Notez des films
Mon AlloCiné
    La Nuit venue
    note moyenne
    3,4
    249 notes dont 34 critiques
    répartition des 34 critiques par note
    4 critiques
    10 critiques
    13 critiques
    4 critiques
    3 critiques
    0 critique
    Votre avis sur La Nuit venue ?

    34 critiques spectateurs

    traversay1
    traversay1

    Suivre son activité 965 abonnés Lire ses 3 183 critiques

    3,0
    Publiée le 14 juin 2020
    Paris, la nuit. Toutes les existences de ceux qui y travaillent sont grises. Exploitation, esclavage moderne de la main d’œuvre et des corps. La nuit venue, premier long-métrage de Frédéric Farrucci, séduit par son atmosphère noire et sa description de lieux sordides animés, rarement de bonnes intentions. Les arpèges élégants et entêtants de Rone composent une bande son originale qui, avec les néons scintillants, donne des allures de poésie urbaine au film. Las, le scénario, classique et ténu, n'est pas à la hauteur de son élévation esthétique (qui n'est quand même pas à la hauteur d'un Wong Kar-wai, soit dit en passant). L'histoire est romantique en diable mais trop convenue, tellement on a vu et revu sur les écrans, au moins depuis les années 30, ces chroniques de deux amoureux pris au piège qui n'ont d'espoir que dans la fuite, si tant est que leur projet ne soit pas une pure utopie. L'arrière-plan social du héros (charismatique Guang Ho) est assez étoffé même si certaines zones de son passé sont volontairement laissées dans l'ombre. Pour la jeune femme (excellente Camélia Jordana), rien ou presque n'est révélé sur ce qui l'a amené là où elle se trouve. On peut s'en passer, bien sûr, et se laisser entraîner dans la fascination de l'ambiance nocturne mais les seconds rôles sont trop schématiques, formant ce petit peuple de la nuit que, il est vrai, on n'a pas si souvent l'habitude de côtoyer au cinéma.
    Cinemadourg
    Cinemadourg

    Suivre son activité 160 abonnés Lire ses 710 critiques

    3,0
    Publiée le 17 juillet 2020
    Jim est chinois et immigré clandestin à Paris. Il travaille depuis quelques années comme chauffeur VTC pour une organisation mafieuse afin de rembourser une dette. Son rêve : composer à nouveau de la musique comme le DJ qu'il était à l'époque où il vivait en Chine. Une nuit, il prend à son bord Naomi (Camélia Jordana) : sa vie va définitivement basculer... Sombre est l'histoire, noir est ce destin. Pour un premier film, le réalisateur réussi à créer une ambiance lourde et tragique teintée d'une énergie de survivre et d'une forme d'humanité incroyable. Les musiques sont extrêmement bien choisies (Rone) et plonge le spectateur dans une sorte de torpeur nocturne nauséabonde et optimiste à la fois. Un film brut et obscur qui mérite le détour. Site CINEMADOURG.free.fr
    Le petit Gabriel
    Le petit Gabriel

    Suivre son activité 29 abonnés Lire ses 14 critiques

    4,0
    Publiée le 2 juillet 2020
    "La Nuit venue" raconte l'histoire d'un chauffeur de VTC sans-papiers et criblé de dettes qui tente d'échapper à sa vie misérable. Alors qu'il rencontre une travailleuse de la nuit, l'espoir de sortir la tête de l'eau s'éloigne brusquement, jusqu'à la fuite ultime...Porté par un jeune acteur prometteur (Guang Huo), une musique électro enivrante et des plans bien pensés, ce film au scénario light se regarde comme une oeuvre de musée (à voir absolument sur grand-écran donc !).
    tisma
    tisma

    Suivre son activité 72 abonnés Lire ses 800 critiques

    4,0
    Publiée le 12 juillet 2020
    Ce film est un très bon premier film. On y ressent beaucoup de tensions de la part du personnage principal et de la tentation envers cette fille (incarné encore une fois brillamment par Camélia Jordana). La musique est bonne. Le scénario plutôt simple, mais solide. L'acting est bon. Ça reste un bon film. On y découvre aussi un aspect de notre société trop peu exploité au cinéma !
    CinÉmotion
    CinÉmotion

    Suivre son activité 20 abonnés Lire ses 48 critiques

    2,5
    Publiée le 19 juillet 2020
    Premier long-métrage de Frédéric Farrucci, avec les fragilités qui vont avec mais qui reste esthétiquement de bonne facture. Le film, qui nous plonge dans une ambiance noire, permet d'entreprendre un certain road trip dans la nuit parisienne bien particulière. Si la lumière orange propre aux scènes de cinéma de nuit dans Paris est de suite identifiée, un certain travail et effort est effectué pour apporter des nuances de couleur (néons, phares, couleurs bleu/rouge, etc) et une esthétique vraiment belle, notamment pour les intérieurs voitures et les lumières et ombres sur les visages. Esthétique qui contraste un peu avec les plans du point de vue du chauffeur montrant la route et les rues parisiennes qui sont pas toujours bien choisie ou qui se différence un peu trop avec l'esthétisme du plan intérieur voiture qui précède juste avant. L'esthétisme voulu par le réalisateur avait d'ailleurs comme référence visuelle principale celle de Taxi Driver de Martin Scorsese. Il faut aussi préciser que le film s'est réalisé avec moins d'un million d'euros, ce qui se voit dans le nombre de décor restreint mais absolument pas dans sa photographie. Une ambiance nocturne qui est aussi bien aidée par la bande son originale de Rone qui apporte également une certaine poésie aux scènes et aux intentions. Intéressant aussi de noter que l'acteur principal chinois Guand Huo est non professionnel, trouvé en casting sauvage (comme beaucoup du reste du casting), ce qui, à la vue de sa prestation, est quand même plutôt prometteur, car il était plutôt bon et convainquant dans son rôle. Camélia Jordana aussi est bien mise en valeur, et son jeu est assez juste tout du long, ce qui aurait pu ne pas être le cas quand on doit jouer face à un acteur non professionnel, n'ayant pas les mêmes codes de jeu etc, cela aurait pu la destabiliser, mais le duo fonctionne bien je trouve. Le problème c'est un manque de rythme. Il y a de très bons moments et de belles scènes qui jouent avec le silence, et des jeux de regards entre les acteurs, mais un peu trop à mon goût. Le rythme est trop irrégulier, ce qui ne m'a pas permis de rentre complètement dans l'histoire d'ailleurs, qui respecte en plus une structure et nœuds dramatiques classiques dans la relation entre Noémie et Jin.
    Joce2012
    Joce2012

    Suivre son activité 21 abonnés Lire ses 131 critiques

    3,0
    Publiée le 18 juillet 2020
    film intrigant et qui tient en haleine, bonne interprétation, moment de cinéma sympathique avec des acteurs beaux à voir
    M Roland65
    M Roland65

    Suivre son activité 14 abonnés Lire ses 51 critiques

    3,0
    Publiée le 20 juillet 2020
    Film noir honorable pour un premier film, sur le thème d'un monde mafieux chinois cruel au porte de Paris (on s'inquiéterais presque que le film s'inspire d'une certaine réalité ). Ces amoureux attachant qui évoluent dans la lumière du périphérique parisien ont une posture parfois trop timide et monotone (la musique l'est aussi).. je m'attendais à plus de rythme, d'intensité pour dépeindre cette histoire d'amour impossible et en faire comme dise certain un grand film noir...la nuit venue.
    Laurent C.
    Laurent C.

    Suivre son activité 177 abonnés Lire ses 1 049 critiques

    3,5
    Publiée le 18 juillet 2020
    On connaît peu la situation des personnes immigrées chinoises tant les a priori demeurent, confinant la communauté asiatique au secret et au calme apparent. "La Nuit venue" dresse le portrait d'un jeune-homme qui a quitté Pékin et qui se retrouve soumis à la violence d'une Mafia, tant que sa dette liée au voyage ne sera pas réglée. Le film ne se cache pas derrière de bons sentiments. La dépendance au système mafieux, qu'il s'agisse de prostitution pour les filles ou de travail forcé pour les hommes, est dépeinte d'une façon crue et touchante. On ne peine pas à imaginer le travail puissant de Frédéric Farrucci pour décrypter les codes et les mœurs de cette communauté. L'histoire d'amour entre Naomi et Jin n'est peut-être pas le meilleur du film. Le récit devient alors plus conventionnel, plus normé. Il y a presque une forme de facilité dans l'écriture de leur relation, et parfois un emballement du scénario vers quelque chose de peu crédible. "La Nuit venue" est surtout un exercice musical de grande qualité. La bande-son, sensée reprendre celle du jeune héros, est d'une incroyable inventivité. Elle accompagne tout le récit et donne aux personnages une ampleur romanesque et sensuelle. C'est sans doute là ce qui fait le réussite incontestable du long-métrage.
    Min S
    Min S

    Suivre son activité 29 abonnés Lire ses 280 critiques

    3,0
    Publiée le 21 juillet 2020
    Bon film, bon rythme et histoire intéressant, les acteurs sont sérieux, fin inattendu. Je le conseil vivement
    Makimax74
    Makimax74

    Suivre son activité 3 abonnés Lire ses 76 critiques

    3,0
    Publiée le 16 juillet 2020
    le film est plus sociale que polar, l'environnement,le milieu des chauffeurs Uber sans papiers ressemble a une docu fiction.la romance est moins réelle et sens la tragédie rapidement...
    Frederic S
    Frederic S

    Suivre son activité 23 abonnés Lire ses 60 critiques

    1,5
    Publiée le 21 juillet 2020
    film déprimant ou il ne se passe absolument rien !!! On attend tout le film qu' il se passe quelque chose mais rien ne se passe ....
    Dois-Je Aller le voir ?
    Dois-Je Aller le voir ?

    Suivre son activité 8 abonnés Lire ses 40 critiques

    2,0
    Publiée le 20 juillet 2020
    J’ai trouvé ce drame pas terrible. Il a des points positifs qui ne le rendent pas mauvais mais pour autant, à mes yeux il n’avait aucun intérêt. On peut voir deux axes se détacher. Le premier concerne la thématique du sans-papiers. Celle-ci pourrait être forte, malheureusement elle n’est pas approfondie. On va voir globalement comme ce système marche par rapport au travail et au quotidien. J’ai bien aimé ce partage qui est en soi bien fait. Cependant, il reste beaucoup de zone flou. J’aurais aimé que ça aille plus en détail. Surtout que Guang Huo est excellent dans ce rôle. Il arrive bien à nous immerger dedans. En savoir plus sur son passé, les raisons de son exil, la manière de faire, auraient été un vrai plus. D’autant plus que la partie romance n’est pas non plus une réussite. Je n’ai rien ressenti entre Guang Huo et Camélia Jordana. L’actrice qui a explosé au grand jour dans LE BRIO (2016) ne m’a aucunement convaincu. Je la trouvais en total décalage par rapport à son partenaire. Le film développe une certaine ambiance, et elle se fond mal dedans. Ces parties-là ajoutent de la lenteur. On nous propose du contenu mais finalement rien n’est exploré comme il se doit. La bande originale m’a par contre enchanté. Elle se marie parfaitement avec le style de ce drame avec comme une sensation de liberté. La composition en musique électronique de Rone donne une dimension que j’ai bien aimée. Je tiens à saluer aussi le casting secondaire que j’ai beaucoup aimé avec notamment Shue tien, Maurice Cheng, Xinglong Zhao et Xun Liang.
    velocio
    velocio

    Suivre son activité 443 abonnés Lire ses 2 138 critiques

    3,0
    Publiée le 15 juillet 2020
    Après avoir réalisé plusieurs documentaires et quatre courts-métrages de fiction, dont "Entre Les lignes", en sélection pour les Césars 2020, Frédéric Farrucci se lance dans son premier long-métrage avec "La nuit venue". Présenté très récemment au Champs-Elysées Film Festival, exceptionnellement visible gratuitement en ligne du fait du COVID-19, ce film s’est vu décerner le Prix du Public du meilleur long métrage français. C"La nuit venue" a pour intérêt principal de s’intéresser à la mafia chinoise de Paris, un milieu peu souvent présent dans le cinéma français. L’histoire d’amour entre un chauffeur de VTC immigré clandestin et une strip-teaseuse n’est pas sans intérêt même si elle s’avère plus banale. En fait, en matière de déception, on regrette surtout la grande médiocrité de la musique proposée dans le film.
    Yves G.
    Yves G.

    Suivre son activité 477 abonnés Lire ses 1 808 critiques

    3,5
    Publiée le 27 juillet 2020
    Jin est un jeune immigré chinois à Paris. Sans papiers, sans argent, il rembourse sa dette à la triade chinoise qui a payé son visa en conduisant chaque nuit un VTC. C’est là qu’il rencontre Naomi, une stripteaseuse. Naomi veut « décrocher », quitter Paris et le monde de la nuit, s’installer dans le Sud. Jin n’en peut plus du quasi-esclavagisme dans lequel ses employeurs le maintiennent et aimerait se livrer à sa passion : la musique. Paris, la nuit, constitue à lui seul un genre cinématographique à part entière. On ne compte plus les films, grands ou petits, français ou même étrangers, qui ont exploré cette veine : "Les Portes de la nuit" de Carné/Prévert, "Bob le flambeur", "Ascenseur pour l’échafaud", "Le Samouraï", "Midnight in Paris" de Woody Allen, un des cinq sketches de "Night on Earth" de Jim Jarmusch, "Mauvais Sang", "Diva", etc. La liste est longue et Frédéric Farrucci qui signe son premier film était bien audacieux de vouloir la rallonger encore. Mais il a eu une idée de génie : filmer ces immigrés clandestins chinois à Paris qu’on n’avait jamais vus dans le cinéma français sinon dans le très réussi – et très injustement invisible – "Les Fleurs amères" qui s’attachait aux pas d’une prostituée chinoise de Belleville. Du coup, il mêle avec bonheur deux registres. D’une part, le film noir avec l’histoire d’amour impossible entre Jin et Naomi dont on pressent qu’elle connaîtra une fin tragique, même si l’ultime plan du film s’ouvre sur un message d’espoir. D’autre part, le quasi-documentaire sur les populations immigrées qui hantent les rues de la capitale « la nuit venue », les Chinois prisonniers de leurs passeurs convertis à l’ubérisation, les Noirs travaillant dans des fourgues clandestins et tous les autres qui s’entassent dans des abris de fortune sous le périphérique. Au surplus, "La Nuit venue", dont le héros aspire à redevenir DJ, a soigné sa musique, signée du compositeur électro Rone et sa lumière.
    Cinéphiles 44
    Cinéphiles 44

    Suivre son activité 360 abonnés Lire ses 2 878 critiques

    4,0
    Publiée le 25 juillet 2020
    Le charismatique comédien non professionnel chinois Guand Huo se révèle à nous dans le rôle d’un immigré sans papier venu vivre en France. Pour survivre, il prend un poste de chauffeur de VTC à Paris, sous la houlette de la mafia chinoise. Bien qu’il soit DJ de métier, il doit multiplier les heures de conduites pour éponger ses dettes. Une nuit, il fait la connaissance d’une troublante jeune femme dans sa voiture. Celle jouée par Camélia Jordana est intriguée par cet homme qui ne parle pas. Au fur et à mesure qu’elle le prend comme chauffeur, une amitié et une attirance de plus en plus forte les portent quitte à pousser l’homme à enfreindre les règles du milieu. “La nuit venue” est une histoire romantique ancrée dans un film noir. On ne sait pas grand chose de nos personnages, mais la tristesse sur leurs visages suffit à nous toucher et à nous transporter avec eux jusqu’au bout de la nuit. D'autres critiques sur notre page Facebook : Cinéphiles 44 et notre site cinephiles44.com
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top