Mon AlloCiné
  • Mes amis
  • Mes cinémas
  • Speednoter
  • Ma Collection
  • Mon compte
  • Jeux
  • Forum
  • Déconnexion
Charlotte a 17 ans
Note moyenne
3,0
13 titres de presse
  • CNews
  • Culturopoing.com
  • L'Express
  • Libération
  • Cahiers du Cinéma
  • Le Journal du Dimanche
  • Le Nouvel Observateur
  • Les Fiches du Cinéma
  • Paris Match
  • Télérama
  • Le Monde
  • Première
  • L'Humanité

Chaque magazine ou journal ayant son propre système de notation, toutes les notes attribuées sont remises au barême de AlloCiné, de 1 à 5 étoiles. Retrouvez plus d'infos sur notre page Revue de presse pour en savoir plus.

13 critiques presse

CNews

par La rédaction

Une comédie dramatique canadienne résolument féministe.

Culturopoing.com

par Emmanuel Le Gagne

Sophie Lorain crée des situations ubuesques, par la grâce de l'écriture, convoquant le cinéma burlesque. Les va-et-vient étourdissants des personnages dans le magasin de jouets, sorte de monde-bulle évoluant dans un espace-temps poreux, ravivent l'esprit ludique et mélancolique d'un grand cinéaste de l'adolescence, décédé il y a maintenant 10 ans, John Hugues.

La critique complète est disponible sur le site Culturopoing.com

L'Express

par Antoine Le Fur

Edifiant à certains moments, "Charlotte a 17 ans" présente de belles qualités, comme sa mise en scène dynamique, sublimée par un noir et blanc des plus esthétiques. Malgré un propos assez sérieux, le scénario cultive jusqu'au bout son aspect comique et son charme, purement québécois.

Libération

par Sandra Onana

Le film évoque parfois dans sa légèreté gracieuse une variation adolescente sur "Frances Ha" de Noah Baumbach, notamment par la manière dont ses dialogues, rehaussés par la parlure québécoise, mettent à distance les situations pour les livrer à l’analyse enlevée du remarquable trio d’actrices, formant une musique de groupe saisissante de naturel.

La critique complète est disponible sur le site Libération

Cahiers du Cinéma

par Paola Raiman

On se laisse prendre volontiers dans cette ronde séductrice au rythme enlevé qui regorge d’idées (…). On regrette seulement que la seconde partie se fasse plus laborieuse, comme une réaction obligée à cette onde émancipatrice.

Le Journal du Dimanche

par Baptiste Thion

Sur un sujet rebattu (l'adolescence et ses tâtonnements vis-à-vis de l'amour), ce film canadien parvient à nous surprendre par son énergie communicative et son charme.

Le Nouvel Observateur

par Xavier Leherpeur

Un peu systématique dans son hystérie, mais terriblement drôle et attachant.

La critique complète est disponible sur le site Le Nouvel Observateur

Les Fiches du Cinéma

par Keiko Masuda

Ce conte narrant les aventures sexuelles successives de Charlotte est convaincant. L’incarnation crédible par de jeunes acteurs construit un univers adolescent stylisé, en noir et blanc, dont on regrettera son isolement de la société qui l’entoure.

La critique complète est disponible sur le site Les Fiches du Cinéma

Paris Match

par Karelle Fitoussi

Un teen movie féministe doublé d’un beau portrait générationnel.

La critique complète est disponible sur le site Paris Match

Télérama

par Frédéric Strauss

Sous l’afféterie du noir et blanc, cette comédie canadienne futée replace le débat sur le sexisme à hauteur d’adolescents.

La critique complète est disponible sur le site Télérama

Le Monde

par Véronique Cauhapé

Chronique adolescente, vive et drôle, Charlotte, 17 ans interroge l’égalité sexuelle entre les filles et les garçons et comment ces derniers, prisonniers d’une éducation, peuvent être amenés à reconsidérer leur manière de penser.

Première

par Thierry Chèze

Joyeusement amoral, Charlotte a 17 ans se nourrit de l’abattage de son interprète principale, Marguerite Bouchard. Mais l’obsession de la légèreté de sa réalisatrice et son parti pris de rester à la surface des choses constituent aussi ses limites : son énergie comme ses choix artistiques (pourquoi ce noir et blanc ?) tendent à devenir crispants sur la longueur.

La critique complète est disponible sur le site Première

L'Humanité

par Vincent Ostria

À l’arrivée, une espèce de farce sociologique sur les nouveaux états de la féminité, qui manque cruellement de naturel et tourne en rond en vase clos. Aussitôt vu, aussitôt oublié.

La critique complète est disponible sur le site L'Humanité
Les meilleurs films de tous les temps
  • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
  • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
Back to Top