Notez des films
Mon AlloCiné
    Deux
    note moyenne
    4,2
    254 notes dont 53 critiques
    répartition des 53 critiques par note
    30 critiques
    19 critiques
    2 critiques
    0 critique
    1 critique
    1 critique
    Votre avis sur Deux ?

    53 critiques spectateurs

    Fêtons le cinéma
    Fêtons le cinéma

    Suivre son activité 96 abonnés Lire ses 1 071 critiques

    5,0
    Publiée le 28 janvier 2020
    Il y a deux amantes, deux portes, deux histoires familiales, mais un seul regard. Quand Nina, surprise par l’irruption du frère et de la sœur dans l’appartement voisin, vient à se cacher dans la baignoire, c’est le rideau de douche qui se reflète dedans, là, dans son œil à elle, un rideau comme métaphore de la séparation entre deux mondes, entre la liberté de l’une – guide touristique – et l’enfermement de l’autre dans une somme de rôles à tenir : et veuve et mère et grand-mère et objet de tension familiale et…et…et femme désirante et désirable qui ne parvient à mettre en mots ce qu’elle ressent, ce qu’elle envisage, cet horizon d’amour qui la maintient en vie et la submerge à la fois. Les mouvements font défaut, mais le cœur y est. Dans l’œil. Un regard, long, adressé. On le dirait vide depuis l’extérieur ; on ne sait d’ailleurs pas si Mado entend et comprend ce qu’on lui dit, on augmente les doses médicamenteuses pour calmer ses agitations, on parle fort, on décide à sa place, on ne la regarde pas. Deux seuls la regardent. Et l’aiment en la regardant. Nina, son amante, et Filippo Meneghetti, le réalisateur. La caméra de ce dernier s’avance au plus près du visage, ne cherche pas à déchiffrer les traits impassibles de Martine Chevalier ou ceux dévastés de Barbara Sukowa (toutes deux magistrales), non, la caméra s’avance au plus près du visage et ouvre une fenêtre, raccorde les appartements à la manière de ce seuil si péniblement franchi au son irritant de la minuterie régulant l’éclairage. Le visage des femmes qui s’aiment est une fenêtre ouverte sur. Sur ce qui échappe à la parole, sur ce qui n’a pas besoin de la parole pour se dire et se vivre. En dépit de leur séparation physique, il suffit d’un plan sur l’œil et ce sont les deux visages que l’on retrouve, embrassés et indissociables. Les autres regards – entendons ceux des autres protagonistes – sont sans communion, ils ne renvoient rien, ou alors des étincelles d’empathie, in extremis. Car Deux pose d’emblée un équilibre qui pourtant déséquilibre tout : l’amour entre deux femmes est une évidence, et pourtant règnent l’autocensure et les non-dits à table, une fois les bougies d’anniversaire soufflées. Le traitement cinématographique de cette évidence mêle étroitement les genres avec la virtuosité d’un maître, passe de la comédie pure – voire à ce titre le personnage grotesque de l’infirmière à domicile dont les gros yeux ronds et vides de toute profondeur occasionnent un rire grinçant – au thriller paranoïaque, en faisant quelques haltes brèves du côté de la tragédie, du fantastique et de la romance. Cet entrelacs constant des tons et des registres traduit à l’image la difficulté d’une évidence, cette évidence qu’est l’homosexualité et l’amour homosexuel, qui nécessite moult détours pour finalement aboutir à la danse, la même qu’au début, les pieds nus glissant sur "La Terra", une chanson italienne aux échos bien connus. Pour son premier long-métrage, Filippo Meneghetti signe un chef-d’œuvre, l’un des plus grands films de cette année 2020 qui à peine commence mais qui annonce la naissance d’un cinéaste.
    Loïck G.
    Loïck G.

    Suivre son activité 121 abonnés Lire ses 1 013 critiques

    4,0
    Publiée le 12 février 2020
    Je n’aime pas le titre, explicite peut-être mais pas assez fort pour un film d’une telle grandeur qui dit les ravages de l’amour quand celui-ci est bloqué, interdit, impossible . Et cette fois, contredit par la morale institutionnelle puisqu’il s’agit de deux dames plutôt âgées qui n’ont jamais cessé de s’aimer. Deux interprètes haut de gamme - Barbara Sukowa et Martine Chevallier- dans une évolution scénique à la fois douloureuse et magnifique. Le drame qui s’opère ne vient pas forcément ou seulement du secret sur sa vie privée que Madeleine impose à ses enfants, il est la résultante de tout un passé, d’une histoire de famille qui n’a jamais vraiment commencé. Cet aspect n’est qu’évoqué, mais conditionne fortement la suite du récit chaque fois cadenassé par les aléas du quotidien dont la fille de Madeleine tire les ficelles sans le savoir. Et à la révélation de cette liaison ce sera à nouveau une échappée scénaristique réelle, vécue sans pathos ni lourdeur narrative mais dans la profondeur des sentiments et de tous ce qu’ils peuvent provoquer quand par trop d’amour, l’amour se libère. Les tensions sont extrêmes, intrigantes, angoissantes. La romance devient cruelle, thriller parfait qui ne dit pas son nom . Pourensavoirplus : lheuredelasortie.com
    Adèle
    Adèle

    Suivre son activité 1 abonné

    5,0
    Publiée le 13 février 2020
    Un des meilleurs films de ce début d'année. Quel bonheur de voir une si belle histoire d'amour, avec des personnages féminins si peu représentés au cinéma. L'interprétation est touchante, solaire, et l'on sent l'alchimie entre ces deux grandes dames du jeu. Barbara Sukowa et Martine Chevallier sont filmées avec vérité, poésie, tendresse, et une lumière rarement vue. Elles sont toujours sublimées par la caméra, que le réalisateur a su faire discrète et vraie. (Doit-on rappeler qu'il s'agit là d'un premier long?! On a hâte de voir la suite...!) L'intrigue est bien tissée, entre de beaux moments de tendresse, de douleur aussi, et quelques traits d’humour. Deux, c'est un film sur la vie telle qu'elle est : pleine de vies cachées, de secrets, d'amour, de drames et d'élan. Ne ratez pas ce film singulier, qui vient nous rappeler qu'il n'est jamais trop tard pour aimer, jamais trop tard pour vivre, ni trouver qui l'on est.
    AnneMMC
    AnneMMC

    Suivre son activité

    5,0
    Publiée le 13 février 2020
    Elles sont DEUX mais il aurait pu s'agir de TROIS, tant l'amour est présent et s'entrecroise. L'amour que deux femmes se portent , l'amour filial et maternel. C'est un film sur les non-dits, les tabous et l'autocensure. C'est pudique et bouleversant. La photo est magnifique. On en ressort sans certitude si ce n'est que la norme ne compte pas, ne doit pas compter.
    ziggy75
    ziggy75

    Suivre son activité

    5,0
    Publiée le 13 février 2020
    Je suis sorti du film un peu sonné ça prend aux tripes c'est bouleversant et puis quel quel beau trio d'actrices!A ne pas manquer
    Harasierac
    Harasierac

    Suivre son activité

    4,5
    Publiée le 12 février 2020
    Magnifique performance des actrices. Très joli film plein d'émotions. Le réalisateur a fait preuve d'une grande délicatesse opur traiter ce sujet délicat.
    traversay1
    traversay1

    Suivre son activité 661 abonnés Lire ses 3 177 critiques

    4,0
    Publiée le 22 février 2020
    Et si le plus bel hymne à l'amour de l'année au cinéma était déjà sur les écrans mi-février ? Dès son ouverture, belle et énigmatique, sur la douleur et l'incompréhension de la séparation, il est évident que Deux ne sera pas de ces films bavards et démonstratifs mais prendra son temps, jouera sur les silences et les regards, ne cherchera pas à tout prix l'émotion mais y parviendra par la grâce de sa mise en scène élégante. Ainsi est le premier film de Filippo Meneghetti, splendide évocation d'un amour difficile à protéger de l'incompréhension et de l'intolérance des autres et menacé par le vieillissement et la maladie. Les héroïnes de Deux ont dépassé depuis longtemps le temps des passions adolescentes mais elles vivent leur amour comme un trésor qu'elles cachent elles-mêmes au monde qui les entoure par pudeur et par crainte d'une toujours vivace hostilité sociale. Ce sont deux vieilles dames très dignes et tendres incarnées par la merveilleuse Barbara Sukowa et la moins connue mais tout aussi remarquable Martine Chevallier. Il faut voir comment Meneghetti réussit parfaitement à marier deux techniques et tempéraments d'actrices aussi différents, l'un cinématographique, l'autre théâtral, pour les rendre complémentaires et parfaitement crédibles en tant que couple inséparable. Deux est un film passionnant pour son propos mais aussi pour sa forme, utilisant les codes du thriller pour singulariser un mélodrame d'une justesse de ton remarquable, d'une empathie constante pour ces deux personnages principaux mais aussi pour celui incarné par une Léa Drucker aussi excellente, sur un autre registre, que dans Jusqu'à la garde. A la fin de Deux, le spectateur se retrouve à la fois heureux et triste, impliqué et touché en tous cas, dans une histoire d'amour autant unique qu'universelle et lumineuse.
    Cinemadourg
    Cinemadourg

    Suivre son activité 135 abonnés Lire ses 705 critiques

    3,0
    Publiée le 17 février 2020
    Ce drame intimiste et pudique, liant deux femmes par le sentiment le plus puissant pouvant exister sur cette Terre, tente une plongée courageuse dans les profondeurs d'un coeur amoureux quelles que soient les circonstances. Nina et Madeleine s'aiment depuis des années, mais personne n'est encore vraiment au courant, et surtout pas la famille de cette dernière. Malheureusement, un événement terrible va bouleverser leurs vies et mettre à l'épreuve cet amour ardent et sincère. La mise en scène est minutieuse et précise, les comédiens touchent par leur justesse (Barbara Sukowa, Léa Drucker, Martine Chevallier). Tous les ingrédients d'un excellent film étaient pourtant réunis, mais je n'ai finalement pas été si bouleversé, la faute à une intensité et une trame assez monotones dans l'ensemble. Un hymne à l'amour profond mais manquant de saveur et de charme. Site www.cinemadourg.free.fr
    CinÉmotion
    CinÉmotion

    Suivre son activité 14 abonnés Lire ses 48 critiques

    4,0
    Publiée le 23 février 2020
    Ce début d'année 2020 regorge quand même de très beaux premiers films, de grande qualité, ça fait beaucoup de bien et donne beaucoup d'espoirs pour le cinéma de demain. Cette fois, c'est Filippo Meneghetti qui le démontre à travers une belle histoire comme on les aime. Celle de deux personnes âgées (Nina et Madeleine) incarnées de la plus belle des manières par Barbara Sukowa et Martine Chevallier. Leur visage respire déjà tellement de choses, d'émotions et de vécus à l'écran, simplement par leur regard, qu'en plus de leur talent dans le jeu et l'interprétation, elles ne pouvaient que nous embarquer durant cette heure et demi. Touchant de bout en bout, parsemé de scènes drôles et de comique de situation aussi, le film nous raconte l'amour à travers l'âge, et il est rare d'associer homosexualité et vieillesse au cinéma, ce qui est d'autant plus agréable et réussi. J'ai aimé la façon pudique, et extrêmement élégante de filmer ces différents prismes amoureux. Je ne compte même pas les gros plans visages magnifiques sur ces 2 actrices, et j'ai encore en mémoire ce travelling avant sur le visage allant jusqu'au très gros plan des yeux de Madeleine, qui était un plan absolument somptueux de beauté et d'humanité. Mais le film ne serait rien sans l'interprétation tout aussi réussie et touchante de la fille incarnée par Léa Drucker. Plus je la vois dans des rôles aussi touchants et fragiles, plus elle me convainc définitivement de son talent. Quelle force de jeu et d'émotions à elle seule. Ce premier film est donc une ôde à l'amour à travers l'âge et la plus insurmontable des épreuves dont la maladie fait partie. Le casting était parfait et intelligemment mis en avant par l'image et la mise en scène sans jamais être dans l'excès de pathos ni d'une quelconque caricature. Magnifique !
    Sysy D.
    Sysy D.

    Suivre son activité 1 abonné Lire ses 16 critiques

    3,5
    Publiée le 15 février 2020
    Voilà un joli film qui aborde un sujet dont tout le monde se doute mais dont personne ne parle vraiment: l'amour profond, réel et conjugal de deux femmes d'un âge déjà avancé dans la vie ! Mado et Nina forment un couple qui s'aime, qui vit ensemble, qui a ses beaux moments d'intimité comme beaucoup de couples dans le monde. Sauf que nous sommes en présence de 2 femmes âgés dont une a tous les codes d'une certaine vie de la petite bourgeoisie. La morale, l'incompréhension, le décalage sociétal etc...font peur à Mado (mais pas à Nina) ce qui pousse ce couple à donner le change. Elles sont des voisines quasi des amies mais surtout pas un couple qui en fait a son appartement. La réalisation met bien en scène cet appartement qui est leur lieu de vie tranquille, serein et plein d'amour. Et puis l'accident de la vie ! Alors qu'un mari ou une épouse dans la même configuration amoureuse et conjugale aurait agi comme souhaite agir Nina, bah là...impossible ! Les enfants, l'aide à domicile, les institutions etc...ne peuvent pas se faire à l'idée que de 2 dames âgées puissent s'aimer dans la joie et aussi dans la douleur. Pas fini sa mue sociétale, sociale et psychologique la société sur cette question. Ce film n'est pas un acte militant ni un pamphlet anti-puritanisme ou je ne sais quoi. Ce film nous montre la réalité de couples de femmes, âgés, qui n'aspirent qu'à être tranquilles et libres dans leur vie et leurs amours conjugaux. Car Deux nous parle de ça: l'amour conjugal qui ne s'éteint pas avec le temps. Alors je ne mettrai pas 4 ou 5 étoiles car il m'a manqué quelques éléments : - un peu plus d'éléments sur le mariage de Mado et sa vie avec son mari décédé, absolument pas réussi, datant d'un temps où on ne divorçait pas aussi facilement. Quelques touches supplémentaires sans pathos ni débordements auraient été bienvenus; - un peu plus de développement des personnages des enfants notamment le fils, pareil par touches supplémentaires. Ces touches auraient étayé le problème, le noeud familial de Mado. Ces touches auraient donné plus de consistance aux réticences de Mado à se livrer aux yeux de tous. Enfin, un tout petit bémol pour Léa Drucker, TRES bonne actrice, mais qui manque un peu d'interprétation. A mon sens c'est dû à ces touches qui manquent dans le portrait des enfants. Film délicat, sensible, j'espère en bonne voie pour les César de 2021 !
    Samsam
    Samsam

    Suivre son activité

    4,5
    Publiée le 13 février 2020
    Le cinéma c'est de l'émotion. Et là, j'en ai eu ! Bluffé par le jeu des actrices très juste et d'une grande sensibilité du début à la fin. Un travail de l'image comme j'aime, une lumière top, une caméra qui se déplace comme mes yeux. J'ai été pris par l'histoire du début à la fin sans jamais savoir où elle m'emmenait, deux grands sujets de société traités avec un regard très féminin. Et pourtant réalisé par un homme. Voui Voui mesdames y'en a qui savent faire Une histoire originale, une précision dans tout et beaucoup d'amour. Un film différent à voir absolument NB : le 5 étoiles j'espère au prochain film
    yrivoallan
    yrivoallan

    Suivre son activité 111 abonnés Lire ses 5 critiques

    4,5
    Publiée le 13 février 2020
    Très beau film, grande histoire d'Amour, où l'âme de 2 femmes ondulent sur les duretés de la vie. L'intensité du film est encore plus forte grâce à un rythme de thriller, presque de fantastique. Tres belle musique.
    savaneroll
    savaneroll

    Suivre son activité 24 abonnés Lire ses 5 critiques

    4,5
    Publiée le 13 février 2020
    Une des premières scènes m’a fait craindre le pire. J’ai pourtant été transporté dans un film bouleversant. En abordant les grands sujets de l’amour, du temps qui passe, du regrets, on ressort en se posant beaucoup de questions et en ayant une furieuse envie de vivre.
    Noélyne_g
    Noélyne_g

    Suivre son activité 20 abonnés Lire ses 3 critiques

    5,0
    Publiée le 15 février 2020
    Poignant ! Frissonnant! Touchant! Pour moi le meilleur film que j'ai vu depuis quelques temps! Un magnifique film! Ascenseur émotionnel garanti !
    Julien V
    Julien V

    Suivre son activité 2 abonnés Lire ses 6 critiques

    5,0
    Publiée le 15 février 2020
    Tout y est ,elle nous emporte avec brio dans cette spirale amoureuse où les deux actrices nous font vivre, l’une au travers de l’autre ,c’est émouvant ,touchant ,drôle ... Bravo
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top