Notez des films
Mon AlloCiné
    The Boy : la malédiction de Brahms
    note moyenne
    2,2
    480 notes dont 45 critiques
    répartition des 45 critiques par note
    1 critique
    4 critiques
    5 critiques
    14 critiques
    13 critiques
    8 critiques
    Votre avis sur The Boy : la malédiction de Brahms ?

    45 critiques spectateurs

    RedArrow
    RedArrow

    Suivre son activité 692 abonnés Lire ses 1 083 critiques

    1,5
    Publiée le 4 mars 2020
    Annonce: Vends ancienne poupée de porcelaine dénommée Brahms (Brahmsy pour les intimes) pour cause d'une obsolescence flagrante. État juste correct, l'objet ayant été restauré au cours de deux mésaventures dans un lieu isolé de la campagne anglaise. Prière de s'en servir à l'avenir avec un vrai but en tête et épargner aux spectateurs de nouvelles divagations inutiles mettant en scène cette poupée. Détails sur l'historique de l'objet : Son premier usage remonte en 2016 par son créateur William Brent Bell dans "The Boy", ce qui reste sans doute comme la meilleure (ou la moins mauvaise) œuvre de sa filmographie pas franchement fameuse. Confié alors à une nounou américaine par un couple de vieillards qui voyait en la poupée l'incarnation de leur défunt fils unique, Brahms avait fait tourner en bourrique la jeune femme à coups de jumpscares ou de situations éculées et lui avait permis d'obtenir la catharsis nécessaire à son statut de femme violentée grâce à un twist final pouvant faire son petit effet... à condition d'oublier/ignorer que plusieurs longs-métrages du genre s'en étaient déjà emparés auparavant. On retenait néanmoins le malaise de sa situation de départ plutôt bien exploité sur la durée et vecteur d'une jolie ambiance de film de poupée maléfique à l'ancienne (contrairement à "Annabelle" toujours catalyseur de phénomènes extérieures à elle-même ou les "Chucky" au ton bien plus moderne) ainsi qu'une bonne prestation de Lauren Cohan pour établir une proposition sympathique à défaut d'être mémorable. Sa deuxième utilisation est très récente avec "The Boy: La Malédiction de Brahms" en ce début d'année 2020 car il aura fallu visiblement quatre longues années à William Brent Bell pour se remettre du choc d'avoir pondu un film potable. Logiquement, le réalisateur a décidé de revenir avec l'objet qui lui a offert son dernier succès mais dont la première aventure n'appelait pas forcément de suite, la principale révélation autour de Brahms étant désormais éventée. Malgré tout, ce n'est pas tellement là où le deuxième opus va le plus décevoir : à condition de fermer les yeux sur quelques virages très grossiers pour y arriver, le postulat prétextant le retour de Brahmsy entre les mains du petit garçon d'une famille traumatisée par une épreuve est acceptable (l'idée du transfert de l'enfant fragile et mutique sur la poupée colle bien) et, comme son prédécesseur, la première partie de cette suite retrouve la saveur d'antan de ces histoires de petits êtres inanimés possiblement habités par quelque chose de très dangereux. D'ailleurs, lorsque "La Malédiction de Brahms" tente d'élargir sa mythologie installée dans le précédent vers des sphères d'une nature différente, la manoeuvre aurait même pu avoir un certain potentiel... si cela avait pu déboucher sur ne serait-ce qu'un soupçon d'originalité. Tout le problème du film est là : qu'il se serve de ressorts ayant fait leurs preuves afin d'établir les fondements de sa suite pourrait encore passer mais, si jamais rien ne vient ensuite les transcender pour créer la surprise, la proposition ne peut prétendre à la moindre pertinence. Se vautrant dans des situations et des jumpscares encore plus fatigués que celles et ceux du premier film (tout sent le réchauffé chez les premières, aucun ne fonctionne chez les deuxièmes), William Brent Bell n'a tout simplement plus rien de passionnant à raconter après l'exposition et, en plus, ne peut même plus compter sur un twist final un minimum efficace dans le but de faire illusion dans le climax (la dernière partie étant ici carrément expédiée tant le bonhomme ne semble pas faire l'effort de croire un seul instant en elle). "La Malédiction de Brahms" n'est qu'une énième coquille vide d'épouvante, un produit interchangeable où seuls les yeux toujours prêts à rouler de Brahms rencontrent ceux du spectateur qui en fait de même devant un spectacle qu'on lui a déjà proposé des dizaines de fois. Modalités de l'offre : Avec l'achat de Brahms, vous est offert toute sa panoplie de vêtements, l'acte de propriété d'un superbe manoir anglais, le scénario de "The Boy: La Malédiction de Brahms", un certificat d'authenticité du manque d'imagination de William Brent Bell et une panoplie du parfait pyromane pour s'amuser avec l'ensemble. Prix à débattre.
    Alx A
    Alx A

    Suivre son activité 21 abonnés Lire sa critique

    0,5
    Publiée le 26 février 2020
    Un fin bâclée des scare jump prévisibles que la poupée soit la ou pas en fait ça apporte rien, le seul truc flippant c'est la lenteur d'un film sans intérêt.
    Christophe V.
    Christophe V.

    Suivre son activité 9 abonnés Lire ses 11 critiques

    1,0
    Publiée le 28 février 2020
    Très mauvais film Ennuyeux, prévisible, inintéressant Rien de surprenant ni d'innovant Un scénario d'une platitude sans faille
    David F
    David F

    Suivre son activité 29 abonnés Lire ses 28 critiques

    2,5
    Publiée le 26 février 2020
    Vu en avant première, au premier abord l'histoire était prenante, les personnages jouaient presque bien leur rôle jusqu'au milieu du film. Mais que de déception avec une triste et pauvre fin bâclée à mon sens. Je retiendrai que le premier opus était bien meilleur. Film très moyen !
    Alex S
    Alex S

    Suivre son activité 20 abonnés Lire ses 5 critiques

    4,0
    Publiée le 1 mars 2020
    J'ai aimer il y avais plus d'actions que le premier, j'ai aimer la façon de comment le petit a trouver la poupée, après j'aurai préférée que la poupée sois plus agressif à la fin et qu'elle bouge un peu plus, après les acteurs ont bien jouer tout de même, le déroulement est pas mal
    NumEro452
    NumEro452

    Suivre son activité 1 abonné Lire sa critique

    0,5
    Publiée le 28 février 2020
    Histoire incohérente par rapport au premier! Les jumpscares abusifs sont prévisibles. Bref, contentez vous du premier.
    RENGER
    RENGER

    Suivre son activité 952 abonnés Lire ses 5 462 critiques

    1,0
    Publiée le 3 mars 2020
    William Brent Bell peut s'enorgueillir d'être un réalisateur qui transforme tous les projets sur lesquels il travaille en purge cinématographique, comme en témoigne sa filmographie (Stay Alive - 2005 & Devil Inside - 2012), qui ne compte que des films d’horreur à faible budget (entre 1 & 7 millions de $). Et comptez sur lui pour ne pas déroger à la règle, après The Boy (2016), quoi de mieux qu’une banale suite sobrement intitulée The Boy : la malédiction de Brahms. Dans la droite lignée des films d’horreur pour ados, où les méchantes poupées possédées vous veulent du mal (Chucky & Annabelle, pour ne pas les citer). Alors avis aux amateurs de Bébé Cadum® possédé par le diable et de manoir hanté, ce film est fait pour vous. A savoir une intrigue totalement balisée et prémâchée (n'en demandez pas trop, le film est adapté à son public). Pour les autres, abstenez-vous et révisez plutôt vos classiques, cela ne pourra vous faire que le plus grand bien. http://bit.ly/CinephileNostalGeek
    virge4
    virge4

    Suivre son activité 3 abonnés Lire ses 35 critiques

    0,5
    Publiée le 26 février 2020
    Mais quelle nullité ! Autant le 1er opus était une super surprise, autant le 2ème est tellement mauvais que j'ai failli quitter la salle. Jeux d'acteurs mauvais, histoire qui n'a aucun sens au regard du film précédent, prévisible à souhait... bref je ne peux que vous conseiller de rester sur une première bonne impression en vous arrêtant au 1er volet.
    harley s
    harley s

    Suivre son activité Lire ses 3 critiques

    2,5
    Publiée le 4 mars 2020
    Le film était bien, après je trouve que le premier reste le meilleur, j'imaginer plus voir le commencement enfaîte, plutôt qu'une suite, spoiler: surtout que dans le premier on ne parle à aucun moment que la poupée serais habité par un esprit ou autre , c'est juste un homme qui déplace la poupée en passant pas des trappes secrète et la spoiler: on passe à une poupée "possédée" , personnellement j'aurais préférez les origines et comprendre l'histoire de la poupée.
    leotain
    leotain

    Suivre son activité Lire ses 4 critiques

    0,5
    Publiée le 8 mars 2020
    Rien ne va : le scénario tient sur un timbre post, Katie Holmes est mauvaise, rien de particulier à dire sur l'image et la fin n'a aucun sens. Le seul point "rigolo" de ma séance fut le couple d'adolescents à côté de moi. La jeune fille faisant semblant de réagir au Jump scares et sursautait avec 3 secondes de retard... C'était un peu mignon. Entre la série B et le nanar, je ne vous le conseille carrément pas.
    anonyme
    Un visiteur
    1,5
    Publiée le 2 mars 2020
    Dans THE BOY, l'originalité venait du fait que l'on pensait que la poupée était possédée alors que le twist final révélait que non, un homme (James Russell) était derrière toute cette histoire. Cette suite est une régression totale car on apprend que la poupée est réellement possédée (pourquoi ? On n'en saura rien), ça met a la poubelle tout ce que nous avons pu voir dans le premier opus et ça je ne peux pas le pardonner.
    Kaoutar S.
    Kaoutar S.

    Suivre son activité

    1,0
    Publiée le 2 mars 2020
    Nul pas assez d'action, le film es long pour rien !!! Je regrette d'avoir payer pour un film aussi nul .
    Estelle No
    Estelle No

    Suivre son activité

    0,5
    Publiée le 1 mars 2020
    Quelle déception... payer autant pour un tel film. D'accord avec les autres , fin complètement bâclée ... aucun frisson sur 1h27 de film. Dommage , le 1 était bien...
    Sébastien Dvls
    Sébastien Dvls

    Suivre son activité

    0,5
    Publiée le 1 mars 2020
    Très mauvais dans l'ensemble. Scénario plus que bancal, jeu d'acteur de bas étage, aucune originalité, ce qui est dommage puisque le premier opus , lui, en débordait. Je me demande réellement quelle substance ont pu prendre les réalisateurs pour réussir a sortir un film aussi mauvais. A eviter
    Cinéphiles 44
    Cinéphiles 44

    Suivre son activité 269 abonnés Lire ses 2 873 critiques

    2,0
    Publiée le 7 mars 2020
    “The Boy : La malédiction de Brahms” est la suite de “The Boy” ou une jeune assistante maternelle s’était faite embauché pour s’occuper d’une étrange poupée réaliste du nom de Brahms. Dans ce second épisode, une famille s’installe juste à côté du manoir du premier. Le jeune garçon trouve la poupée et se lie d’une amitié troublante avec. Mais la poupée est bien sûr vivante et compte bien se venger de toutes les personnes qui ne respecteront pas ses règles. Le film ne fait preuve d’aucune originalité et le genre commence à s’épuiser. Les poupées hantées ont certainement été trop présentes dans le cinéma d’horreur. Finalement, “The Boy : La malédiction de Brahms” est surtout le prétexte pour nous de retrouver Katie Holmes au cinéma. Principalement connue pour la série “Dawson”, l’actrice de 41 s’était faite très rare sur les écrans. Malheureusement, son jeu passe partout, n’aide pas à surévaluer le film. D'autres critiques sur notre page Facebook : Cinéphiles 44 et notre site cinephiles44.com
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top