Mon AlloCiné
    Au nom de la terre
    note moyenne
    4,0
    1224 notes dont 290 critiques
    34% (98 critiques)
    39% (112 critiques)
    14% (41 critiques)
    6% (16 critiques)
    5% (14 critiques)
    3% (9 critiques)
    Votre avis sur Au nom de la terre ?

    290 critiques spectateurs

    benoitG80
    benoitG80

    Suivre son activité 2408 abonnés Lire ses 644 critiques

    4,5
    Publiée le 30 septembre 2019
    « Au nom de la terre » est avant tout merveilleusement humain ! Ici, on est dans le vrai sans faire de genre ou de faux semblant, et cette famille nous conquit immédiatement par la profondeur de ses échanges et de ses moindres gestes... Si cette histoire nous atteint droit au cœur, c’est sans doute pour cette justesse de sentiments, pour ces regards inquiets, voire paniqués envers ce mari et père de famille fragilisé, pris à son propre piège, celui de voir toujours plus grand et plus loin quitte à prendre des risques inconsidérés pour ses proches. Guillaume Canet est sans doute dans un de ses meilleurs rôles. Il vibre, tremble, s’épuise et continue toujours et toujours, au point de voir le vrai Christian Bergeon, père du réalisateur à qui est dédié ce film, même si le prénom est changé en devenant ce Pierre Jarjeau... L’acteur nous bluffe en effet dans sa descente aux enfers, tandis que Veerle Baetens et Anthony Bajon, sont également merveilleux tous les deux, en interprétant respectivement l’épouse et le fils de Pierre. Que d’émotions, de puissance et de tristesse dans les mots, les regards, ainsi que dans ses étreintes aimantes et douloureuses ! La dimension dramatique monte ainsi en puissance et cette spirale infernale nous happe complètement jusqu’à ce rebondissement final qui nous tétanise terriblement. Cette histoire sous sa forme de témoignage à partir d’une histoire vraie, est ainsi le reflet d’un grand nombre d’agriculteurs éleveurs pris entre le désir de s’agrandir coûte que coute, et celui de réussir mieux que le voisin ! Toujours plus quitte à être totalement dépassé jusqu’à s’enliser complètement ! Cette démonstration est ici parfaitement en place, et on suit donc Pierre dans ses projets risqués avec beaucoup d’émotion et d’intérêt... Ce qui d’ailleurs fonctionne de mieux en mieux, rien que par l’implication de chacun des acteurs qui dirigés d’une main de maître par Edouard Bergeon, en devenant tous extrêmement prenants et même poignants dans leur présence à l’écran ! On est ainsi totalement en osmose avec cette famille à laquelle on reste suspendu, comme à un fil extrêmement fragile qui risque de casser à tout moment ! Un film d’un réalisme incroyable sur le monde paysan et ses ravages, qu’il faut découvrir sans hésiter...
    mostor38
    mostor38

    Suivre son activité 1 abonné Lire sa critique

    5,0
    Publiée le 25 septembre 2019
    «  Au nom de la terre » est à voir pour le fond et aussi pour la forme. Une mise en scène simple au service d’une histoire vraie. Des acteurs et actrices criants de vérité. Une rage et une énergie débordantes de réalité. Guillaume Canet au sommet de son art. Anthony Bajon qui confirme, s’il en était besoin, qu’il est un grand acteur. Veerle Baetens magnifique de sincérité et un Rufus en vieil agriculteur déchiré et déchirant. Un film à voir pour ne pas oublier que dans nos assiettes il y a la sueur et les larmes des gens de la terre.
    Sylvette P
    Sylvette P

    Suivre son activité

    4,0
    Publiée le 25 septembre 2019
    Bouleversant de justesse; De grande utilité publique. Dans la veine du très bon "Petit paysan" avec Swan Arlaud.
    Nico F
    Nico F

    Suivre son activité 51 abonnés Lire ses 293 critiques

    4,5
    Publiée le 27 août 2019
    on en sort pas indemne . Une claque , un coup de poing en pleine tronche. C'est dur , très dur .. mais ça nous montre la réalité de nos concitoyens agriculteurs . A voir absolument . Une interprêtation sans failles.
    jack56500
    jack56500

    Suivre son activité 1 abonné Lire ses 2 critiques

    4,0
    Publiée le 22 septembre 2019
    Un superbe film qui donne à réfléchir ! Dommage que les responsabilités de la FNSEA n'y sont pas abordées car elle continue de prôner ce modèle qui fait toujours autant de ravages.
    lm34980
    lm34980

    Suivre son activité 1 abonné

    5,0
    Publiée le 19 septembre 2019
    Guillaume Canet est exceptionnel dans ce rôle de chef d'exploitation qu'il prend à cœur. Un film qui ne peut laisser indifférent. A voir absolument
    ninilechat
    ninilechat

    Suivre son activité 50 abonnés Lire ses 334 critiques

    3,5
    Publiée le 25 septembre 2019
             Edouard Bergeon a souhaité rendre hommage à son père. Le film se termine d'ailleurs par une séquence vidéo où on peut le voir, heureux, au temps de sa "réussite" (entre beaucoup de guillemets); et par une photo de sa tombe -suicidé à 45 ans après avoir avalé des insecticides: abominable mort, terrible photo. Cependant, il faut dire qu'on ne rentre guère en empathie avec celui qui dans le film s'appelle Pierre Jarjeau.         Il faut espérer que le film ne sera pas vu seulement par ceux qui connaissent le problème de la vie paysanne et de son industrialisation, et par ceux qui pleurent aux vidéos de L214, (car sachez le il y a des séquences insoutenables pour les amis des animaux....), mais trouvera un vaste public.         Film, d'ailleurs, en est ce bien un? On est souvent plus près du reportage.... même s'il y a de bien belles images de lignes d'horizon, avec les doux vallonnements du paysage. Reportage aussi sur une certaine dureté des relations familiales paysannes. Au début du film, je n'en revenais pas de voir Jacques, le patriarche, VENDRE ses terres à son fils (premiers emprunts)! Je ne savais même pas que c'était possible. Alors qu'une donation aurait permis aux anciens de ne plus être imposables.... Bizarre. Le patriarche c'est Rufus (qui ressemble de plus en plus à Bourvil dans ses rôles dramatiques), magnifique. C'est le paysan d'autrefois, taiseux, bosseur, âpre au gain. Mais sensé...Oh, ce patriarche, il n'est pas blanc bleu, lui non plus. Eleveur de moutons parti de rien, il a réussi à constituer un beau domaine à force de travail.... mais aussi à coups de seringues d'antibiotiques.          Quand Pierre revient de l'Ouest américain où il a travaillé dans une énorme exploitation, il a des idées de grandeur plein la tête. Il va faire du chevreau, mais 5000 têtes (nouveaux emprunts). Entassés, là on a déjà mal pour eux quand on les voit jetés sans précaution dans le camion qui les conduit à l'abattoir, pauvres bébés n'ayant jamais connu la joie de l'herbe. Mais le chevreau se vend mal en France (effectivement c'est infect). Alors, une société spécialisée dans l'implantation de poulaillers fait chanter ses sirènes.... elle s'occupe de tout.... y compris de la construction de locaux géants. Tout est automatique.... distribution d'eau, distribution de nourriture, mélange de graines, de farines animales et autres composants immondes (le jour ou le moteur qui injecte la bouffe tombe en panne, il n'y a plus personne). Emprunts massifs. A la vue de ces milliers de malheureuses bêtes ainsi engraissées en six semaines (dix par mètre carré), certaines à l'arrière train déplumé, d'autre ne tenant plus sur leurs pattes, les images de L214 quoi, on se désintéresse du sort de Pierre. Comment un agriculteur digne de ce nom qui respecte son bétail peut il accepter ça?         Les banques ne suivent plus. Surendetté, et bien que sa femme Claire (l'excellente Veerle Baetens) travaille comme comptable pour assurer le quotidien, la famille ne s'en sort plus. Ni les conseils désagréables du patriarche, ni le soutien de son employé et ami Mehdi (Samir Guesmi), rien ne peut sortir Pierre de cette spirale d'échec. Et lorsqu'un jour les bâtiments prennent feu, la communauté villageoise suspecte celui ci d'avoir mis le feu.... pour toucher l'assurance. En fait, Pierre sombre dans une dépression qui fait de lui une loque, et après un semblant de guérison, ce sera le suicide. Tout cela vu à travers l'oeil aimant et désespéré -ce sentiment qu'il n'y a rien à faire- de Thomas /Edouard... (Anthony Bajon). Guillaume Canet, tête rasée pour ressembler à son modèle, est parfait.         Film militant donc qui, je l'espère (je me répète) sera beaucoup vu; pour que le public comprenne que cette industrialisation désastreuse de notre agriculture n'est qu'une fuite en avant, parce que sur une exploitation à taille humaine, les familles ne peuvent plus vivre -tout simplement.
    Annie Malthery
    Annie Malthery

    Suivre son activité 1 abonné

    5,0
    Publiée le 18 septembre 2019
    très beau film que j'ai vu en avant première il décrit parfaitement l'engrenage de ceux qui cultivent la terre pour nous apporter la bonne nourriture mais qui hélàs sont si souvent pris dans l'engrenage de notre monde ou seul le rendement et le profit compte aux dépends de ces agriculteurs qui s'endettent et ne peuvent plus en sortir. n'est ce pas a nous consommateurs avec eux acheter directement leur produits consommer moins car il faut la qualité et non la quantité. laisser de coté cette industrie ce monde de production intense.oui nous seuls pourront changer le monde.merci au réalisateur qui hélàs en a payé un drame terrible qui le marquera a vie. merci a Guillaume canet qui a joliment interprété le personnage et a tous les autres acteurs. je recommande d'aller le voir et d'y aller nombreux pour dire merci a notre monde agricole qui en a bien besoin.
    Véronique C
    Véronique C

    Suivre son activité

    3,5
    Publiée le 17 septembre 2019
    Trés bonne interprétation des acteurs. Film trés réaliste sans fioriture retraçant le parcours d'un agriculteur et sa descente aux enfers malgré son enthousiasme, un investissement sans faille et son amour du métier. A conseiller pour un public non initié au milieu agricole.
    sylvie78
    sylvie78

    Suivre son activité

    5,0
    Publiée le 25 septembre 2019
    J'ai pu voir en avant-première ce magnifique film qui vous prend aux tripes. Les acteurs sont formidables, Guillaume Canet qui s'est particulièrement investi mais aussi le jeune Anthony Bajon poignant de vérité et de sensibilité. Je recommande vivement d'aller voir Au nom de la terre traitant d'un sujet d'actualité sur les agriculteurs qui ne comptent pas leurs heures de travail jusqu'à l'épuisement, se retrouvent endettés et pris dans un engrenage qui les font sombrer dans la dépression. De nos jours, il n'est pas rare que ces personnes si dévouées sans lesquelles nos assiettes seraient vides, ne vivent qu'avec 300 par mois. Ce film, je l'espère, fera prendre conscience de la dure réalité de l'agriculture.
    Axgau
    Axgau

    Suivre son activité 1 abonné Lire sa critique

    5,0
    Publiée le 16 septembre 2019
    Une énorme claque. Je sors à l'instant de l'avant première a Parly 2 où Guillaume Canet et son réalisateur étaient présents pour présenter leur film. Je suis tout simplement bouleversé par ce film qui, comme l'explique le réalisateur, retrace l'histoire de sa famille et notamment celle de son père. Remarquablement bien joué; très intense. Un grand moment de cinéma. Ce film donne envie d'aider les paysans qui se donnent tant pour nous offrir de bonnes choses à mettre dans nos assiettes sans gagner un sou pour certains.
    Françoise M
    Françoise M

    Suivre son activité Lire sa critique

    5,0
    Publiée le 25 septembre 2019
    Un film exceptionnel. Tout est sensible mais sans sensiblerie, vrai et d'une intelligence remarquable. C'est très bien tourné et Guillaume Canet est époustouflant, de même que les autres acteurs. Un film qui montre la très dure réalité du monde agricole et l'isolement des agriculteurs face à des situations financières toujours plus difficiles. Un film qui propose un vrai débat de société et qui souhaitons le fera changer les mentalités.
    Sandrine K
    Sandrine K

    Suivre son activité 18 abonnés Lire ses 24 critiques

    5,0
    Publiée le 29 septembre 2019
    Un film d'une extrême dureté où la violence psychologique est traitée avec justesse et beaucoup de maîtrise. Guillaume Canet est extraordinaire; on sent d'ailleurs son implication dans ce rôle. (Les acteurs qui jouent les enfants de l'agriculteur sont, eux aussi, excellents). On ressort de ce film avec un sentiment de malaise, et de tristesse aussi. Et surtout avec une question "que pouvons nous faire pour changer cela?" Un film que tout le monde devrait voir. Un très bel hommage de la part du réalisateur pour son agriculteur de père. Ce film devrait impérativement être récompensé d'une manière ou d'une autre. A voir absolument!
    Cinemadourg
    Cinemadourg

    Suivre son activité 89 abonnés Lire ses 4 critiques

    3,5
    Publiée le 27 septembre 2019
    Nous voici plongés dans une saga agricole française entre 1979 et 1998 dans laquelle le réalisateur Edouard Bergeon nous dépeint la vie de ses parents tentant de vivre de la terre après avoir racheté un domaine familial. Guillaume Canet incarne à merveille ce paysan jeune et ambitieux tout juste revenu des Etats-Unis pour reprendre le flambeau de son père et faire vivre sa famille de sa passion pour le travail à la ferme. Cette histoire vraie ne peut que marquer les esprits et montrer à quel point milieu agricole est un lieu de labeur et de sacrifices où seuls les plus courageux et les plus tenaces peuvent survivre. Un véritable témoignage réaliste de la vie rurale en France depuis plusieurs décennies : dur et dramatique. Site www.cinemadourg.free.fr
    Amarcord
    Amarcord

    Suivre son activité

    3,5
    Publiée le 21 septembre 2019
    On passe un bon moment à la campagne, du moins durant la première partie du film. Les paysages sont splendides et les acteurs à la hauteur. C'est une histoire vraie qui résume la difficulté du monde agricole et l'impossibilité de survivre sans investir dans un engrenage diabolique. On sent arriver le drame inéluctable et le mérite du réalisateur est d'autant plus grand. Pour conclure, consommons des produits du terroir, refusons la grande consommation tant qu'il est encore temps
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top