Mon AlloCiné
Samedi soir, dimanche matin
note moyenne
3,5
41 notes dont 7 critiques
14% (1 critique)
57% (4 critiques)
14% (1 critique)
14% (1 critique)
0% (0 critique)
0% (0 critique)
Votre avis sur Samedi soir, dimanche matin ?

7 critiques spectateurs

chrischambers86

Suivre son activité 1033 abonnés Lire ses 10 061 critiques

4,0
Publiée le 29/03/2010
1960: Le Free Cinèma venait de naître avec "Saturday Night and Sunday Morning" de Karel Reisz qui fut tournè d'après un scènario d'Allan Sillitoe, ancien ouvrier de Nottingham, qui ècrivit ègalement l'annèe suivante "La solitude du coureur de fond", rèalisè par Tony Richardson, ici à la production! Le film impose la prèsence du protagoniste (un jeune ouvrier, choix qui n'a rien de gratuit) comme l'affirmation d'un droit: les gens ordinaires doivent avoir la certitude que leur poids dans la vie de la communautè et leurs problèmes doivent concerner toute la sociètè! Reisz y dècrit brillamment la vie quotidienne de ces ouvriers et de l'ennui des dimanches: regard lucide et gènèreux! Albert Finney, à ses dèbuts, y trouve l'un de ses plus beaux rôles! Une oeuvre soignèe et rèaliste, mais jamais ouvrièriste, portèe par un acteur formidable...
Plume231

Suivre son activité 533 abonnés Lire ses 4 610 critiques

4,0
Publiée le 04/03/2010
Considéré comme un des fers de lance du "Free Cinema", qui est quasiment l'équivalent de la Nouvelle Vague française, "Samedi soir et dimanche soir" est une description qui certes n'évite pas le pittoresque mais qui est indéniablement fraîche et nostalgique de la communauté ouvrière anglaise à travers le portrait d'un ouvrier grognon et anarchique qui refuse de se plier totalement à sa condition. Albert Finney dans le rôle de ce personnage crève littéralement l'écran de son immense charisme et de son indéniable présence. Il n'est pas du tout étonnant qu'il ait été comparé à Marlon Brando dans ce film. De plus, on ne peut que se rejouir qu'il ait comme partenaire la très charmante Shirley Anne Field. Avec ce film, en dépit de (ou plutôt grâce à) son réalisme minutieux le réalisateur Karel Reisz a pleinement réussi une oeuvre très chaleureuse et même poétique.
Santu2b

Suivre son activité 96 abonnés Lire ses 1 517 critiques

2,0
Publiée le 09/04/2014
En 1960 sortait "Saturday night and Sunday morning", réalisé par Karel Reisz. Film culte tenant encore une place de choix parmi les cinéphiles britanniques, ce dernier fit à sa sortie un véritable tabac en salles, au point d'être toujours considéré comme le chef-d'oeuvre de la nouvelle vague anglaise. D'ores et déjà, pour le côté novateur dont on l'a trop souvent affublé, on repassera. Car il suffit en effet de se laisser imprégner par ses premières minutes pour retrouver l'ambiance de "Sur les Quais" combinée à celle de "La Fureur de Vivre", matérialisé par son personnage principal dont la seule différence avec James Dean est finalement de posséder une certaine éthique dans sa rébellion. Il suffit aussi de se rendre compte que la même année sortait en Italie "La Dolce Vita" ou explosait en France la Nouvelle Vague (autrement plus novatrice) pour relativiser grandement la portée cinématographique de l'oeuvre de Reisz. Qualifié un peu trop hâtivement de film "marxiste", celui-ci est cependant intéressant moins pour son côté prolétaire que sa capacité à restituer l'ambiance de la décennie naissante, son parfum de rock et de révolte, ainsi que les déboires sentimentaux de son héros. Celui-ci campé magistralement par Albert Finney, explosant pour la première fois à l'écran et portant à lui seul le long-métrage sur les épaules. Quelque peu oublié si l'on s'en tient au faible nombre de critiques, "Saturday night and Sunday morning" est donc un film agréable à défaut d'être transcendant.
soniadidierkmurgia

Suivre son activité 180 abonnés Lire ses 3 095 critiques

4,5
Publiée le 02/04/2017
Karel Reisz dont la filmographie très ramassée ne comporte que neuf longs métrages est sans aucun doute un réalisateur mal connu qui a la particularité assez peu partagée de n'avoir jamais fait de concession quant à son art même lors de sa période hollywoodienne qui l'aura vu réaliser des œuvres très personnelles comme "The Gambler" (1974), "La maitresse du lieutenant français" (1982) ou "Sweet dreams" (1985). Après des débuts dans le documentaire, il fait partie à la fin des années cinquante avec John Schlesinger, Tony Richardson et Lindsay Anderson du mouvement d'inspiration réaliste à forte connotation sociale nommé "Free cinéma" ou encore "Nouvelle vague britannique" par analogie avec le mouvement qui révolutionne le cinéma français à la même période. "Samedi soir et dimanche matin" est son premier film tiré du premier roman éponyme d'Alan Sillitoe relatant via les loisirs du samedi soir et du dimanche, l'asservissement de la population ouvrière de Nottingham. Sans fard mais aussi avec beaucoup de chaleur et d'empathie, Reisz décrit les conditions de vie dans ces immenses cités ouvrières bâties par les capitaines d'industrie au XIXème siècle pour concentrer l'habitat d'une main d'œuvre travaillant dans les mines ou les usines dans le but de minimiser les coûts de production et de mieux régenter la vie d'une population n'ayant pas réellement vocation à revendiquer le droit de cité. Sur ce fond de servitude qui ne porte pas réellement son nom, le réalisateur montre la rébellion contenue d'un jeune homme, Arthur, qui se rend bien compte du jeu de dupes dont la classe ouvrière est prisonnière . Jeu de dupes auquel il sait ne pouvoir échapper bien longtemps, condamné comme tous ses compagnons de labeur à faire du samedi soir et du dimanche matin l'exutoire de sa triste condition en se saoulant jusqu'à l'évanouissement pour ne pas penser à la semaine à suivre. Arthur c'est Albert Finney qui tout comme Karel Reisz débute au cinéma après une solide expérience au théâtre. Fort comme un roc, avec la gouaille au bord des lèvres et la droiture dans le regard, le jeune acteur âgé de 24 ans occupe tout l'écran et se fait bien sûr remarquer immédiatement par la critique anglaise et internationale ébahie par ce jeu qui transpire la spontanéité, bien loin des circonvolutions introspectives prônées par les méthodes de l'Actor's Studio qui depuis l'avènement de Marlon Brando exercent leur tyrannie sur toute une génération de jeunes acteurs américains et européens. Avant de peut-être envisager son salut hors des murs, Arthur entend braver les conventions au sein de sa cité faute de pouvoir réveiller la conscience de ses collègues symbolisée par la présence à ses côtés de son cousin Bert (Norman Rossington) qui pourtant moins bien loti que lui parvient à envisager une vie heureuse au sein de cet univers contraint. Comme une sorte d'accomplissement de sa révolte, Arthur couche avec Brenda (Rachel Roberts), la femme de son collègue de travail, servile et obséquieux avec la hiérarchie de l'usine. C'est un peu sa manière dérisoire et peu glorieuse de mener la révolution. Karel Reisz à travers la jeune et jolie Doreen (Shirley Ann Field) montre comment Arthur va progressivement rentrer dans le rang et s'accommoder de l'horizon traditionnel qui lui est proposé. Cette chronique trouve sa force évocatrice dans le mélange de tragique et de dérisoire qui fait le quotidien des plus humbles comme des plus riches grâce à la capacité de Reisz à entrer en empathie avec ses personnages et à s'immiscer sans être intrusif dans leur intimité. Le réalisateur et son acteur ne pouvaient mieux inaugurer leur entrée dans le monde du cinéma. Ils se retrouveront quatre ans plus tard pour le remake du thriller déroutant de Richard Thorpe," La force des ténèbres" (1937) tiré de la pièce éponyme d'Emlyn Williams. Par sa manière de rendre compte d'une réalité sociale tout en observant avec un certain humour les mœurs qui la régissent, Karel Reisz se situe au point de rencontre entre le néo-réalisme d'un Rossellini ou d'un De Sica et la comédie à l'italienne des Risi, Monicelli et Germi. Un film incontournable pour approcher le "free cinéma", mouvement intense et bref qui ne produira que des films passionnants.
jean-paul K.

Suivre son activité 1 abonné Lire ses 321 critiques

3,0
Publiée le 29/06/2016
formidable film quant à la description de la vie et du cadre de vie d'une cité ouvrière du nord de l'Angleterre au début des années 1980. De quoi vous donner le cafard. Excellente prestation de Albert Fienney, qui nous fait penser à Marlon Brando. Mais malheureusement les autres personnages sont ternes et la deuxième partie du film m'a semblé longue et ennuyeuse (un certain manque d'imagination pour ce film de moins de 90 mn, qui n'en finit plus). Dommage.
benoitparis

Suivre son activité 48 abonnés Lire ses 1 274 critiques

4,0
Publiée le 18/07/2010
C’est à la fois nostalgique, doux amer, au ras du quotidien. Arthur a beau être une forte tête, sa révolte ne dépasse pas les transgressions banales : bitures, adultères… Sans doute la meilleure manière de montrer ce que l’existence d’un ouvrier, même s’en sortant bien socialement, peut avoir de bornée, d’engluée. C’est surtout l’ennui qui plombe la vie des personnages de « Samedi soir et dimanche matin ». Karel Reisz réussi à le restituer avec une certaine légèreté. C’est aussi, bien sur, un document sur le monde ouvrier anglais d’il y a une cinquantaine d’années, avant la grande catastrophe économique et sociale de la fin des années 70. Dans la grande tradition du cinéma documentaire et social britannique.
anonyme
Un visiteur
5,0
Publiée le 24/07/2006
Karel Reisz dresse un constat sans complaisance de la jeunesse ouvrière des années 50. A valeur documentaire, cette oeuvre annonce les mouvements libertaires, parfois nihilistes qui allaient suivre dans les années 60 et 70. La mise en scène est sèche et juste, l'interprétation est très solide. Hautement recommendable dans la filmographie de son auteur, "Saturday night, sunday morning" est un film incontournable du cinéma "social" britannique. Une digne ascendance des meilleurs films de Loach. 17/20
Les meilleurs films de tous les temps
  • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
  • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
Back to Top