Mon AlloCiné
    Joel, une enfance en Patagonie
    note moyenne
    3,4
    42 notes dont 13 critiques
    0% (0 critique)
    46% (6 critiques)
    31% (4 critiques)
    8% (1 critique)
    15% (2 critiques)
    0% (0 critique)
    Votre avis sur Joel, une enfance en Patagonie ?

    13 critiques spectateurs

    islander29
    islander29

    Suivre son activité 294 abonnés Lire ses 1 131 critiques

    4,0
    quelle chance cette avant première à Brest, pour une fois j'ai boycotté le match de foot du dimanche après midi, pour le nouveau film de Carlos Sorin…. le voir le 31 mars sans attendre le 10 juillet, quelle récompense, voici donc mon ressenti dans une ambiance neigeuse, on est au Sud de la Patagonie, pas loin d'Ushuaia, Carlos Sorin, a choisi de faire du cinéma social, un peu "en dehors" de ses habitudes....On retrouve très vite la griffe du réalisateur, son gout pour la simplicité des dialogues, des personnages et de la mise en scène. Carlos Sorin, sur un sujet délicat ; l'adoption, va faire bifurquer son scénario sur l'ostracisme...la vie rurale n'est plus à l'abri des vices....Des choix s'imposent à tous, surtout quand la majorité ( et pour de "bonnes raisons") exclut une brebis du troupeau...Carols Sorin, montre pourtant un peuple de bonne volonté, une petite société où règne l'harmonie, du moins une harmonie relative....On a le droit à tout le savoir faire et l'expérience d'un réalisateur original......L'émotion du film de très neutre au début, va monter crescendo pour arriver avec une sobriété bienveillante à captiver le spectateur sur un fait de société très intéressant;. Le film réussit son pari, troubler le spectateur en toute simplicité, l'amener à une réflexion sur la vie en société, un peu comme les frères Dardenne, qui semblent avoir inspiré ce film pourtant très argentin... Certes , Il y a moins de sérénité ici, une musique beaucoup trop discrète, peu de paysages, mais quand se termine le film, on éprouve encore ce bonheur simple comme pour beaucoup de film de Carlos Sorin...Ce réalisateur à une belle âme, Ne vous privez pas de la découvrir… c'est _un conseil d'ami….
    Cinéphiles 44
    Cinéphiles 44

    Suivre son activité 180 abonnés Lire ses 89 critiques

    3,5
    Voici quelques années que Cecilia et Diego attendent de pouvoir adopter. L’occasion va se présenter avec Joel, un garçon de 9 ans, plus âgé que ce qu’ils recherchaient. Le couple a beaucoup d’amour à donner, et bien que l’enfant intériorise chacune de ses émotions et qu’il s’est déjà forgé un caractère, la nouvelle famille va tenter de trouver un équilibre. « Joel, une enfance en Patagonie » est donc un film sur l’adoption mais également sur l’acceptation de l’autre. Les autres parents de la petite ville n’acceptent pas la venue du jeune garçon dans l’école. Ce dernier aurait mauvaise influence sur leurs propres enfants. Comment vont réagir les apprentis parents ? C’est avec pudeur et humanité que Carlos Sorín délivre un drame familial parfois cruel dans une société figée. D'autres critiques sur notre page Facebook : Cinéphiles 44 et notre site cinephiles44.com
    velocio
    velocio

    Suivre son activité 336 abonnés Lire ses 1 160 critiques

    3,5
    C’est en 1986, avec "Le film du roi", que la carrière cinématographique du réalisateur argentin Carlos Sorin a débuté. Ce n’est toutefois que 16 ans plus tard, en 2002, avec "Historias minimas", son 3ème long métrage, que sa renommée s’est réellement internationalisée. Depuis, des films comme "Bombon el perro", "Le Chemin de San Diego", "La fenêtre" et "Jours de pêche en Patagonie" ont confirmé le talent de Carlos Sorin qui, à bientôt 75 ans, est aujourd’hui une figure majeure du cinéma sud-américain. Avec "Joel, une enfance en Patagonie", c’est une fois de plus en Patagonie qu’il nous amène pour un film consacré à l’adoption et, une fois de plus, il ne déçoit pas. C’est en effet avec beaucoup de subtilité qu’il nous montre la réaction d’une communauté de taille réduite face à l’arrivée d’un élément qui vient troubler sa tranquillité et la différence de comportement qu’un homme et une femme peuvent avoir au sein d’un couple.
    soulman
    soulman

    Suivre son activité 22 abonnés Lire ses 75 critiques

    4,0
    Un autre beau film du discret réalisateur du "Chemin de San Diego", subtil mais déterminé, qui voit dans les paysages grandioses de la Terre de feu se jouer le destin d'un enfant de 9 ans en phase d'adoption. C'est surtout l'émouvant portrait d'une femme qui - ayant décidé d'être mère - se bat contre le rejet d'une communauté peu encline à faire de la place à un petit étranger. On peut regretter une fin abrupte qui laisse le spectateur au bord de la route.
    war m
    war m

    Suivre son activité 1 abonné Lire ses 109 critiques

    3,5
    Carlos Sorín prend pour moteur l’amour d’une mère, pour mieux faire apparaître la violence sociale que peut engendrer le communautarisme. Que cet affrontement se fasse dans un village reculé altère toutefois l’universalité du propos.
    ANDRÉ T.
    ANDRÉ T.

    Suivre son activité 23 abonnés Lire ses 128 critiques

    4,0
    Le sujet est traité avec beaucoup de justesse et de délicatesse….Depuis les premiers pas d’une « adoption à l’essai ». Le réalisateur met le doigt sur cet « engagement » vers un attachement parental pour la vie entre un enfant qui a déjà un lourd passé et deux « étrangers de bonne volonté » qu’il découvre peu à peu. Cela ouvre le champ sur les enjeux, les difficultés qui les attendent….. Et comme si ce n’était pas assez, il y a l’environnement, le voisinage d’une petite commune de Patagonie,repliée sur elle-même, qui « fantasme » sur le passé d’un « enfant difficile » de la grande ville….. et qui veut se protéger à tout prix…. On voit qu’il s’agit de préserver le vivre ensemble, même au prix de toutes les compromissions! le film: une bonne surprise !
    Jacques F
    Jacques F

    Suivre son activité 1 abonné Lire sa critique

    4,0
    très beau film qui met en avant la peur de l'autre , sujet qui fait la une des journaux très souvent . Les acteurs sont très très convainquant .
    Yves G.
    Yves G.

    Suivre son activité 320 abonnés Lire ses 364 critiques

    2,0
    Cecilia est professeur de piano. Diego travaille dans une exploitation forestière. le couple vient de s'installer en Terre de feu, à la pointe méridionale de l'Argentine, où règne un hiver quasi permanent. Sans enfant biologique, il souhaite adopter. On leur confie Joel, un orphelin de neuf ans, qui a connu dans les quartiers défavorisés de Buenos Aires une enfance chaotique. Cecilia et Diego l'accueillent dans leur foyer avec tout l'amour dont ils sont capables. Mais son insertion à l'école communale se passe mal. Les autres parents d'élève se mobilisent et exigent du directeur son exclusion. Carlos Sorin est un réalisateur argentin septuagénaire qui s'est fait connaître en France au début des années 2000 avec "Bombon El Perro", l'histoire d'un homme à bout de souffle qui reprend goût à la vie en élevant un chien de race. Ses films ont pour cadre la Patagonie qu'il filme loin des clichés touristiques que cette région charrie depuis que Nicolas Hulot a choisi de donner à son émission télévisée - puis à une gamme de shampoings et gels douche - le nom de sa capitale. Comme "Historias Minimas", comme "Jour de pêche en Patagonie", Joel est un drame minimaliste, filmé à hauteur d'homme sinon d'enfant. En quelques plans très simples, Sorin restitue les réactions d'un couple à l'arrivée ardemment attendue mais totalement déconcertante d'un enfant adopté. Quelle marque d'amour manifester à cet enfant ? Quelle consigne éducative lui donner sans passer pour une marâtre ? Quelle intimité à respecter lorsqu'il va prendre son premier bain ? L'actrice principale Victoria Almeida, des faux airs d'Audrey Tautou, incarne avec beaucoup de justesse ces questionnements. "Joel, une enfance en Patagonie" est hélas moins convainquant dans sa seconde partie, lorsqu'il traite des difficultés scolaires de Joel. Le directeur convoque Cecilia et les lui expose à mots couverts. La mère oscille entre l'indignation et l'acceptation. Elle entreprend de rencontrer les mamans, les unes après les autres, pour aider sa cause. On pense au scénario de "Deux jours, une nuit" avec Marion Cotillard. Mais n'est pas Dardenne qui veut.
    michel a.
    michel a.

    Suivre son activité Lire ses 2 critiques

    4,0
    Film sensible admirablement joué par l'enfant,Joel. Tout au long,le suspense est là. a savoir est ce que cet enfant adopté pourra rester dans cette et comment les parents,et surtout la mère, se battent pour faire accepter Joel, par une societé craintive et rejetante. Film magnifique et delicat
    beida
    beida

    Suivre son activité 3 abonnés Lire ses 9 critiques

    4,0
    Film très sensible, sur un sujet qui le requiert. Ceux qui espèrent voir les paysages de la Patagonie seront déçus, la caméra est centrée sur les protagonistes ! La fin est un peu abrupte.
    Myriambalagan
    Myriambalagan

    Suivre son activité

    1,0
    Ce film m'a choqué. On donne une image de l'adoption réductrice. Il s'agit d'EDUQUER EDUQUER EDUQUER; Aucune tendresse, aucune empathie envers cet enfant de 9ans, , la mère ne efface le passé de cet enfant, pour elle c'est sans importance. Elle préfère qu'il soit bien élevé et qu'il rentre dans le moule ... Bref pour moi ce film est une caricature.
    traversay1
    traversay1

    Suivre son activité 515 abonnés Lire ses 1 381 critiques

    3,5
    Plus de 6 ans sont passés depuis Jours de pêche en Patagonie et l'on retrouve avec bonheur Carlos Sorin, un peu surpris quand même par un film plus engagé et moins minimaliste qu'à l'accoutumée. Histoire d'une adoption en Terre de Feu d'un garçon déjà âgé de 9 ans, Joel, une enfance en Patagonie (était-il besoin de préciser la région argentine dans le titre français ?) bifurque assez vite sur un sujet autre, celui d'un corps étranger venant perturber les habitudes d'une petite communauté villageoise plutôt fermée. D'ordinaire bienveillant, Sorin se fait cette fois un peu acide faisant même l'un de ses personnages évoquer une certaine "pureté" chez les gamins du coin qui ne se retrouve pas dans les pièces rapportées. Plus que Joel, somme toute relégué au second plan, c'est le portrait de la mère, combattive et bien décidée à ne pas se laisser dicter sa conduite, qui semble intéresser le réalisateur. Le rôle est d'ailleurs défendu avec talent et énergie par une excellente actrice, Victoria Almeida, qui a davantage joué au théâtre et pour la télévision que pour le cinéma. Pour une fois, un film de Carlos Sorin s'intéresse assez peu aux somptueux paysages de Patagonie, concentré davantage sur son thème central et ses personnages et cela représente une légère déception. Mais moins que celle d'une fin ouverte, cette plaie du cinéma moderne, qui laisse Joel, sa mère adoptive et les spectateurs, dans la plus parfaite indécision.
    Marie R
    Marie R

    Suivre son activité

    1,5
    Dommage, le thème du film est intéressant mais le jeu du jeune homme est monotone et la fin...ben y'a pas de fin ! Ça gâche tout !
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top