Mon AlloCiné
  • Mes amis
  • Mes cinémas
  • Speednoter
  • Ma Collection
  • Mon compte
  • Jeux
  • Forum
  • Déconnexion
La Soif du mal
Anecdotes, potins, actus, voire secrets inavouables autour de "La Soif du mal" et de son tournage !

Différentes versions

A sa sortie, La Soif du mal dure 93 minutes. Par la suite, une version de 108 minutes est retrouvée. Elle contient des scènes tournées par Orson Welles, mais aussi par Harry Keller, engagé par les studios de production pour tourner des séquences supplémentaires. Plus tard, une version director's cut restaurée voit le jour. Rick Schmidlin la produit et la supervise selon les désirs que Welles avait exprimés dans un courrier aux dirigeants de l'Universal en 1957.

Acteur et réalisateur

Orson Welles joue dans bon nombre de ses films, dont Citizen Kane (1941) et Macbeth (1948). Plusieurs rumeurs circulent quant au choix de Welles en tant que réalisateur de La Soif du mal (1958). La plus probable demeure celle selon laquelle Charlton Heston, apprenant que son partenaire dans le film serait Welles, l'ait conseillé comme réalisateur. Une autre hypothèse peut être retenue : le producteur Albert Zugsmith aurait engagé Welles d'emblée, suite à leur précédente collaboration sur Man in the shadow (1957, Jack Arnold), produit par le premier et interprété par le second.

Une maison de production sceptique

Quand Orson Welles est choisi pour réaliser La Soif du mal, les financiers des studios Universal sont réticents. Ils redoutent des fastes onéreux de la part du réalisateur. Le tournage se déroule bien, mais les dirigeants de l'Universal ne sont pas satisfaits par le prémontage du film. Ils font appel à Harry Keller pour tourner des scènes supplémentaires. Ce dernier est le réalisateur de L'Enquête de l'inspecteur Graham (1956), film dans lequel Esther Williams trouve son premier rôle dramatique.

Le rôle décisif de Charlton Heston

A l'époque du tournage de La Soif du mal, Welles est en mauvaise posture à Hollywood, où l'on estime que ses films ne sont pas rentables. C'est Charlton Heston qui défend le réalisateur face à la pression constante des studios.

Orson Welles face aux studios

Orson Welles veut échapper à tout contrôle de la part des studios. Pour ce faire, il travaille rapidement. Les résultats sont probants et il gagne un peu de tranquillité. Il en profite alors pour quitter le studio. Qui plus est, il tourne de nuit. Ayant acquis son indépendance par rapport à l'Universal, il peut réécrire le scénario pendant la journée.

Une longue absence à Hollywood

En 1947, Orson Welles réalise Macbeth à Hollywood. Une décennie s'écoule avant qu'il y revienne pour La Soif du mal (1958). Entre temps, le réalisateur tourne quelques téléfilms, dont Moby Dick rehearsed avec Christopher Lee. Il réalise aussi des films, dont Othello (1952). Durant cette période, il travaille dans des conditions matérielles difficiles.

Un petit film

Le tournage de La Soif du mal débute le 18 février 1957 et se termine le 2 avril de la même année. C'est un temps record pour un long métrage. Le budget du film est également serré puisqu'il s'élève à 895 000 dollars.

Du roman au film

La Soif du mal est tiré du roman Badge of evil de Whit Masterson, c'est-à-dire Robert Wade et William Miller. Orson Welles avoue n'avoir pas lu le roman mais seulement le scénario de Paul Monash, qu'il a largement réécrit au cours du tournage.

Un compositeur de renom

En 1958, Henry Mancini écrit la musique de La Soif du mal. Artiste prolifique et inspiré, il accède à la popularité en 1963 grâce à la musique qu'il compose pour La Panthère rose de Blake Edwards. Il est également l'auteur de la musique de Charade (1963, Stanley Donen).

Mercedes McCambridge et Joseph Cotten

Mercedes McCambridge et Joseph Cotten font tous deux une brève apparition dans La Soif du mal. Cotten n'en est alors pas à sa première collaboration avec Orson Welles : il avait déjà un rôle dans Citizen Kane (1941) et Othello (1952). Quant à Mercedes McCambridge, elle rejoint en 1972 le tournage de The Other Side of the Wind, projet inachevé de Welles.

Akim Tamiroff

Akim Tamiroff a joué plusieurs fois aux côtés et sous la direction d'Orson Welles. Les deux hommes ont notamment travaillé ensemble sur Mr. Arkadin (1955) La Soif du mal (1958) et Le Procès (1962).

Mort Mills

Mort Mills a tourné à deux reprises avec Orson Welles et Janet Leigh. Un an avant La Soif du mal, il joue aux côtés du premier dans Man in the shadow. En 1960, il retrouve la seconde dans Psychose.

Le maître du déguisement

Pour la grande majorité de ses rôles, Orson Welles a utilisé du maquillage et des accessoires pour changer d'apparence physique. Il s'est grimé en maure dans Othello (1952), il s'est fabriqué une mine patibulaire pour La Soif du mal (1958), il est tour à tour devenu Macbeth (1948) puis Falstaff (1965) dans les films éponymes.

Plan séquence

La Soif du mal débute par un très long plan séquence, comme Orson Welles les affectionne tout particulièrement. La scène est tournée le 14 mars 1957. Cette séquence d'ouverture plante le décor et traduit l'atmosphère pesante et inquiétante qui règne sur la ville. Pour des raisons pratiques, le tournage s'est déroulé aux Etats-Unis et non pas au Mexique où est censée se situer l'intrigue. La ville de Venice en Californie a été choisie car sa ressemblance avec Los Robles était crédible à l'image.

Les motels de la peur

En 1958, Janet Leigh est Susan Vargas dans La Soif du mal. Dans ce film à l'amosphère pesante, elle loge avec son mari dans un motel. Loin d'y être en sécurité, elle se fait agresser par une bande de malfrats. Cette scène préfigure en quelque sorte la scène mythique de Psychose (1960, Alfred Hitchcock). Janet Leigh y est Marion Crane, une jeune femme en cavale qui pense avoir trouvé un refuge provisoire dans le motel Bates. L'actrice tourne dans des films violents dans lesquels elle est une victime. Les Vikings (1958, Richard Fleischer) confirme cette tendance.

La blessure de Janet Leigh

Les studios Universal choisissent Janet Leigh pour être l'actrice principale de La Soif du mal. Peu avant le début du tournage, elle se casse le bras. Il n'est pas question pour autant de la remplacer. Orson Welles envisage d'abord d'intégrer sa blessure à l'intrigue. Finalement, le plâtre de l'actrice est dissimulé tout au long du film. Janet Leigh enlève son plâtre le temps d'une scène : celle où elle se fait agresser dans le motel.
Les secrets de tournage des films les plus populaires lors des 30 derniers jours
  • Aladdin (2019)
  • Rocketman (2019)
  • Sibyl (2018)
  • John Wick Parabellum (2019)
  • Parasite (2019)
  • Douleur et gloire (2019)
  • Nous Finirons Ensemble (2018)
  • Les Crevettes pailletées (2019)
  • Avengers: Endgame (2019)
  • Les Plus belles années d'une vie (2019)
  • Le Jeune Ahmed (2019)
  • The Dead Don't Die (2019)
  • Once Upon a Time… in Hollywood (2019)
  • Pokémon Détective Pikachu (2019)
  • Godzilla II Roi des Monstres (2019)
  • Les Misérables (2019)
  • Séduis-moi si tu peux ! (2019)
  • Mektoub My Love: Intermezzo (2018)
  • Venise n'est pas en Italie (2017)
  • La Belle époque (2019)
Back to Top