Mon AlloCiné
  • Mes amis
  • Mes cinémas
  • Speednoter
  • Ma Collection
  • Mon compte
  • Jeux
  • Forum
  • Déconnexion
L'Homme qui a surpris tout le monde
Note moyenne
3,3
11 titres de presse
  • Culturopoing.com
  • Le Dauphiné Libéré
  • Les Fiches du Cinéma
  • L'Humanité
  • Télérama
  • Cahiers du Cinéma
  • Le Figaro
  • Le Nouvel Observateur
  • Le Monde
  • Les Inrockuptibles
  • Première

Chaque magazine ou journal ayant son propre système de notation, toutes les notes attribuées sont remises au barême de AlloCiné, de 1 à 5 étoiles. Retrouvez plus d'infos sur notre page Revue de presse pour en savoir plus.

11 critiques presse

Culturopoing.com

par Eugénie Zvonkine

C’est bien cette ambiguïté qui fait toute la richesse du film : le héros ne défend pas une cause, ne porte pas d’étendard, il se présente comme une incarnation de l’altérité, simplement, et en tant que tel, de la fragilité.

La critique complète est disponible sur le site Culturopoing.com

Le Dauphiné Libéré

par Jean Serroy

Le portrait qui est fait alors d’un pays, la Russie de Poutine, où la virilité a quasiment valeur iconique, apparaît d’une crudité et d’une cruauté d’autant plus fortement ressentie que, dans son rôle de victime assumée, Egor reste totalement muet et passif devant les réactions qu’il déchaîne.

Les Fiches du Cinéma

par Marine Quinchon

Avec ce conte cruel, variation slave contemporaine autour du vilain petit canard parfaitement mise en scène et incarnée, le duo de réalisateurs part de l’intime pour dire la Russie d’aujourd’hui. Une belle surprise.

La critique complète est disponible sur le site Les Fiches du Cinéma

L'Humanité

par Dominique Widemann

Une fable cruelle et morale porte avec réalisme les violences de l’homophobie dans la taïga d’aujourd’hui.

La critique complète est disponible sur le site L'Humanité

Télérama

par Anne Dessuant

Un conte sensuel et violent.

La critique complète est disponible sur le site Télérama

Cahiers du Cinéma

par Eugénie Zvonkine

Le film mêle adroitement la chronique sociale  et le conte fabuleux un peu effrayant à travers la forêt sibérienne.

Le Figaro

par La Rédaction

Le film de Natalya Merkulova et Aleksey Chupov est à la fois une grande histoire d'amour, une critique virulente de l'intolérance et une fable mystique sur le désespoir et le salut.

La critique complète est disponible sur le site Le Figaro

Le Nouvel Observateur

par François Forestier

Curieux film, tout en gris et en bistre, qui demande au spectateur de s'abandonner et de se laisser porter.

La critique complète est disponible sur le site Le Nouvel Observateur

Le Monde

par Mathieu Macheret

Merkulova et Chupov, couple à la ville et derrière la caméra, empruntent les détours de la fable sociale et du folklore sibérien pour mieux brouiller les contours du masculin et du féminin, bravant ainsi l’interdiction législative de la « propagande homosexuelle » qui pèse sur le cinéma russe. On regrette que leur style grisâtre ait tendance à contenir plutôt qu’à déchaîner l’audace de cette métamorphose.

Les Inrockuptibles

par Marilou Duponchel

Cette transformation, qui devait être une arme de révolte contre la mort […] finit par se retourner contre son personnage […]. Constat amer ou maladresse ?

La critique complète est disponible sur le site Les Inrockuptibles

Première

par Christophe Narbonne

Mélange de folklore local et de commentaire politique sur la situation des marginaux en Russie, ce deuxième film d’un couple de cinéastes évoque en sourdine le cinéma codifié et secrètement explosif d’un Sergei Loznitsa. Il n’en a cependant pas l’ampleur dramatique ni onirique.

La critique complète est disponible sur le site Première
Les meilleurs films de tous les temps
  • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
  • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
Back to Top