Mon AlloCiné
    Cam
    note moyenne
    2,1
    281 notes dont 39 critiques
    3% (1 critique)
    10% (4 critiques)
    26% (10 critiques)
    36% (14 critiques)
    15% (6 critiques)
    10% (4 critiques)
    Votre avis sur Cam ?

    39 critiques spectateurs

    JocaPostarious
    JocaPostarious

    Suivre son activité

    4,0
    Encore une fois le symbolisme ambitieux, naïf et juvénile d'un premier film se fait mortellement écraser par l'implacable vérité des spectateurs : "mais c'est qui le méchant ? c'est pas clair.." Car notre monde à la manière d'une balance doit être équilibré. Avec d'un côté les méchants et de l'autre les gentils, deux camps qui luttent sans mercis depuis la nuit des temps. Mais les cams girls, elles sont dans quel camp ? C'est à cette question essentielle que le film ne tente absolument pas de répondre et on le remercie pour ça. Pourtant beaucoup de monde reproche au film d'exposer un univers de le bouleverser et de ne rien expliquer ensuite. Et c'est bien là son erreur : pas assez prétentieux (talentueux?) pour se lancer dans une mise en scène onirique à la Winding Refn, (pourtant il y avait de quoi avec tous ces néons et ses paillettes...) Daniel Goldhaber nous livre un film qui ressemble à un slasher ordinaire : "it's a trap". Musique oppressante, jolies filles jouant avec la mort et défiant les bonnes moeurs tout y est. Ne devraient donc t-elles pas être punies pour leurs péchés ? C'est pourtant ce qu'un puritanisme hollywoodien m'a appris.. Et c'est justement en jouant avec ces codes que le film tombe juste. Car il ne condamne pas ces jeunes filles, au contraire, il leur donne du corps. Il met en scène cette superficialité cachant un quotidien triste et solitaire. Et c'est en ça que le scénario est intéressant en se retrouvant dépossédé de son compte Alice (ou Lola devant la caméra) devient à son tour spectatrice. Nous permettant alors de découvrir les deux côtés de ce monde. On vois ici le paradoxe de ces filles travailleuses du sexe qui ne le pratiquent jamais. On nous montre l'argent comme outil de contrôle mais aussi comme symbole de frustration. On y découvre enfin l'ambition d'exister dans un monde d'anonymes. spoiler: En effet après une expérience traumatisante la poussant jusqu'à pour la première fois simuler devant l'écran, Alice se dissocie de Lola. Le film laisse penser que cela vient d'un individu extérieur pourtant plusieurs indices nous prouvent le contraire : - Alice ne connaît pas de problème d'argent suite à "l'échange" de compte malgré ses nombreuses dépenses. De plus elle s'inquiète uniquement pour son image et du fait que Lola (qui simule donc) s'en sorte mieux qu'elle. - La seule fois où quelqu'un (sa mère) comprend que cette dissociation est psychologique c'est aussi la seule fois où Lola n'est pas "online" - Chaque fois que Lola se connecte, Alice est seule. La fois dans les toilettes montre de plus qu'Alice utilise donc bien la technique des "archives" d'anciennes sessions pour booster ses chiffres. - La fin du film a pour but de montrer qu'Alice veut tuer Lola et ne pas finir comme Hannah Darin (Baby) qui a entièrement laissé son personnage contrôler sa vie. - Elle recommence pourtant mais cette fois sous la garde de sa mère, Alice à l'air plus sage : elle se maquille, porte une perruque pour être anonyme, se film dans l'arrière-boutique et non chez elle. Bref elle pratique enfin cela comme un métier qu'elle dissocie du reste de sa vie. C'est justement avec ce scénario jouant faussement au slasher que le film réussit à être pertinent, il se moque de nos pulsions perverses de châtiment pour nous laisser face à l'implacable réalité de la vie. Un peu comme une branlette...
    Frederic S
    Frederic S

    Suivre son activité 585 abonnés Lire ses 229 critiques

    3,0
    Pertinent, fascinant dans sa montée en puissance mais hélas inabouti, ce premier film de Daniel Goldhaber est une des rares (co)productions Blumhouse à sortir des sentiers battus par son univers et sa propension à s'amuser avec toutes les ramifications que son passionnant sujet lui offre. C'est bien simple, imaginez un épisode de "Black Mirror" sur le monde glauque des cam-girls, ces filles qui, pour gagner leurs vies, accédent via webcam aux demandes tordues d'inconnus sur le net, et vous aurez une idée assez proche de ce à quoi "Cam" peut ressembler. Alice aka Lola sur son profil en ligne est une cam-girl ne vivant que pour grimper les échelons du top des filles du site dont elle fait partie. Elle est sur le point d'atteindre le classement des cinquante les plus en vue mais, pour se faire remarquer et attirer de nouveaux internautes, elle cède de plus en plus à des demandes extrêmes. Un jour, après en être venue à un numéro pouvant la mettre potentiellement en danger juste pour augmenter son nombre de vues, il lui devient impossible de se connecter à son profil. Pire, elle remarque qu'elle est déjà en ligne et qu'une femme lui ressemblant trait pour trait est en train de faire ses shows à sa place... La scène d'introduction, remarquable, résume à elle seule l'engrenage dans lequel son héroïne est prisonnière. Dans le brouhaha exponentiel de ses fans exultant en commentaires et sa montée dans le classement des cam-girls de sa plateforme, Alice en arrive à accepter toutes les demandes, obsédée par le simple fait d'amplifier sa renommée dans le milieu. Évidemment, lorsque la pire survient et qu'elle s'exécute, on devine une astuce derrière mais, en tant que spectateur, on ne s'en étonne pas et c'est sans doute ça le plus terrible, le sourire inconscient de l'héroïne sur ce qu'elle vient de mettre en scène nous renvoyant au fait que le plus intolérable puisse se monnayer aujourd'hui sans que cela nous fasse sourciller outre mesure... Complètement enfermée dans son univers virtuel (la chambre de ses shows, sorte de "Pays des Merveilles" en dehors du monde extérieur, est la seule pièce réellement aménagée de sa maison), Alice n'est presque plus que Lola, ce fantasme créé par ses "fans" et allant toujours plus loin afin de devenir la numéro une de son site. Quand plusieurs incidents mettent à mal son ascension dans le classement et qu'elle en vient à courir de vrais risques, c'est à ce moment que le film dévoile son intrigue de double virtuel, parfaite métaphore de l'inconscient fissuré de la jeune femme entre son moi réel et sa personnalité renvoyée par les écrans. Par cette thématique, "Cam" parle bien entendu à tous les utilisateurs des réseaux sociaux se créant une forme d'identité idéalisée pour plaire à autrui et on ne peut qu'imaginer le cauchemar que serait de voir cette dernière remplacer l'être dont elle est issue et devenir populaire au point d'effacer son hôte d'origine. Ce cauchemar est bel et bien réel pour Alice qui voit Lola, son identité fantasmée, s'échapper d'elle et ravir tous ses fans grâce de nouveaux shows. En plus de ce choc qui l'expulse de fait de sa vie virtuelle, Alice doit affronter un monde réel qu'elle a trop longtemps ignoré à travers les conséquences de ses choix sur sa famille et sa rencontre avec deux "fans" représentant les pires extrémités de l'anonymat d'Internet (un jeune stalker introverti et un homme bien trop affable pour être honnête), c'est d'ailleurs dans son enquête sur le phénomène dont elle est victime qu'elle dévoilera les ombres de la personnalité de ces deux derniers. Gros point faible de "Cam" qui l'empêche de n'être autre chose qu'une petite bonne surprise, la quête de vérité d'Alice pour simplement comprendre ce qui lui arrive oscille constamment entre le rationnel et le fantastique en enchaînant plusieurs fausses pistes que l'on sait d'avance obsolètes vu que l'ensemble préfère en permanence privilégier une réflexion métaphorique. Bien sûr, celles-ci sont avant tout là pour explorer les facettes les plus sombres qui gravitent autour de ce type de personnalité virtuelle en la confrontant au monde réel mais, sur le plan de l'intrigue, les directions qu'elles induisent ne font que gagner du temps vers une conclusion qui ne sera forcément pas satisfaisante en termes d'explications rationnelles. Et, sans trop en dire, ce sera bien le cas, l'acte final poussera la confrontation schizophrénique entre Alice et Lola jusque dans ses derniers retranchements avec une très chouette idée de mise en scène à la clé. En alliant nouvelles technologies et plus bas instincts humains dans une critique de notre rapport au virtuel au sein de l'univers méconnu des cam-girls, "Cam" touche au plus juste avec son discours métaphorique dont la pertinence ne se dément jamais mais il échoue quelque part à le rendre crédible en tant que simple intrigue en suggérant en permanence des explications qui resteront à l'état de bribes. On a comme l'impression d'être face à un bon épisode de "Black Mirror" dont la fin n'a été pensée que sur la base de la piste de réflexion qu'elle offrait. C'est un petit peu dommage mais, en même temps, pour une fois qu'une (co)production Blumhouse a de l'intelligence à revendre, ne boudons pas notre plaisir ! D'autant plus que la mise en scène et l'écriture du duo Daniel Goldhaber/Isa Mazzei tient on ne peut plus la route et que Madeline Brewer est franchement excellente dans un rôle principal omniprésent. À découvrir.
    Freddy D
    Freddy D

    Suivre son activité 1 abonné

    0,5
    Vraiment raté. Le scénario est pitoyable et d'une bêtise jamais encore vu jusque là pour un produit Netflix. Le jeu d'acteur est encore passable mais les idées que le film véhicule sont abjectes. Le sujet et même le scénario auraient pu être intéressant si le traitement fait n'en était pas aussi naïf et stupide. Affligé.
    Patedefoie
    Patedefoie

    Suivre son activité

    0,5
    Intriguant....Il n'y a que le titre qui est intriguant! L'histoire est assez accrocheuse, on aimerait savoir ce qu'il se passe, mais comme beaucoup de film Netflix, c'est la grande mode, il ne se passe rien. Aucune révélation sur la trame, on nous tiens en haleine pendant 1h30 pour absolument rien au final, de la poussière et de la fumée. Je ne le conseille à personne, sauf si vous voulez perdre 1h30 de votre soirée.
    JP T
    JP T

    Suivre son activité

    4,0
    Le film passe relativement bien, et la fin peut laisser perplexe pour certains. Pour ma part le dénouement, que j'ai vu venir uniquement sur l'une des dernières scènes, même si l'idée m'a effleurée durant le film en cherchant des explications, est très novateur et en avance sur son temps. spoiler: Il s'agirait pour moi d'une IA (deep learning), qui plagie le compte de l'héroïne après l'avoir piraté (peut être même une attaque venant du site hébergeur). Intéressez vous au capacité des IA actuelle en terme de création d'images (vidéos), c'est impressionnant. C'est quand l'image saute pour se réactualiser, au moment ou elle se pète le nez, que j'ai vraiment compris.Il y a aussi le manque de réparti de son double numérique qui est aussi un indice. spoiler:
    Romano D.
    Romano D.

    Suivre son activité 1 abonné

    4,0
    Je pense que c'est un bon film. Le scénario est complexe. Les critiques négatives montrent cependant qu'il y a un souci : la forme laisse trop penser à un film réaliste alors qu'il y a un sous-texte fort, une seconde lecture fortement symbolique, mais que les auteurs ne l'ont pas rendu assez évident. Si l'on veut que le message passe, c'est une erreur. Si l'on veut que le film devienne culte dans quelques années, c'est bien essayé mais ça risque de passé au travers parce qu'il touche à des envies profondes pour un public qui souhaite des évidences et non des réflexions. C'est donc selon moi un défaut de lecture du public et, du coup, un défaut de format. Je m'explique. Beaucoup de critiques mettent en avant la volonté des auteurs de dénoncer les dangers d'Internet et les risques du vol d'identité. C'est, selon moi, un non-sens. Les scénaristes nous amènent sur cette piste-là puisque c'est une peur qui est brandit de partout avec pour résultat des effets d’annonce autour des contrôles de données. On n'entend presque plus que cette peur dans les débats autour d'Internet et elle absorbe les attentions. C'est un peur omniprésente alors que (relativement) peu de gens (comparé nombre d'utilisateurs) sont victimes de ce délit. C'est une peur évidente, celle qui met la puce à l'oreille, qui accroche le spectateur. Or, ce que le film tente de mettre en avant, selon moi, (et non pas de dénoncer, puisque l'héroïne finit par y retourner mais en ayant appris de son expérience au passage), c'est plutôt les dangers face à la dépersonnalisation et à ce que les "médias" sociaux font à notre image et la perception que les autres et nous-même avons de cette image. Il questionne comment cette image "médiatisée" nous permet de nous situer dans une société et comment ces médiations opèrent un impact de le "réel" relationnel. Le fait d'utiliser le mot "réseaux sociaux" plutôt que médias fait croire à une simple structure neutre alors que le média implique en réalité une transformation de l'information transmise. On croit transmettre une information réelle mais elle est médiée, modifiée, transformée, nous dépasse nous et nous absorbe parfois. C'est cette réalité-là que les auteurs souhaitent mettre en avant. Une réalité qui n'est pas la peur évidente et mise sur le débat public (le vol d'identité), qui est latente, invisible, mais face à laquelle on est tous soumis. Tout le monde ne subit pas des effets désastreux mais tous sommes soumis aux effets de ces "médias sociaux". Le problème du film est donc ne pas avoir fait voir à son public que l'accroche n'est qu'une accroche et que la finalité est sous-jacente, que ce n'est pas un film qui s'encre dans un format réaliste mais métaphorique. Je ne pense pas que qui que ce soit vole l'identité de l'héroïne (bien incarnée au demeurant). Ou peut-être est-ce les deux ? Je vous encourage à relire la critique de JocaPostarious qui est éclairante, même si la démonstration est parfois basée sur des approximations. Ce que je trouve intéressant c'est que l'on peut facilement taguer cette vision que je développe comme encore très négative sur l'activité de cette fille. On remarque que la mère ne juge pas sa fille, qui pourtant n'assume pas ce qu'elle fait. Elle va même jusqu'à voir en la démarche de sa fille une volonté d'émancipation. Elle la voit plus sûre d'elle. D'autres éléments tante de nuancer le jugement du spectateur sur l'activité de l'héroïne, mettant en avant qu'elle organise la fête d'anniversaire de son frère, lui offre des cadeaux, et est même totalement indépendante. Alors que son frère ira jusqu'à renier sa sœur au moment où la situation est la plus désastreuse pour elle qui est exclue de la communauté de la ville et qui vire (semble-t-il), à la schizophrénie. La scène est d'ailleurs visuellement très évocatrice de la situation : le tag sur la maison, la cuisine dans la pénombre, quelques raies de lumière. Elle questionne énormément donc le rapport à comment le regard porter par la société sur ces activités, les jugements qu'on impose aux individus qui les pratiquent, peut-être bien plus destructeurs que les dangers qui sont mis en avant partout, à savoir le vol d'identité. Cela questionne donc comment on pense se donner à voir dans le société, comment ça nous transforme socialement et les conséquences négatives que la société renvoie à des activités communément admises comme infamantes. Cela a d'autant plus de sens quand un pense aux événements qui ont émaillés l'INDUSTRIE du porno depuis ces quelques années, notamment avec les suicides et les harcèlements (notamment des fans, ce qui renvoie à l'attitude de TinkerBoy dans le film). C'est donc la portée "sociale" du média qui est questionnée de fait. On le revoit encore avec les relations qu'Alice (l'héroïne) entretient avec les filles de son milieu (qui n'est justement pas encore professionnel), encore à mi-chemin entre des rivalités entrepreneuriales et des copinages peu fiables. La recherche de différents niveaux de lectures est d'autant plus pertinente quand on sait que la scénariste Isa Mazzei est une ancienne CamGirl qui a vécu les affres du job et qui se revendique aujourd'hui comme féministe, semble-t-il. Donc, pour revenir à la critique initiale, je dirai qu'il y a un truc à régler au niveau du pacte avec le spectateur, qui n'est pas encore assez bien affiné. Sinon ça reste une satire sociale pertinente, comme j'aime le voir dans un bon film d'horreur (même si je n'ai pas ressenti de frayeur), sur un sujet peu abordé me semble-t-il, surtout sur une média de masse comme Netflix.
    DavY Croquette
    DavY Croquette

    Suivre son activité 9 abonnés Lire ses 400 critiques

    3,0
    L'histoire d'une fille prete a tout pour être la plus vue sur internet, mais qui se reconnaît de moins en moins dans ses actes, jusqu'à devenir une autre personne (littéralement). Elle décide alors de reprendre le controle de se qu'elle reflète. En tout cas c'est ce que j'en ai compris, c'est complètement abstraits. Un film troublant qui fait réfléchir. Je pense que les mauvaises notes ne sont pas mérités mais il manque un truc, meme si l'ambiance est bien là.
    Young T
    Young T

    Suivre son activité

    0,5
    Honteux, le début du film commence bien, puis au final on comprend rien, toute l'intrigue se base sur comment et qui usurpe l'identité de Lola, et puis au final rien du tout, on sait pas trop, on comprend rien 1h30 de ma vie gachée, rendez les moi
    Tayop
    Tayop

    Suivre son activité 21 abonnés Lire ses 449 critiques

    1,5
    Milieu méconnu, scénario original, ce qui rend l'ensemble attrayant et pourtant, le film part tellement de biais dans ses résolutions les plus simples qu'il se perd au point d'oublier sa conclusion.
    Flowcoast
    Flowcoast

    Suivre son activité 25 abonnés Lire ses 747 critiques

    1,5
    Encore une fois, Netflix se voulait avant-gardiste, mais en oubliant d'y offrir une qualité au film. Clairement, Cam est un peu le film thriller assez glauque qui suit les films sur les dangers de Facebook, MSN et tout cela. Sauf qu'évidemment, tous ces films ont été des fours monumentaux. Cam aurait pu relever le niveau mais le hackage d'un compte de sex-cam paraît bien trop faible pour pouvoir tenir plus d'une heure et demie. Le problème principal de ce film, c'est le manque terrible d'intérêt sur toute la durée du film à travers l'absence de réponses (on ne sait pas si elle devient folle ou si c'est vraiment du hacking). Dommage que les relations non-virtuelles ne dépassent pas non plus le cadre des politesses, leurs scènes auraient pu avoir plus d'importance dans ce film, tant le contenu est très médiocre. La scène de fin aurait aussi pu faire remonter le niveau du film, mais c'est plat, sans vie, chronométré et calibré pour rien.
    Thibaud R.
    Thibaud R.

    Suivre son activité

    2,5
    Bilan mitigé après avoir vu ce film. Premièrement pour restituer le contexte : Le film raconte l’histoire d’une « camgirl » qui fait donc des shows pour ses abonnés. Elle se fait un jour voler son compte et va tout mettre en œuvre pour le récupérer. Je n’en dis pas plus après c’est du spoil. J’ai bien aimé le fait que l’on parle de ce métier mis bien souvent à l’écart. De ce point de vue là, le film est assez original et l’histoire est prenante. Le spectateur a bien vite de nombreuses interrogations. L’intrigue du film est donc très bien menée. Du moins au début... L’histoire s’enlise malheureusement assez rapidement. Si à un moment, on a un rebondissement intéressant, il est très vite mis de côté et on retombe dans une histoire abracadabrante. C’est vraiment dommage car il y avait moyen de faire un excellent film. Malheureusement il reste beaucoup trop d’interrogations à la fin du film et on a d’ailleurs bien du mal à digérer « le dénouement » qui est au final très peu crédible et compréhensible... plus aucune nouvelle de certains personnages importants... bref... on reste sur sa faim.
    Jorik V
    Jorik V

    Suivre son activité 549 abonnés Lire ses 74 critiques

    2,5
    Le sujet a le mérite d’être intéressant : investir le milieu des cam girls, ces filles dont le travail est d’exciter les hommes virtuellement à travers leurs webcams. Production Jason Blum oblige, ce premier film prend vite les voies du thriller mâtiné de fantastique quand un double de l’héroïne apparaît. Le résultat est assez déstabilisant, difficile de dire si l’on a aimé ce petit film original à la possible signification métaphorique ou si ce n’est qu’une série B fauchée aux couleurs criardes qui ne sait pas trop où elle va. D’ailleurs, la première demi-heure, amorcée par une première séquence qui met directement dans le bain, est répulsive au possible avec ces bruits d’ordinateur intempestifs, ce décor rose fushia et le show étiré en longueur d’Alice/Lola. C’est même malaisant de voir les extrémités, proches du snuff-movie, vers lesquelles peut tirer cette pratique. On a beau nous prétexter vouloir montrer le travail de ces filles, semble-t-il de manière réaliste (la co-réalisatrice est une ancienne cam girl), un film n’est pas une séance de branlette via webcam. Bref, c’est plutôt déplaisant et on craint le pire pour la suite. Puis, grâce au jeu intense et irréprochable de Madeline Brewer (assez rare dans ce genre de production de seconde zone) et à un rebondissement intrigant, notre attention s’en trouve ressuscitée. En dépit d’une mise en scène et d’un aspect général cheap (le budget est serré et on le ressent) et d’un scénario inabouti, « Cam » parvient à titiller notre curiosité et le final est plutôt intéressant au niveau de la mise en scène. Mais ce qui attire le plus, c’est davantage la possible signification psychologique (et à portée métaphorique) de ce long-métrage qui convoque le problème du dédoublement de personnalité que l’on peut développer à cause des réseaux sociaux. Entre celui ou celle que l’on est vraiment et celui ou celle qu’on laisse paraître sur le Net, quitte à ne plus dissocier les deux. Mais ce n’est pas assez clair et développé (alors que le sujet est passionnant et riche) pour s’en satisfaire pleinement. Et quand le générique arrive, c’est plus un sentiment de frustration qu’autre chose qui nous envahit car le sujet aurait pu être traité de manière bien plus pertinente. Mais il y a de l’idée et une atmosphère minimaliste et poisseuse (voire repoussante au début) qui interpellent malgré une absence totale de frissons. Plus de critiques cinéma sur ma page Facebook Ciné Ma Passion.
    Ladysambina
    Ladysambina

    Suivre son activité 1 abonné Lire ses 3 critiques

    3,5
    Assez particulier ce film je dirais. On démarre comme un épisode à la black mirror, sur les camgirls, et les affres de la course à la popularité au sein du porno virtuel.. la tension monte progressivement, intelligemment selon moi, car on nous perd tout le temps entre le stalker no life amoureux, la compétition entre les girls, puis on part progressivement dans des sphères un peu plus glauques... spoiler: parle-t-on d'intelligence artificielle? De dédoublement de personnalité? Ou plus simplement d'arnaque vicieuse de compte, et d'usurpation d'identité, surtout quand on commence à nous suggérer que certaines des filles toujours en ligne seraient déjà morte depuis un moment... C'est certainement, à l'instar de black mirror, une satire de la société actuelle, et les risques du virtuel... spoiler: le film ne nous donne aucune solution, c'est au spectateur de choisir, et ça peut être frustrant, mais néanmoins intéressant.. . Pour le coup, il y a plusieurs lectures à ce film, et ça vaut le coup d'oeil.
    AM11
    AM11

    Suivre son activité 324 abonnés Lire ses 2 064 critiques

    3,5
    En arrivant après tous ces films dits d'horreur sur l'univers des camgirls sortis il y a un ou deux ans, Daniel Goldhaber se devait de proposer quelque chose d'original et c'est exactement ce qu'il fait. Pour son premier film, le réalisateur nous fait vivre le quotidien de Lola, une camgirl de plus en plus populaire qui va vivre une expérience aussi étrange que traumatisante. Cette dernière va tout simplement se faire voler sa place sans qu'elle ne puisse rien y faire. Et quand je parle de place, c'est la sienne... L'histoire est vraiment intrigante et mystérieuse, ce qui la rend totalement captivante, car on a vraiment envie de savoir ce qui se passe. Avec quelque chose d'aussi étrange, je me demandais comment le réalisateur allait faire pour s'en sortir surtout que l'on sait qu'il se passe quelque chose qui n'est pas rationnel vu le déroulement de l'histoire. Et pour le coup, je trouve que Daniel Goldhaber s'en correctement bien avec son dénouement même si ce n'est pas ce qu'il y a de plus réussi dans le film. Au-delà de ce mystère entourant ce "remplacement", le film parle de beaucoup d'autres choses. Il est logiquement question du milieu des camgirls qui n'est pas facile et pas toujours bienveillant avec une concurrence redoutable et des voyeurs qui peuvent être intrusifs. Des éléments à prendre en compte même si l'argent est gagné facilement. Il est aussi question des dangers d'Internet avec notamment le vol d'identité qui peut faire vivre un cauchemar aux personnes concernées. La scénariste Isa Mazzei s'est inspirée de sa propre expérience d'ancienne camgirl à laquelle elle a ajouté des éléments surnaturels. Son apport au travail de Daniel Goldhaber est évident, car l'univers est bien dépeint tandis que la psychologie de Lola est bien développée. Avec à sa tête une superbe Madeline Brewer qui est très convaincante, "Cam" est un thriller psycho-surnaturel solide et très réussi.
    Victor A.
    Victor A.

    Suivre son activité Lire ses 5 critiques

    2,5
    C’est bien joué, très bien realisé, mais c’est quoi cette fin ? Un scénario qui commençait très bien qui retombe d’un coup. Aucune explication sur l’usurpation qui semble surnaturel vu qu’il est totalement impossible d’usurper une personne de cette façon.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top