Notez des films
Mon AlloCiné
    Effacer l’historique
    note moyenne
    2,5
    1514 notes dont 380 critiques
    répartition des 380 critiques par note
    38 critiques
    70 critiques
    43 critiques
    61 critiques
    78 critiques
    90 critiques
    Votre avis sur Effacer l’historique ?

    380 critiques spectateurs

    benoitG80
    benoitG80

    Suivre son activité 2725 abonnés Lire ses 1 443 critiques

    4,5
    Publiée le 1 septembre 2020
    « Effacer l’historique » avec cette expression devenue si courante, est un véritable pamphlet de notre société où les « GAFA » et autres groupes, sont devenus de véritables espions de nos vies privées ! Sous son aspect goguenard et déstabilisant, Gustave Kervern et Benoît Delépine ont réussi à pointer du doigt le danger manifeste qui nous guette tous, par toutes ces traces insidieuses que nos ordinateurs et smartphones laissent derrière nous... Sans compter cette récente application liée à la crise sanitaire et apparemment bienveillante, qui allait évidemment dans ce sens là également... Et donc à travers ces portraits de trois « paumés de la vie », reflets de plus en plus d’entre nous, on se retrouve finalement pas si loin de vraies et ubuesques situations que tout un chacun connaît au quotidien ! En effet, si on prend un peu de recul, on perçoit très bien ces petites choses qui nous minent et nous traquent perpétuellement, et les deux réalisateurs en ciblant et synthétisant différentes problématiques bien connues de notre odieux système, finissent par mettre en relief avec intelligence et un humour jaune, ce malaise évident qui transpire de partout (le jaune dans tous les sens du terme remis à l’honneur ici !)... C’est un tour de force que Blanche Grandin, Corinne Masiero et Denis Podalydès, dans leur prestation déjantée et finalement touchante, réussissent là, bravo à eux ! Ce cinéma qui dénonce heureusement les travers et les dysfonctionnement de notre monde actuel, a franchement et enfin le courage de le faire, et quoique l’on puisse relever comme défauts au niveau de la caméra et de la forme en général, il est au delà de tout, urgent et essentiel de le crier haut et fort ! Ne pas tout accepter aveuglément (comme on le fait avec ces gentils cookies virtuels au nom d’ailleurs délicieux), ne pas croire sans aucune méfiance tout ce que l’on nous annonce chaque jour, mais juste s’informer vraiment et réfléchir à ce qui nous entoure en essayant de préserver nos libertés... Il est grand temps comme le font Gustave Kervern et Benoît Delépine, de se réveiller et de se remettre en question sur ce système que les grands de ce monde, aidés de nos dirigeants et de nos médias, essaient de nous imposer en nous pistant à chaque instant. Réagissons enfin comme le font nos trois héros, il est encore temps de relever la tête... Bravo à toute cette équipe décidément bien inspirée de nous le rappeler !
    norman06
    norman06

    Suivre son activité 106 abonnés Lire ses 1 315 critiques

    3,0
    Publiée le 28 août 2020
    Pas le meilleur Kervern-Delépine, mais une comédie satirique qui n'en reste pas moins décalée et jubilatoire, dans la lignée du cinéma des deux réalisateurs. En dépit d'un ou deux passages un brin vulgaires ou dénotant une chute de rythme, le film est jubilatoire et rappelle en outre certains métrages italiens de la grande époque, comme "Affreux, sales et méchants", mais revisités par Loach et Kaurismäki.
    Fêtons le cinéma
    Fêtons le cinéma

    Suivre son activité 146 abonnés Lire ses 1 539 critiques

    4,5
    Publiée le 29 août 2020
    De même que Thalasso partait de son centre thermal pour donner vie à une collection de récits enchâssés et d’instants hilarants, vaste chambre d’échos où résonnaient une pluralité de voix, Effacer l’Historique orchestre des variations autour d’un même thème – le désarroi de trois personnages devant les nouvelles technologies – et réussit d’entrée de jeu à construire un comique constamment en demi-teinte, toujours prêt à vaciller, à tomber dans le pathétique le plus authentique parce qu’issu d’une base voulue comique ou présentée comme telle. La scène d’anniversaire durant laquelle Blanche Gardin allume les bougies du gâteau de son fils absent commence par une tonalité absurde fort drôle pour soudain choir dans une profonde tristesse, et le spectateur, devant ce spectacle qu’il n’attendait pas, retient ses larmes sans comprendre. Ce sentiment complexe de rires et de larmes mêlés atteste la virtuosité d’écriture du long métrage qui, sous couvert de la grossièreté apparente de ses protagonistes – masturbation frénétique dans la salle de bain, danse sous alcool au Badaboum, fesses grattées sur un tronc d’arbre –, témoigne d’une foi en l’humanité qui va à rebours de la virtualité dénoncée, du livreur qui n’a pas même le temps de prendre un café à cette défilade de corps penchés sur un clavier d’ordinateur et occupés à faire des vues, à aimer par cœurs cochés. Car il serait erroné de réduire la structure du film à une succession de sketchs ; s’il y a bien succession de sketchs, celle-ci dit quelque chose du thème abordé, soit l’amoncellement de problèmes liés à une technologie toujours plus présente et avilissante, la peinture glaçante de notre société dématérialisée où tout se paie en sans contact. Les scènes s’enchaînent très vite, les sujets filent à toute allure sans ordre sinon celui de la lutte désordonnée contre un envahisseur invisible qu’il faut aller chercher tout en haut d’une éolienne ou de l’autre côté du monde. L’insolite tonal est cultivé comme droit à la bizarrerie de chaque être et opposé à la machinisation uniformisatrice ; aussi Gustave Kervern Benoît Delépine prolongent-t-ils leur univers de marginaux attachants, campés par d’excellents acteurs, mais ils le font avec une virtuosité, une franchise et une fluidité jusque-là inégalées. Ils signent avec Effacer l’Historique l’un de leurs meilleurs films.
    Dom Domi
    Dom Domi

    Suivre son activité 9 abonnés Lire ses 198 critiques

    4,0
    Publiée le 27 août 2020
    Entre extravagance de certaines scènes de ce film et la vie réelle, notre vie en 2020, il n'y a que l'épaisseur d'un cheveu. Oui, ce film retrace sans caricature excessive, ce qui fait nos relations intimes, familiales, sociales et collectives. Et ça fait mal ! Lorsqu'on rit, ce n'est pas pour très longtemps car il n'y a pas de drôlerie dans ce que nous supportons comme travers et contraintes des outils modernes qui sont censés nous rendre la vie plus facile, alors qu'ils nous polluent inutilement dans tous les compartiments sociaux dans lesquels ils s'imposent, tout comme s'impose ce qu'on a coutume d'appeler la " mondialisation ", sans la moindre remise en cause sociale ou politique, et dans laquelle, le citoyen est happé, déstructuré, en proie à un désarroi solitaire qui lui rend la vie plus difficile. A voir absolument, pour ceux qui ont la tête dans le guidon de la machine consumériste... domi...
    mat niro
    mat niro

    Suivre son activité 49 abonnés Lire ses 968 critiques

    4,0
    Publiée le 27 août 2020
    Le duo Kerven/Delépine franchit un nouveau cap avec cette comédie dénonçant la société de consommation et ses multiples dérives. Les "Grolandais" s'arment d'un casting détonnant avec Corrine Masiero, Denis Podalydès, et surtout l'excellente Blanche Gardin pour son premier grand rôle au cinéma. Je me suis retrouvé pleinement dans ce monde qu'ils dénoncent à travers les portables, les crédits à la consommation et une multitude d'autres choses. Bref, c'est drôle et absurde, poétique parfois, et même si le tout est un peu foutraque, quand arrive le générique de fin, on n'a pas forcément envie de rallumer son portable. Les deux compères se bonifient au fil des films (le 10éme déjà) sans renier cet humour qui les a fait connaître.
    Marc Cervennansky
    Marc Cervennansky

    Suivre son activité 19 abonnés Lire ses 171 critiques

    4,0
    Publiée le 29 août 2020
    Comédie plus profonde qui n'y paraît. Derrière l'esprit potache et irrévérencieux de Kervern et Delepine, une vraie interrogation sur notre société actuelle.
    ffred
    ffred

    Suivre son activité 652 abonnés Lire ses 3 256 critiques

    4,0
    Publiée le 31 août 2020
    Kervern et Delépine n'ont jamais fait dans la dentelle ni dans le politiquement correct. Une fois de plus ils nous régalent. Internet, numérique, Gafa, société de consommation, gilets jaunes, sont, entre autres, au scénario de ce nouvel opus. Comme toujours, une écriture fine qui fait mouche en grossissant (pas tant que cela ?) le trait. Drôle, incisif, grinçant, aussi ubuesque que sérieux et désespéré, et au final assez terrifiant. On en ressort en ayant plus l'envie de retoucher à une smartphone ou un ordinateur...jusqu'à la prochaine fois...Côté casting, tous les fidèles des réalisateurs sont là ou presque (dizième film du duo oblige), Blanche Gardin faisant son entrée dans le club dans l'un des trois rôles principaux. Voilà donc une comédie sociale et politique, en phase avec son temps, comme d'ailleurs tous les films de ses auteurs, qui nous émeut peut-être moins que leurs précédents films mais nous bouscule toujours autant. Cinglant.
    Adelme d'Otrante
    Adelme d'Otrante

    Suivre son activité 22 abonnés Lire ses 246 critiques

    4,0
    Publiée le 28 août 2020
    Le duo Kervern/Delépine met en lumière une fois de plus avec talent cette France périphérique qu'il aime tant. Celle où les ronds-points évoquent le souvenir des luttes, celle qui s'écroule sous les crédits consommation, celle qui se shoote aux séries américaines et au jambon sous vide, celle dont les rêves numériques se transforment en cauchemars. Mais qui est aussi celle de la débrouille et de l'entraide, de la poésie douce et de la révolte salutaire, celle de David contre Goliath. Chronique d'un monde 2.0 qui finira par tous nous mener au burn-out ce film dont l'écriture comique et la direction d'acteur sont irréprochables est peut-être le meilleur de ses auteurs.
    Fabien D
    Fabien D

    Suivre son activité 79 abonnés Lire ses 890 critiques

    3,5
    Publiée le 27 août 2020
    Sans être le meilleur film du célèbre duo grolandais, effacer l'historique est une comédie douce amère réussie qui traite de notre rapport aux nouvelles technologies sous un mode résolument absurde. Si le message est parfois un peu lourdingue, le film est traversé de scènes loufoques hilarantes et les acteurs, Blanche Gardin en tête, y excellent. On aurait pu s'attendre à davantage de folie encore mais le film réussit pousser son synopsis de drame social dans ses retranchements pour figurer une nouvelle forme de comédie profondément désespérée.
    Ufuk K
    Ufuk K

    Suivre son activité 201 abonnés Lire ses 858 critiques

    4,0
    Publiée le 28 août 2020
    " Effacer l'historique" de Gustave Kervern ours d'argent au dernier festival de Berlin est une tragico-comédie très originale. En effet le ton décale et parfois dingue du film va sans doute déplaire à certains, moi j'ai vraiment accroché à l'humour des réalisateurs qui ont su très bien dirigé les comédiens du film tous vraiment géniaux ( Blanche Gardin, Denis Podalydès et Corinne Masiero) qui dénonce notre société de consommation, hyper connexion des individus au technologie dans un film plus grave qu'il n'y parait.
    Hollywood-Biographer
    Hollywood-Biographer

    Suivre son activité 80 abonnés Lire ses 1 366 critiques

    0,5
    Publiée le 5 septembre 2020
    Malgré un synopsis prometteur, "Effacer l'historique" est une véritable purge. Dès les premières minutes du film, on sent vraiment que l'on va passer un véritable calvaire. La qualité de l'image est exécrable, les situations et les personnages sont grotesques. Il y a pourtant un casting alléchant, mais c'est tellement risible et la mise en scène est sans queue ni tête. On ne comprend même pas où le réalisateur veut en venir à travers son scénario absurde. C'est incompréhensible et on s'enlise inéluctablement dans l'ennui. Il règne, par ailleurs, une ambiance très étrange et le malaise s'installe. Difficile de suivre un navet aussi consternant jusqu'à la fin.
    heleneclille7
    heleneclille7

    Suivre son activité 1 abonné Lire ses 28 critiques

    4,5
    Publiée le 29 août 2020
    « Effacer l’historique » : je m’étais imaginée encore un de ces films critiquant de manière rabat joie les réseaux sociaux et leurs impacts. Eh bien quelle surprise ! En fin un film qui traite ce sujet de manière subtile et humoristique Dans un premier temps, j’ai bien ri , voire même j’avoue je me suis gentiment moquée des trois acteurs principaux ( géniaux dans leurs rôles respectifs) : ils sont un peu grotesques en effet ces personnages, plombés par les crédits à la consommation pour acheter tout et n’importe quoi, omnibulés par leur téléphone et leur like sur les applications. Et le pire c’est qu’ils ne se rendent même pas compte Pas possible d’en arriver là ! Tout ça sur un fond de difficulté sociale. Et puis après le rire est venu le questionnement : « est ce que tu n’es pas comme ça toi aussi ? est-il vrai que le cloud et l’intelligence collective connaissent les petits détails de ma vie, le CD qui manque à ma collection ? est ce que tu n’es pas complètement inconsciente de la place qu’ils prennent » Mais attention on ne ressort pas du film avec une vision négative bien au contraire. Le trio d’amis montre que derrière chaque nuage se cache le soleil, qu’il faut continuer à se battre malgré les difficultés. J’aimerais retenir une des dernières répliques :« finalement quand on n’a rien c’est plus facile ». D’ailleurs le film montre bien d’ailleurs que l’amitié, l’entraide, le rire et tout simplement l’Amour restent ce qu’il y a de plus précieux dans le vie et que en plus c’est gratuit !
    traversay1
    traversay1

    Suivre son activité 1025 abonnés Lire ses 3 326 critiques

    3,5
    Publiée le 27 août 2020
    Effacer l'historique est dans la lignée de l’œuvre du duo Delépine/Kervern avec son goût pour l'absurde, les blagues potaches (et gênantes) et ses velléités anarchisantes. Au rond-point des connectés, esclaves du numérique, les plus désargentés, fussent t-ils ex-gilets jaunes, ne sont pas les moins accros, et leur révolte est aussi pathétique et dérisoire que glorieuse et empanachée. Effacer l'historique donne tout de même parfois la fâcheuse impression de n'être qu'une succession de sketches, rattachés à un thème dominant, propice à des moments plus ou moins réussis où l'on aperçoit quelques stars venus passer une tête (Poelvoorde, Lanners, Houellebecq ...). Donquichottesque et chaotique, le film a au moins pour lui de n'être jamais ennuyeux, cavalant entre ses trois personnages principaux dont on aurait apprécié qu'ils soient plus souvent réunis. Le film prône la solidarité contre l'hydre numérique mais ne se prive pas de faire rire, parfois grassement, au détriment de ses propres héros. Mais il est vrai que mettre mal à l'aise est aussi une constante chez Delépine et Kervern et qu'il faut s'en accommoder, voire jubiler pour les plus adeptes de leur cinéma. Effacer l'historique est du nanan pour ses comédiens et la sobriété intelligente de Masiero et de Podalydès n'en est que plus appréciable. Le tempérament de Blanche Gardin, en revanche, la conduit à une prestation de haute voltige, en roue libre, qui frôle tout de même la perte de contrôle. Il est clair, en tous cas, que les réalisateurs lui ont laissé carte blanche pour assumer son délire jusqu'à l'excès.
    AHEPBURN
    AHEPBURN

    Suivre son activité 41 abonnés Lire ses 466 critiques

    4,0
    Publiée le 26 août 2020
    J'en sors et cela faisait longtemps que je n'avais pas autant ri. C'est dans l'esprit de ce qu'ils font sur canal plus et comme l'émission striptease. Certaines répliques vont devenir cultes
    PLR
    PLR

    Suivre son activité 116 abonnés Lire ses 953 critiques

    3,5
    Publiée le 28 août 2020
    Des notes étalées qui conduisent à une moyenne vraiment moyenne (du moins à l'heure où j'écris) témoignent de la difficulté du positionnement de cette comédie et de la rencontre avec son public (prix spécial au Festival de Berlin quand même). Scénario décalé pour dénoncer une certaine réalité sociale : l’addiction à la société de consommation ( spoiler: faire un crédit pour rembourser un crédit, l’offre gratuite à 14 € par mois… ), l’emprise et l’entrée par effraction parfois des nouvelles technologies de la communication dans la vie de tout un chacun. Ça se veut humoristique mais du fait d’un côté pince sans rire on ne rit pas à gorge déployée. Si on sourit, c’est peut-être surtout de soi-même en se reconnaissant peu ou prou. Autour des trois personnages principaux (dont une valeur très sûre, Denis Podalydès qui en soi apporte une garantie) et de leurs affres et difficultés économiques, sociales et familiales, émerge vaguement une intrigue quelque peu éponyme du titre : effacer l’historique. Comprendre effacer ce que les moteurs de recherche du Web et leur intelligence artificielle (l spoiler: e Mal, sur ce coup-là supérieur à Dieu… vous comprendrez cette métaphore au travers de la mise en situation ), sont capables de restituer sur tout un chacun y compris pour nuire. Cette intrigue, cette quête technologique reste sans doute insuffisamment exploitée, larguant ou lassant le spectateur lambda venu chercher quelque chose davantage dans l’action. On expliquera ainsi les notes et critiques les plus sévères.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top