Notez des films
Mon AlloCiné
    Gueule d'amour
    note moyenne
    3,9
    102 notes dont 22 critiques
    répartition des 22 critiques par note
    6 critiques
    10 critiques
    5 critiques
    1 critique
    0 critique
    0 critique
    Votre avis sur Gueule d'amour ?

    22 critiques spectateurs

    benoitparis
    benoitparis

    Suivre son activité 57 abonnés Lire ses 1 277 critiques

    4,5
    Publiée le 22 juillet 2011
    Il a été dit que le Gabin des années 30 était le grand interprète de la désillusion ouvrière. « Gueule d’amour » en est une bonne illustration. Le film commence comme une comédie kitsch, avec personnage glamour et artificiel de sous-off à beau minois et uniforme bien chamarré, il se termine en mélo populiste et réaliste, où la figure de femme fatale sert surtout à incarner le pouvoir odieux et désespérant de l’argent. Les péripéties précédant le drame final sont très cruellement ironiques. C’est triste, touchant et sans mièvrerie, un des films les plus cinglants, à sa manière, sur les rapports de classes, et c’est servi par tout l’immense talent de metteur en scène de Grémillon. Une pépite du grand cinéma français des années 30.
    Top of the World
    Top of the World

    Suivre son activité 30 abonnés Lire ses 153 critiques

    4,0
    Publiée le 28 avril 2014
    Adapté du roman éponyme d'André Beucler, "Gueule d'amour" de Jean Grémillon raconte une histoire d'amour et d'amitié tragique entre deux hommes, Lucien et René, et une femme, Madeleine, dans la France des années 1930. Le film est remarquable par l'intelligence et le brio de la mise en scène et un montage (aussi effectué par Grémillon) précis et épuré, qui permet en 90 minutes de donner une densité et une ampleur romanesque inattendues au film. Celles-ci viennent aussi d'un scénario impeccablement écrit qui évoque l'impossibilité d'un amour réciproque entre des personnes de différentes classes sociales. Le film peut être vu à cet égard comme une critique cinglante du conformisme bourgeois de l'époque, notamment à travers les personnages horriblement cyniques du majordome et de la mère de Madeleine. Du très bon cinéma, soutenu par des dialogues percutants et par l'interprétation de Jean Gabin, génial dans le rôle-titre.
    Attigus R. Rosh
    Attigus R. Rosh

    Suivre son activité 24 abonnés Lire ses 1 812 critiques

    3,0
    Publiée le 3 mars 2018
    Gueule d’amour est un bon classique à voir, ne serait-ce que pour la prestation de Jean Gabin. L’acteur trouve ici un de ses premiers grands rôles qu’il campera à la perfection. Les autres acteurs sont très bons et Mireille Balin en particulier est excellente en personnage double. L’histoire, est assez simple mais très efficace car le film a le mérite d’être assez court. Il y a une vraie dramaturgie dans l’écriture du film, et la fin est assez prenante. Peut-être le classique de Gabin le plus mémorable, mais c’est pas mal.
    halou
    halou

    Suivre son activité 47 abonnés Lire ses 1 518 critiques

    4,0
    Publiée le 18 novembre 2008
    Premières larmes de Gabin à l'écran sur les épaules de René Lefebvre..Un beau film.
    Plume231
    Plume231

    Suivre son activité 689 abonnés Lire ses 4 640 critiques

    5,0
    Publiée le 25 novembre 2009
    Comme beaucoup de classiques du cinéma français de cette période, Gueule d'amour réussit à rendre l'atmosphère de la France de son époque, celle avec un ciel un peu nuageux, quand même ensoleillé, mais qui va bientôt fortement s'assombrir. Le film aborde à merveille le thème de la fatalité à travers les personnages d'un séducteur naïf, parfaitement incarné par un Jean Gabin qui arrive à nous rendre son personnage très émouvant, et d'une femme fatale complexe loin d'être totalement dénuée de sentiments et de remords, tout aussi parfaitement incarnée par Mireille Balin. La consistance des personnages secondaires n'en est pas pour autant négligée, à l'exemple du bon copain interprété par René Lefèvre. Le scénario et les dialogues sont très brillamment écrits par Charles Spaak et la réalisation de l'injustement méconnu Jean Gremillon souvent inspirée, faisant notamment une très bonne utilisation des extérieurs. Les dernières minutes, tout en étant crédibles, sont très étonnantes. Un chef d'oeuvre.
    cbio
    cbio

    Suivre son activité 3 abonnés Lire ses 109 critiques

    2,5
    Publiée le 16 mai 2010
    bien réalisé, mais le scénario oscille entre mièvrerie et désenchantement et aucun des personnages n'est sympathique. Gabin reste fascinant.
    tomPSGcinema
    tomPSGcinema

    Suivre son activité 162 abonnés Lire ses 3 252 critiques

    4,0
    Publiée le 2 mars 2013
    Emmener par une excellente Mireille Balin dans le rôle de la femme fatale et surtout par un prodigieux Jean Gabin qui apporte toute sa classe et son talent dans le rôle principal, ce mélodrame français s’inscrit comme étant l’un des plus réussi des années 30. La mise en scène de Jean Gremillon est d’une grande finesse et l’histoire réserve son lot d’émotions. Une œuvre qui s’avère donc bien passionnante, fortement émouvante et qui mérite son statut de classique du cinéma français.
    Teresa L.
    Teresa L.

    Suivre son activité 10 abonnés Lire ses 148 critiques

    4,5
    Publiée le 10 mars 2013
    Je montre souvent ce film à des ami(e)s dans la vingtaine (et on m'en reparle toujours d'un ton ému). Tout d'abord parce qu'ils ont rarement l'occasion de voir Gabin jeune, jouant autre chose qu'un daron perclus d'auto-satisfaction. Ensuite parce que le couple qu'il forme avec Balin est moins artificiel ici que dans Pépé le moko- le film, à l'inverse de ce dernier, n'est aucunement misogyne. Ensuite parce que Grémillon multiplie les audaces: mélange de genres, documentaire, ruptures de tons, fondus sarcastiques, etc. Et enfin, parce que le personnage de Balin est donné comme tel et par conséquent nul ne peut avoir de réponse satisfaisante, moins un drame de la jalousie que celui, irrémédiable, de la solitude existentielle.
    chrischambers86
    chrischambers86

    Suivre son activité 1934 abonnés Lire ses 10 391 critiques

    4,0
    Publiée le 10 juillet 2010
    Jean Gabin revient vite à son image de marque avec "Gueule d'amour", sous la direction de Jean Grèmillon! Un film de commande, certes, mais avec lequel il retrouve son public et qui vaudra à son rèalisateur un succès commercial qui influera heureusement, pendant quelques annèes du moins, sur sa carrière! Tirè d'un roman d'Andrè Beucler qu'avait remarquè Gabin, "Gueule d'amour" est une histoire comme le grand public des annèes 30 les aimait! Tous les ingrèdients y sont: la garce rencontrèe à Monte-Carlo, interprètèe par une Mireille Balin alors en pleine gloire, l'officier de spahis, Gabin, et le copain Renè Lefèvre! "Gueule d'amour" ou l'odyssèe d'un être simple et fruste que sa naïvetè, sa disponibilitè dèsarmèe exposent à tomber dans le piège fèminin, jusqu'à la scène finale, très sournoisement mèlo, mais d'une grande justesse de ton! Un film pudique, ou tout paraît vrai, où un Gabin en pleine possession de son mètier atteint l'intensitè qui alimentera son mythe...
    Caine78
    Caine78

    Suivre son activité 1016 abonnés Lire ses 6 874 critiques

    4,0
    Publiée le 22 septembre 2007
    Un grand classique du cinéma français, dont la réputation ne m'a paru en rien usurpé. C'est du beau drame comme le cinéma fraçais savait si bien les faire durant les années 30. En plus des dialogues fins et subtiles de Charles Spaak, et de l'évocation de thèmes comme l'amour fou, le destin, la facilité, ce film compte également un superbe couple de cinéma, Jean Gabin, très bon ici, et Mireille Balin, qui continue à trotter dans nos mémoires bien après le visionnage du film. Du beau cinéma, tout simplement.
    soniadidierkmurgia
    soniadidierkmurgia

    Suivre son activité 248 abonnés Lire ses 3 257 critiques

    5,0
    Publiée le 17 novembre 2019
    "Gueule d'amour" fait partie de la dizaine de films qui ont forgé la légende du Gabin d'avant-guerre. Dix films et quatre metteurs en scène qui ont fait de Jean-Alexis Moncorgé, enfant de la balle, l'acteur français le plus représentatif de cette période troublée où se côtoient le fol espoir vite déçu d'une émancipation de la classe ouvrière et les prémisses d'une guerre mondiale devenue inévitable à cause d'une Europe pacifiste, naïvement aveugle face aux audaces toujours plus inquiétantes d'une Allemagne fanatisée par un Hitler lui offrant une revanche inespérée sur l'humiliation subie avec le Traité de Versailles. Jean Grémillon était l'un de ses quatre réalisateurs. Sa rencontre avec Gabin tient du concours de circonstances. Devenu une immense vedette, l'acteur a depuis plusieurs années dans son viseur, le roman éponyme d'André Beucler (paru en 1926) dont le titre évocateur lui plait beaucoup. Grémillon de son côté est plutôt dans une passe difficile. Après l'accueil désastreux du trop novateur "La petite Lise" (1930) suivi de l'échec public de "Daïnah la métisse" (1931), le jeune réalisateur est devenu persona non grata dans le milieu du cinéma français. C'est le producteur Raoul Ploquin qui lui remet le pied à l'étrier en l'embarquant dans son aventure de coproduction avec la UFA ("Valse royale" et "Les pattes de mouche"). Gabin et Grémillon connaissent bien le scénariste belge Charles Spaak pour avoir chacun déjà travaillé avec lui à deux reprises. Afin de centrer le dilemme amoureux du roman de Beucler sur la personne de Gabin, celui-ci sera quelque peu revu et corrigé. Impossible assurément d'établir une hiérarchie entre "Pépé le moko", "La belle équipe", "La grande illusion", "La bête humaine", "Quai des brumes", "Le jour se lève" ou encore "Gueule d'amour", chacun de ses films accédant sans conteste au rang de chef d'œuvre. Il s'agit plus prosaïquement d'observer le miracle Gabin opérer à chaque fois sous nos yeux. Et c'est sûrement avec Grémillon que l'âme profonde de Jean-Alexis Moncorgé est la plus finement mise à nu, laissant apparaître la sensibilité extrême de celui qui comme Lucien Bourrache ne détestait pas se voir affubler du surnom de "Gueule d'amour". En effet la tonalité enjouée de l'entame du film, guidée par la virilité largement exposée du brigadier de retour au pays où il affole tout la gente féminine, suivie des remarques amusée de la hiérarchie à propos de celui qui contribue à un autre pan de la célébrité du régiment de spahis d'Orange va assez rapidement basculer dans une dramaturgie virant au pathétique quand la tranquille assurance de "Gueule d'amour" va se heurter à Madeleine Courtois (Mireille Balin), lointaine héritière des demi-mondaines et autres cocottes qui firent la pluie et le beau temps dans les corps et les cœurs des grandes fortunes du XIXème siècle. Sidéré devant cette femme à la féminité raffinée qui le toise et le domine, "Gueule d'amour" redevenu Lucien Bourrache aux manières plutôt gauches, va rapidement entrer en méprise profonde. Départi de son uniforme et du prestige de l'institution qu'il représente, Lucien redevient le prolétaire anonyme très vite désorienté quand il décide de suivre Madeleine à Paris où il la visite régulièrement dans le luxueux appartement de son amant argenté. Sa force brute et son charisme animal ne parviendront bien sûr jamais à combler le fossé qui le sépare de celle qui s'est hissée dans les plus hautes sphères en jouant de ses charmes, cornaquée par sa mère (Marguerite Deval) qui l'a précédée dans la même voie. Dès lors, la partie semble jouée et Lucien Bourrache complètement brisé n'aura plus qu'à repartir vers Orange où il constatera amèrement que "Gueule d'amour" n'est plus qu'un lointain souvenir pour celles qui désormais se pâment devant les nouveaux spahis fraichement recrutés. Décidément semble nous dire Grémillon, la vie est une grande roue qui tourne inlassablement. Aidé de Charles Spaak, le réalisateur n'a plus qu'à concocter pour Lucien Bourrache une issue tragique qui contribuera comme "La bandera", "Pépé le Moko" , "Quai des brumes" et bien d'autres à la construction du mythe Gabin. Malgré la prédominance du drame amoureux si sensiblement décrit, Jean Grémillon, cinéaste humaniste engagé n'en n'omet pas pour autant de plier l'esthétique de son film à sa vision clivée de la société selon laquelle dominants et dominés ne vivent pas dans le même monde. Ainsi les intérieurs sophistiqués du Casino de Cannes et de l'appartement parisien de Madeleine sont entièrement filmés en studio à Berlin alors que l'environnement naturaliste où évolue Lucien Bourrache l'est en décors naturels. On notera enfin le recours au chef opérateur allemand Gunther Rittau dont la pratique de l'esthétique expressionniste auprès de Fritz Lang et de Von Sternberg est particulièrement efficiente dans la mise en perspective de l'effondrement mental du triomphant brigadier spaphi descendu de son cheval sans jamais pouvoir y remonter
    NeoLain
    NeoLain

    Suivre son activité 254 abonnés Lire ses 4 726 critiques

    5,0
    Publiée le 5 mai 2012
    Amour qui à de la gueule... Un chef-d'œuvre, Jean Gabin qui se laisse évader d'amour et même plus, la passion pour une femme jouer par l'actrice Mireille Balin, une des plus belles femmes des années trente dont sa carrière se brisa, à vous d'en savoir plus sur la vie de cette femme à qui pourtant tout lui à réussi, bref. L'histoire de gueule d'amour est du début à la fin une vérité qui bouscule, qui montre que les sentiments peuvent être aussi fragile qu'un verre qui se brise, qui montre qu'une femme peut-être aussi une peste, belle, égoïste et mauvaise en elle.
    Flavien Poncet
    Flavien Poncet

    Suivre son activité 148 abonnés Lire ses 1 024 critiques

    5,0
    Publiée le 13 octobre 2006
    Rempli d'humour grâce aux délicieux dialogue de Charles Spaak, d'amour grâce à l'idylle Gabin / Ballin, et d'humanité grâce à Gabin, Lefèvre et à la mise en scéne de Gremillon, "Gueule d'amour" est donc le meilleur film de Jean Gremillon. Le film aborde le théme triangulaire de l'amitié-l'amour-la mort. Les uns ménent aux autres dans une facilité que Gremillon nous expose déconcertante. Gremillon fait montre de tout son génie en abordant un théme si étrange avec une comédie si douce. Quant à Gabin, il joue avec une tel humilité qu'on a du mal à y croire. Gremillon arrive d'ailleurs à tirer de ses acteurs le meilleur d'eux-même. C'est ce qui fait aussi de "Gueule d'amour" une trés grande oeuvre du cinéma français des années 30.
    Gonnard
    Gonnard

    Suivre son activité 109 abonnés Lire ses 1 930 critiques

    5,0
    Publiée le 12 octobre 2009
    Un film que je trouve magnifique, bien que je ne sois pas adepte des mélodrames. L'histoire est simple mais terriblement réaliste. Les dialogues sont ciselés et très agréables, mes préférés sont ceux des rencontres entre Gabin, le majordome et la belle-mère. Le jeu des acteurs est irréprochable, avec comme toujours une mention spéciale pour Jean Gabin. L'acteur, le vrai, capable de jouer toute la palette des émotions. C'est simple, je l'érige au rang de demi-dieu.
    anonyme
    Un visiteur
    4,0
    Publiée le 4 mars 2008
    Une descente aux enfers d'un Gabin au top, très bon scénario et belle réalisation, un film qui a très bien vieilli.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top