Mon AlloCiné
La Splendeur des Amberson
note moyenne
3,7
474 notes dont 46 critiques
26% (12 critiques)
33% (15 critiques)
28% (13 critiques)
11% (5 critiques)
2% (1 critique)
0% (0 critique)
Votre avis sur La Splendeur des Amberson ?

46 critiques spectateurs

chrischambers86

Suivre son activité 1238 abonnés Lire ses 9 995 critiques

2,5Moyen
Publiée le 18/05/2014

Sur le plan technique (plan sèquence, profondeur du champ), c'est remarquable! Pour le reste, "The Magnificent Ambersons" est un film mineur d'Orson Welles où, à travers deux amours qui ont èchouè, celui de Eugène (Joseph Cotten) pour Isabelle Amberson (Dolores Castello) et celui de George Minafer (Tim Holt) pour Lucy (Anne Baxter), s'exprime la transformation d'une sociètè aristocratique en une sociètè industrielle, et l'apparition d'une ploutocratie amèricaine. "Citizen Kane" aussi bien que "The Magnificent Ambersons" matèrialisent la croyance de Welles; comme il l'a lui-même dèclarè, en un mèlodrame qui veut être la dernière forme de la tragèdie dans le monde bourgeois et servir d'instrument de critique sociale! L'idèe n'est pas nouvelle au cinèma, telle "La règle du jeu" que Jean Renoir signe en 1939, soit trois ans avant "The Magnificent Amberson". En ce qui concerne Welles, son intèrêt ne vient pas seulement du fait qu'il introduit une nouvelle dimension dans le cinèma amèricain, mais aussi qu'il impose des personnages dèsenchantès, vaincus, qui, en peu de temps posent les bases de ce qui deviendra dans les annèes futures le hèros romantique par excellence du cinèma et constituent des facettes diffèrentes et fascinantes de sa personnalitè contradictoire: à part Kane et George Minafer, il est nècessaire de rappeler par exemple l'aventurier O'Hara de "The Lady from Shanghaï", le tout-puissant et vulnèrable Arkadin de "M. Arkadin", le policier Quilan de "The Touch of Evil", le sensuel personnage de "Falstaff" ou le très riche M. Clay de "Une histoire immortelle"...

Maitre Kurosawa

Suivre son activité 152 abonnés Lire ses 1 072 critiques

3,0Pas mal
Publiée le 22/06/2016

"The Magnificient Ambersons" porte une ambition (mélo)dramatique considérable sans parvenir à la déployer vraiment, malgré une mise en scène souvent remarquable, capable à travers un somptueux noir et blanc de dessiner ses personnages grâce à des effets de contrastes saisissants. Pourtant, le film peine à proposer des scènes émouvantes alors que du point de vue de l'écriture, les deux histoires d'amour possèdent un réel potentiel tragique; on retient tout de même la scène de rupture entre George et Lucy, magnifique dans son intensité et son déroulement (il s'agit pour Lucy de cacher les sentiments qu'elle a pour George) et d'autres moments, tout aussi graves ou plus légers, qui suscitent un intérêt en ce qu'ils nuancent les personnages et construisent des relations entre eux. Mais la distance du cinéaste avec ceux-ci ne permet pas d'être constamment captivé ou du moins impliqué dans cette histoire; on regarde donc le film avec un certain respect, voire avec admiration, mais pas avec passion. En bref, "The Magnificient Ambersons" est un beau film qui touche par intermittence.

Docteur Jivago

Suivre son activité 285 abonnés Lire ses 1 828 critiques

4,0Très bien
Publiée le 31/05/2014

Toujours sous contrat avec la RKO après son éclatant coup d’essais « Citizen Kane », Orson Welles réalise et écrit l’adaptation du roman « La Splendeur des Amberson » de Booth Tarkington qu’il avait déjà adapté pour la radio en 1939 malgré la marge de manœuvres réduite par le studio, notamment vis-à-vis du montage final (finalement le film fut amputé de 43 minutes et une fin plus « moralement acceptable » a été tourné). Il nous raconte plusieurs destins liés au clan des Amberson, mais surtout celui d’Eugène Morgan, fabriquant de voitures qui revient dans sa ville natale après 20 ans d’absences et qui va notamment tomber sur Isabel Amberson qui était son amour de jeunesse mais ils ont chacun eu un enfant et ces derniers vont se rencontrer. Mais cette « splendeur » n’est qu’une façade et la grandeur passée de cette famille n’est qu’une illusion et Welles étudie à travers eux le passage aux valeurs traditionnelles à celle plus modernes (à l’image de l’industrialisation de l’Amérique durant le XIXème siècle) avec plus ou moins de difficultés et d’envies où la famille Morgan représente les nouveaux industriels avec le marché de l’automobile. Il rend les personnages et leur évolution intéressant, que ce soit Engène, qui sera toujours amoureux d’Isabel mais qui va tomber sur George, son fils arrogant, colérique et prétentieux qui va s’y opposer alors que lui va tomber sous le charme de la fille de George. Il donne une dimension mélancolique à son film, que ce soit à travers la grandeur passée de la famille Amberson ou à travers ses destins et les parcours de vies choisies et les échecs des amours mis en scène. Sans surprise, Welles est techniquement au sommet (plan séquence, profondeur de champs…) et met en scène de belle manière cette histoire classique, la rendant intéressante. La photographie en noir et blanc est superbe et très bien utilisée. Côté interprétation, Welles dirige très bien ses acteurs, que ce soit Joseph Cotten, Anne Baxter ou encore Tim Holt, chacun rentre à merveille dans son rôle. Sans oublier la très bonne bande-originale signée Bernard Hermann. Un très bon mélodrame romanesque, Welles rend intéressant ses personnages et son histoire même si on peut regretter toutes ces coupures (plus de 100 minutes), comme pour d’autres de ses œuvres…

Maqroll

Suivre son activité 70 abonnés Lire ses 1 123 critiques

5,0Chef-d'oeuvre
Publiée le 07/06/2009

Splendeur est le mot qui convient... Ici, tout est grâce, harmonie, volupté. La caméra tourne autour des personnages en explorant un espace infini qui est celui de l'âme humaine. L'interprétation est d'une justesse inouïe et d'une classe folle, de Tim Holt à Agnes Moorehead en passant par Ann Baxter et bien sûr Joseph Cotten, au sommet de son art. Tourné dans l'élan de Citizen Kane mais malheureusement défiguré par une production exaspérée des caprices du grand Orson (qui pouvait être aussi insupportable qu'il était génial), ce film est tout de même, tel quel, un chef-d'oeuvre de virtuosité, d'intelligence, et tout simplement de cinéma.

Akamaru

Suivre son activité 512 abonnés Lire ses 4 335 critiques

3,0Pas mal
Publiée le 24/03/2014

Après le triomphe artistique de "Citizen Kane",Orson Welles avait les mains libres vis à vis de RKO,mais un concours de circonstances l'engagea sur 3 projets simultanés. A cause de cela,il ne pût peaufiner "La Splendeur des Amberson"(1942)comme il le souhaitait,et laissa son monteur,Robert Wise,procéder à des coupes drastiques(35 minutes supprimées)suivant en cela les directives après des projections-test décevantes. Malgré tous ces obstacles,ce mélodrame en costumes passe bien l'épreuve du temps,aidé par une mise en scène régulièrement innovante et d'une précision d'horlogerie suisse. La scène du bal en est l'exemple frappant avec une caméra mobile captant à la volée des discussions sur différents plans. On retiendra aussi la séquence virtuose de la calèche bloquée dans la neige,ou celle plus sarcastique de la prétendante se moquant ouvertement de l'héritier. Ce dernier est la pierre angulaire de tout le drame se mettant en place. Welles évoque ses souvenirs d'enfance,d'un monde aristocratique qui se meurt,replié sur des considérations de classe futile et emporté par le progrès technique en marche. Le film n'est pas aussi radical qu'il aurait dû être,avec un final trop tiède pour être de Welles...

Hotinhere

Suivre son activité 36 abonnés Lire ses 1 360 critiques

4,0Très bien
Publiée le 08/03/2013

Grandeur et décadence d'une grande famille bourgeoise américaine à la fin du XIXe siècle. Ce 2e film de Welles - qui fut mutilée au montage par les producteurs - reste un modèle de mise en scène et d'utilisation du plan séquance, et Welles, un conteur hors pair.

alain-92

Suivre son activité 220 abonnés Lire ses 1 081 critiques

5,0Chef-d'oeuvre
Publiée le 10/06/2009

J'ai vu .. revu et revu encore ! Ma référence cinématographique. Un vrai grand chef d'oeuvre signé par un Maître, Orson Welles.

Anaxagore

Suivre son activité 81 abonnés Lire ses 214 critiques

2,5Moyen
Publiée le 25/03/2006

Comme une sorte de naufrage! Effarouchée par l'insuccès commercial de «Citizen Kane», la RKO limita la liberté de Welles dans la réalisation de «La splendeur des Amberson» au point que, profitant d'une absence prolongée du réalisateur, les producteurs décidèrent ni plus ni moins d'amputer le film d'une part non négligeable de sa durée projetée et d'en assurer eux-mêmes le montage. Il en résulte une narration infiniment plus conventionnelle que celle de «Citizen Kane», un «Happy End» sirupeux et, pour tout dire, une fadeur qui ne reflète guère la personnalité du réalisateur. Quand on sait que le montage constitue le moment clef de la création d'un film, on est autorisé à douter de l'authenticité «wellesienne» de «La splendeur des Amberson». Certes, la photographie est splendide (le noir et blanc très contrasté), les plans réalisés avec virtuosité (les profondeurs de champ), mais l'énergie communicative du réalisateur n'opère plus! Le spectateur est livré sans défense au bon déroulement bien banal d'une histoire fort convenue et le tout ne se démarque finalement que fort peu des productions académiques contemporaines. «La splendeur des Amberson» ou quand le cinéma américain se souvient de l'épaisseur de son portefeuille et remet le grappin sur ses réalisateurs les plus doués...

Matis H.

Suivre son activité 7 abonnés Lire ses 134 critiques

3,0Pas mal
Publiée le 30/12/2016

Mutilé à sa sortie, "La Splender des Amberson" est le second long-métrage de Orson Welles, et, après "Mr. Arkadin", qui vieillit de moins en moins bien dans mon esprit, une déception. Car si l'on ne peut pas éluder que les coupes de montage se révèlent problématiques, ces dernières ne sont pas l'unique raison de l'échec narratif de l'oeuvre. En effet, le récit de cette famille au sein de laquelle évoluent l'amour et la jalousie ne parvient jamais à impliquer le spectateur. Tout est pourtant là pour offrir une tragédie : deux amours, de deux générations différentes, qui semblent vouer à échouer. Mais le cinéaste ne semble jamais en prendre pleinement conscience et ne fait que traiter tout cela en surface. Les relations semblent donc bien monotones, ne parvenant jamais à passionner, et cela malgré quelques scènes extrêmement belles (Lucy cachant ses sentiments pour George, la première danse entre Eugène et Isabelle), dont l'intelligence dans leurs effets de miroir est parfaitement pertinente. Malgré cette incapacité à créer l'empathie, Welles parvient tout de même à insuffler l'idée selon laquelle, de la même manière que "Citizen Kane", le dernier drame de l'aristocratie est bien plus sentimentale que économique. Et c'est fabuleux, cela donne un ton très crépusculaire au film dans sa représentation de la fin d'un mode de vie et d'une économie, il aurait cependant fallu que cela soit mis en relief par des protagonistes mieux développés. Toutefois, Welles oblige, c'est formellement impressionnant. Le long-métrage semble parfois tomber dans un formalisme assez vain qui est sans mal rattrapé par l'aspect novateur de l'oeuvre. Chaque mouvement démontre toute la maitrise du cinéaste, et les jeux sur le noir et blanc qui transforment ses protagonistes en enveloppes exprimant leurs sentiments sans que les apparences n'entrent en jeu. Le long-métrage se révèle donc avoir les mêmes problèmes que "Mr. Arkadin", celui d'être une oeuvre formelle remarquable dans laquelle on ne parvient pas à s'investir, tout en parvenant à développer un propos plus intelligent.

Attila de Blois

Suivre son activité 107 abonnés Lire ses 2 757 critiques

3,0Pas mal
Publiée le 18/11/2015

Orson Welles est un granc cinéaste et ce deuxième long métrage le prouve une nouvelle fois. "La splendeur des Amberson" est une démonstration de ses talents de metteur en scène. Chaque plan est soigné et les bonnes surprises sont nombreuses. En revanche, l'intrigue m'a nettement moins emballé. Celle-ci, longue à démarrer, manque de piquant et on peine à se passionner pour cette histoire. A voir pour la forme et la technique.

weihnachtsmann

Suivre son activité 56 abonnés Lire ses 2 318 critiques

3,5Bien
Publiée le 18/06/2015

Le film s'apparente à un livre de Balzac. Tout un nœud de personnages autour d'une intrigue familiale. C'est assez compliqué à comprendre. Mais c'est élégant et beau

Shephard69

Suivre son activité 55 abonnés Lire ses 1 686 critiques

3,5Bien
Publiée le 23/11/2014

Encore un film d'Orson Welles qui, malgré une belle et grande fresque mise en scène avec un brio évident, vaste et épique, m'a laissé légèrement sur ma faim. Un long-métrage techniquement grandiose, au discours intéressant et aux personnages fouillés mais ça me prend moins aux tripes que la réputation du réalisateur ne laissait l'entendre.

fuck-les-modérateurs-allociné

Suivre son activité 64 abonnés Lire ses 3 925 critiques

2,0Pas terrible
Publiée le 05/04/2014

Si le cadrage a pu inspiré Bergman pour le reste rien de bien réjouissant après un démarrage nerveux qui semblait pourtant de bonne augure. Le scénario reste prévisible et la mise en scène ennuyeuse malgré quelques sursauts.

Estonius

Suivre son activité 167 abonnés Lire ses 2 547 critiques

4,0Très bien
Publiée le 28/07/2013

Il n'est pas logique de dire qu'il s'agit de l'un des meilleurs Welles tout en sachant que le dernier a renier le film après les charcutages effectués par la RKO. Reste le plans, la mise en scène ingénieuse (le début est génial), la lumière, la direction d'acteurs. Cette fresque balzacienne (un peu confuse au niveau des liens entre les personnages secondaires) décrivant l'itinéraire d'un fils à papa trop gâté reste néanmoins très prenante (Ah, cette scène où son ex-fiancée se fout carrément de sa poire…)

Skipper Mike

Suivre son activité 43 abonnés Lire ses 647 critiques

5,0Chef-d'oeuvre
Publiée le 15/06/2013

Superbement filmé et très intelligent, "La Splendeur des Amberson" est un pur chef-d’œuvre, zigzaguant entre le drame et l'humour, tout en conservant un aspect social et satirique. Le film reflète, par l'intermédiaire d'une chronique familiale, les bouleversements sociologiques ayant touché les États-Unis durant la première partie du vingtième siècle. Bien qu'il n'ait pas eu droit au montage final, Orson Welles montre ici sa virtuosité en adoptant un style oscillant entre classicisme et originalité.

Les meilleurs films de tous les temps
  • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
  • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
Back to Top