Notez des films
Mon AlloCiné
    La Llorona
    Note moyenne
    3,5
    27 titres de presse
    • aVoir-aLire.com
    • Elle
    • L'Express
    • Télérama
    • Transfuge
    • 20 Minutes
    • Cahiers du Cinéma
    • Culturebox - France Télévisions
    • Femme Actuelle
    • Le Figaro
    • Le Journal du Dimanche
    • Le Monde
    • Le Nouvel Observateur
    • Les Fiches du Cinéma
    • L'Humanité
    • Sud Ouest
    • CinemaTeaser
    • La Croix
    • L'Ecran Fantastique
    • Le Parisien
    • Première
    • Critikat.com
    • La Septième Obsession
    • Libération
    • Mad Movies
    • Positif
    • Les Inrockuptibles

    Chaque magazine ou journal ayant son propre système de notation, toutes les notes attribuées sont remises au barême de AlloCiné, de 1 à 5 étoiles. Retrouvez plus d'infos sur notre page Revue de presse pour en savoir plus.

    27 critiques presse

    aVoir-aLire.com

    par Laurent Cambon

    Entre récit historique et drame fantastique, La Llorona déroule les derniers jours au sein de sa famille d’un dictateur sanguinaire. Fascinant et dérangeant à la fois.

    La critique complète est disponible sur le site aVoir-aLire.com

    Elle

    par Françoise Delbecq

    Une petite merveille de vengeance, à découvrir absolument.

    L'Express

    par Antoine Le Fur

    Une oeuvre inoubliable.

    Télérama

    par Guillemette Odicino

    D’une intensité rare.

    La critique complète est disponible sur le site Télérama

    Transfuge

    par Frédéric Mercier

    [...] en s’attaquant à la mémoire même de son peuple, Bustamante a enfin trouvé sa voix de cinéaste : une voix sarcastique et lugubre, mélange étonnant de froide colère et de lyrisme incandescent.

    20 Minutes

    par Caroline Vié

    Jayro Bustamante continue de révéler les plaies de son pays, avec ce conte oùl’intrusion du fantastique est por-teuse d’un puissant message poli-tique.

    Cahiers du Cinéma

    par Nicolas Azalbert

    Dans La Llorona, le genre est un moyen pour amener le film ailleurs, pour le confronter à d’autres genres et à d’autres règles. Ici, celles du film politique.

    Culturebox - France Télévisions

    par Jacky Bornet

    Jayro Bustamante réussit cette alliance entre fantastique et politique. Il atteint ce qu’il nomme le "réalisme magique, qui est très présent dans les pays d’Amérique latine" : édifiant et envoûtant.

    La critique complète est disponible sur le site Culturebox - France Télévisions

    Femme Actuelle

    par Amélie Cordonnier

    Très prenant !

    Le Figaro

    par La Rédaction

    C’est comme une doublure de ténèbres, profonde, immémoriale, qui remue sous les apparences quotidiennes. Entre le politique et le légendaire, le film pénètre jusqu’à la moelle l’injustice des puissants et l’inconscient d’un peuple.

    La critique complète est disponible sur le site Le Figaro

    Le Journal du Dimanche

    par Stéphanie Belpêche

    [Une] mise en scène, à la fois élégante et percutante, [qui] dénonce la corruption, l’impunité, la superstition. Tout en installant le malaise et la peur lors de scènes glaçantes qui imprègnent durablement la rétine.

    Le Monde

    par Jacques Mandelbaum

    Une mise en scène très stylisée – lumière fortement contrastée, pâleur funèbre des personnages sur fond d’obscurité, décors tirés au cordeau, raideur mortuaire des rituels domestiques – y prépare le lent dérèglement domestique que procure un passé qui ne passe pas.

    Le Nouvel Observateur

    par François Forestier

    La force du film, c’est cette lente montée de la folie, la présence constante d’une justice immanente et la mise en scène très maîtrisée. Bienvenue à un nouveau genre : le cinéma politico-fantastique.

    La critique complète est disponible sur le site Le Nouvel Observateur

    Les Fiches du Cinéma

    par Gilles Tourman

    Évoquant Saura, ou encore Buñuel, dans ce très sartrien huis clos, Bustamante associe en virtuose le bonheur esthétique à l’intelligence politique et humaine.

    La critique complète est disponible sur le site Les Fiches du Cinéma

    L'Humanité

    par Michèle Leviieux

    Jayro Bustamante évoque ses terreurs d’enfance liées à guerre civile qui a ravagé le Guatemala. Il rend visible un génocide effacé de l’histoire officielle. Et réaffirme sa volonté de créer dans son pays une industrie du 7e art viable.

    La critique complète est disponible sur le site L'Humanité

    Sud Ouest

    par Sophie Avon

    Jouant sur le fantastique, le cinéaste déploie une œuvre politique, hantée par le chagrin des uns, le remords des autres et le déni de ce patriarche devenu pitoyable. Magnifique.

    La critique complète est disponible sur le site Sud Ouest

    CinemaTeaser

    par Constantin Lacombe

    La Llorona baigne dans une ambiance oppressante particulièrement réussie.

    La Croix

    par Céline Rouden

    Si l’idée de mêler l’actualité récente de son pays avec les légendes les plus anciennes du continent est ici brillamment traitée – l’eau qui ruisselle, les cris d’enfants inexpliqués, le spectre de la dame blanche errant la nuit – on aurait aimé que le film entretienne davantage l’ambiguïté sur la réalité de ce personnage.

    La critique complète est disponible sur le site La Croix

    L'Ecran Fantastique

    par Maryline Sandra

    Instructif et passionnant.

    Le Parisien

    par La Rédaction

    La Llorona vient hanter un ancien général septuagénaire et ex-président du Guatemala, reclus chez lui à l'issue de son procès. Le mélange est audacieux, mais fonctionne bien.

    La critique complète est disponible sur le site Le Parisien

    Première

    par Thierry Chèze

    Bustamante raconte le retour dans son antre d’un homme qui va se retrouver peu à peu hanté par son passé. Et sa belle idée est de convoquer les codes d’un cinéma fantastique dépouillé de tout effet spécial ainsi que la légende de la Llorona pour raconter cet isolement grandissant.

    La critique complète est disponible sur le site Première

    Critikat.com

    par Victor Touzé

    Devant cette mise en scène, on assiste à une sorte de « colonisation de l’imaginaire » guatémaltèque par un autre, issu du cinéma occidental.

    La critique complète est disponible sur le site Critikat.com

    La Septième Obsession

    par Jérôme D’estais

    Si "La Llorona" convainc par sa sobriété et l’élégance de sa mise en scène, on pleure néanmoins devant le grand film qui, spectre paralysé par la peur de son créateur de s’abandonner aux excès liés au genre, refuse finalement d’apparaître.

    Libération

    par Elisabeth Franck-Dumas

    Le vernis glacé qui recouvre le film, les longs silences, le constant surlignage symbolique alourdissent l’exercice, dont la charge horrifique ne réveille pas d’un léger ennui.

    La critique complète est disponible sur le site Libération

    Mad Movies

    par Gilles Esposito

    [...] le spectateur, qui n’a guère d’empathie pour les personnages vivants, se dit qu’il aurait mieux fait de se taper un doc télé sur le conflit civil au Guatemala [...].

    Positif

    par Fabien Baumann

    Cinématographiquement, le résultat déçoit et nous prive, par facilité fantastique, de la description progressive d’une humaine prise de conscience.

    Les Inrockuptibles

    par Ludovic Béot

    Malheureusement, à la fois amorphe sur la représentation de l’épouvante et uniquement voué à la formulation d’un discours, c'est au contraire toute la raideur et l'inopérance de son cinéma qui sont, plus que jamais, exhibées.

    La critique complète est disponible sur le site Les Inrockuptibles
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top