Mon AlloCiné
2001 : l'odyssée de l'espace
note moyenne
4,0
16881 notes dont 1252 critiques
57% (708 critiques)
15% (182 critiques)
6% (77 critiques)
9% (115 critiques)
7% (87 critiques)
7% (83 critiques)
Votre avis sur 2001 : l'odyssée de l'espace ?

1252 critiques spectateurs

SilverBarde

Suivre son activité 2 abonnés Lire ses 5 critiques

2,5Moyen
Publiée le 26/07/2015

Au vu du nombre de commentaires qui font l'éloge de ce film autant dire que je m'attendais à recevoir une claque et bien la claque je l'ai eu mais pas comme je m'y attendais. Autant le dire tout de suite ce film ne mérite pas le statut de film suprême qu'on lui prête il est même loin de l'être! Bon oui d'accord, ce film a une esthétique sublime, des effets spéciaux incroyables, une mise en scène avant-gardiste mais cela suffit-il pour faire d'un film un chef-d'oeuvre? Nous connaissons tous la réponse. Le problème de ce film c'est qu'on lui donne une valeur d'oeuvre abstraite c'est-à-dire que l'oeuvre se dégage de toute interprétation de l'auteur pour laisser la place à celle de l'observateur, de ce fait, l'art abstrait n'a de signification que celle que lui donne le spectateur or l'odyssée de l'espace n'assume pas complètement ce statut! Pourquoi? Car le film donne au spectateur les moyens de le comprendre et de percevoir un sens philosophique ( le Ainsi parlait zarathoustra de Strauss par exemple). De ce fait Stanley Kubrick créé certes une oeuvre unique, un ovni dans le monde cinématographique mais ô combien décousue voire vide! Je ne le cache pas, ce film m'a profondément perturbé, agacé et même ennuyé particulièrement lors de séquences infiniment longue et qui sont réellement injustifiées! Car là ou certains y voient ENCORE une sorte d'expérience psychédélique visant à nous plonger dans une sorte d'infinité, moi j'y vois une séquence inutilement longue et vide de sens puisque cette utilisation de la lenteur et de la longueur est récurrente!! Je ne vous parle pas des premières minutes qui nous montre... rien, plus de 2 minutes à observer un écran noir... je comprends tout à fait la portée de cette séquence visant à nous donner à faire l'expérience du vide, du néant, du nihilisme selon Nietzsche et nous le comprendrons après avoir vu la totalité du film, mais quand celle-ci est répétitive elle en perd toute sa substance, toute son attraction. Et l'autre problème est là, le film se veut être un film philosophe qui nous pousse à nous questionner sur notre propre nature, sur notre conscience propre et celle de l'humanité mais ce en utilisant les codes de l'art abstrait. Kubrick a ici une démarche honorable mais les deux ne vont pas ensemble! Le philosophie ne se veut pas abstraite bien au contraire, elle est se veut intelligible pas inaccessible à l'esprit et à la raison sinon son existence n'aurait pas lieu d'être. Et c'est une des raisons pour laquelle je pense que cette oeuvre n'a aucune raison de connaître d'apothéose puisqu'elle est un non sens en elle même, une pure contradiction dans sa nature! On peut y voir du génie parce que les choses dont on ne comprend rien ou qui nous dépassent nous paraissent incroyablement "divines", moi j'y vois un raté. Si on schématise: la portée philosophique justifie l'abstraction qui justifie la forme du film, or c'est totalement aberrant et cela se fait sentir par des scènes incomprehensibles et inutiles qui n'apportent rien à la portée philosophique du film et qui prennent les 2/3 de la durée du film! Je prend comme exemple les déplacement des vaisseaux spatiaux sur fond de musique classique (sur la durée d'une symphonie complète!), des dialogues souvent sans intérêts ( anniversaire de franck), des scènes qui durent des heures(découverte du monolithe par les scientifiques, voyage spatial, etc) , des scènes sans aucun intérêt en particulier lorsque Dave rentre dans un couloir multicolore... vive le LSD on a envie de se dire car j'ai beau avoir cherché, je n'ai tjrs pas trouvé la moindre signification à cette scène. Pour finir, je vais quand même donner mon explication sur la signification du film. Même si kubrick nous le vend comme une expérience pour le spectateur, et bien je ne l'ai pas ressenti comme tel car je n'ai rien du tout expérimenté si ce n'est une grande déception, ainsi trouver le sens de l'oeuvre il faut s'arrêter aux quelques moments dignes d'intérêts et qu'ils sont rares! Tout d'abord la première scène on l'a vu représente le néant, le vide, l'infini, puis viens la partie des origines de l'Homme, cette partie est d'ailleurs inutilement longue pour nous montrer quoi? La prise de conscience de l'être, l'utilisation d'un outil, la prise de conscience de sa supériorité et ce après l'apparition de ce monolithe dont on remarquera qu'il ne reste plus aucune trace des millénaires plus tard, ce monolithe, on le retrouvera par la suite à 2 reprises et toujours à des moments clés de l'évolution. Ensuite la partie qui concerne la découverte des scientifiques, puis la partie de la mission Jupiter. C'est trois parties on toute quelque chose en commun: le monolithe, l'évolution, l'humanité et la mort. A chaque fin de partie, on découvre le monolithe, à la suite de cette découverte, l'être (l'humanité) connait une évolution, pour les singes ce sera la prise de conscience de son existence et de son environnement (utilisation de l'outil) , pour les scientifiques la prise de conscience de l'existence de quelque chose de plus grand qu'eux qui conduira à poursuivre cette entité et donc à la création artificielle de la conscience pour enfin pour atteindre "l'état suprême" et à chaque fois, cette évolution conduit à la mort de son précédent état ( le singe conscient qui tue le singe encore à l'état "d'animal", la mort de Carl, et de l'équipage, la mort de Deve. La question qu'on doit se poser est qu'est-ce que le monolithe ou qui est-il? En réalité, comme je l'ai déjà dit, les monolithe apparaîssent à des moments cruciaux de l'évolution et semble immuables dans le temps alors même que l'on ne dit pas qu'il y en a un sur terre, en réalité, le monolithe doit être pris selon la forme même du film, un objet de forme abstraite mais qui a une portée philosophique et donc que symbolise le monolithe? Non pas l'évolution non ce serait trop facile, en réalité le monolithe n'est rien d'autre que ce vers quoi l'esprit humain porte son attention, porte e sur quoi il voudrait tendre: la divinité! Et qu'est-ce que la divinité selon le principe de nihilisme de Nietzsche? Rien d'autre que ce qui n'existe pas : le néant! Vous faites le lien avec la première séquence du film? IL faut donc se dire que le monolithe s'inscrit dans un scénario qui le présente comme étant matériellement présent mais qui n'existe qu'en terme conceptuelle, le "scénario" n'est donc qu'un support matériel à sa conceptualisation physique ( c'est d'ailleurs une raison de ma déception je m'attendait à un vrai scénario pour au final découvrir qu'il n'y en a pas le moins du monde, tout n'est que représentativité et abstraction, la question est donc de savoir si il s'agit réellement d'un film ). La divinité, l'immortalité, la raison d'être/ de la vie, voilà des questions métaphysiques que se pose l'Homme et dans cette quête, l'Homme se veut devenir ce qu'il convoite (création de l'intelligence artificielle qui devient sa création qui veut elle-même atteindre la divinité: en réalité Carl ne tue pas par cynisme mais parce qu'il se sent apte à devenir ce qu'il convoite plus comme les singes dans la première partie, parce qu'il est devenu profondément humain, qu'il a fini par faire partie de l'humanité et on le voit quand Deve le débranche, lui aussi cherchait à atteindre une illusion celui de la conscience, celui de la divinité mais il a finalement échoué. Carl a échoué, mais pourquoi? Comme je l'ai dit car il suivait une illusion non pas parce qu'il était robot mais parce ce que ce qu'il cherchait ce qui n'existe pas et ce shéma se reproduit avec Deve! Deve trouve le monolithe mais y-a-t-il réellement une évolution, est-il devenu l'être suprême, a-t-il eut ses réponses, et bien comme le spectateur non! On le voit vieillir et mourir, cette scène est très important si ce n'est la plus importante du film pour bien le comprendre, Deve tend le bras vers quelque chose qu'il ne peut atteindre, il tend la main vers le néant. Aussi la dernière scène du foetus n'est pas à interpréter comme étant la renaissance de Deve comme étant devenu supérieur ou je ne sais quoi d'autre, cette scène démontre l'Homme dans sa position la plus vulnérable face au cosmos, à l'immensité de l'univers et à lui-même (car il se retrouve face à la Terre) ce n'est donc pas une scène optimiste mais bien et clairement une scène Nietzschéenne: nous ne sommes que des êtres vivant et faisant parti d'un cosmos cosmos !!! Que nous raconte donc ce film? Pas une histoire non, le scnénario n'en est pas vraiment un et il ne faut pas chercher de causes, de raisons comme on le pourrait pour d'autres films comme inception, interstellar et j'en passe, en réalité tout est dans le titre!! L'ODYSSEE de QUOI??? de l'ESPACE et pas de l'évolution ni de l'Homme spatial, mais bien du vide, du rien, du néant, du nihilisme!! En clair, le "film" se résume à un simple postulat de base de Nietzsche sans pour autant aller forcément plus loin et j'en conclu que même si le film a l'apparence d'un film de science fiction ce n'en est absolument pas un malgré les idées visionnaires de l'auteur.

heevyqwinter

Suivre son activité 4 abonnés Lire ses 64 critiques

5,0Chef-d'oeuvre
Publiée le 23/05/2015

Ayant vu de nombreuses critiques sur l'herméticité du film et d'encore plus nombreuses sur le génie de ce même film, je partais avec un sentiment de curiosité accru, mais je m'attendais clairement à être déçu. Je n'avais déjà pas aimé Orange Mécanique, je n'étais peut-être pas sensible au "génie" de Kubrick. Et si aux premiers abords c'est effectivement difficile de rentrer dans 2001, c'est en fait bel et bien génial... une oeuvre magnifique visuellement déjà, chaque plan est soigné, il y a vraiment des images sublimes, et heureusement que le rythme est lent : c'est avant tout une oeuvre contemplative. Niveau musique, les choix sont quand même plus pertinents que pour Orange Mécanique. (même si la bande son se fait quand même discrète, mais elle ne joue pas un rôle énorme ici) Une odyssée très fascinante qui m'a absorbé, et abasourdi. Personnellement j'ai été plus sensible à la deuxième moitié du film avec d'une part la représentation extrêmement ironique et subtile de l'intelligence artificielle, Hal 9000, qui semble ici plus humaine que les humains eux-mêmes, impersonnels, froids. Elle est la seule à utiliser des formes de politesse, à sembler faire preuve d'émotions, contrairement aux hommes du vaisseau qui ont un phrasé mécanique. Cette image est d'ailleurs toujours assez actuelle, passage assez visionnaire donc. Spoiler: Puis la mort du robot qui EN PLUS voit toute sa vie défiler devant ses "yeux" (en étant déconnecté, il raconte comment il est "venu à la vie" puis se met à chanter) alors que Dave en mourant voit des lumières colorées épileptiques et des visions assez... étranges. (passage sublime d'ailleurs) Ce parallèle est assez génial donc. Mais je pense pas que ce soit le message initial du film, même si c'est ce que j'aurai le plus retenu. C'est ça qui est fort avec 2001, c'est que la liberté du spectateur d'interpréter ce qui se passe est quand même énorme, par exemple le monolithe noir pour moi symbolise l'idée de Dieu, d'Absolu, de Hauteur, qu'on veut toujours atteindre mais qui nous mènera (selon le message du film) à rien d'autre qu'à la mort... Spoiler: Ou la renaissance (cf. la toute fin du film vraiment tordue). Donc voilà, trip visuel d'une efficacité incroyable, film qui laisse de nombreuses libertés d'interprétations pour peu qu'on s'y penche un peu et surtout qui a inspiré des décennies de cinéma et de pop culture, 2001 l'Odyssée de l'Espace a l'air d'être un, si ce n'est le chef-d'oeuvre du genre SF.

cinealexis

Suivre son activité 86 abonnés Lire ses 211 critiques

5,0Chef-d'oeuvre
Publiée le 10/11/2014

2001 : L'odyssée de l'espace de Stanley Kubrick Note: vous plaisantez ??? Il est impossible de parler correctement d'un tel film. Nous sommes face à un film qui n'a pas de réelle logique. On ne peut pas avoir la prétention d'analyser ce film, de parler des significations, de dire pourquoi ce film est un tel classique ou une chose bizarre. 2001 n'est pas un film conventionnel même après toute ces années. Je ne peux pas en parler comme d'un simple film ou un simple classique ou un simple chef d'oeuvre (prétentieux je suis ? Non je ne peux pas parler normalement de ce film). Le film en lui même est souvent classé dans la catégorie science-fiction mais est-ce réellement de la science-fiction ? Pour moi 2001 : L'odyssée de l'espace est l'équivalent ou même une représentation picturale de ce qu'est un rêve (ou un rêve que je peux faire). Qu'est ce qu'un rêve ? Pas une histoire linéaire qui a un début, un milieu, une fin avec des péripéties par ci par là… une succession illogique d'évènements qui n'ont aucun lien apparent mis à part la personne qui rêve. 2001 est un rêve incontrôlable. L'histoire n'a aucun sens apparent, il n'y a pas de réel début, pas de héros que l'on peut clairement identifié, pas de fin. Tout commence par ce qui semble être l'aube de l'humanité…une humanité qui vit dans une parfaite harmonie (sans parler de paix bien sûr) où animaux se côtoient simplement. Et puis un objet mystérieux, un monolithe apparait et c'est à partir de là que l'humanité va décliner…l'humanité découvre la technologie et va s'en servir pour détruire. Des siècles plus tard par une transition brutale devenue culte nous voici dans le futur. La technologie est à son apogée mais de nouveau la technologie va tuer, va pousser l'humanité à tuer. Et puis l'humanité devient plus rien, une vieille chose sous le joug d'une entité qui lui ait supérieure, elle respecte cette entité mais la craint aussi. Mais l'humanité ne pourra échapper ou vaincre ce qui lui ait supérieure, elle se laisse faire impuissante. Voilà comment on pourrait résumer l'histoire de 2001 et pourtant cette histoire de réelle logique, n'apporte pas aux spectateurs une quelconque explication rationnelle et même si ils en cherchent une, elle est vite balayée. Ce n'est pas comme Interstellar (j'ai rien contre le film, j'ai beaucoup aimé) qui cherche à toujours trouver une explication logique à chaque problème (et qui s'en retrouve toujours résolu au bout du compte). Bien sûr 2001 est une prouesse technique car personne, avant Kubrick, n'avait représenté l'univers de cette façon: pas seulement de manière réaliste mais également effrayante, indomptable. La réalisation démontre tout le bon de géant qu'a fait l'industrie des effets spéciaux, Mais la réalisation démontre tout un mystère, une terreur de l'histoire grâce aux angles de caméras qui donnent le vertige, l'impression d'impuissance. Et puis à cela se rajoute la musique: uniquement composée de morceaux déjà existants composées par de grands compositeurs comme Strauss et Ligeti. Le 1er montre les bienfaits de la technologie, rassure le spectateur. Le second fait peur, nous place devant l'inconnu, nous oblige à pénétrer dans un cauchemar terrifiant, ténébreux. Les morceaux de bravoure du "film" sont nombreux mais la découverte du pouvoir de la technologie, les voyages dans l'espace, le voyage astral dans l'infini et le plan final sont et resteront cultes. Quant à moi, 2001 : L'odyssée de l'espace est la parfaite représentation de ce que je rêve et Kubrick l'a parfaitement retranscrit. Un film ? Non, c'est bien plus que ça.

Nexus6

Suivre son activité 12 abonnés Lire ses 46 critiques

5,0Chef-d'oeuvre
Publiée le 19/04/2013

Ce film est certainement l'un des plus grands films jamais réalisés. C'est une histoire racontée avec un rythme particulier ou chaque instant vous adsorbes dans le merveilleux et l'absolu. De quoi parle le film: il dit surtout et non pas par des mots mais par des moyens cinématographiques d'expressions exceptionnelles pour l'époque avec un parfait mélange d'effets spéciaux spectaculaires et d'une musique qui apporte aux créations de la vie une imagination humaine de manière à la fois réaliste et poétique. L'histoire elle-même est assez simple à première vue. Comme le titre l'indique, il s'agit d'un voyage par excellence, un motif répété pendant des milliers d'années. Cette parabole a toujours été utilisée non seulement pour décrire le voyage dans l'espace et le temps, et au-delà. Mais a une riche signification philosophique. Le film est une contemplation poétique d'éternelles questions les plus passionnantes. Ce n'est pas seulement une odyssée d'une personne, c'est une odyssée de notre espèce. Le film est excellent en soi, «quelle est la relation entre l'évolution de l'humanité et le développement de la moralité humaine». Après avoir vu le film vous aurez cette impression assez grande d'être tomber dans un genre cinématographique ultime ou vos connaissances seront à jamais changées aussi bien d'un point de vu technique sur l'approche du cinéma mais surtout sur la force et la puissance transcendante du pouvoir du cinéma lorsque celui ci s'approche de la perfection. Mais très certainement au delà de toutes techniques, une catharsis mi homme mi processeur puisque le héros du film n'est pas humain, une approche de l'évolution de l'humanité, cet instant ou l'homme laissera sa place pour une nouvelle espèce, pour disparaitre et n'être enfin partout et nulle part, via ce monolithe qui représente la compréhension. Et surtout cette conceptualisation, que l'univers ne fait qu'un avec nous. Car finalement rien n'est défini par les propriétés esthétiques des objets ou des œuvres, mais seulement par le concept et l'idée. Il s'oppose ainsi à la définition dominante de la beauté dans la critique de la faculté de juger, selon laquelle "la réduction de l’art à des idées pures". Donc 2001 est un chef d’œuvre du cinéma cela ne fait aucun doute mais au-delà de la pellicule et très certainement à travers notre esprit comme l'a voulu Stanley.K

NewBoorn

Suivre son activité 36 abonnés Lire ses 576 critiques

5,0Chef-d'oeuvre
Publiée le 04/07/2011

A travers l'évolution de l'homme au fil du temps, ce chef d'oeuvre visuel et sonore nous rappelle à tous que sans outils ni machines nous ne serions rien ... On ne peut qu'applaudir le génie du visionnaire Stanley Kubrick. Et dire qu'en 1968, on en était qu'à l'apogée des découvertes spatiales...

THE-CHECKER

Suivre son activité 47 abonnés Lire ses 673 critiques

4,0Très bien
Publiée le 19/01/2009

Ne pas reconnaitre à 2001 ses qualités de film visionnaire serait de la pure et simple mauvaise foi! En effet,tout concours dans ce film à imposer au spectateur une "vraie" vision futuriste bien avant ce que la trilogie star wars allait établir en matière de règle science fictionnelle.Pourvu d'une thématique EXTRAORDINAIREMENT bien mise en scène dans un déluge de réflexions d'une profondeur exemplaire,2001 de kubrick démontre à quel point le bonhomme savait faire du BON cinéma efficace,intelligent,cohérent,inventif et visionnaire,ce qui ne fait que rajouter à l'incompréhension la plus totale qui caractérise le dernier quart d'heure,pour le spectateur qui ne se serait pas pris un petit shoot au LSD avant la séance.J'imagine cependant qu'il est plus facile pour la critique malhonnête de crier au génie quand tout semble indiquer que le maitre dans un élan de communion céleste,a sans doute oublié qu'il réalisait un film rien de plus,destiné au commun des mortels!

scorsesejunior54

Suivre son activité 101 abonnés Lire ses 789 critiques

2,5Moyen
Publiée le 22/08/2006

Très étrange mon ressenti à l'égard de ce film considéré comme culte par énormément de monde. J'ai à la fois l'impression d'avoir vu quelque chose d'unique et de sublime mais je me suis aussi beaucoup ennuyé. Je tiens d'abord à préciser que dans le genre Kubrick rythme lent, "Barry Lyndon" m'avait une bien plus grosse impression. Ce n'est donc pas la lenteur qui m'a posé problème, au contraire. Il y a 4 parties : l'aube de l'humanité, l'expédition dans l'espace, le voyage autour de Jupiter, et enfin un trip abstrait aboutissant sur des images originales et envoutantes. Le premier acte m'a autant plu par son concept de phtographie animée, avec une caméra ne bougeant pas mais captant seulement la vie qu'agacé, avec les cris de singe répétitifs. S'ensuit certainement un des plus beaux passages de l'oeuvre : des images de l'espace agrémentées de musique classique admirablement choisie et formant un ensemble sublime. Tout comme cette fin, plus un poème visionnaire qu'une réflexion philosophique. Pour moi, il n'y a pas à se creuser la tête, juste apprécier. Ce ne sont que des assemblages pas toujours coordonnés mais dont la structure n'a aucune importance. Là ou le bas blesse, c'est durant toute la partie centrale : avec ces dialogues interminables sans aucun intérêt, cette pseudo-intrigue dont on se fout complètement, et un ensemble souhaitant obtenir une certaine cohérence afin de ne pas dérouter tout le monde. Mais M. Kubrick, pourquoi avez-vous fait cela ? C'était justement cette poésie abstraite qui faisait tout le charme de votre oeuvre. Il n'y avait aucun besoin de se justifier sur le sens général. C'est un voyage bizarre, quelque peu déroutant. Nul besoin de s'emcombrer d'éléments inutiles. De plus, ce ne sont que lors de tels passages que nous nous rendons compte des décors vieillots et de ce rythme qui ne passe plus à cause des sons trop répétitifs et de la beauté disparue au profit d'un film de science-fiction parfois conventionnel (eh oui). Assez moyen donc.

Themistocle_480

Suivre son activité 43 abonnés Lire ses 240 critiques

1,0Très mauvais
Publiée le 03/12/2011

à un bout de la palette cinématographique se trouve le blockbuster holywoodien: stéréotypé, prévisible et superificel, exemple de film dont les salles obscures on de tous temps abondées; le genre de films qui cherche à plaire au grand public, sans se soucier de sa propre qualité. à l'autre bout du spectre, on trouve le film d'auteur ultra personnel, plus rare celui-là, et qui ne sert qu'à une chose: exprimer ce que veut dire le réalisateur, sans se soucier le moins du monde du spectateur. Poussés à leur extrême, le blocbkuter et le film d'auteur sont tous les deux des navets. 2001 serait à classer dans la seconde catégorie. Bien sûr, j'éprouve trop de respect envers Stanley Kubrick pour qualifier son film de grosse merde; pourtant, lors du générique de fin, bon nombre de termes scatologiques auraient été à même de traduire mon ressenti envers 2001. Il faut avant tout reconnaître une chose à ce film: il est unique. Jamais dans toute l'histoire du cinéma nous n'avons eu ni n'aurons jamais plus une oeuvre comme celle-là (et je ne vais certainement pas m'en plaindre...). Que dire? Certes, c'est parfois très beau. Certains plans font preuve d'un talent artistique certain, comme ceux, magnifques, dans lesquels Kubrick défie la gravité; ou les première images, d'une faune disparue et de paysages paradisiaques; ou encore ces plans multicolores parfois à la limite du kish mais qui parviennent à suggérer avec succès le caratère infini et inconnaissable de l'espace; bref, c'est parfois très beau, très poétique, onirique, même, et on ne peut qu'être admiratif quand on sait que ça a été tourné en 1969. Tout cela est sur fond de musique classique, dont je ne rafole pas particulièrement, mais passons. Ajoutons que Kubrick ébauche dans 2001 un univers de Science Fiction extrêmement intéressant, abordant les thèmes de la conquête de l'espace et surtot de l'Intellignce Artificelle, avec le personnage de Hal qui est plutôt réussi. Avec de telles images et un tel univers, on aurait pu avoir une oeuvre d'exception. Mais on ne fait pas un film qu'avec des images et des sons, que diable. Si si, pourrait-on répondre: voyez 2001, qui fait lanterner le spectateur pendant plus de deux heures sans scénario, et qui est pourtant un film. La question qui se pose est donc la suivante: faut-il vraiment appeler cela un film? En effet, 2001 se retrouve épuré de tout fil donducteur scénaristique, à tel point que tout le génie de Kubrick, sensible dans le film, ne trouve aucune ossature sur laquelle se poser, et reste donc dans un état de latence, un peu comme un spermatozoïde qui ne trouverait pas d'ovule à féconder. L'extrême rareté des dialogues minimise l'impact de la psychologie humaine dans l'histoire, laquelle tient toute entière sur une succession d'images toutes plus abstraites les unes que les autres: des singes qui s'affollent autour d'un monolithe noir, des images spatiales à la chaîne, des plans interminables sur l'intérieur de vaisseaux spatiaux...Kubrick a poussé à son paroxysme l'abstraction cinématographique: des images et des sons, presque sans scénario, presque sans personnages. Et tout ça est supposé avoir un "message philosophique" de la plus haute pertinence, transmis par Kubrick au spectateur par une succession de "symboles" cachés dans le film...par exemple, le fait d'utiliser une symphonie nommée "Ainsi parlait Zarathustra" dans la B.O., en référence à l'oeuvre de Nietzsche, est sensé symboliser le dépassement de l'espèce humaine (merci wikipédia). Mais qu'advient-il de ceux qui n'ont pas lu Nietzsche et qui ne connaissaient pas le titre de la symphonie? Ils sombrent dans un état de léthargie de plus en plus profond et commencent à voir en le film de Kubrick un véritable instrument de torture mentale. Ce langage de soi-disant "symboles" cinématographiques serait donc accessible à un certain nombre "d'initiés", qui constituent 0.001% de la popluation, et qui seraient capables de décrypter le "sens profond" du film et d'accéder à son "savoir philosophique". Pour les 99.999% autres, 2001 est certainement l'une des oeuvres les plus pénibles que puisse avoir à regarder un cinéphile durant sa vie. Dommage: avec un tel talent esthétique, avec un univers aussi étendu, Kubrick avait de quoi faire. L'infini de l'espace et du temps sont des thèmes absolument fascinants, qui ont inspiré des générations d'auteurs de Science Fiction, et ce n'est certainement pas Kubrick qui est le plus remaquable. Cette "Odyssée" se révèle être une plongée métaphysico-abstraite dans l'ennui sans fond plutôt que dans l'infinité de l'espace...

Chuck Carrey

Suivre son activité 183 abonnés Lire ses 563 critiques

2,0Pas terrible
Publiée le 21/12/2013

Après avoir vu "Full Metal Jacket", on peut légitimement penser que Kubrick est un excellent cinéaste et avoir envie de découvrir ses autres œuvres. Mais quand en plus on se rend compte que c'est lui qui a réalisé le "chef-d'oeuvre" "2001 : l'odyssée de l'espace", on se jette littéralement dessus. Malheureusement, lorsque l'on est habitué à tous ces blockbusters qui sortent à la pelle où tout est toujours plus gros, plus impressionnant, ce film de Kubrick nous apparaît alors bien fade. On ne peut pas nier les évidentes qualités de ce film : la musique est très bien utilisée (et composée) et à été judicieusement choisie; la mise en scène est soignée; les décors sont impressionnants de réalisme et les effets spéciaux réussis (pour l'époque). Néanmoins, ce film est d'une lenteur... Chaque plan s'éternise à n'en plus finir et se répète inlassablement. Cela provoque un sentiment d'ennui qui aura du mal à se dissiper jusqu'à la fin du film. Bien que le film soit considéré comme un chef d'oeuvre par beaucoup et qu'il soit novateur pour l'époque (les jeux de gravités dans les vaisseaux spatiaux sont stupéfiants), on attend désespérément la fin. D'ailleurs, cette fin est pour le moins étrange, Kubrick nous y emmène dans des réflexions philosophiques sur la vie et la mort, ce qui semblait être son but depuis le début et pendant tout le film.

Irrascible

Suivre son activité 1 abonné Lire ses 3 critiques

1,0Très mauvais
Publiée le 29/10/2005

Je n'ai pas la prétention de juger ce film, mais je donne mes impressions: n'étant pas un grand cinéphile, juste une personne lambda qui veut découvrir des films distrayants, et curieux de découvrir un des grands classiques du cinéma, j'ai été extrêmement déçu de ce film: -Il faut reconnaitre que la beauté des images, et la musique magistrale et magnifique, qui donne au film sa dimension "spatiale" et infinie. On reconnait la l'oeuvre d'un maitre, dans le sens artistique. Mais la ou ca coince: c'est que je me suis jamais autant ennuyé de ma vie... Les interludes sont longs a mourir ( jai pas compris le sens de ces dernieres dailleurs), les actions sont EXTREMEMENT lentes (ouvrir une porte dans ce film peut prendre serieusement 10 minutes), la BO est avare en paroles, des sons désagréables pendant certaines séquences (longues dailleurs, trèèèès longues) - au début, je croyais que c'était mon téléviseur qui déconnait- , le thème de l'intelligence artificielle vraiment survolée, les acteurs peu expressifs, une séquence-délire, ou les couleurs sont atroces et vous donnent un mal de tete effroyable (encore une sequence trèèès longue). Enfin bref, je ne vais pas m'étendre: en résumé, ce film est une longueur en lui meme. A eviter si vous etes en forme: il vous mine le moral...

gimliamideselfes

Suivre son activité 835 abonnés Lire ses 3 631 critiques

5,0Chef-d'oeuvre
Publiée le 27/08/2004

Bien que je crois avoir à peu près compris cette merveilleuse histoire qu'est 2001 l'odyssée de l'espace, à chaque fois que je revois ce film, je m'aperçois que ce n'était pas du tout la vision que je me faisais avant, c'est comme si le film changeait ! Je regrette de ne pas l'avoir vu au ciné.

GANMU

Suivre son activité 8 abonnés Lire ses 77 critiques

5,0Chef-d'oeuvre
Publiée le 04/05/2013

Ce film est le plus difficile que je dois critiquer, je l’ai détesté à chaque instant, mais je me dois de lui donner la note de 5 étoiles. C’est un chef d’œuvre uniquement grâce à son visuel extraordinaire, son intrigue mystique alliée à ses thèmes philosophiques profonds, hormis cela, ce film est absolument horrible à regarder ; une véritable torture visuelle et surtout auditive... Le film souffre d’une lenteur qui s’aggrave à mesure que les minutes passent, tout y est lent, que ce soit le déplacement des vaisseaux que celui des personnages, sans parler de l’histoire... L’ambiance sonore, hormis le fameux thème archi célèbre et épique qui devient quelque peu redondant au bout d’un certain moment, nous en avons un autre composé uniquement de chants sur une note unique absolument horrible pour les oreilles ; un chant très glauque qui ne s’arrête jamais. Mais là n’est pas le pire, le film est composé de 80 % de silence où vous n’entendrez rien d’autre que des bruitages de respiration en scaphandre non-stop pendant un quart d’heure ; si ce n’est pas exagéré... C’est un film que je ne reverrais plus jamais, mais je ne regrette pas de l’avoir vu une fois, c’était une expérience extraordinaire, mais désagréable et monotone. Un chef d’œuvre certes, mais pas pour les bonnes raisons...

ElAurens

Suivre son activité 37 abonnés Lire ses 585 critiques

5,0Chef-d'oeuvre
Publiée le 14/08/2010

Un film unique mise en scène par le plus grand réalisateur de l'histoire du cinéma Stanley Kubrick. Ce n'est pas du tout mon style de film, mais les plans servis par la musique classique sont géniaux. L'intro avec le génialissime thème de Richard Strauss est superbe. Il n'y a pratiquement aucun dialogues, le film est très lent et pourtant c'est accrocheur. La citation de Kubrick « Un film est ou devrait être plus de la musique que de la fiction. Ce devrait être une progression d'ambiances et de sentiments. Le sens vient seulement après. » résume très bien 2001 l'odyssée de l'espace. Je me répète, mais encore une fois une œuvre unique, d'une grande complexité.

MDCZJ

Suivre son activité 185 abonnés Lire ses 155 critiques

1,5Mauvais
Publiée le 11/11/2014

"2001, l'Odyssée de l'espace" ou plutôt l'odyssée de la pseudo-intelligence qui veut nous faire croire qu'en montrant un singe brandissant un os on a pondu le chef-d’œuvre du siècle. Non mais sérieusement, comment Stanley Kubrick a-t-il pu tomber si bas ? L'idée de base était pourtant bonne et d'ailleurs, quand on voit le résultat c'est visuellement splendide. Mais le problème est que l'histoire est vide, remplie de non-sens et d'incohérences. C'est très décevant ! Avec les moyens techniques dont disposait Kubrick à l'époque, il aurait pu faire de ce film une véritable pépite de cinéma si le scénario avait été remanié. En effet, les premières 25 minutes du film sont inutiles et n'apportent absolument rien à l'histoire. Le passage avec les singes aurait donc pu être enlevé. Ensuite, pendant les deux heures qui suivent (moins le dernier quart d'heure mais je vais y revenir) c'est déjà un peu plus intéressant mais là, une fois encore, ce n'est pas bien amené. C'est très lent et on a l'impression que la seule chose qui intéresse Kubrick c'est le visuel de son long-métrage Et vu de cet aspect-là, c'est parfait, je ne dis pas le contraire. Mais un film ne peut pas se résumer à un visuel. Il en faut bien plus. Et là il n'y a rien. Donc si je reprends, le début du film est inutile. Ensuite ça va mieux car on est enfin dans l'espace mais hélas, on est déçus car il ne se passe pas grand-chose et puis, arrive la fin (le dernier quart-d'heure). Et là, c'est la catastrophe. Cela ne rime à rien du tout. Cela n'a aucun sens. Kubrick filme des scènes sans intérêt qui durent à peine dix secondes chacune et il les enchaine sans vraiment de lien. Au final, ce film est une mauvaise expérience car pas mal de scènes sont inutiles et celles qui le sont vraiment ne sont pas mémorables. Je pense que Kubrick aurait mieux fait de supprimer toutes les scènes inutiles (soit le début et la fin, ainsi que des scènes intermédiaires au milieu du film où il se contente de filmer les vaisseaux et les planètes) pour raccourcir son film : on aurait eu une durée de 1h30 au lieu de plus de 2 heures. Et il aurait dû modifier son scénario en créant un véritable début (le lancement d'une navette vers l'espace, montrer le QG de la nasa, ... en bref, ajouter une dimension scientifique à son film) et une véritable fin (un aboutissement à la mission des astronautes par exemple). Eh bien non, à la place de faire de ce film quelque chose de spectaculaire, il a préféré en faire un film expérimental pour les pseudo-intellectuels. Très mauvais film !

Critik D

Suivre son activité 90 abonnés Lire ses 1 096 critiques

0,5Nul
Publiée le 02/10/2015

Je m'excuse avant tout auprès des fans et des inconditionnels de Kubrick, mais après trois films visionnés je suis désolé mais je ne comprends ni son oeuvre, ni le culte autour du réalisateur. Impatiente depuis plusieurs semaines de découvrir ce film, je m'installe avec beaucoup d'enthousiasme. Les premières notes de musiques résonnent, j'ai eu beaucoup de mal à comprendre ce long moment où rien n'apparaît à l'écrant (jusqu'à l'entract qui m'a ainsi permis de comprendre). On plonge donc dans la Préhistoire, à l'époque des hommes singes (pour le coup très singes) qui découvre une sorte de boîte noir (qui m'a fait penser à une clé USB mais cela n'existait pas à l'époque du film. Le scénario est une torture de plus de deux heures ! On ne comprend rien, on ne sait rien, on déduit certaine chose et finalement la seule séquence compréhensible a été la rébellion de Hal 9000 est encore... Certes, Kubrick nous offre de magnifique plan comme le jogging de Poole dans la station, tel un hamster dans une roue mais alors le reste. Un brouillon d'images, de séquence qui a mes yeux n'avaient ni queue ni tête. Des séquences longues et molles dont on a l'impression qu'on ne verrra jamais le bout. Je ne me rappellais pas avoir autant compter les heures et souhaiter que cela se finisse. Je me suis même tâté à partir à l'entract mais pensais que la rébellion de Hal 9000 se profilant cela allait s'améliorer. Mon esprit à capituler quand il se retrouve dans une maison, j'ai bien dormi et en me reveillant et en voyant un bébé en satellite de la Terre la j'ai capitulé à ne rien comprendre de ce film. Et la bande originale, une torture pour les oreilles tellement les sons sont aigus ! Et fort. Peut-être un mauvais réglage du cinéma, mais ormis les thèmes classiques que l'on connaissait déjà, le reste était épouvantable. Je ne peux même rien dire sur le casting, car j'estime qu'il n'y avait rien pour l'évaluer. Les plans sur le système solaire qui était fantastique au début finissent par être lassant. Donc non, désolé mais je ne vois aucun intérêt à ce film et pourtant j'étais dans de bonnes dispositions et je suis plutôt fan ce qui touche l'espace mais je ne vois pas en quoi il peut encore être un symbole de comparaison pour tout ce qui se fait maintenant, c'était très certainement très bien à l'époque et peut être que le contexte des années 70 aidait à la compréhension du film mais là non c'est juste pas possible. Ce film m'aura aussi prouvé que finalement sans scénario, et en laissant les spectateurs dans l'imaginaire cela ne me convenait guère et que j'avais besoin d'un cadre structuré. Donc tant mieux, s'il y a des fans de l'oeuvre du réalisateur, si ce film est toujours un symbole malgré les années. Mais moi je n'ai vraiment pas compris pourquoi et je capitule de comprendre un jour une oeuvre du réalisateur.

Les meilleurs films de tous les temps
  • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
  • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
Back to Top