Mon AlloCiné
  • Mes amis
  • Mes cinémas
  • Speednoter
  • Ma Collection
  • Mon compte
  • Jeux
  • Forum
  • Déconnexion
Ray & Liz
Note moyenne
3,4
19 titres de presse
  • Cahiers du Cinéma
  • Sud Ouest
  • Transfuge
  • aVoir-aLire.com
  • CNews
  • Le Figaro
  • Le Monde
  • Les Fiches du Cinéma
  • L'Express
  • L'Humanité
  • Libération
  • Positif
  • Télérama
  • Les Inrockuptibles
  • Critikat.com
  • Le Journal du Dimanche
  • Le Nouvel Observateur
  • Première
  • Première

Chaque magazine ou journal ayant son propre système de notation, toutes les notes attribuées sont remises au barême de AlloCiné, de 1 à 5 étoiles. Retrouvez plus d'infos sur notre page Revue de presse pour en savoir plus.

19 critiques presse

Cahiers du Cinéma

par Vincent Malausa

Il suffit d’une chanson grésillant dans un transistor reprise en murmures par le vieil alcoolique pour déchirer ce rideau naturaliste et rappeler, tout au bout de cette rengaine d’existences mortes nées, que Ray et Liz est aussi et surtout, peut-être, un grand film d’amour fou.

Sud Ouest

par Sophie Avon

La sobriété de la mise en scène appliquée à un environnement aussi âpre n’empêche pas la sophistication de l’ensemble. Magnifique.

Transfuge

par Louis-David Texier

Les personnages sont scrutés par la caméra, l'écriture est ciselée, le cadrage précis, les décors très travaillés, et le film est porté par des intentions et un phrasé digne des romans de Witold Gombrowicz.

aVoir-aLire.com

par Julien Dugois

Une peinture grinçante du prolétariat sous l’ère Thatcher, par le photographe Richard Billingham, qui déborde de tendresse pour la classe sociale de son enfance, et qui parvient de ce fait à nous nous interroger sur notre propre relation au passé et à la famille.

La critique complète est disponible sur le site aVoir-aLire.com

CNews

par La rédaction

Ce premier long-métrage, aussi fort et puissant que les clichés de l’artiste, se décline en trois souvenirs et en trois époques distinctes.

Le Figaro

par Marie-Noëlle Tranchant

Seul le cinéma britannique a cette touche strictement «matter of fact», pour restituer le monde des prolétaires. Il ne quête ni approbation ni réprobation, recense avec une honnêteté sans coquetterie comme sans apitoiement les moindres détails de ce paysage familial. Belle ambition d’artiste, justement accomplie.

Le Monde

par Mathieu Macheret

En ne dissimulant rien des errements de ses parents, Billingham pose sur eux un regard paradoxal, à la fois tendre et cruel, aimant et impitoyable, qui lui permet d’approcher l’âpreté même de l’indigence sociale, sans avoir à verser dans les écueils répandus du misérabilisme ou de l’édulcoration.

La critique complète est disponible sur le site Le Monde

Les Fiches du Cinéma

par Clément Deleschaud

Instantanés d’une enfance dans le chaos des années Thatcher, "Ray & Liz"est un portfolio déglingué et formidablement émouvant d’un outre-monde qui se passe bien des sentiments, d’une zone grise du monde trop longtemps refoulée et expulsée par son réalisateur.

La critique complète est disponible sur le site Les Fiches du Cinéma

L'Express

par Christophe Carrière

Le parti pris esthétique, avec ses cadres soignés dans un format carré et une lumière blafarde, frise le maniérisme et peut finir par lasser, mais le propos et l'interprétation accrochent et interpellent. Comme toute oeuvre singulière.

L'Humanité

par Vincent Ostria

Si cela rappelle Mike Leigh, dans le fond on trouve aussi des correspondances souterraines entre ce tableau sans pitié de l’Angleterre nue et la poétique trilogie de Bill Douglas.

Libération

par Camille Nevers

Billingham aime ses personnages indignes, ce qui sauve son film. Comme un bouquet, il fait une composition affreuse, belle et méchante de corps, de boutures et de bêtise : greffon humain, floral, animal, amalgame curieux, bestiaire naturaliste.

La critique complète est disponible sur le site Libération

Positif

par Yannick Lemarié

Loin d'être voyeuriste ou misérabiliste, le film montre un lumpenprolétariat qui vit malgré tout, et pour lequel la solidarité n'est pas un vain mot.

Télérama

par Cécile Mury

Ni colère, ni empathie, ni le moindre autre affect apparent. Juste un regard singulier, unique, une chronique de l’abandon.

La critique complète est disponible sur le site Télérama

Les Inrockuptibles

par Ludovic Béot

Les Billingham sont représentés dans toute leur âpreté, sans pour autant que leur soit confisquée une douceur cachée.

La critique complète est disponible sur le site Les Inrockuptibles

Critikat.com

par Audrey Planchet

Billingham tombe régulièrement dans le piège de l’illustration en faisant de son passé un objet de fétichisme.

La critique complète est disponible sur le site Critikat.com

Le Journal du Dimanche

par Alexis Campion

Les images sont prégnantes mais le récit réduit à une suite d’anecdotes contemplatives.

Le Nouvel Observateur

par François Forestier

La démarche est louable. Mais « Ray & Liz » ressemble à une purge.

La critique complète est disponible sur le site Le Nouvel Observateur

Première

par Sophie Benamon

Des séquences de vie de famille aussi déprimantes que grotesques.

Première

par Thomas Baurez

Billingham scrute les détails de la vie de ses géniteurs à la manière d’un entomologiste. Mais sa façon de nous donner à voir ainsi ce couple si malsain s’enfoncer dans son malheur nous enferme dans une pénible position de voyeur.

La critique complète est disponible sur le site Première
Les meilleurs films de tous les temps
  • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
  • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
Back to Top