Mon AlloCiné
    Une Grande fille
    note moyenne
    3,1
    135 notes dont 25 critiques
    12% (3 critiques)
    28% (7 critiques)
    28% (7 critiques)
    16% (4 critiques)
    8% (2 critiques)
    8% (2 critiques)
    Votre avis sur Une Grande fille ?

    25 critiques spectateurs

    DP2
    DP2

    Suivre son activité 1 abonné

    0,5
    Publiée le 17 août 2019
    L'année dernière je n'avais pas du tout aimé le premier film de ce réalisateur "Tesnota". Il nous livre encore un film très lourd. Nous avons à l'écran un film pesant, rébarbatif, d'un ennui incommensurable, malsain. Le pire c'est que la mise en scène (qui a reçu un prix, incroyable), est particulièrement horrible justement.
    dominique P.
    dominique P.

    Suivre son activité 478 abonnés Lire ses 432 critiques

    1,0
    Publiée le 16 août 2019
    Il faut s'armer de patience et de courage pour suivre ce film. Oui il est très difficile et pénible à suivre et aussi trop long. Le sujet n'est pas reposant, l'ambiance est poisseuse, l'image est laide et l'histoire est d'une infinie tristesse. Je suis ressortie de là lessivée et asphyxiée. Au départ je ne voulais pas le voir, j'ai hésité, finalement je me suis décidée et je le regrette.
    Laurent C.
    Laurent C.

    Suivre son activité 162 abonnés Lire ses 288 critiques

    2,0
    Publiée le 13 août 2019
    Difficile de tenir devant un film, au demeurant trop long, et surtout, où faute de clés narratives, le scénario enlise son spectateur dans une série de scènes bavardes et incohérentes. Bavardage est peut-être le maître mot de cette histoire où les comédiens déroulent une logorrhée des plus lentes. A cela s'ajoutent des sonorités laryngologiques qui, au fur et à mesure du récit, deviennent parfaitement insupportables. Voilà donc deux heures et demi d'un ennui incommensurable. La photographie se complaît dans des images jaunes et sombres qui renforcent le risque d'endormissement. Cette girafe pour reprendre l'expression du film est d'une tristesse inouïe dont on ressort ravi que l'expérience s'arrête.
    regattae
    regattae

    Suivre son activité

    2,5
    Publiée le 13 août 2019
    La bande-annonce et le résumé ne représentent pas du tout le film, qui est lent et irritant.
    colombe P.
    colombe P.

    Suivre son activité 79 abonnés Lire ses 89 critiques

    0,5
    Publiée le 16 août 2019
    En sortant de la salle, une dame devant moi qui me tenait la porte me dit " Ah enfin, cela fait du bien de sortir et de respirer, ce film m'a étouffée" et il se trouve que j'étais parfaitement d'accord avec elle. Le sujet du film est très intéressant mais tout le problème vient de la manière dont il est réalisé : des longueurs interminables, des scènes suffocantes et qui durent, durent, l'ambiance est malsaine entre les protagonistes, l'atmosphère est lourde et tragique. L'esthétique est particulièrement moche par dessus le marché. Sur ce sujet intéressant, il aurait fallu une toute autre réalisation. Mon ressenti général est négatif.
    beida
    beida

    Suivre son activité 3 abonnés Lire ses 10 critiques

    1,0
    Publiée le 7 août 2019
    un point de vue halluciné sur des personnages rescapés de la guerre à Leningrad. Des longueurs répétées et sans utilité, une complaisance malsaine devant les dérangements mentaux induits par la guerre.
    Cart2on
    Cart2on

    Suivre son activité 4 abonnés Lire ses 22 critiques

    2,5
    Publiée le 7 août 2019
    A n'en pas douter, le réalisateur s'est donné à fond pour ce film: un thème à ramifications multiples, une grande densité symbolique, une belle photographie. Ca n'empêche que les personnages m'ont semblé peu convaincants dans leurs motivations et leurs interactions. C'est l'hébétude d'un après guerre, peut-être? Il faut savoir que le film est facilement soporifique à cause de scènes tirées abusivement en longueur.
    Fabien D
    Fabien D

    Suivre son activité 62 abonnés Lire ses 469 critiques

    2,5
    Publiée le 11 août 2019
    Une grande fille a, à la fois, les qualités et les défauts d'un certain cinéma russe. Si d'un point de vue visuel, le film est magnifique, il est aussi particulièrement long et ennuyeux. On pense forcément à Sokourov devant ce film pictural mais extrêmement théâtral. Malheureusement le scénario est trop littéraire et le propos, pourtant fort, sur la conditions des femmes pendant la guerre reste totalement en suspens. Le caractère désincarné des personnages et le jeu assez monolithique des deux actrices principales crée un fossé avec le caractère romanesque de l'histoire. Cette incapacité à relier les contraires, le trop plein et le trop peu, crée une distance qui peut lasser. Néanmoins rien que pour son aspect formel le film mérite d'être vu mais avec une demi heure de moins il aurait gagné en densité.
    traversay1
    traversay1

    Suivre son activité 522 abonnés Lire ses 1 387 critiques

    4,0
    Publiée le 9 août 2019
    Le bel été russe pour cinéphiles se poursuit. Avant L'insensible et après Folle nuit russe et Factory, Une grande fille débarque, toute auréolé de son prix de la mise en scène à Un certain regard à Cannes. Tesnota était prometteur, le deuxième long-métrage de Kantemir Balagov fait plus que confirmer : Une grande fille est de ces films âpres et exigeants qui ne dévoilent qu'une partie de leur richesse à la première vision. On ne saurait comprendre le propos du réalisateur, si l'on n'a pas à l'esprit les 30 millions de morts côté soviétique pendant la seconde guerre mondiale et les 900 jours du siège de Leningrad. L'après-guerre est souvent plus difficile que le conflit lui-même tant il n'est plus question de "simplement" survivre mais de vivre à nouveau, avec un stress post-traumatique en sautoir. Comme dans Tesnota, Balagov a choisi de parler des femmes dans ce contexte, au milieu d'un hôpital, avec le thème central de la maternité, voulue ou non. Le film s'intitule Une grande fille mais ses deux héroïnes occupent une position presque égale, les personnages dits secondaires prenant également une place significative. L'une des forces du film est d'ailleurs son intelligence narrative avec un équilibre trouvé entre les destins et la psychologie mêlés des différents protagonistes. Mais Balagov, outre un talent de directeur d'acteurs (d'actrices) formidable impressionne surtout par sa mise en scène qui fait alterner dureté et douceur et s'exprime notamment par des travellings somptueux. En ce temps de paix retrouvé, avec la guerre dans toutes les têtes, Une grande fille ménage une poignée de moments d'anthologie comme les scènes d'euthanasie, de repas ou plus généralement entre les deux personnages principaux. Pour être honnête, les dialogues sont parfois un peu étirés et lancinants mais cela ne remet pas en question le sentiment que le film, avec son côté romanesque, est digne de la grande tradition russe qui va de Tchekhov à Dostoïevski en passant par Tolstoï.
    anonyme
    Un visiteur
    4,5
    Publiée le 10 août 2019
    De temps en temps le grand cinéma d'auteur réapparait dans le monde. Ici c'est un jeune russe qui prend le relève de ses maitres. Il avait vraiment quelque chose à transmettre sur ''l'après guerre'' et aussi évoquer le terrible siège de Leningrad qui avait duré si longtemps et provoqué tant de morts. Le film est tragique mais nulle exploitation du tragique n'est faite et c'est bien cela qui fait de ce film une sorte de chef d’œuvre de réalisme, certes maladroit parfois, mais tellement sincère. Pour ce faire Balagov a juste utilisé les acteurs et sa caméra, parfois même sur l'épaule. A travers eux, on ressent tout ce qui a pu se passer les 900 jours précédents. Les dégâts humains sont bien plus parlants que les scènes de guerre totalement absentes et c'est là que se comprend toute l'émotion dégagée par le film. Dire d'aller le voi,r ce pas forcement donner un conseil qui conviendra à tous mais affirmer que c'est un grand film qui bouleversera les cinéphiles intellectuels, oui, trois fois oui, sans hésiter.
    Bernard T.
    Bernard T.

    Suivre son activité 4 abonnés Lire sa critique

    4,5
    Publiée le 10 août 2019
    L’année passée, j’écrivais à propos du réalisateur de « Tesnota, une vie à l’étroit », présenté à Cannes dans la section « un Certain Regard », Kantemir Balagov, « mais gageons qu’on en reparlera…tant son film apparaît comme une œuvre considérable ». Cette année, il est revenu à Cannes avec son second long métrage, toujours dans la même section, avec « une Grand Fille ». Le Prix de la mise en scène qu’il a obtenu ainsi que le Prix Fipresci me donnent entièrement raison. Un grand cinéaste est né. Il n’a que 30 ans. Nous sommes à Leningrad, peu après la fin de la deuxième guerre mondiale. Dans un hôpital, on soigne les blessés, nombreux. Parmi le personnel soignant, Iya est infirmière, blonde, de très grande de taille. Elle a un jeune enfant, lequel est à peu près la seule distraction des malades. On apprendra plus tard qu’il est en fait le fils de l’amie d’Iya, Masha, laquelle le lui avait confié durant la guerre. Il y a aussi le chef de service, plus tout jeune, mais encore capable de procréer. Kantemir Balagov étudie avec minutie les aspects psychologiques des deux jeunes femmes chez lesquelles la guerre a laissé plus que des traces, et leurs rapports entre elles après le drame dont je tairai la teneur. Sur ce point, les face à face de ces deux femmes apparaissent avec une force inouïe, les deux visages reflétant des sentiments totalement contradictoires et fluctuants. Quant à la caméra de Balagov, elle s’attarde parfois sur des plans fixes, imprimant des moments de suspension au film. Kantemir Balagov, au travers de son film, évoque des sujets sociétaux actuels : l’euthanasie quant un blessé qui ne marchera plus demande au médecin de mourir ; l’homosexualité féminine dont on sait comment elle est ressentie dans la Russie d’aujourd’hui ; et même la GPA puisque Masha qui ne pleut plus avoir d’enfant demande à son amie Iya d’en concevoir un pour elle. Deux très grandes actrices aux deux visages reflétant les souffrances de la guerre, les problèmes des femmes d’hier et d’aujourd’hui, un beau film d’un jeune réalisateur en plein devenir… C’est cela « une Grande fille », un beau et grand film. !
    Jmartine
    Jmartine

    Suivre son activité 73 abonnés Lire ses 121 critiques

    4,0
    Publiée le 9 août 2019
    C’est un film magnifique, bouleversant et terriblement prenant que nous offre le jeune réalisateur Kantemir Balagov avec Une Grande Fille, prix de la mise en scène dans la catégorie Un certain regard au dernier festival de Cannes…Un film qui raconte l'irréparable de la guerre, ce qui disloque les survivants et à fortiori ces femmes de l'ombre dans l'Union soviétique, combattantes, quasi esclaves des hommes et qui retournent à la vie civile comme des ombres ...C’est un film assez long 2h17, au rythme relativement lent…beaucoup de choses passent par les gestes et les regards...l’intrigue se révèle au fur et à mesure du déroulement du film…La grande Iya, surnommée la Girafe à cause de sa taille, et la rousse Masha se sont liées d’amitié sur la batterie anti-aérienne qu’elles servaient sur le front de Leningrad …Iya sujette à des crises de paralysie passagère, séquelles post-traumatiques, a été renvoyée vers l’arrière comme infirmière dans un hôpital de guerre. Dans ce monde en ruine, obscurci aussi bien par l’hiver que par la pénurie, elle est à la fois lumineuse et fantomatique. A cause de sa mystérieuse maladie elle est cantonnée à des tâches subalternes et soulage comme elle peut les gueules cassées, sous la direction d’un médecin militaire bienveillant et humaniste, Nikolay Ivanovich….Iya s’occupe de Pashka, le fils que Masha lui a confié pour le mettre à l’abri…Iya et Pashka vivent dans un appartement collectif, comme ce fut longtemps le cas en URSS…Masha revient du front, couverte de décorations et avec une vilaine blessure au ventre, séquelle d’un éclat d’obus… Brutale dans ses gestes comme dans son langage, semblant ancrée dans la vie, elle s’installe chez Iya et trouve un travail d’aide soignante à l’hôpital…entre la douce et la toute gauche Iya et la volubile et pétulante Masha va se nouer une relation toxique où Masha va se montrer une redoutable manipulatrice…Nous n'en dirons pas plus....Ce climat vénéneux est renforcé par les jeux de couleurs, palette de rouges et de marrons, verts criards, couleurs chaudes des pulls de Iya et Masha…intérieurs sombres éclairés à la bougie, qui tranchent avec le gris neigeux du dehors… le film est servi par deux actrices remarquables, Iya , interprétée par Viktoria Miroshnichenko, elle fascine. Vasilisa Perelygina est une formidable Masha… Une grande fille est un film, esthétiquement très beau, cruel dans ses sentiments et qui vous prendra aux tripes… ….A voir !
    Joce2012
    Joce2012

    Suivre son activité 7 abonnés Lire ses 37 critiques

    4,5
    Publiée le 7 août 2019
    Très bon film, très grandes interprétations, très bon moment de cinéma qui relate bien cette période historique si dure ....
    velocio
    velocio

    Suivre son activité 339 abonnés Lire ses 1 161 critiques

    3,5
    Publiée le 19 juillet 2019
    Osons l’avouer : il y a 2 ans, nous n’avions pas été vraiment convaincu par "Tesnota", le premier long métrage du jeune réalisateur russe Kantemir Balagov, présenté à Cannes 2017 dans la sélection Un Certain Regard et, par ailleurs, encensé par une grande partie de la critique. La raison de notre circonspection ? Elle se trouvait dans la conclusion de notre critique : « Un film gâché par la recherche excessive d’effets permettant à un jeune réalisateur, du moins l’espère-t il, de se faire remarquer. Certes, il n’y a pas que du négatif dans ce qu’il nous propose, mais on se permettra modestement de lui donner un conseil : dans sa production future, qui ne manquera pas d’arriver, qu’il sache faire le bon choix entre film cherchant avant tout à impressionner un certain public festivalier en faisant dans l’esbroufe et film plus humble cherchant avant tout à passionner les cinéphiles qui se rendent dans les salles ». Nous n’aurons pas l’outrecuidance de croire que Kantemir Balagov a eu connaissance de cette critique et, qu’en plus, il en a tenu compte, mais le résultat est là : un deuxième long métrage beaucoup plus sobre, beaucoup moins poseur, un film qui a obtenu le Prix de la mise en scène de la sélection Un Certain Regard de Cannes 2019. C’est dans l’essai « La guerre n’a pas un visage de femme » de l’écrivaine biélorusse Svetlana Aleksievitch, lauréate du Prix Nobel de littérature en 2015, que Kantemir Balagov et Alexandr Terekhov ont puisé leur inspiration pour l’écriture du scénario de "Une grande fille", un livre qui montre l’importance (trop peu connue et reconnue !) du rôle des femmes dans les combats menés par l’Union Soviétique lors de la 2ème guerre mondiale. Des femmes à la fois combattantes et mères, combattantes et infirmières, combattantes et objets de désir. C’est dans un hôpital de Leningrad, durant l’automne qui a suivi la guerre, avec un nombre limité de personnages, que les deux scénaristes ont choisi de concentrer leur vision de cet héroïsme féminin. Le résultat qu’on voit à l’écran est un film dans lequel règne une atmosphère très particulière, faite de lenteur, le réalisateur s’attachant à exprimer les émotions au travers des gestes et des regards. Il le fait avec des plans-séquence souvent très longs allant même parfois jusqu’au syndrome « kékichien », quelques plans durant au delà de la limite du raisonnable, l’exemple le plus notable étant la scène de la « danse de la toupie », beaucoup, beaucoup trop longue. Même s’il n’a pas totalement gommé les défauts qu’on avait décelé dans "Tesnota", Kantemir Balagov, bien aidé par sa directrice de la photographie Kseniya Sereda, montre qu’il est vraiment un réalisateur prometteur et il n’est pas interdit de penser que son prochain film ne sera plus dans la sélection Un Certain Regard et entrera plutôt dans la compétition pour la Palme d’Or.
    skyborder1
    skyborder1

    Suivre son activité Lire ses 3 critiques

    5,0
    Publiée le 13 août 2019
    D'un language cinématographique pleine de grace ou chaque un instant est sublime ou chaque respiration compte. Un univers jamais vu, les deux héroïnes incroyables, subtile, puissant, du vrai art!
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top