Notez des films
Mon AlloCiné
    Mon ninja et moi
    Anecdotes, potins, actus, voire secrets inavouables autour de "Mon ninja et moi" et de son tournage !

    Phénomène danois

    Véritable phénomène au box-office danois avec plus de 950 000 entrées (soit près de 1 habitant sur 5 au Danemark), Mon Ninja et moi est un film d’animation qui a la particularité d’aborder de nombreux thèmes sociétaux comme le harcèlement scolaire, les familles recomposées ou encore le travail forcé des enfants en Asie.

    Genèse du film

    L’histoire de Mon Ninja et moi est apparue au réalisateur Anders Matthesen il y a une dizaine d’années en dessinant un petit Ninja, qui pour une raison absolument inconnue, portait un vêtement à carreaux. "J’ai publié le dessin sur mon site internet et sur Facebook. Les réactions furent immédiatement très positives sur ce petit personnage en colère, qui pouvait se camoufler sur toutes les surfaces à carreaux. Cela faisait longtemps que je voulais faire un nouveau film d’animation et il m’est apparu évident que je devais donner plus de vie à ce petit Ninja à carreaux. Mon ambition était de faire un film qui peut être regardé par toute la famille, sans être trop enfantin. Il contient différents niveaux de lecture, et s’adresse aussi bien aux enfants qu’aux adultes."

    Production danoise

    A. Film Production, basée à Copenhague et dirigée par Anders Mastrup, est l’une des sociétés les plus prolifiques dans le secteur du film d’animation dans les pays Scandinaves. Depuis 30 ans, A. Film produit aussi bien des films d’animation classiques qu’en images de synthèse et travaille aussi bien pour des longs métrages destinés au cinéma que pour des séries télés. (www.afilm.com) Pop Up Production, basée elle aussi à Copenhague, appartient à Trine Heidegaard une productrice indépendante spécialisée dans l’animation depuis 20 ans, qui a produit et coproduit les films et séries télés les plus renommés au Danemark.

    Co-réalisation

    L’objectif était de partager la réalisation entre Thorbjørn Christoffersen et Anders Matthesen"Thorbjørn a entre autres réalisé Terkel In Trouble et imaginé beaucoup des gags visuels. Il a aussi participé au scénario. Il a une bonne connaissance de ce qui peut être fait, du coût des choses et des astuces et idées qui ont déjà été utilisées par d’autres. Il y a une bonne alchimie entre nous."

    Thématiques fortes

    Bien plus qu’un simple film d’animation, Mon Ninja et moi, porteur de thématiques et valeurs fortes, invite à la réflexion sur le monde et sur soi avec humour et émotion. Ce film dénonce autant le scandaleux traitement dont souffrent encore tant d’enfants esclaves dans certains pays, que le harcèlement scolaire. Mon Ninja et moi prône avec pédagogie l’équilibre en tout, qu’il soit moral, physique ou encore alimentaire.

    Les enfants-esclaves

    En montrant l’exploitation des enfants dans une usine de fabrication de jouets en Thaïlande dès le début du film, la mort d’un enfant-esclave et la naissance à la vie d’une poupée vengeresse, Mon Ninja et moi plonge les spectateurs - parents et enfants - dans un niveau émotionnel intense. Au collège, Alex peine à trouver sa place. Il est amoureux de Jessica, qui ne le remarque pas, et il se fait persécuter par Glenn, redouté de tous. À la maison, le jeune garçon se fait tyranniser par son demifrère et discriminer par son beau-père. La mère d’Alex tente malgré tout de maintenir un certain équilibre, notamment alimentaire, en préparant des plats sains.

    La vengeance

    Mon Ninja et moi traite également de la question du bien et du mal et de la vengeance que le Ninja veut exercer contre le méchant fabriquant de jouets, Phillip Eppermint. Alex va aider son nouvel ami à trouver le bon chemin afin qu’il ne devienne pas à son tour un criminel, tout en veillant à ce que justice soit faite contre l’affreux esclavagiste.

    Influence japonaise

    De manière subtile, le film recourt à des méthodes et un style narratif empruntés aux films classiques japonais, comme par exemple les violents orages, les maisons à pignons éclairés par la lune et les fleurs de pommiers qui tombent. Une animation moins caricaturale et aussi un style dans l’ensemble tamisé et réaliste qui donne plus de force aux évènements du film. Autrement dit, ce n’est pas un film d’action « tape à l’oeil » avec des explosions, des courses poursuites à couper le souffle ou des grands dragons. C’est un film qui est 100% du côté du bien et du héros et qui va à l’encontre d’une attitude actuelle selon laquelle : « Si je ne fais rien de mal, quelqu’un d’autre le fera de toute façon ».

    Musique du film

    La musique du film est un mix entre du hip hop / trip hop et de la musique d’inspiration japonaise. L’ambition était d’avoir une bande-son qui utilise des beats lourds accompagnés de sifflements de bambous et de tambours Shamisen et Kabuki.
    Les secrets de tournage des films les plus populaires lors des 30 derniers jours
    • Eté 85 (2020)
    • Tout Simplement Noir (2020)
    • Divorce Club (2019)
    • T’as pécho ? (2019)
    • Greenland - Le dernier refuge (2020)
    • L'Aventure des Marguerite (2018)
    • Adorables (2019)
    • Les Blagues de Toto (2019)
    • Scooby ! (2020)
    • Terrible Jungle (2020)
    • Tenet (2020)
    • The Vigil (2019)
    • Madre (2020)
    • Lucky Strike (2020)
    • Ip Man 4 : Le dernier combat (2019)
    • The Climb (2019)
    • Lands of Murders (2019)
    • Dreams (2019)
    • Felicità (2020)
    • The King Of Staten Island (2020)
    Back to Top