Mon AlloCiné
  • Mes amis
  • Mes cinémas
  • Speednoter
  • Ma Collection
  • Mon compte
  • Jeux
  • Forum
  • Déconnexion
Zombi Child
note moyenne
2,6
195 notes dont 39 critiques
10% (4 critiques)
15% (6 critiques)
25% (10 critiques)
30% (12 critiques)
10% (4 critiques)
10% (4 critiques)
Votre avis sur Zombi Child ?

39 critiques spectateurs

dominique P.
dominique P.

Suivre son activité 404 abonnés Lire ses 1 928 critiques

2,5
Attention, ce film n'est pas du tout un film de zombies, type gros blockbuster américain. Cela n'a strictement rien à voir. C'est un film français, qui raconte un drame, et en l'occurrence un fait véridique. La mise en scène, la réalisation sont parfaites et les acteurs aussi. Le souci c'est que cette histoire est déroutante et d'un grand ennui. Même si ce film a de l'intérêt, il faut reconnaître que tout le long, on s'ennuie confortablement. Le début ça va, mais assez rapidement on est plongés dans une torpeur tenace.
RENEE D.
RENEE D.

Suivre son activité 2 abonnés Lire ses 40 critiques

1,5
Un film ennuyeux dont on ne comprend pas l'objectif dès le début. Entre l'internat et Haiti, on cherche vaguement le rapport et à la fin, quand il est énoncé, on trouve ça tiré par les cheveux. Donc jamais convainquant. Sur Haiti, on a quelques aperçus de la culture et des croyances mais malheureusement, cela ne nous sert à rien. On aimerait que la film reste là bas, mais on est ramené chaque fois à un internat de jeunes filles. Autre choc culturel toujours aussi vaguement intéressant sauf pour les cours de cette école qui sont passionnants (Enfin le peu qu'on entend) et eux, rationnels.
Sylwish
Sylwish

Suivre son activité 2 abonnés Lire ses 56 critiques

3,0
La bande-annonce avait des faux airs de L'Heure de la sortie (Sébastien Marnier) et de Grave (Julia Ducournau) - une atmoshpère malsaine, des étudiants plus étranges tu meurs, des images très marquantes -, deux films que j'avais grandement apprécié. Mais Bertrand Bonello est un réalisateur difficile à cerner, capable du meilleur (L'Apollonide) comme du pire (Nocturama). Avec Zombi Child, on penche malheureusement du mauvais côté de la balance. Premier point faible : on n'y croit pas. Bonello filme des acteurs léthargiques, qui par souci de "naturalisme" ne jouent quasiment pas, n'articulent pas, ne font aucun effort. Bonello est-il un mauvais directeur d'acteurs ? On est droit de se poser la question car ce n'est pas le premier de ses films où ça joue faux. Le jeu en sous-régime mis à part, la langue elle-même sonne faux : ces étudiantes représentent l'élite, passionnées de littérature, et parlent pourtant un langage adolescent qui ne leur va pas. C'est tellement appuyé que c'en est risible. Les dialogues sont creux, inintéressants, répétitifs. On en vient à se demander si la majorité des scènes ne sont pas le fruit d'improvisations bâtardes. Deuxième point faible : le manque de rythme. Moins chiant que Nocturama, Zombi Child reste un film chiant. C'est long à démarrer, le lien entre les intrigues n'est pas évident à faire... Le montage prête à confusion, les musiques et les effets sonores sont redondants et parfois placés au mauvais endroit, au mauvais moment... Le tout a un arrière-goût d'inachevé. La dernière partie aurait gagné à être approfondie, c'est enfin là que le rythme s'accélère. Ce réalisateur me laissera toujours perplexe : je ne sais si c'est un génie ou gros imposteur. Ses images et ses lumières sont superbes, sa patte est reconnaissable entre mille, mais ce qu'on s'ennuie !
Odile C.
Odile C.

Suivre son activité Lire sa critique

4,5
Bonello s’amuse dans un film de genre aux images magnifiques qui explore la notion d’initiation autour d’adolescentes et d’un homme qui marche dans la nature haïtienne.
Pikachu J
Pikachu J

Suivre son activité Lire sa critique

5,0
Un film incroyable. Les acteurs sont merveilleux, les images sont superbes. Un chef d'oeuvre que je vous conseille vivement !
traversay1
traversay1

Suivre son activité 485 abonnés Lire ses 3 046 critiques

3,5
Le réalisme n'est pas la tasse de thé de Bertrand Bonello même quand il s'agit de de la vie d'une célébrité (Saint Laurent), d'une évocation historique bien définie (L'Appolonide) ou d'un film sur la jeunesse d'aujourd'hui (Nocturama). Zombi Child traite de l'esprit vaudou non via un film de genre, comme l'a fait Tourneur en son temps, mais par deux (voire trois) intrigues distinctes dans le temps et reliées par un fil ténu qui apparait seulement dans ses dernières minutes. C'est presque sans importance, d'ailleurs, car la notion de suspense n'intéresse nullement Bonello qui illustre plusieurs thèmes dans cette matière vivante très travaillée qu'est Zombi Child : la transmission de la culture à travers les générations, les racines africaines et l'histoire douloureuse de Haïti, les relations complexes entre la France et ce pays, etc. La qualité première de Zombi Child est sa capacité à créer un univers et à envoûter le spectateur par son atmosphère. Quant à son défaut majeur, il est d'opacifier ses différents chemins narratifs, se préoccupant parfois en priorité du caractère théorique et même abstrait de son récit. Bien que très différent de ses films précédents, Zombi Child porte pourtant indéniablement la marque de Bonello, son élégance de trait, notamment, mais aussi ce qu'on peut lui reprocher assez souvent ; son refus de susciter une véritable émotion.
Dandure
Dandure

Suivre son activité 98 abonnés Lire ses 135 critiques

2,0
Attention, cet avis contient ce genre spoiler: Bonello, envoûté par l'interprète du personnage de Lola (dont je ne trouve pas le nom et ça m’énerve)? Quand un sorcier de l'image (le réal) s’intéresse au vaudou, ça donne: un film à conseiller à cel.le.s qui auraient envie de voir un type déambuler dans la foret sous un filtre obscurcissant parce que c'est de la magie noire ou qui voudraient découvrir la maison d'éducation de la Légion d'honneur. Pour ce qui est de la culture vaudou haïtienne, son rapport à la mort, aux esprits, aux histoires, aux superstitions et aux rapports humains qui en découlent, faudra repasser. Une intrigue? Oubliez. Le résumé du film couvre les 3/4 du métrage. Reste un final sorti de nul part, débridé et sidérant (vu qu'il ne se passe grand chose avant) qui n'apporte aucune réponse (vu qu'il n'y pas d'intrigue). Toutes les intentions (sur l'héritage ou sur l'appropriation d'une culture inconnue, sur l'esclavage, les rites d'initiation) restent à l'état larvé.
Jaqueline R
Jaqueline R

Suivre son activité Lire ses 10 critiques

5,0
Un film qui envoûte, comme un rite vaudou. Le titre ne doit surtout pas vous arrêter car c'est un véritable film sur l'origine, l'histoire, du zombi, qui est né à Haïti. Le parallèle avec les lycéennes de la légion d'honneur est vraiment intéressant, tant sur la mise en scène que sur les questions historiques qui se posent.
velocio
velocio

Suivre son activité 307 abonnés Lire ses 2 127 critiques

0,5
Avec "Zombi child", présenté à la Quinzaine des Réalisateurs de Cannes 2019, le réalisateur de "L’Apollonide", de "Saint-Laurent" et de "Nocturama" se lance dans le cinéma de genre tout en s’efforçant de le détourner pour parler de Haïti, un pays qu’il portait en lui depuis près de 20 ans, et des méfaits de la colonisation. L’intérêt qu’on trouver à un film peut se présenter sous des formes très variées. Concernant "Zombi child", l’intérêt ne se trouve pas du tout dans le film lui-même : dans ce film comprenant deux volets, il y en a un dans lequel on ne comprend les dialogues que de façon parcellaire avec des interprètes qui marmonnent au lieu d’articuler et un autre dans lequel on ne décèle visuellement pratiquement rien, la plupart des scènes étant nocturnes et mal éclairées (par contre, les dialogues sont compréhensibles : ils sont en créole, ils sont donc sous-titrés). L’intérêt de "Zombi child" se trouve ailleurs : ce film donne envie de fouiller ce que le réalisateur a maladroitement essayé de nous transmettre sur le vaudou et le phénomène des zombis en Haïti, sur les drogues utilisées pour les « fabriquer », sur leur utilisation dans le cadre de la colonisation et du régime dictatorial des Duvalier.
laterreestbleue
laterreestbleue

Suivre son activité 1 abonné Lire ses 10 critiques

3,5
C'est audacieux. Un brin théorique aussi, cette cohabitation et cette résonance entre les jeunes filles de la Légion d’honneur d’aujourd’hui et Haïti et ses zombis...d'accord. C'est aussi plein de cinéma, d'idées, de nouvelles têtes (toutes les jeunes filles sont très bien trouvées, avec des visages et des personnalités particulières), c'est assez drôle sur elles... j'ai été surprise, intéressée, intriguée, j'ai admiré aussi les cadres, la lumière, la beauté plastique du film... C'est déjà drôlement bien non?En tout cas ça vaut le coup de vivre l'expérience.
Myriam Z.
Myriam Z.

Suivre son activité 25 abonnés Lire ses 2 critiques

4,5
Un tour de force cinématographique entre teen movie et film d'horreur. Une mise en scène maîtrisée jusque dans les moindres détails.
jeff06nissa
jeff06nissa

Suivre son activité Lire ses 15 critiques

2,0
Grande déception, le réalisateur de « L’Apollonide, souvenirs d’une maison close », «Nocturama » et «Saint Laurent », revient avec un film traitant plus de voodou que de zombi, ce qui en soi n’est pas mauvais mais, que de longueurs, il aurait dû couper au moins 30 mn, cela serait allègrement mieux passer...
poet75
poet75

Suivre son activité 175 abonnés Lire ses 640 critiques

3,5
Il faut ne pas manquer d’audace pour bâtir un scénario faisant se rencontrer et dialoguer des époques et des lieux qui paraissent aux antipodes les uns des autres et dont on se demande comment ils peuvent avoir des points de jonction. Or Bertrand Bonello réussit plutôt bien ce pari, alternant les plans qui se déroulent à Haïti en 1962 mettant en scène une histoire de vaudou et ceux qui ont lieu de nos jours au sein d’un établissement scolaire d’élite réservé aux filles dont un parent a reçu la Légion d’honneur ou une autre décoration prestigieuse. À Haïti, c’est un homme du nom de Clairvius Narcisse qui se fait envoûter par une poudre disséminée dans ses chaussures. Le maléfice est tel que, revenu d’entre les morts, il se transforme en zombi selon un processus qui est raconté au cours du film. Privé de volonté, l’homme est contraint de rejoindre un groupe de ses semblables, exploités sans vergogne dans les plantations de canne à sucre. En France, au sein de la maison d’éducation de la Légion d’honneur de Saint-Denis, c’est un groupe de quatre pensionnaires qui se détache. Malgré l’uniforme et la discipline de rigueur dans un tel établissement, elles forment une sororité secrète. Rappelant des scènes fameuses des « Disparus de Saint Agil » (1938) de Christian-Jaque, les jeunes filles se réunissent la nuit dans une des salles de la maison. Or Fanny, l’une des quatre pensionnaires de ce groupe, demande l’intégration de Mélissa, une camarade d’origine haïtienne. Après une mise à l’épreuve, celle-ci est acceptée en tant que membre de la sororité. Mais son intégration trouble l’affect des jeunes filles du groupe, en particulier celui de Fanny dont on sait, dès les premières scènes du film, qu’elle est hantée par l’image d’un garçon séduisant (dont on se demande, d’ailleurs, s’il est réel ou s’il est fantasmé). Pendant la majeure partie de ce long-métrage, Bertrand Bonello réussit à rendre totalement convaincants les entrecroisements de l’intrigue. On perçoit sans difficulté les implications historiques des récits, ne serait-ce qu’à cause d’un exposé de Patrick Boucheron qui enseigne l’histoire comme n’étant pas linéaire, mais discontinue, hoquetante, ne laissant émerger la liberté qu’en de rares occasions. Et le zombi de Haïti, lui, apparaît, dans un pays marqué par l’esclavage, comme un archétype de l’homme privé de liberté. Malheureusement, la fin du film fait baisser d’un cran sa qualité. Je ne peux la dévoiler, mais disons que c’est, tout à coup, comme si le réalisateur n’avait pas su imaginer d’autre résolution à l’histoire de Fanny qu’en lorgnant banalement du côté des films d’épouvante de série B. Oublions ce faux pas, car le reste du film vaut bien plus que cette fin bâclée.
Pierre E
Pierre E

Suivre son activité 2 abonnés Lire ses 25 critiques

0,5
Ennuyeux, incompréhensible, très mal joué : je dois dire que je m’étonne de la quasi unanimité des critiques devant ce film mortel a plus d’un titre. A éviter.
Claus
Claus

Suivre son activité Lire ses 5 critiques

5,0
Bonello signe un film envoûtant, explorant les liens fascinants qui unissent deux territoires et deux époques. À voir absolument !
Les meilleurs films de tous les temps
  • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
  • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
Back to Top