Mon Allociné
Diamants sur canapé
Séances Bandes-annonces Casting Critiques spectateurs Critiques Presse Photos VOD
Blu-Ray, DVD Musique Secrets de tournage Box Office Récompenses Films similaires News
note moyenne
4,1 2073 notes dont 193 critiques
35% 67 critiques 39% 76 critiques 10% 20 critiques 10% 20 critiques 5% 10 critiques 0% 0 critique

193 critiques spectateurs

Trier par
Critiques les plus récentes
  • Critiques les plus utiles
  • Par les membres ayant fait le plus de critiques
  • Par les membres ayant le plus d'abonnés
Nicolas S.

Suivre son activité 25 abonnés Lire ses 870 critiques

3,0Pas mal • Publiée le 01/05/2016

Blake Edwards à la réalisation, Audrey Hepburn devant la caméra et une réputation très élogieuse. Voilà en somme comment l'on pourrait résumer ce que le péquin moyen sait de "Diamants sur canapé" en 2016. Et comme je suis un péquin moyen, c'est avec cette vision que j'ai abordé cette oeuvre. J'en attendais sûrement beaucoup ce qui explique ma relative déception. Attention, "Diamants sur canapé" (ou Breakfast at Tiffany's en VO, titre qui correspond beaucoup plus à l'histoire) n'est pas mauvais. Non, tout d'abord parce que les deux acteurs principaux, Audrey Hepburn et George Peppard, sont magnifiques tant physiquement que dans leur jeu d'acteur. S'il n'y avait qu'une seule raison de voir ce film, ce serait pour eux. Ensuite, le film est très moderne, vraiment. Un exemple anecdotique mais parlant : dans une scène, Audrey Hepburn joue de la guitare et chante à sa fenêtre et elle est habillée d'un sweatshirt. Oui, d'un sweatshirt au début des années 1960 ! Enfin, il y a un certain grain de folie qui irrigue le film et qui lui donne une identité bien à lui pour un film de cette époque. En revanche, et c'est un défaut très important, je n'ai pas trouvé l'histoire extraordinaire. Je sais que le film est adapté d'un livre de Truman Capote mais je ne l'ai pas lu donc je ne ferai pas de parallèles avec l'oeuvre originale. Cependant, je trouve l'histoire très linéaire. Elle n'a pas de véritable rebondissements et finalement, sous ses airs un peu déjantée et rebelle, elle est classique. Pas de quoi casser trois pattes à un canard donc ! Ainsi, la seule raison qui ferait que je recommanderai de voir ce film, ce serait pour ses acteurs qui livrent une interprétation remarquable.

MemoryCard64

Suivre son activité 13 abonnés Lire ses 350 critiques

4,0Très bien • Publiée le 28/02/2016

Une robe noire, un bagel, la Cinquième Avenue... L'ouverture de Breakfast at Tiffany's est à l'image du reste du film : chic, douce, mais emprunte d'une profonde mélancolie, un sentiment que le personnage principal connait bien, même si elle s'en défend... Dans l'ensemble, je pense que Woody Allen aime beaucoup ce film, puisqu'il comporte plusieurs thèmes qui seront plus tard récurent dans sa filmographie. On peut noter le spleen et l'hommage à la grosse pomme, mais aussi un humour absurde très agréable (la scène de la fête est par exemple un joyeux bazar). D'ailleurs, le long-métrage fait preuve de beaucoup de modernité en brisant les règles imposées par le code Hays (qui se relâchait à l'époque, mais quand même !). La représentation positive de la consommation de l'alcool et du strip-tease surprend, mais s'accorde au final avec l'existence insouciante que mène Holly Golightly. La romance, quant à elle, se développe petit à petit dans des scènes vraiment charmantes, où la malice du personnage principal est mise à l'honneur, comme dans la scène où elle met Paul au défi de voler quelque chose dans un magasin (une scène qui me rappelle Godard). Cette histoire d'amour trouve sa conclusion dans une scène de fin pluvieuse, bercée par Moon River, ce qui la rend tout aussi mémorable que l'ouverture. Diamants sur canapé se situe donc à la frontière entre le classique et le moderne. La mise en scène reste académique, avec son lot d'images joliment composées. Pourtant, le récit et les personnages s'inscrivent dans quelque chose de plus libre, de moins cadré que ce qui pouvait se faire à la même époque. En résulte une superbe comédie romantique qui redonne le sourire.

JimBo Lebowski

Suivre son activité 147 abonnés Lire ses 503 critiques

3,5Bien • Publiée le 20/02/2016

Sans grande surprise un film qui tient en majeure partie grâce au charme de Audrey Hepburn, brandissant son fume cigarette fantaisie et rabaissant ses lunettes pour jouer de ses prunelles, l’adorable emmerdeuse dans toute sa splendeur, et la minauderie marche complètement (fort heureusement), tout comme la légèreté des sentiments batifoles ou la folie des soirées mondaines. La mise en scène de Blake Edwards fait également preuve d’une certaine audace, les dialogues sont bien souvent savoureux et l’orchestration de Mancini berce le tout, après les enjeux de cette romance où les fantômes du passé de Holly ressurgissent pour donner de la substance dramatique au scénario sont parfois un poil poussifs bien que le final soit réussi (même si on se doutait qu’elle allait sortir de ce foutu taxi) … je passe aussi ce mauvais gout absurde du voisin asiatique qui semble être clairement de trop pour apporter je ne sais quel touche burlesque.

Bruno TEF

Suivre son activité 2 abonnés Lire ses 57 critiques

2,0Pas terrible • Publiée le 09/08/2015

Voilà un film dont j'attendais beaucoup, un peu à cause des critiques et surtout en raison de la présence d'Audrey Hepburn. Je partais conquis d'avance et pourtant je me suis em...bêté. J'ai trouvé ça long, et indubitablement ça manque de rythme, quant à l'histoire ça reste si confus que j'aurais bien du mal à la résumer clairement. Il reste le jeu d'Audrey Hepburn, dont la présence illumine le film. George Peppard, lui, semble figé, mal à l'aise, planté là comme un accessoire du décor. Grosse déception donc en ce qui me concerne. A éviter si possible, sauf pour les inconditionnels de l'actrice ... et encore, car on peut trouver bien mieux dans la filmographie. Le titre français est absolument incompréhensible et sans rapport avec le film. Aurais-je raté quelque chose ? ... Pour information, le titre original est "Breakfast at Tiffany's"

Louis G.

Suivre son activité 0 abonné Lire ses 96 critiques

3,0Pas mal • Publiée le 11/07/2015

Difficile d'accrocher à ce film en ce qui me concerne, malgré les très bonnes critiques et mon a priori positif sur un film de Blake Edwards. Rien à redire cependant sur le jeu d'Audrey Hepburn ni sur son personnage mais beaucoup de longueurs. https://www.facebook.com/UnDernierEspoirLeFilm

Michel P.

Suivre son activité 4 abonnés Lire ses 72 critiques

4,0Très bien • Publiée le 07/05/2015

Nostalgie ce soir, au ciné, avec une belle comédie sentimentale de 1961, tirée d'une nouvelle de Truman Capote. Grandes lunettes fumées , robe noire Givenchy, porte-cigarettes et diamants Tiffany's, une jeune femme, l'adorable Audrey Hepburn, se perd et se ment jusqu'à renier ses propres sentiments par vénalité et amour de l'argent. Quand on aime, ne faut-il pas avoir le courage de s'appartenir l'un à l'autre, pour trouver le Bonheur! Chanson du film : moon river

Olivier Ferry

Suivre son activité 5 abonnés Lire ses 166 critiques

3,5Bien • Publiée le 18/04/2015

Diamants sur canapé, film culte brille principalement par sont actrice principal. Audrey Hepburn icône absolue dans ces robes Givenchy, est sublime dans ce personnage extravertie et résolument moderne. Pour ce qui est de l'histoire, personnellement je trouve cela quand même très guimauve...

Orikrin Y.

Suivre son activité 8 abonnés Lire ses 465 critiques

2,5Moyen • Publiée le 18/03/2015

Aurait été bien si tout n'avait pas été fait pour mettre en valeur une Audrey Hepburn de toute manière crédible dans un rôle assez complexe et diversifié. Riche en rebondissements mais relativement banal au final. La couleur sur un film si vieux met en revanche l'accent sur un ambiance peu commune. http://c3porikrin.wordpress.com/

Rémy J.

Suivre son activité 39 abonnés Lire ses 207 critiques

3,5Bien • Publiée le 04/03/2015

Le mardi 3 mars 2015, nous avons pu assister à la projection sur grand écran de Diamants sur canapé de Blake Edwards, le réalisateur de la saga de La panthère rose, dans sa version colorisée et dans le cadre des séances Il était une fois organisées par les cinémas Pathé-Gaumont et présentées par Philippe Rouyer. Inspiré de Breakfast at Tiffany’s de Truman Capote, ce film culte, sorti en 1961 habité par les interprétations d’Audrey Hepburn et de George Peppard (qui deviendra, dans les années 80, Hannibal dans la série Agence tous risques) n’en souffre pas moins de quelques longueurs. Holly Golightly (Audrey Hepburn) est une jeune femme élégante et sophistiquée, amoureuse de New-York et organisatrice de fêtes endiablées. Elle gagne sa vie en étant call-girl. Fréquemment, elle crée du désagrément à son voisin japonais Monsieur Yunioshi (Mickey Rooney) en ramenant des inconnus à des heures incongrues et en oubliant ses clés. Fraîchement installée dans son nouvel appartement, elle fait la connaissance de son autre voisin, un écrivain en panne d’inspiration, Paul Varjak (George Peppard), lui-même entretenu par une femme mariée qu’il surnomme 2-E (Patricia Neal). Au premier abord, Diamants sur canapé est une comédie. Les interventions fréquentes de Monsieur Yunioshi, japonais caricaturé à l’extrême jusque dans l’apparence, sont autant de plaisanteries basés sur la gestuelle de Mickey Rooney et sur la répétition. Le photographe, toujours à la recherche d’une certaine quiétude, se cogne perpétuellement en se relevant brusquement lors qu’Holly sonne chez lui. Contrebalançant son apparence zen, il devient alors fou de rage et menace la jeune femme de tous les châtiments du monde. Avec malice, celle-ci lui propose de poser pour des photos qu’elle ne fera probablement jamais pour le calmer. Autre moment très drôle du film, la longue séquence de la fête qu’elle organise. Elle ne semble y connaître que très peu de gens, ce qui rappelle son côté fantasque. Idée de génie de Blake Edwards, qui a invité toutes ces connaissances à figurer dans le film, cette fête réunit réellement quelques personnalités du cinéma de l’époque que l’on prendra un grand plaisir à reconnaître. La partie donne l’occasion d’un tas de situation alambiquée, certaines assez subjectives, et se termine par l’intervention de la police alors qu’Holly s’est éclipsée de son appartement avec un homme terriblement moche mais qu’elle soupçonne d’être très riche. Pour autant, Diamants sur canapé tient surtout de la comédie romantique. Et c’est de ce côté-là qu’il faut chercher le principal point faible du film : la répétition des événements qui donne une impression de longueur. Effectivement, bien qu’Audrey Hepburn incarne parfaitement la jeune Holly, fille fantaisiste se cherchant un but, à la fois effrontée et fragile, son personnage ne cesse de répéter les mêmes schémas. Touchant, Paul Varjak supporte sans trop rien dire, les lubies de sa protégée. L’air de désapprobation silencieuse de George Peppard que l’on lit dans ses yeux autant que dans ses hochements d’épaules, restera dans nos mémoires. Avec Sally Tomato (Alan Reed), vieux mafieux, Rusty Trawler (Stanley Adams), jeune héritier fauché, Doc Golightly (Buddy Ebsen), son ancien mari qui l’épouse à quatorze ans (sic) ou José da Silva Pereira (José Luis de Vilallonga), les situations se suivent et se ressemblent. Cousu de fil blanc, le scénario nous laisse attendre une fin heureuse qui ne nous étonneras pas. Malgré cet aspect, il reste que la part belle est quand même faite à la psychologie torturée d’Holly et que l’aspect sexuel de l’histoire, seulement suggéré par les dialogues, est évoqué avec beaucoup de tact sans jamais versé dans le graveleux et sans étalé de préjugés. Diamants sur canapé est aussi résolument moderne pour ses contemporains proposant une histoire d’amour assez libre où même dans la scène finale, les deux protagonistes ne font rien d’autre qu’enfin saisir l’instant qui leur échappait jusque-là, Holly réalisant qu’elle ne poursuit que des chimères. Histoire d’amour entre deux marginaux à la classe folle, Diamants sur canapé reste l’incarnation, à la fois d’une certaine vision de la mode incarnée par Audrey Hepburn, toujours très élégante, habillée par Hubert de Givenchy et celui d’un amour fort se passant de l’engagement traditionnel du mariage, incarné par une bague de pacotille trouvée dans un paquet de cacahuètes. Convaincue que Diamants sur canapé racontait l’histoire d’une prostituée sans vergogne, Edwards l’a persuada que le personnage d’Holly avait une toute autre stature, celle d’une femme libre, sans entrave et aux motivations complexes malgré des dehors simplistes. C’est bien dans cette interprétation que Diamants sur canapé gagne son statut de film précurseur. Retrouvez nos autres critiques sur Une Graine dans un Pot : http://unegrainedansunpot.com

AHEPBURN

Suivre son activité 13 abonnés Lire ses 200 critiques

4,5Excellent • Publiée le 03/03/2015

Envouté par Audrey Hepburn, un scénario inventif et Mickey Rooney en asiatique il fallait y penser. Avez vous reconnu Paul/Fred et oui c'était le chef dans l'agence tous risques. Le cinéma c'est autre chose sur grand écran. Je recommande

Les meilleurs films de tous les temps
  • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
  • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse