Mon AlloCiné
  • Mes amis
  • Mes cinémas
  • Speednoter
  • Ma Collection
  • Mon compte
  • Jeux
  • Forum
  • Déconnexion
Ruy Blas
note moyenne
2,6
19 notes dont 6 critiques
0% (0 critique)
0% (0 critique)
33% (2 critiques)
50% (3 critiques)
17% (1 critique)
0% (0 critique)
Votre avis sur Ruy Blas ?

6 critiques spectateurs

peter W.
peter W.

Suivre son activité 9 abonnés Lire ses 1 123 critiques

2,0
Classique, trop classique, c'était la grande période Jean Marais mais sinon rien de bien marquant dans ce film. je préfère nettement la version de Gérard Oury.
Hash07
Hash07

Suivre son activité 49 abonnés Lire ses 2 433 critiques

3,0
Bon film, bien interprété par Jean Marais.
Salim S
Salim S

Suivre son activité 40 abonnés Lire ses 500 critiques

2,5
Assez sympathique ! Bon on ne regarde pas la film par plaisir, plutôt pour la culture cinématographique. jean Marais joue trés bien ! Un "vieux jeu" qui aujourd'hui nous fait rire !
traversay1
traversay1

Suivre son activité 485 abonnés Lire ses 3 045 critiques

2,0
Modeste artisan du cinéma français, Billon s'est spécialisé avec plus ou moins de bonheur dans les adaptations littéraires : Courrier sud, Vautrin, Le marchand de Venise ... Son Ruy Blas est desservi par une mise en scène arthritique et des dialogues (signés Cocteau) pompeux au possible (ah, ces subjonctifs imparfaits !). Darrieux et Marais n'en peuvent mais. Vraiment pas fameux.
chrischambers86
chrischambers86

Suivre son activité 1036 abonnés Lire ses 10 088 critiques

3,0
"Ruy-Blas" est l’exemple même du drame romantique! L'histoire est centrèe sur un piège que, pour se venger, Don Salluste (rien à voir avec l'hilarant Louis de Funès) tend à la reine! Le populaire Jean Marais, alors idole du cinèma français depuis son interprètation de "L'èternel retour", trouve ici dans ce rôle de "Ruy Blas", libre interprètation de Jean Cocteau d'après l'oeuvre de Victor Hugo, l'un de ses beaux rôles cinèmatographiques, celui du ver amoureux d'une ètoile aux côtès de Danielle Darrieux, reine à la beautè inaccessible et du mèchant Don Salluste de Bazan, campè par l'excellent Marcel Herrand! La mise en scène de Pierre Billon est certes acadèmique, mais la transformation par Cocteau de la pièce de Victor Hugo en film de cape et d'èpèe, est très agrèable à regarder...
Flavien Poncet
Flavien Poncet

Suivre son activité 144 abonnés Lire ses 1 073 critiques

1,0
Quand Jean Cocteau adapte une pièce de théâtre de Victor Hugo, le cinéma français aspire à une grande portée littéraire du cinéma. «Ruy Blas» (France, 1948) de Pierre Billon est l’œuvre d’un des plus grands écrivains français, Hugo, vue par le prisme d’un des plus grands poètes français, Cocteau. L’adaptation donne naissance à une œuvre obscure, menacée à chaque instant par la mort et traduit par une lumière sombre qui drape les décors fastueux et les costumes amples de pénombre. Cette présence immédiate de la mort est le fruit d’Hugo qui, dans ses récits, retrouvent l’Hadès antique. Elle est soulignée par le scénario de Cocteau qui, lui-même, fonde son cinéma sur la présence latente de la mort. Pierre Billon, pris entre ces deux monstres de la littérature, se contente d’être un habile technicien. Membre, peu connu, de la «qualité française», Billon n’a le mérite que de diriger avec sensibilité le trio d’acteurs du film : Danièle Darrieux, Jean Marais et Marcel Herrand. La tâche n’est pas inutile puisqu’il faut des acteurs puissants pour pouvoir exprimer toute la fougue qui règne dans la pièce originelle d’Hugo. Pris dans les brumes de la photographie ténébreuse de Michel Kelber, les acteurs se démènent et sourdent l’émotion de leur personnage. La réussite du film provient de la relation qu’entretiennent les acteurs avec leur éclairage. Certains des plans, ostensiblement dirigés par Cocteau, rappellent les plus belles images d’«Orphée». Le récit se trouve être de peu d’importance. «Ruy Blas» n’est déjà pas une des meilleures pièces d’Hugo, elle se voit être en plus amenuisé pour ne plus conserver que la structure narrative. Reste les visages, les expressions des faces et la tension fébrile des corps qui, tapis dans les obscurités des châteaux ou des auberges, exaltent une certaine véhémence. La place du double qui agit le cœur de l’intrigue, où Marais est Ruy Blas et Don César de Bazan, permet d’élever la dynamique du récit au rang de celle de l’image.
Les meilleurs films de tous les temps
  • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
  • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
Back to Top