Notez des films
Mon AlloCiné
    So Long, My Son
    note moyenne
    4,2
    784 notes dont 105 critiques
    répartition des 105 critiques par note
    27 critiques
    45 critiques
    21 critiques
    8 critiques
    2 critiques
    2 critiques
    Votre avis sur So Long, My Son ?

    105 critiques spectateurs

    Colette H.
    Colette H.

    Suivre son activité 1 abonné Lire ses 5 critiques

    4,5
    Publiée le 4 juillet 2019
    Film excellent. Malgré sa durée (3 h) et ses retours en arrière qui surprennent un peu au départ, on reste captivé de bout en bout. La dureté des événements qui y sont relatés ne nous empêchent pas de sortir de la salle avec des ondes positives tellement tant d'amour se dégage. Je le redis film excellent à voir sans hésitation
    Jacques F
    Jacques F

    Suivre son activité 3 abonnés Lire ses 86 critiques

    4,0
    Publiée le 4 juillet 2019
    Très beau film au rythme des fois un peu lent .La photo est très belle et les comédiens sont très très bons
    poet75
    poet75

    Suivre son activité 203 abonnés Lire ses 685 critiques

    4,5
    Publiée le 6 juillet 2019
    Dans une interview parue dans Télérama, le réalisateur raconte à quel point il a dû batailler avec la censure de son pays pour l’aboutissement de chacun de ses films. Ainsi, ce sont, entre autres, les autorités en charge des cultes qui sont intervenues pour faire retirer de « So long, my son » une scène montrant une femme sortant d’un temple bouddhiste puis passant devant une église en faisant un signe de croix. Dans la version telle qu’elle nous est proposée, il reste néanmoins une scène se déroulant dans un temple bouddhiste ainsi qu’un plan très fugitif sur une église, mais rien de plus. Compte tenu de ces tracasseries et des compromis qui en découlent, « So long, my son » n’en demeure pas moins un film remarquable qui nous fait découvrir, en une longue fresque, tout un pan de l’histoire de la Chine sous l’angle de la politique de contrôle des naissances qui y a sévi entre le début des années 80 et 2015. On le sait, durant cette longue période, les couples étaient tenus de n’avoir qu’un seul enfant, sous peine de sanction. On voit ainsi, dans ce film, comment les couples obéissants étaient récompensés, entre autres, par une remise de diplôme et les insoumis réprimés. Mais, si le film est passionnant, malgré quelques longueurs, c’est aussi et surtout parce qu’il s’attache à raconter l’histoire d’un couple parmi beaucoup d’autres. Or ce couple connaît la pire épreuve qui soit : leur enfant unique, leur garçon, décède tragiquement à la suite d’une noyade. Peut-on imaginer drame plus terrible que celui-là ? Or, le cinéaste montre, presque aussitôt, le même couple, quelques années plus tard, en charge d’un garçon, d’un adolescent en pleine crise, qui porte le même prénom que l’enfant décédé. Wang Xiaoshuai a savamment construit son film, osant toutes sortes d’ellipses, d’allers et retours dans le temps, pour nous faire percevoir ce qui s’est passé et comment le couple en deuil a pu accueillir un autre enfant sous son toit. Bien d’autres événements éprouvent, au fil du temps, cet homme et cette femme qu’on voit vieillir à l’écran puis rajeunir à l’occasion de flashbacks. Difficile de ne pas être profondément touché, voire bouleversé, par ces deux-là, par leur fidélité l’un à l’autre, fidélité qui leur permet de tenir bon au milieu des tourmentes. Et puis, et c’est sans nul doute la scène la plus belle et la plus poignante du film, voici que, alors qu’ils sont âgés, tous deux apprennent enfin la vérité entière sur ce qui s’est passé le jour où leur fils est mort. Ce sont la culpabilité d’une part et le pardon de l’autre qui sont alors à l’œuvre. La scène est inoubliable, elle illumine le film.
    Emmanuel Cockpit
    Emmanuel Cockpit

    Suivre son activité 13 abonnés Lire ses 235 critiques

    5,0
    Publiée le 14 juillet 2019
    Quand on va manger un repas de 7 plats dans un restaurant étoilé, on se dit qu’il y en aura trop, si bons soient-ils. C’est ce que je me suis dit en allant voir un film chinois en VO de plus de 3 heures. Et encore, je ne pouvais pas sauter des plats dans ce cas. Mais voilà… le cinéma réserve autant de (bonnes) surprises que la cuisine. Dans « Une famille chinoise », le metteur en scène traitait l’histoire de deux couples désemparés par une situation de choix extrême pour sauver une petite fille atteinte de leucémie. Ici, une autre tragédie familiale, construite sur l’évolution et les traumatismes de la Chine moderne sur plusieurs décennies, nous raconte l’histoire d’un couple parmi beaucoup d’autres. Il y connaît une des pires épreuves qui soit : la perte de leur enfant unique. Cette saga familiale n’a rien du lyrisme du cinéma italien : les personnages sont imprégnés de dignité, irrigués d’humilité et les acteurs transmettent de manière bouleversante leurs déchirures internes. Naissance, mort, avortement, adoption, perte, enfant caché, le metteur en scène pose son regard par touches délicates, sans cris, de manière presque discrète, au travers de plans éloignés des personnages, pour insister sur un drame avec des silhouettes au loin, ou sur l’intimité, avec une connivence derrière un rideau.
    Pietaterre
    Pietaterre

    Suivre son activité Lire ses 10 critiques

    5,0
    Publiée le 4 juillet 2019
    Vu en avant-première à Paris, merci merci Positif, quel cadeau ! Un chef d'oeuvre servi par une photo magistrale et un couple d'acteurs bouleversant. Surtout ne vous laissez pas impressionner par la durée du film, l'histoire nous tient du début à la fin, sans aucune lenteur. Au générique de fin on encore envie de suivre les traces de ce couple dont le fidèle attachement nous dépasse et nous transcende. Le réalisateur s'affirme ici comme un futur grand. So long...
    islander29
    islander29

    Suivre son activité 312 abonnés Lire ses 1 848 critiques

    4,0
    Publiée le 17 juillet 2019
    C'est vrai qu'il y a des longueurs, notamment au début, mais n'étaient elles pas nécessaires à cette fresque exigeante, sur la vie de deux couples chinois au début des années 1980 ???( Il s'agit surtout de l'un des deux couples, celui rongé par la culpabilité)...Après la mise en scène est magnifique, soignée, à la façon d'un Michael Cimino, dans les portes du paradis (sans l'aspect épique)…Le choix des musique est délicat et essentiel...l'image est souvent mélancolique, dans des clairs obscurs ocres et clairs ….Le film demande de l'immersion, et cela devient un puissant mélodrame, une histoire humaine, comme la Chine, dut en voir de milliers...toute une époque ronge par la culpabilité, suite à un accident…..Les personnages vibrent, et le montage du film est comme un rébus, qui devient lumineux à la fin du film ( le désordre chronologique des flash back offre sa solution, comme dans un polar, oui mais bien sûr, c'était donc de cela que parlait le film…???? Soyez patients avec ce film et vous serez récompensé...L'histoire de la Chine, elle, passe vraiment en second plan (ne vous attendez pas à apprendre certaines, choses, juste un clin d'œil à Mao)….J'ai noté aussi la beauté des paysages , notamment le port où vit le couple maudit ( ces nuées de bateaux de pêches, au crépuscule, ou sous l'éclatant soleil)….C'est une belle et grande fresque humaine, très intimiste ( au sens moral et sentimental) et qui malgré sa longueur mérite la subtilité de son dénouement, limpide et humaniste …..Ne soyez pas comme moi effrayé de sa longueur, (3 heures 10), on sort avec une âme plus riche de cette histoire chinoise...Si vous avez du temps ???? Je conseille….
    Cinephille
    Cinephille

    Suivre son activité 69 abonnés Lire ses 513 critiques

    4,5
    Publiée le 6 juillet 2019
    J'ai tendance à fuir les films de 3h et plus mais j'avoue ne rien regretter de celui-ci. A travers l'histoire de deux couples, un qui réussit au plan social pendant la communisme et ensuite en s'adaptant très bien au capitalisme, l'autre que la mort de leur enfant entraîne vers la marge sociale, on vit trente année de la Chine. La réalisation est parfaitement maîtrisée, on navigue sans arrêt entre les époques sans être perdu. Les acteurs changent d'âge d'une façon époustouflante alors que si souvent un acteur de 30 ans qui en joue un de 60 (ou inversement) n'est pas crédible. On évite pour beaucoup le pathos et les démonstrations trop appuyées. Et on prend conscience des drames individuels découlant de la politique de l'enfant unique et de la pression sociale.
    Myriam Z.
    Myriam Z.

    Suivre son activité 26 abonnés Lire ses 4 critiques

    5,0
    Publiée le 3 juillet 2019
    L'un des films les plus bouleversant jamais vu. Une épopée sur 40 ans de l'histoire de la Chine contemporaine ou comment la politique de l'enfant unique (1982) à saccager l'intimité des familles. Un scénario complexe qui nous emmène pas après pas toujours plus au coeur de leur trauma mais aussi de leur deuil. La dignité de ce couple est retranscrite dans la justesse incroyable du jeu et l'humilité des deux acteurs. Un chef d'oeuvre simplement.
    anonyme
    Un visiteur
    5,0
    Publiée le 22 juin 2019
    Vu en avant première aux rencontres d'art et essai de Bretagne 2019...un film magistralement mis en scène, photographié et écrit... L'histoire de la Chine des 40 dernières années à travers la vie d'un couple et de leurs amis proches.... L'auteur a préféré à un déroulement chronologique de l'histoire, sautiller sur plusieurs périodes sans que cela ne perturbe le récit...Un film qui va nous marquer.
    MathiasH
    MathiasH

    Suivre son activité 51 abonnés Lire ses 682 critiques

    3,0
    Publiée le 18 août 2019
    Déçu par cette TRES longue fresque familiale, qui procède par touches impressionnistes et mise sur le télescopage des époques pour étudier les effets d'un deuil impossible sur un couple d'ouvriers chinois, sur fond de communisme à la chinoise. L'aspect non linéaire crée un mystère autour de l'identité de XingXing et ce mystère donne lieu à de fausses attentes, qui parasitent ensuite la perception du film pour ce qu'il est, à savoir un film politico-social et un mélodrame. C'est justement dans sa dernière partie, quand le film se resserre sur la pureté du mélodrame, qu'il donne ses plus belles scènes. Dans l'ensemble, ça m'a quand même paru beaucoup trop long, souvent ennuyeux et trop distant dans le rapport aux personnages et à leurs affects.
    war m
    war m

    Suivre son activité 4 abonnés Lire ses 447 critiques

    4,5
    Publiée le 4 juillet 2019
    My long , my son est Un mélo plein de larmes, empli d'une dignité qui irrigue tous ses personnages. Génial !
    Jean-luc G
    Jean-luc G

    Suivre son activité 10 abonnés Lire ses 421 critiques

    4,5
    Publiée le 27 juillet 2019
    Un voyage introspectif en Chine absolument sublime. D'abord Wang prend son temps, il faut donc avoir trois heures de libre devant soi, ensuite il nous ballade dans un puzzle déconstruit de flash-backs, mais il ne faut pas se laisser impressionner: sa maîtrise ne vous laissera pas en chemin, et peu importe si certains détails de cette saga familiale vous ont échappé, l'essentiel viendra en temps utile. Le fil conducteur lui est basique: comment a-t-on vécu la politique de l'enfant unique imposée par le Parti Communiste Chinois? La réussite vient d'un habile mélange entre la saga sociale (le vécu collectif d'une nation toute entière dirigée vers la réussite de "la marche en avant", et la romance familiale (les impact de cette politique sur la vie des couples et des individus). Les acteurs sont remarquables de justesse, et, oh grande surprise, éprouvent des sentiments individuels très proches des nôtres. Le chinois a aussi un cœur de père ou de mère, derrière son apparente docilité. Cette proximité psychologiques étonne et force l'empathie pour ces familles ballottées par la grande Histoire. En arrière plan, les décors changent radicalement en fonction des époques et du déménagement du couple principal (un bref rappel souligne que tous les chinois ne parlent pas le mandarin, cette évocation de la persistance des langues régionales existe chez Zhang-ke). La caméra cadre subtilement, le montage ménage quelques effets de surprise. Même le titre occidental n'est pas anodin. Bref, une œuvre riche, qu'il n'est pas possible, malgré sa longueur, d'appréhender complètement en une seule fois. Merci à Wang Xiaoshuai de nous permettre d'approcher l'intimité du peuple chinois, ce qu'il serait impossible de faire lors d'un voyage touristique standard, et de plus pour une consommation de CO2 quasi-nulle en cette période de canicule: c'est aussi cela la magie éternelle du cinéma. C1 - juillet 2019
    plp56
    plp56

    Suivre son activité Lire ses 47 critiques

    4,0
    Publiée le 14 juillet 2019
    Un beau film où l'on ne prend pas le spectateur pour un idiot (ça change !), un peu long néanmoins...
    ninilechat
    ninilechat

    Suivre son activité 53 abonnés Lire ses 564 critiques

    4,5
    Publiée le 6 juillet 2019
    Ce sublime mélo très long -un peu trop long, sans doute, car après trois heures, on cale, mais..... comment être court lorsque l'on couvre 40 ans de vie de la Chine?- est un chef d'oeuvre. Il brasse tant de notions -la culpabilité, le pardon, le ravage des non-dits.... A partir de cette terrible (mais inévitable sans doute) tyrannie de l'enfant unique. Construit autour de flash backs parfois déroutants. En tous cas, je n'ai jamais vu autant de réalisme et de crédibilité dans le vieillissement des acteurs!         Ce sont des amis, ou beaux frères, belles soeurs... ils vivent les uns sur les autres dans une cité ouvrière, travaillent dans la même usine, s'amusent ensemble. Enfin, mieux vaut danser dans les bals officiels qu'organiser des surboums chez soi: l'un de la bande va se retrouver en tôle.         Deux couples d'amis donc. Les deux femmes, Lijun (Yong Mei) et Haiyan (Ai Liya) accouchent presque en même temps. Xingxing et Haohao vont grandir ensemble, comme des frères.... Mais tandis que Lijun reste une simple ouvrière, les parents de Haohao prennent du galon. On retrouvera à la fin du film le père, devenu patron d'une société, vivant dans le bel appartement moderne, avec mobilier design et écran plat, d'un Pekin complètement remodelé. En attendant, Haiyan est devenue sous directrice de l'usine et responsable du planning familial. Et quand Lijun se retrouve enceinte d'un scandaleux petit deuxième qu'elle ne peut plus cacher, Haiyan la traîne manu militari à l'hôpital où on l'avortera de force, en dépit de l'avancement de sa grossesse....          Les deux garçons vont jouer, malgré l'interdiction parentale, sur les berges d'un fleuve; au milieu, le courant est fort. Haohao est débrouillard; Xingxing, sage, un peu timoré et obéissant. Est ce Haohao qui l'a entraîné, ne voulant pas que son "frère" passe, aux yeux des autres gamins, pour un trouillard? Xingxing se noie, épisode traité avec une délicatesse qui ne le rend que plus bouleversant. Alors, Lijun et Yaojun (Wang Jing-chun) n'ont plus rien. Ils partent très loin, sur le bord de la mer, du côté de Canton, adoptent un orphelin qu'ils rebaptisent Xingxing.... mais c'est un gosse rebelle qu'il faudra bien laisser partir. Ils n'ont rien, ni argent, ni enfant, rien que l'affection solide qui les lie, alors que les autres, qui prospèrent en ville, ont tout -sauf que leur vie est bouffée par la culpabilité. Tout cela se terminera cependant par une fin lumineuse; la dernière séquence, on l'espère et on l'attend..         Depuis les travailleurs en veste et pantalon bleus, jusqu'aux jeunes actuels aux cheveux verts ou grenat qui font des rodéos à moto, Wang Xiaoshua nous fait parcourir quarante ans d'histoire, dans cette saga foisonnante aux multiples personnages. Mais ce dont on se souviendra le plus, sans doute, c'est l'humanité, la tendresse humaine qui parcours le film. C'est superbe et à ne pas rater.
    yeepee
    yeepee

    Suivre son activité 6 abonnés Lire ses 39 critiques

    2,5
    Publiée le 9 juillet 2019
    Première remarque: la durée... Le premier travelling du film auquel on a droit, d'un bout à l'autre d'une cuisine décrépie, est aussi misérabiliste que superfétatoire. On comprend tout de suite qu' on va en baver! Et en effet, si la dernière partie, contemporaine, est (heureusement!!) bien rythmée, les 2h qui la précèdent sont longues, mais longues... !!! 慢死了!!! Deuxième remarque l'interprétation: c'est le point fort du film. Rien à redire, les interprètes sont bons et cerise sur le gâteau, le vieillissement des personnages est très bien maîtrisé, chapeau à tous!. Troisième remarque le contenu: c'est là que je voudrais apporter quelques éclairages à ceux qui prennent Wang XiaoShuai pour un courageux dénonciateur du régime communiste... Rien n'est moins faux! Sachez que si tel était le cas, son film n'aurait jamais été autorisé à la diffusion en Chine. S'il l'a été, c'est qu'il colle parfaitement à la doctrine "Travail, Famille, Patrie" de Xi Jinping, et surtout, qu'il attaque frontalement la politique de Deng Xiaoping, le premier président chinois à avoir ouvert la Chine sur l'extérieur, aussi honni par le président actuel que Barack Obama l'est par Donald Trump! Pour qui connait bien la Chine et fait preuve d'un peu plus de subtilité que nos critiques de France, on voit très vite ce que vante ce film: les valeurs chinoises et en contrepoint, le rejet de l'occident. Cela commence avec la citation de Deng Xiaoping comme "horrible" instigateur de la politique de l'enfant unique (qui dans les faits nous a évités 500 millions d'humains supplémentaires sur la planète: on peut lui dire mille fois merci à Deng XiaoPing, sans lui la planète qu'homo sapiens détruit à vitesse grand V serait encore plus mal!!) Cela continue avec un hommage à Mao (salut à la statue du grand leader depuis la voiture avec un côté "mon pauvre vieux, si tu voyais comme ils nous ont dévoyé notre pays avec le capitalisme!") Et cela finit avec le personnage de Moli, spoiler: la belle apprentie, qui passe du statut d’héroïne qui rachète la faute initiale en donnant un fils de substitution à un couple en souffrance, au statut de traître à la patrie qui part émigrer à l'étranger et fait/adopte (on ne sait pas trop) un enfant sur place. Ça c'est le pompon pour notre brave Liu Yuajun ne peut réprimer un sourire de mépris appuyé en voyant le gamin sur skype! Heureusement, la morale est sauve, qques minutes plus tard le fils abandonné par Moli, son fils d'adoption à lui, un enfant chinois bien de chez nous, avec une fille bien de chez nous se rappelle à lui. Le message de Xi Jinping, qui est raccord avec le film est le suivant: soyez patriote, faites des gosses et oubliez l'étranger, la Chine a connu bien des vicissitudes mais elle a déjà pris sa revanche économique et continuera sur sa lancée. Ne cédez pas aux mirages de l'étranger (comme le fait Moli qui se perd) mes chers compatriotes, respectez le pays et sa doctrine. Vous rencontrerez des épreuves, qui n'en a pas, mais vous pourrez être fier de votre patrie! Pas comme Deng Xiaoping qui avait imposé: - la limitation du nombre de mandats en tant que président (non mais quelle absurdité! C'est bien mieux que je sois président à vie!) - la limitation du nombre de naissances (encore une absurdité! ) - l'ouverture au monde extérieur (peut-être la pire des absurdités, on est bien mieux à rester centré sur nos "valeurs", plutôt qu'à chercher à apprendre et partager avec l'étranger!!)
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top