Notez des films
Mon AlloCiné
    Peur sur la ville
    note moyenne
    3,6
    1509 notes dont 162 critiques
    répartition des 162 critiques par note
    37 critiques
    67 critiques
    37 critiques
    16 critiques
    3 critiques
    2 critiques
    Votre avis sur Peur sur la ville ?

    162 critiques spectateurs

    RENGER
    RENGER

    Suivre son activité 368 abonnés Lire ses 5 436 critiques

    3,0
    Publiée le 10 juillet 2012
    Œuvre culte aussi bien dans la filmographie du réalisateur que de l’acteur principal, Peur sur la ville (1975) reste encore à l’heure d’aujourd’hui un thriller urbain efficace et rondement mené. 120 minutes au cours desquelles on se retrouve aux côtés du commissaire Letellier, tiraillé entre le fait de devoir mettre le truand Marcucci derrière les barreaux (il l’a ridiculisé après un braquage qui a mal tourné) et mettre fin aux agissements d’un certain Minos, un serial-killer qui sévit dans les rues de Paris en s’en prenant aux femmes célibataires (qui mènent une vie sexuelle libérée). Le fait que le film soit une coproduction franco/italienne y est peut-être pour quelque chose, mais force est de constater que ce thriller a des allures de giallo (sans parler de la B.O qui est composée par Ennio Morricone). Il en résulte au final un trépident et palpitant polar où notre "Bébel" national fait des merveilles en assurant lui-même toutes ses cascades (des toits de Paris en passant par le métro de la capitale ou encore la scène finale avec l’hélicoptère), sans oublier bien évidemment la prestation de Adalberto Maria Merli (qui interprète le double rôle Pierre Valdeck / Minos).
    soniadidierkmurgia
    soniadidierkmurgia

    Suivre son activité 208 abonnés Lire ses 2 115 critiques

    3,0
    Publiée le 19 février 2016
    Quand il entame le tournage de "Peur sur la ville", Jean-Paul Belmondo connait bien Henri Verneuil pour avoir déjà tourné à quatre reprises sous sa direction depuis leur rencontre sur un film à sketches de 1960 (« La femme et l’amour »). L’efficacité reconnue de Verneuil dans le film d’action n’a pu que susciter son choix par Belmondo alors engagé dans une voie très commerciale. Ce sont les cascades qui sont désormais le centre névralgique des films de Bébel. A ce point que le public n’attend plus que ça, faisant l’impasse sur des intrigues policières assez répétitives. Dans le genre, « Le casse » du même Verneuil en 1971 avait été une vraie réussite comme pendant européen du fameux « Bullitt » de Peter Yates (1968) intégrant une course-poursuite homérique sur les hauteurs d’Athènes devenue célèbre. « Peur sur la ville » reprend les mêmes recettes, Belmondo incarnant cette fois-ci un flic aux méthodes expéditives pris dans la traque d’un tueur sadique terrorisant Paris. Les amateurs du genre y trouveront leur compte même si on peut trouver que Belmondo en rajoute parfois dans la cascade faisant des roulés-boulés un peu outranciers. Mais l’acteur était généreux et surtout difficilement contrôlable, même pour un vieux briscard comme Verneuil. L’ensemble avec ses seconds rôles toujours efficaces en cette décennie 1970 (Rosy Varte, Charles Denner, Jean-François Balmer) demeure roboratif et suffisamment angoissant (formidable et trop rare Adalberto Maria Merli) pour distiller son lot de frissons.
    GabbaGabbaHey
    GabbaGabbaHey

    Suivre son activité 130 abonnés Lire ses 1 582 critiques

    4,5
    Publiée le 29 août 2010
    un film vraiment génialissime avec une intrigue maintenue a la perfection, le légendaire Jean-Paul Belmondo qui court après l'inquiétant dégénéré sexuel et mental a l'œil de verre et qui se fait appeler Minos, c'est grandiose comme film. Le cinéma français comme ont aime le voir : parfait, classe... d'excellents acteurs avec une histoire de dingue. Un suspens fou qui se maintient superbement tout le long. Un vrai film policier de qualité.
    Redzing
    Redzing

    Suivre son activité 119 abonnés Lire ses 2 084 critiques

    3,5
    Publiée le 16 juin 2012
    Une sorte de "Dirty Harry" à la française, où un commissaire expéditif traque un tueur en série dérangé. Bébel y joue son rôle habituel de cogneur au grand sourire, assisté par un Charles Denner très cynique. Il faut bien admettre que quelques acteurs sont assez moyens, et que des éléments du scénario sont très grossiers (comment se fait-il que personne ne reconnaisse la caractéristique voix du tueur ?). Mais la mise en scène de Verneuil est efficace, et produit quelques très bons moments d'action (la poursuite sur le toit, dans le métro, etc.), sans compter la BO dérangeante de Morricone qui parvient à rendre certaines scènes inquiétantes. Par ailleurs, les dernières minutes, présentant le rôle de la presse lors d'un assaut de la police, sont tout à fait d'actualité. Au final, "Peur sur la Ville" n'est pas exempt de défaut, mais c'est un polar d'action tout à fait honorable.
    anonyme
    Un visiteur
    4,0
    Publiée le 1 juin 2015
    Bonne surprise ce Peur sur la ville, je m'attendais à trouver ça sympa mais basique comme les autres Bebel, mais pour le coup je dois reconnaitre que la formule marche super bien : le scénario n'est pas inintéressant et se suit sans ennui, les cascades de Bebel sont vraiment impressionnantes, les scènes d'action sont vraiment sympa, Belmondo, d'ailleurs est très à l'aise dans son rôle de flic charismatique accompagné par un sympathique Charles Denner blasé et un Adalberto Maria Merli assez flippant. Le film se concentre sur l'inspecteur Letellier, qui traque à la fois un gangster et un tueur en série qui s'en prends aux femmes avec une vie sexuelle libre. Le film parvient à être angoissant, en grande partie grâce à la musique du grand Ennio Morricone sur les panoramas de la ville, qui rendent la menace omniprésente. Je trouve également que le film vieillit très peu, et pour une fois que Bebel a un adversaire à la hauteur en la personne de Minos, ça se salut (un ami m'a quand-même dit que Minos était un bien meilleur méchant que John Doe dans Se7en, dois-je préciser que c'est totalement faux ?). Bien sûr, le film n'est pas exempt de reproches : Minos dévoile trop tôt son visage alors qu'il aurait été intéressant de ne le présenter qu'en fin de film, pour rendre le suspens plus grand, la traque du gangster est également largement trop survolée, il aurait été sympathique de la voir, si ce n'est au même niveau que celle de Minos, au moins un peu plus travaillée. Et le dernier défaut en est un petit, c'est une erreur de cohérence scénaristique assez dommage : spoiler: après ses deux courses-poursuites avec Minos, Letellier qui l'a déjà entraperçu de loins devrait être capable de le reconnaître quand il va chez l'infirmière ou quand il le voit au commissariat . Peur sur la ville n'en est pas moins un excellent Bebel, qui peut également ravir ceux qui ne sont pas spécialement fans de l'acteur (ce qui est rare dans les films de Belmondo) et un polar majeur des années 70, à voir.
    Le cinéphile
    Le cinéphile

    Suivre son activité 113 abonnés Lire ses 715 critiques

    3,0
    Publiée le 7 février 2016
    Le long métrage mettant en scène un Belmondo antipathique et prétentieux est rehaussé par les quelques effets de style de Verneuil et la musique de Morricone! Film tout public, divertissant tout au plus, au méchant convaincant le spectateur remarquera la scène du gun fight au milieu des mannequins portée par la musique épileptique et répétitive de Moricone, scène grandiose mais souvent oubliée. Peur sur la Ville reste un classique du policier français ou Belmondo s'en donne à cœur joie. https://www.facebook.com/La-7eme-critique-393816544123997/
    Shephard69
    Shephard69

    Suivre son activité 82 abonnés Lire ses 1 072 critiques

    3,5
    Publiée le 21 mai 2016
    Même si ce n'est pas là le meilleur film d'Henri Verneuil et malgré un certain déficit de rythme, un film policier français, très référencé par le cinéma américain, devenu absolument culte davantage sur ses impressionnantes scènes d'action où Jean-Paul Belmondo s'en donne à coeur joie avec ses cascades que pour l'épaisseur de son intrigue, le personnage de Minos m'apparaissant un peu simpliste. Un long-métrage à classer dans la lignée classique de la filmographie de l'acteur avec son éternel charisme viril.
    ferdinand75
    ferdinand75

    Suivre son activité 73 abonnés Lire ses 1 168 critiques

    2,5
    Publiée le 6 juillet 2009
    Un grand classique du polar , mais qui a quand même beaucoup vieillit avec le temps..L'intrigue est vite éventée, et le suspens moyen.. Les acteurs sont bons, la musique est bien.. Belmondo égal à lui même. Un bon divertissement...
    bobmorane63
    bobmorane63

    Suivre son activité 65 abonnés Lire ses 872 critiques

    5,0
    Publiée le 10 juillet 2009
    Un film avec Belmondo qui fout les chocotes, ça existe avec "Peur sur la ville" du grand réalisateur qu'était Henri Verneuil!!! Le comissaire Letellier est sur une double affaire, l'un sur un braquage qui a mal tourné dont le chef est toujours en fuite et l'autre, dont le film est plus centré, sur un malade psychotyque qui harcele des demoiselles au téléphone et deviennent des victimes dans une ville de Paris qui est trés grande. Sur une musique angoissante du ténor Ennio Morricone, "Peur sur la ville" est un excellent film policier des années 70 avec un petit air aux Américains dont le sujet fait penserau cinéma de Clint Eastwood de l'époque comme par exemple "L'inspecteur Harry". Ce film offre aussi un role en or à Jean-Paul Belmondo qui a des dialogues crouistillantes comme la scène du bar du début par exemple et réalise lui meme ses cascades impressionnantes sur les toits vertgineuses de Paris, courant sur un train à pleine vitesse ou suspendu sur un cable d'hélicoptère, du génie cher à sa légende. Face à lui, un terrifiant tueur en série nommé Minos incarné par un brillant acteur dont je ne sais pas comment il s'appelle. Du grand cinéma de genre made in France!!!
    Cronenbergfansoff
    Cronenbergfansoff

    Suivre son activité 67 abonnés Lire ses 16 critiques

    3,0
    Publiée le 3 mars 2018
    un bon thriller qui étudie la pathologie et les méfaits des médias bons effets visuels pour l'époque. Je le déconseille aux moins de 10 ans. 3/5
    Davidhem
    Davidhem

    Suivre son activité 63 abonnés Lire ses 322 critiques

    5,0
    Publiée le 28 janvier 2010
    "Peur sur la ville" porte bien son nom car il s'agit d'un des premiers thrillers horrifiques réalisés en France. Aux commandes de ce film brillant, Henri Verneuil qui rédige également le scénario de ce film mais dont les dialogues sont écrits par un futur réalisateur de comédies à succès, Francis Veber. Le film relate l'histoire d'un criminel sexuellement impuissant et qui ne supporte pas de voir ses congénères se complaire dans cette activité pourtant caractérisée de naturelle selon les scientifiques modernes. Il ne faut pas oublier que ce long-métrage fut réalisé dans les années 1970, époque de liberté où le cinéma pornographique connaissait son âge d'or dans les salles obscures. Et puis évidemment, comment le réalisateur pouvait-il penser à quelqu'un d'autre pour réussir des cascades de dingues qu'à Jean-Paul Belmondo? L'acteur impressionne par sa musculature très développée au cours d'une séance de massage où il exhibe ses biceps et ses pectoraux pour signifier que le plus fort physiquement, c'était lui. Lui? Contre qui? Contre son rival Alain Delon qui ne se risqua jamais à tourner ce genre de films musclés. Le film relate le parcours de deux hommes, l'un policier rancunier, l'autre un illuminé qui se permet de jouer à Dieu. S'établit un duel entre les deux protagonistes très jouissif car le film regorge de péripéties plus spectaculaires les unes que les autres. Le réalisateur filme son récit avec talent accompagné par la musique terrifiante et culte du grand Ennio Morricone. Un film intéressant sur les pulsions humaines et l'impuissance sexuelle. Mais le réalisateur montre également les conséquences que peuvent provoquer des harcèlements moraux ou physiques. Cela terrifie, cela glace le sang et lorsque l'on se trouve confronté à un tueur psychopathe qui veut se rendre intéressant en passant sur les journaux grâce à sa névrose, le réalisateur montre qu'il faut savoir le prendre par surprise autrement dit s'évertuer à jouer à son propre jeu. Un film très réussi!
    Ricco92
    Ricco92

    Suivre son activité 60 abonnés Lire ses 333 critiques

    4,5
    Publiée le 1 mai 2016
    Parmi la série de polars que Jean-Paul Belmondo a interprété, Peur sur la ville demeure un des plus célèbres. Cela est totalement justifié car ce film d’Henri Verneuil reste 40 ans après un excellent film policier. Bien sûr, le film prend quelques libertés avec le vraisemblable dans l’impression qu’il donne que le commissaire Letellier doive résoudre à lui tout seul les grosses affaires spoiler: (comment cela se fait-il que seul une voiture piste un criminel aussi important que Marcucci ?; l’intervention finale ne devrait-elle pas être plutôt effectuée par les hommes du GIGN créé depuis peu ?) et dans les risques que ce même personnage prend spoiler: (il conduit en tirant au pistolet, il poursuit Minos sur les toits en manquant de tomber à chaque instant, il se balance au bout d’un filin en hélicoptère et surtout il court sur les toits d’un métro, scène restée mythique) . De même, il est surprenant que malgré de grosses fautes professionnelles spoiler: (l’abandon de la poursuite de Minos pour assouvir une vengeance personnelle, ce que permettra au tueur en série de provoquer d’autres meurtres) , il ne soit jamais suspendu ou poursuivi. Cependant, ce petit manque de crédibilité correspond à des conventions que le public accepte en allant voir ce type de films (l’inspecteur Harry Callahan en est assez coutumier à cette époque) et le film reste un très bon film policier. La mise en scène d’Henri Verneuil est à la fois extrêmement efficace et assez subtile spoiler: (l’effet du miroir bougeant créant ainsi un effet de champ/contre-champ à l’intérieur d’un plan fixe) . Le cinéaste réussit notamment parfaitement les séquences d’action : que ça fait du bien, de nos jours, de voir des cascades effectuées en vrai par une star (Belmondo) qui prenait alors un malin plaisir à en faire toujours plus devant la caméra tout en restant dans les limites du crédible. Ainsi, les acteurs que ce soit les comédiens principaux (le duo Belmondo-Denner est savoureux et Adalberto Maria Merli demeure un méchant très marquant) ou les rôles secondaires (parmi lesquels on retrouve Lea Massari, Rosy Varte et surtout Jean-François Balmer, excellent en militant d’extrême-gauche, obnubilé par son idéologie) sont tous parfaits. De plus, le scénario réussit à nous faire aimer le personnage interprété par Belmondo alors que celui-ci est loin d’être exemplaire spoiler: (le chantage à l’ambulance effectué sur un blessé grave pour obtenir des informations, l’abandon de la poursuite cité plus haut...) , évite les clichés pompeux (il n’y a ici aucune histoire d’amour) et bénéficie d’excellents dialogues signés Francis Veber. Peur sur la ville demeure donc un beau fleuron du cinéma populaire français des années 70 et un film policier toujours aussi efficace aujourd’hui et pouvant rivaliser avec le cinéma américain.
    willycopresto
    willycopresto

    Suivre son activité 47 abonnés Lire ses 285 critiques

    4,0
    Publiée le 8 février 2016
    "Peur sur la ville" (1975) HD1 le 07.02.2016. L'arménien Achod Malakian, vous connaissez ? Il est vrai qu'il est bien plus connu avec le nom de Verneuil : l'homme qui savait réaliser de beaux films (entre autres "La vache et le prisonnier"), comme il savait choisir ses acteurs. Bien sûr, il y a des quantités de cascades, des courses poursuites avec tous les moyens de transport, et c'est plein d'invraisemblances. Mais on avale le tout avec les trucages sans broncher, comme des harengs au carnaval de Dunkerque. Sans se lasser malgré deux heures de spectacle. Quant à Bébel, il n'a aucun mérite, il fait du Bébel et de toute façon ce cabotin aime ça. Sur l'affiche du film, il n'y a qu'à regarder son air satisfait pour voir à quel point il est content de lui. L'occasion aussi de revoir Charles Denner décédé en 1995 et dont on peut dire que sa santé ne lui a pas permis une fin de vie heureuse. Merci Francis Veber (aux dialogues) : l'humour n'est pas absent comme cette répartie du commissaire (Bébel) libérant un suspect (JF Balmer, admirable dans le rôle d'anar) et lui expliquant : "J'te relache parce qu'tas d'beaux yeux !" (clin d'oeil au "quai des brumes?) Ce qui du reste est vrai, le déroulement de l'enquête nous explique pourquoi. La signature de Morricone n'apporte pas grand chose à la musique : il ne savait pas se renouveler et les passages sifflés ont un air de déjà entendu. Un régal néanmoins que cette aventure, et le jackpot pour la production : 4 millions d'entrées au cinéma ! willycopresto
    ElAurens
    ElAurens

    Suivre son activité 40 abonnés Lire ses 585 critiques

    3,0
    Publiée le 16 février 2011
    Un bon policier français emmené par un Belmondo en pleine forme faisant lui-même ses cascades. Ces scènes sont d'ailleurs réussies et donnent beaucoup d'action à ce film, on se souviendra particulièrement de celles du métro et une autre sur les toits de Paris. Après au niveau du scénario il n'y a rien de bien original, on retrouve un impuissant sexuel tuant des femmes, un rôle joué par un acteur inconnu assez charismatique, en tout cas avec ses lunettes de soleil. Les dialogues sont bons et souvent humoristique, un autre point fort c'est la musique de monsieur Ennio Morricone, bref on passe un bon moment devant ce film d'Henri Verneuil.
    ManoCornuta
    ManoCornuta

    Suivre son activité 31 abonnés Lire ses 204 critiques

    4,0
    Publiée le 12 février 2019
    Bébel dans ses œuvres, cascadeur et flamboyant, dans ce polar français lorgnant sur les tendances américaines des années 70. Sous la houlette de Henri Verneuil, le résultat est plus que valable et tient largement la route encore aujourd’hui: que ce soit dans l'atmosphère ou dans le rythme, ce film constitue l'une des très belles réussites du genre, maintenant la nervosité de bout en bout avec un réel savoir-faire, des seconds rôles de choix et puis Belmondo quoi... La musique de Morricone, la mise en scène, tout est soigné et impeccable. Plus de 40 ans ont passé et c'est toujours aussi efficace.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top