Mon AlloCiné
  • Mes amis
  • Mes cinémas
  • Speednoter
  • Ma Collection
  • Mon compte
  • Jeux
  • Forum
  • Déconnexion
Un havre de paix
note moyenne
3,7
58 notes dont 15 critiques
47% (7 critiques)
27% (4 critiques)
20% (3 critiques)
7% (1 critique)
0% (0 critique)
0% (0 critique)
Votre avis sur Un havre de paix ?

15 critiques spectateurs

Cinéphiles 44
Cinéphiles 44

Suivre son activité 165 abonnés Lire ses 2 651 critiques

3,5
En Israël, trois frères se retrouvent pour enterrer leur père dans le kibboutz de leur enfance. Le calme y règne puisque les anciens ont coupé les alarmes afin de dormir tranquille. Avishaï est le plus jeune et doit partir à la frontière libanaise dans deux jours où un nouveau conflit vient d’éclater. Itaï souhaite l’endurcir, tandis que Yoav veut l’empêcher de partir. Entre humour et mélodrame, « Un havre de paix » met en image le poids du devoir qui pèse chaque jour sur ces jeunes soldats qui obéissent à une tradition depuis des générations. Mais la guerre ne laisse jamais indemne et comme Yoav, certains ont perdu toute l’innocence de leur enfance. Itaï semble avoir moins de recul. Armé en permanence, il ne semble pas avoir encore avoué que la guerre lui a également laissé un trouble post-traumatique. Le metteur en scène qui joue également le rôle d’Itaï réalise un film autobiographique saisissant sur les angoisses du conflit. D'autres critiques sur notre page Facebook : Cinéphiles 44 et notre site cinephiles44.com
velocio
velocio

Suivre son activité 307 abonnés Lire ses 2 127 critiques

3,5
Né en 1981 dans un kibboutz du nord de l’état d’Israël, Yona Rozenkier a étudié le cinéma à l’université de Tel Aviv. Il s’est d’abord fait connaître par la réalisation de courts-métrages et les récompenses qu’il a glanées dans de nombreux festivals. Un de ses court-métrages, "Raz and Raja", faisait partie du projet Water, un programme de court-métrages réalisés dans le cadre d’une coopération israélo-palestinienne destinée à repenser les relations entre les deux pays. "Un havre de paix", son premier long-métrage, a été primé aux festivals de Locarno et Jérusalem et a obtenu le Prix du public au Festival nantais des Trois Continents. Malgré la situation israélienne qui, petit à petit, voit disparaître le camp de la paix du paysage politique, le cinéma de ce pays continue d’y représenter un des derniers îlots de courage et de dignité. Pour combien de temps encore ? En racontant des événements d’un passé déjà lointain, Yona Rozenkier montre de façon subtile comment cette situation de guerre quasi permanente que connait ce pays depuis sa création induit un effet délétère chez ses habitants et tout particulièrement chez les hommes chez qui, souvent, s’exacerbe le culte de la virilité.
Jean S
Jean S

Suivre son activité Lire ses 2 critiques

4,0
Ne laisse pas indifférent. La famille d’acteurs est impressionnante. La complexité de l’être juif dans un environnement laïc est Bien retranscrite avec des personnages humains et réels. Une équipe d’acteurs à suivre donc pour moi.
Lotus rose
Lotus rose

Suivre son activité Lire sa critique

5,0
Un premier long-métrage poignant ! Une réalisation et des images magnifiques avec des acteurs excellents qui laissent présager de nouveaux projets qu'on a hâte de découvrir !
AZZZO
AZZZO

Suivre son activité 67 abonnés Lire ses 268 critiques

4,0
A l'occasion de l'enterrement (des restes) de leur père, trois frères se retrouvent. L'un assume son devoir guerrier, l'autre le fuit et les atermoiements du dernier servent de prétexte à leur règlement de compte. C'est une façon intelligente de montrer que la guerre est Israël n'est pas qu'une histoire de gouvernement, elle est également présente dans le quotidien de chaque famille. Yona Rozenkier explique - sans excuser - qu'il est difficile pour ce havre de paix de sortir de cette violence dans laquelle il a grandi et qui fait désormais partie de son adn. Réaliste, intimiste et efficace.
islander29
islander29

Suivre son activité 274 abonnés Lire ses 1 776 critiques

4,0
j'ai vraiment aimé ce film….Ce déchirement entre trois frères, dont le plus jeune doit partir à la guerre ….dans la maison du père, se posent mille questions sur le devoir, le destin….la mère est là bienveillante…Qui aura le dernier mot ? Tel est l'enjeu de ce film, à la fois moraliste et humaniste….Et pourtant l'ambiance n'est pas lourde dans le kippoutz;..La chaleur réchauffe les tempéraments, les virilités qui s'exacerbent…..Voir la séance de Paint Ball, reconstitution en famille d'une guerre que l'on devine nécessaire….Ce qui se dessine surtout dans le film, c'est le questionnement sur la guerre, et surtout le combat des générations entre la mémoire du père, et l'histoire nouvelle que doivent écrire ses trois fils...c'est l'enjeu d'un film, chaleureusement filmé (paysages sous le soleil, soirées douces) et qui avec un formalisme réaliste, nous raconte une histoire peu ordinaire, et dont l'émotion vous gagne au film parce qu'elle est vraie et inscrite dans l'histoire d'aujourd'hui…. Malgré une "certaine fatigue", j'ai vibré pour ce film chaleureux, qui a un discours émotionnel proche des "citronniers" (Riklis) ….Je conseille….
laterreestbleue
laterreestbleue

Suivre son activité 1 abonné Lire ses 10 critiques

4,0
Premier film vraiment intéressant : découverte d'un auteur qui a un talent de metteur en scène certain, angle original sur la permanence de la guerre, ouverte ou latente, en Israël, de l'état d'alerte que cela suscite, humour (noir) sur cette situation, énergie...A aller voir !
Suzyschiff
Suzyschiff

Suivre son activité Lire sa critique

5,0
FIlm émouvant et juste qui rend compte magnifiquement du désarroi des jeunes Israëliens confrontés à la dure réalité du service militaire en période de conflit. Drôle, dur parfois mais surtout tendre, ce film relate les retrouvailles de trois frères à l'occasion de l'inhumation de leur père dans leur kibboutz natal.
yekhiam
yekhiam

Suivre son activité Lire sa critique

5,0
Un film personnel mais qui va au delà pour aborder une problématique peu traitée dans le cinéma israélien : le prix que la jeunesse doit payer du fait du conflit israélo-palestinien qui se prolonge. Le film est symboliquement violent mais regorge d'humour et d'amour. A voir
Cactus
Cactus

Suivre son activité Lire sa critique

5,0
Excellent ! Une fresque familiale originale et émouvante dans une région où les tensions nationales font écho aux tensions humaines. Beaucoup d'humour et de subtilité, de sourires et de larmes. Un premier long métrage épatant et des acteurs, frères dans la vie comme à l'écran, qui nous scotchent littéralement.
KarimParis20
KarimParis20

Suivre son activité Lire sa critique

5,0
Très beau film sur un sujet aussi complexe et passionnant. Un cadre intéressant, un scénario bien ficelé, une très belle photo et surtout un excellent casting, avec une fratrie aussi bien à la vie qu'à l'écran. A voir absolument pour mieux comprendre la région et, plus globalement, les effets de la guerre sur les hommes et femmes de toute génération.
Dvorabee
Dvorabee

Suivre son activité Lire sa critique

5,0
Un chef d'oeuvre à voir absolument. Un film émouvant, subtil, poignant et des acteurs qui crèvent l'écran. Gros coup de cœur de cette année
Esther R
Esther R

Suivre son activité Lire sa critique

5,0
Couleur, émotion, violence, amour, rire. On n'en sort pas tout à fait indemne. Magnifique expérience cinématographique.
Cinémaradio
Cinémaradio

Suivre son activité Lire sa critique

3,5
Histoire sur la famille, le devoir, les choix que l’on fait ou que l’on doit faire, UN HAVRE DE PAIX est le premier film de YONA ROZENKIER, et s’articule autour de la réunion de trois frères dans le kibboutz de leur enfance auprès de leur mère à l’occasion de l’enterrement de leur père, le tout sous la menace d’une nouvelle guerre et de sa cohorte d’obligations. La sensation de culpabilité est une notion omniprésente dans ce film. Que ce soit au sein des interactions qui régissent les relations des trois frères, ou que ce soit dans le regard des autres, les habitants du Kibboutz notamment. Le film semble construit sur un état de fait, la réalité d’une occupation (les territoires occupés), la réalité d’une menace (les alertes et les bombes) ; et celle plus insidieuse d’une forme de rejet. On sent - est-ce là un point important que souhaitait souligner le réalisateur - qu’il existe de facto deux populations, celle des villes, Tel-Aviv où réside le second frère qui fait l’objet d’une opprobe évidente ; et celle des villages, des kibboutz, où résident les deux autres frères, dont l’ainé quasiment va-t’en-guerre et le cadet qui lui doit être déployé pour la première fois dans quelques jours ! Suivant le second enterrement du père - il avait donné son corps à la science et après un an il est rendu à sa famille et enterré - nous assistons au retour du second frère, dans ce milieu étrange et nihiliste. Car c’est ici qu’il faut bien introduire cette parenthèse ; qu’est-ce qui peut justifier de faire vivre des populations dans des endroits aussi dangereux, dans ce qui n’a de village que le nom ? Il faut d’ailleurs souligner le fait que la plupart des habitants sont armés en permanence. Et donc, de petite brimade en termes plus appuyés (et assez violent dans le langage), s’installe ce retour temporaire au kibboutz, ces tentatives afin de dissuader le plus jeune frère d’aller se battre. En partie autobiographique, les trois frères se trouvent être également les acteurs principaux, ce film montre un quotidien aussi étonnant et portant de façon indélébile les stigmates de ces traumatismes et de ces doutes - comme le souligne lui même le réalisateur - et de ce qui est devenu une vie, différente et à la limite malsaine comme certaines scènes peuvent le montrer. Car entre une mère esseulée et victime de cette permanente tension guerrière et machiste, entre des frères qui s’ignorent, se retrouvent parfois, et surtout ne se comprennent pas - nous sommes invités à porter un regard souvent surpris, parfois complaisant, mais aussi intrigué et étonné en voyant des personnes, accepter ces risques, vivre dans cet environnement perpétuellement dangereux ! L’une des forces du film est de ne jamais montrer la guerre, à peine quelques bruits, quelques plans séquences des frères courant s’abriter lors d’une alerte. Cet effacement de la peur, au profit d’une crainte omniprésente fait passer toute autre considération au second plan. Soulignant ce constat, la caméra passe sur des ruines, des rues défoncées, des maisons qui ne seront jamais terminées, et nous invite même à voir des victimes collatérales de la bêtise humaine, des animaux. Bien sûr - et c’est important de le souligner - il y a ces appels à la vie, des discussions sur la réouverture du centre culturel, des fêtes et des moments de détentes… Oui mais voilà, tout cela n’invite guère à la détente, quand bien même il nous semblerait que tout n’est pas noir. Mais comment cela pourrait il ne pas être sombre, quand après des retrouvailles avec le frère cadet un jeune soldat du kibboutz se fait tuer, quand les deux frères ainés en viennent aux mains, quand chacun porte un poids - le deuil, les regrets, la culpabilité - au delà du supportable ! C’est là que nous sommes pris en tant que témoin ; témoins de ces relations, de la vie où les hommes (le retour du machisme) sont les seuls à décider, témoins des drames et des dommages qu’ont engendrés tous ces conflits. La conséquence est qu’il n’y a pas d’empathie spécifique pour ces personnages, comme s’ils n’étaient victimes (consentantes) que de leur souhait de vivre ici. De nouveau se pose à nous cette question relative à la guerre, aux risques que l’on prend et aux besoins dans un pays comme Israël d’occuper des territoires autrement qu’avec des troupes, afin d’établir des colonies et justifier ainsi une occupation. Ainsi - et subtilement - intervient la politique, menée par des gens vivant loin de ces zones à risques, et obligeant des femmes, des hommes et des enfants à vivre dans un perpétuel état de danger ! Le réalisateur n’a pas souhaité aller vers une dénonciation politique trop tangible, ce n’était pas le sujet de son métrage ; ceci dit chaque phrase, chaque respiration, chaque pensée, renvoie à ces obligations ; celles d’être dans des lieux proches de frontières contestées et particulièrement dangereuses, celles d’obéir à des politiques et des militaires, embourbant jour après jour le pays dans des épreuves qui loin de fortifier le pays, détruit des familles entières, annihile tout ce qui fait une communauté ! Un film pas aussi évident à appréhender qu’on pourrait croire et que l’on peut conseiller à tous ceux qui s’intéressent à ce conflit (omniprésent, même s’il n’est pas visible), ainsi qu’à ce que la guerre peut provoquer chez l’être humain… Finalement quand on y pense, il y a un discours philosophique bien présent relatif au devenir de l’homme et à sa résilience face à la dureté de la vie et les épreuves ! SYLVAIN MENARD pour Cinémaradio : https://www.cinemaradio.net/news/un-havre-de-paix-un-film-engage-de-yona-rozenkier-107?fbclid=IwAR37Qy17YhytMZ2OPEFjEcnoT6bSNJ_bJ0Aq4bIg0kh3tLjJl_snSoZDYzA
traversay1
traversay1

Suivre son activité 485 abonnés Lire ses 3 046 critiques

2,5
Dans une moisson assez abondante de films israéliens, ces temps-ci, Un havre de paix se distingue du lot par son ton qui ne laisse que peu de place à l'absurde et à l'humour (il y en a mais assez peu convaincant) au contraire de la plupart des longs-métrages qu'il nous est donné de voir en provenance d'Israël).Le réalisateur joue lui-même au côté de ses deux frères, pour un portrait d'une fratrie déchirée par des choix divergents. A propos de quoi ? De la guerre, évidemment, puisque le pays, quand il n'est pas engagé dans un conflit est déjà en préparation du suivant tout en soignant les traumatismes du précédent. Rêche et contondant, le premier film de Yona Rozenkier souffre moins de l'aspect statique de son action que d'une mise en scène sans éclat et peut-être surtout d'un manque flagrant de fluidité dans son récit. Le décor symbolique du kibboutz est pourtant le lieu parfait pour discuter de courage, de lâcheté et de masculinité. Certainement qu'un regard féminin (la mère est trop peu présente) aurait donné plus de respiration et de recul au film qui reste assez obsessionnel dans ses préoccupations bien que le propos ait évidemment une portée qui dépasse les frontières du pays. D'autres cinéastes israéliens (Fox et Maoz, par exemple) ont traité des thèmes très voisins avec une profondeur, une acuité et surtout un sens de l'ironie qui font vraiment défaut à Un havre de paix.
Les meilleurs films de tous les temps
  • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
  • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
Back to Top