Notez des films
Mon AlloCiné
    La Balade d’Ivan
    note moyenne
    3,2
    16 notes dont 8 critiques
    répartition des 8 critiques par note
    4 critiques
    4 critiques
    0 critique
    0 critique
    0 critique
    0 critique
    Votre avis sur La Balade d’Ivan ?

    8 critiques spectateurs

    Bertrand Barbaud
    Bertrand Barbaud

    Suivre son activité 4 abonnés Lire ses 92 critiques

    4,0
    Publiée le 8 novembre 2019
    Un film artisanal, loin du cinéma français préformaté. Pour le personnage d'Ivan, on ne sait pas si il est homosexuel ou bisexuel ou hétérosexuel. Il y a une foule de sentiments qui ne sont pas explicités et transparaissent avec une grande douceur dans le jeu bourru d'Aram Arakelyan (la révélation du film). Chamis évite le piège de la sociologie et compose, avec un soin infini, des plans sublimes de nature. Les jeunes acteurs portent jusqu'au bout ce drame réaliste, vif, cruel et très français. À suivre de près.
    Londrian
    Londrian

    Suivre son activité Lire sa critique

    4,5
    Publiée le 26 novembre 2019
    Sublime! Tant d'onirisme dans ce film qui traite pourtant avec dureté le parcours d'un exilé. Jamais le bois de Vincennes n'est apparu aussi étrange, bucolique et âpre à la fois. Ivan fascine, on est toujours avec lui, la caméra ne le lâche jamais. C'est un premier film d'une grande sensibilité et d'une grande justesse et qui a su à travers cette fable, nous ouvrir une porte sur un monde caché et pourtant si proche de nous.
    SimonCiné32
    SimonCiné32

    Suivre son activité Lire sa critique

    4,5
    Publiée le 26 novembre 2019
    Un beau film, doux et violent à la fois qui montre un jeune homme dans l'adversité et que personne ne veut aider. Les comédiens sont top et c'est toujours bien filmé, en accord avec le personnage d'Ivan. Bravo.
    Stefanodimonza
    Stefanodimonza

    Suivre son activité Lire sa critique

    4,0
    Publiée le 26 novembre 2019
    Un petit film français bourré de talent. Un univers très fort entre Gus Van Sant et Jean Genet. Le scénario est malin, surprenant, et littéraire. Bonne idée d'avoir emprunté des passages envoutants de Blanchot dans son œuvre courte, sublime et pas assez connue: La Folie du Jour, pour la détournée à travers les péripéties tragiques et mélancoliques d'Ivan. Le jeune comédien Aram Arakelyan est beau, lumineux, extraordinaire. On se souviendra de lui dans ce film tout en poésie et rudesse.
    Stanley
    Stanley

    Suivre son activité

    5,0
    Publiée le 27 novembre 2019
    Magnifique ! Somptueux ! Une vraie bouffée poétique ! À l’inverse des productions actuelles où les films sont « trop » produits, trop léchés ce qui finit par dénaturer leur propos et les rendre tous fades et interchangeables... Ici, il n’est en rien, même les imperfections font le sel de ce film. Même s’il se veut prendre la forme d’un conte, d’une balade onirique et sensorielle, on ressent, une véracité, une justesse et un ancrage profond et réel dans l’écriture à deux mains du scénario par le réalisateur Chamis et son producteur Maugens. Quelle idée de génie d’avoir été les seuls (pour l’instant) à adapter des passages de l’envoutante « Folie du Jour » de Maurice Blanchot dont on ne ressort pas indemne. Toutes ces histoires qui se forment autour de l’histoire principale, forment elles-mêmes autant de chemins qu’on pourrait tous emprunter pour, in fine, ne former qu’un seul chemin commun à tous : celui du vagabondage du charismatique, christique et profane Ivan !
    CécileB2
    CécileB2

    Suivre son activité

    5,0
    Publiée le 27 novembre 2019
    Ce Claude Chamis a du talent, c'est sûr! Il est totalement à contre-courant du cinéma français ordinaire. Il y a quelque chose de Jarmush, quelque chose de Bresson, quelque chose de Pasolini dans son premier film. Sa description de la société française vue par un jeune étranger est très forte, au vitriol. Le scénario est littéraire dans le bon sens du terme, la mise en scène est surprenante et les images sont belles et inspirées. Tous les jeunes comédiens forment une sorte de choeur autour du personnage d'Ivan. C'est un film qui est totalement lié à Ivan, le personnage principal joué admirablement par Aram Arakelyan. Cet Ivan, va rester dans nos coeurs.
    Camille Frelon
    Camille Frelon

    Suivre son activité

    5,0
    Publiée le 28 novembre 2019
    Quel coup de génie! Déjà, sur le papier, avoir su mixer du Mala Noche et Last Days de Gus Van Sant avec du Maurice Blauchot, en l’occurrence son puissant et percutant "Folie du Jour", cela donne très envie de découvrir ce mélange inédit, avec cependant une certaine appréhension... Après le film, quel choc! Ce mixage est au-delà de mes attentes et le pari plus que tenu! Doublé d'une multitude d'histoires pour montrer la facticité des rapports humains dans un monde irréel où tout fait conte, pour s’éloigner de la violence du parcours d'un exilé, le rendant ainsi encore plus cruel. Finalement en s’éloignant de la réalité, on s'en rapproche et celle-ci nous parait plus horrible, plus palpable et actuelle que jamais. Grâce au mécanisme de la littérature et de la multiplication des histoires qui se superposent pour n'en former qu'une (film, texte de Blanchot, et voix off souvenirs de jeunesse du héros), tout nous éloigne et nous rapproche du sujet même: celui de la survie et du misérabilisme de la société (à l'instar de "La Folie du Jour"). Comme le réalisateur Claude Chamis le souligne: "Ivan est un pur vagabond innocent, à la Thoreau, ou la le Kerouac ou Dostoeivski, sur lequel le mal va inéluctablement s’acharner." Ivan ne peut même plus se tourner vers le seul soutien qui lui reste et se livre à des actes païens spoiler: (les enterrements de l’oiseau et du jeune homme à la fin) , même procédé, même symbolisme. Il est innocent mais doit maintenant vivre avec cette souffrance. Figure Christique, souillé, assailli et crucifié par la société, même au plus profond des bois... La Balade d’Ivan est une sorte de conte moderne et cruel où les désirs et les desseins d'un jeune homme sont placés sous le signe de la marchandise, de la réduction de toute chose à son prix. L'un des enjeux du film est aussi de montrer à travers son parcours, son vagabondage et ses rencontres, la montée croissante du pouvoir de l'argent. Cet argent qui contamine et détériore toute chose. Il y a des séquences (magiquement filmées) pleines d'insouciance, de sensualité et de poésie qui, loin de faire dévier du cauchemar que vit Ivan, le renforcent encore davantage.
    Julia Olivera
    Julia Olivera

    Suivre son activité

    5,0
    Publiée le 29 novembre 2019
    Bravo! Une vrai réussite! Je sors de la salle et suis encore avec Ivan dans ses tristes et mélancoliques déambulations à travers la ville et les bois durant un été... et à travers ses déambulations mentales, ses souvenirs de sa prime jeunesse lors des durs hivers moscovites avec sa mère... C'est beau, dur, doux et violent à la fois, comme le parcours d'un vagabond, ci symbolisé et magnifié. Il y a en effet quelque chose de kerouaquien avec plus de poésie et d'envolé lyrique. Les cardes et les images du chef opérateur Thibaut de Chemellier sont sublimes et subtiles, tout en pudeur et délicatesse, comme la rosée sur les feuilles ou le lever de soleil sur les pattes d'un insecte. Bravo à l'auteur d'avoir su insuffler tant de délicatesse et de poésie dans le parcours si brutal et si cruel d'un exilé.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top