais d’ailleurs aussi tenir pour les incrustations sur fonds verts. Mais bon après on parle aussi d’un univers imaginaire. Le rendu artificiel et patchwork des choses est au fond assez cohérent avec ce qu’on nous dit de cet endroit. Et comme je le disais un peu plus haut : il y a beaucoup trop de petits détails visuels intéressants et riches de sens dans ce petit monde là pour y rester pleinement insensible. Donc non, au fond, ce monde fantasmagorique tient globalement la route. Le problème n’est pas là. Alors est-ce que le problème vient-il dans ce cas de toutes ces scènes qui se déroulent en dehors de ce monde fantasmagorique ? C’est vrai qu’après tout, là encore, tout est loin d’être rose. Je pense notamment à ces premiers plans très pauvres visuellement qui rappellent un téléfilm de France Télévisions, ou bien encore quelques petits détails qui font vraiment « gimmicks d’écriture » comme le « check-tartare » par exemple. Mais bon, comme dit plus haut, je trouve que tous ces problèmes sont compensés en partie par une approche humaine et sincère de cette question. L’écriture parvient à éviter habilement tous les moments qui auraient pu être trop pathos, tout en sachant délivrer son propos au travers de dialogues équilibrés, limpides et sans fioriture. La qualité d’interprétation aide aussi beaucoup, selon moi, à faire passer la pilule. Donc non, globalement là aussi ça fonctionne plutôt pas mal. A dire vrai, le cœur du problème n’est pas dans le détail mais plus dans l’ensemble. Tout ça mis bout à bout ne s’emboite pas. Passer régulièrement d’une réal de téléfilm de France 2 à celle d’un blockbuster flashy et numérisé, ça dénote quand-même énormément. Et lier tout ça avec une musique mielleuse digne d’une comédie familiale américaine des années 80 alors que l’écriture s’efforce justement de faire preuve de mesure, ce n’était clairement pas l’idée du siècle. Et quand je constate qu’en plus de tout ça, tous ces artifices sont mis au service d’une intrigue au fond assez simple et téléphonée, eh bah là encore ça coince. Au fond il est là le vrai problème. A juxtaposer ainsi des artifices qui n’ont rien à voir ensemble, ce « Prince oublié » en devient presque une œuvre difforme qui ne parvient jamais, du moins me concernant, à imposer une identité formelle, une atmosphère propre, un espace sensoriel défini. Pour le dire autrement, le « Prince oublié » ressemble beaucoup à des fragments d’autres choses plutôt qu’il ne ressemble vraiment à lui-même. L’air de rien, il y a quand-même beaucoup de « Vice-Versa » dans ce « Prince oublié », notamment dans cette façon d’allégoriser les troubles intérieurs du personnage principal. De même, je ne peux m’empêcher de reconnaitre parfois des mécaniques propres au « The Fall » de Tarsem Singh. Seulement voilà, « Vice-Versa » avait pour lui un art de l’allégorie bien plus poussé et surtout une cohérence d’ensemble davantage facilitée par le fait que tout le métrage soit fait en images de synthèse. De même, « The Fall » savait mieux gérer sa transition entre ses deux univers, notamment par le fait que le monde fantasmé ne cherchait jamais à paraître factice, bien au contraire. D’ailleurs tous les décors utilisés étaient bien physiques. Et même si l’ensemble détonnait par son esthétique chamarrée et atypique, elle était toujours reliée au « monde réel » par l’intermédiaire des références multiples faites au cinéma. Rien de tout ça malheureusement dans le « Prince oublié ». Et franchement dommage. Dommage car – encore une fois – il y a de bons petits moments, de bonnes petites réparties, de belles petites audaces visuelles… Mais bon, un film n’est pas simplement qu’un enfilement de scènes, un défilé de petites cellules qui se contentent de courir à toute vitesse devant la lumière d’un projecteur. Un film c’est un ensemble. Un tout cohérent qui existe au-delà de son histoire et de ses petits moments. Il existe aussi au travers des sens, au travers des sons, au travers d’un monde qui lui survit même après le visionnage. Or sur tous ces domaines là, j’avoue que j’ai du mal à reconnaître la rigueur de Michel Hazanavicius. J’ai même du mal à reconnaître la patte d’un cinéaste. Je ne vois dans ce « Prince oublié » qu’un patchwork d’artifices qui sont certes plus qu’honnêtement ouvragés mais qui, regroupés tous ensemble, ne parviennent pas à ouvrir cette porte magique qui fait que soudainement on n’est pas seulement devant un film ; cette porte magique qui fait qu’on est brusquement plongé dans un monde, dans une histoire. Pas de porte magique donc ce coup-ci. Pas de déplaisir non plus malgré tout. Juste une déception. Celle d’avoir vu un film passable fait avec des fragments de ce qui aurait pu être un film singulier et marquant. Mais bon… Après ça ne reste que mon point de vue. Donc si vous n’êtes pas d’accord et que vous voulez qu’on en discute, n’hésitez pas et venez me retrouver sur lhommegrenouille.over-blog.com. Parce que le débat, moi j’aime ça… ;-)
    Sandrine Perrier
    Sandrine Perrier

    Suivre son activité

    0,5
    Publiée le 16 février 2020
    Bilan ... Les + Alizée (8ans) a aimé Les - Mais comment OMAR SY a pu se laisser embarquer là dedans ! 🤔 c’est long ou c’est moi ? 😥c’est long C’est pas parce que tu mets des effets spéciaux, des figurants, une star que ça marche ! Même l’histoire manque de crédibilité ! Bilan ; 4/20 ! Et On est brave !
    gerard.d
    gerard.d

    Suivre son activité Lire ses 5 critiques

    1,0
    Publiée le 12 février 2020
    Déjà vu! Tout est prévisible, on enchaine stéréotype sur stéréotype. Aucune originalité donc, tant au niveau du scénario que de la réalisation, propre mais fade, et encore moins au niveau du casting, Omar Sy ayant fait à peu près le même film (en mieux??) 3 ans avant (Demain Tout Commence). . Bien sûr, ils se sont "bien marrés sur le tournage" et bien sûr, ça va faire un carton.
    guefilt
    guefilt

    Suivre son activité

    2,0
    Publiée le 26 janvier 2020
    Je l'ai vu en avant première et je n'ai vraiment pas accroché... les acteurs sont bons mais le scénario et la réalisation ne m'a pas plus
    Jonathan P
    Jonathan P

    Suivre son activité 41 abonnés Lire ses 267 critiques

    2,0
    Publiée le 31 janvier 2020
    Michel Hazanavicius n’a jamais oublié la belle histoire, cela même à travers le passé cela se ressent indéniablement dans toute sa filmographie « Oss 117 Le Caire nid d’espions ou encore le second volet de l’agent secret. Sans oublier le film qui a fait de lui un réalisateur auquel on frémisse à chaque nouveau projet depuis le triomphe de « The Artist ». Mais aussi le mal aimé et pourtant très bon « The Search » et plus récemment l’excellent « Le Redoutable » Cependant, il manque un je-ne-sais-quoi pour ne pas avoir envie d’oublier ce nouveau Prince. Hazanavicius a toujours été résolument nostalgique d’une époque. Avec cela la peur de l’oubli, l’imaginaire comme lieu de refuge. Histoire de faire perdurer les souvenirs jadis oubliés. Même si le conte dispose de belle valeur, tout est bien trop lisse et terriblement prévisible. Une texture à la « Roger Rabbit », un très léger côté « Truman Show » la chocolaterie des merveilles ne prend pas, je me suis déjà retrouvé dans les bras Morphée. La composition d’Howard Shore, est malheureusement décevante le tout sans grande inspiration, comme l’impression d’entendre les morceaux qui étaient dans le tiroir des invendus et sans âme. Le film ravira peut-être les parents et leur enfant ou pas, car parfois même dans les contes ce monde est cruel. Boulevardducinema.com
    BB42
    BB42

    Suivre son activité 1 abonné

    4,0
    Publiée le 10 février 2020
    Ce film nous montre ce qui se passe dans la tête d'un enfant à qui on raconte de belles histoires avant de s'endormir. Il en est le prolongement onirique. On n'est pas toujours dans le fantastique du conte, ce qui rendrait le film exclusivement réservé aux enfants. La réalité, ou ce que le rêve donne à croire qu'il est vécu, explore les méandres de notre cerveau. Omar Sy est attachant, tendre avec sa petite fille et voudrait que l'enfance dure toujours. Film original donc, qui se laisse regarder sans déplaisir si l'on accepte de basculer dans l'imaginaire de temps à autre.
    noemielosfelt
    noemielosfelt

    Suivre son activité 1 abonné

    5,0
    Publiée le 15 février 2020
    Un film tendre et poétique. Un propos juste et touchant sur la sortie de l'enfance, servi par de magnifiques acteurs et actrices !
    Elisa Javelet
    Elisa Javelet

    Suivre son activité

    4,0
    Publiée le 27 janvier 2020
    vu hier en avant-première, très chouette film, émouvant, rare de voir un film sur les papas solo... je vous le conseille avec ou sans enfant
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top