Mon AlloCiné
Silence
Séances Bandes-annonces Casting Critiques spectateurs Critiques presse Photos VOD
Blu-Ray, DVD Musique Secrets de tournage Box Office Récompenses Films similaires News
Anecdotes, potins, actus, voire secrets inavouables autour de "Silence" et de son tournage !

Adaptation

Silence est l'adaptation du roman du même nom écrit en 1966 par Shūsaku Endō, un écrivain catholique japonais. À noter que le livre a déjà connu une première adaptation en 1971 réalisée par Masahiro Shinoda. Le "Silence" du titre évoque le silence de Dieu face aux souffrances vécues en son nom.

Neeson-Day Lewis, chaises musicales

Au départ, c'est Daniel Day-Lewis, Gael García Bernal et Benicio Del Toro qui devaient interpréter les rôles principaux de Silence. Les retards cumulés de la mise en chantier de la production ont obligé les comédiens à se désister, laissant la place à Liam Neeson, Andrew Garfield et Adam Driver. À noter que Neeson a été remplacé par Day-Lewis en 2012 pour incarner Lincoln dans le film de Spielberg ; cette fois, c'est le contraire, c'est Day-Lewis qui cède sa place à Neeson.

Un très long rêve

Après avoir essayé de porter l'histoire de Silence à l'écran pendant près de 20 ans, Martin Scorsese a enfin pu lancer le tournage le 30 janvier 2015. À noter que le cinéaste et son scénariste Jay Cocks avaient écrit une première version du script dans les années 90 avec l'intention de réaliser le film après Gangs of New York. Malheureusement, Scorsese n'a pas pu obtenir les financements et a finalement décidé de se lancer dans la production d'Aviator. Le cinéaste a découvert le livre de Shusaku Endo à la fin des années 90 au Japon. Ce dernier y tournait en effet Rêves sous la direction du légendaire Akira Kurosawa. Il incarnait Vincent Van Gogh dans le film.

Un Japonais à la place d'un autre

L'acteur Ken Watanabe devait originellement interpréter le rôle tenu par Tadanobu Asano. Il a renoncé au projet pour une raison non communiquée.

Trilogie de la Foi

Après La dernière tentation du Christ (1988) et Kundun (1997), Silence marque la 3ème incursion de Martin Scorsese dans le film sur fond religieux, genre qui lui tient particulièrement à coeur.

Un film à l'oeil !

Martin Scorsese a décidé de ne pas se verser de salaire pour tourner Silence, le film dont il rêve depuis près de 30 ans. Les acteurs principaux, Andrew Garfield, Adam Driver et Liam Neeson, ont également accepté de revoir leurs émoluments à la baisse dans le but de donner vie au projet de Marty. Ainsi, le drame historique a pu se tourner pour un budget de 47 millions de dollars. À titre de comparaison, le dernier film du maître, Le Loup de Wall Street, avait coûté 100 millions de billets verts.

Andrew Garfield muet

Afin de s'immerger dans son rôle du père jésuite Sebastião Rodrigues, Andrew Garfield a fait voeu de silence durant une semaine en s'isolant au Pays de Galles pour une retraite spirituelle. L'acteur a également étudié le jésuitisme durant un an, notamment à travers les Exercices Spirituels, ouvrage écrit par le fondateur du mouvement, Ignace de Loyola.

Perte de poids pour Adam Driver

Très impliqué dans son rôle du père Francisco Garupe, Adam Driver a suivi un régime drastique durant plus de 4 mois sous la supervision d'un coach. Il a ainsi perdu 20 kilos ! Le comédien a ensuite pu reprendre une vie normale en retournant à New York travailler sur la série Girls.

Marty parle de ses acteurs

Martin Scorsese explique les choix de ses comédiens principaux : 

"Avant toute chose, il me fallait de grands acteurs. Cela paraît évident, mais c’est particulièrement vrai ici – le sujet était extrêmement complexe, le monde dans lequel se déroule l’histoire est inconnu de la majorité du public occidental, et j’avais besoin de comédiens capables de l’assimiler, de s’y plonger et de lui donner corps dans toute sa dimension. Il me fallait de véritables aventuriers – et j’emploie ce terme à la fois au plan physique et émotionnel. Avec Liam Neeson et Ciarán Hinds, j’avais affaire à des comédiens possédant une gravité, un sérieux, capables de comprendre le calme et le silence.

Chacune de leurs secondes à l’écran devait compter, et tous deux devaient offrir un contraste avec Andrew Garfield et Adam Driver, dont les personnages sont plus jeunes, plus minces, plus vifs et impulsifs. Je voulais que le public ressente visuellement ce contraste : le visage fin et anguleux des deux jeunes acteurs, leurs mouvements fluides et rapides, par opposition aux acteurs plus âgés aux gestes plus lents, des hommes plus terriens qui paraissent physiquement ancrés dans le sol. C’était l’idée, et c’est précisément ce qu’ils ont tous les quatre apporté au film."

Tournage à Taïwan endeuillé

La pré-production de Silence a été endeuillée par un accident survenu la veille du début du tournage, entamé le 30 janvier 2015, et qui a coûté la vie à un ouvrier taïwanais et blessé deux autres lorsque le toit de la maison qu'ils renforçaient s'est effondré.

Conditions de tournage éprouvantes

Les conditions de tournage dans les lieux accidentés choisis pour y situer la hutte à charbon et le village de Tomogi ont été extrêmement ardues : on y trouvait une épaisse boue semblable à des sables mouvants, des pentes rocheuses, des sentiers pleins de pierres, de rochers et d’ornières difficilement praticables à pied – et encore plus pénibles pour transporter le matériel. La météo instable – pluie, brume et brouillard un instant, soleil éblouissant l’instant suivant – ajoutait encore à la difficulté. Rodrigo Prieto, le directeur de la photographie, explique :

"Les difficultés logistiques étaient énormes au plan de l’organisation. En matière de prise de vues, les deux principaux problèmes sont la continuité de l’éclairage et l’obscurité. La continuité était un défi à cause des changements de météo continuels et de la lumière qui ne cessait de varier toute la journée quand on tournait en extérieurs. En l’espace de quelques heures, on pouvait avoir un soleil éclatant, suivi de pluie, de brouillard ou de nuages."

Quand Bernadette Chirac influence Scorsese

Vous avez bien lu, Bernadette Chirac a en quelque sorte initié Martin Scorsese à la littérature japonaise, et cela a eu une influence sur son travail sur Silence, comme ce dernier le confiait au journal catholique Commonweal :

"Nous avons discuté du livre, et de cette période. C'était en 2004 ou 2005. J'étais en France pour Aviator. Jacques Chirac voulait nous rencontrer pour nous saluer. Il était président à l'époque. Et sa femme était une sorte d'érudite à propos de la Chine et du Japon. En réalité, la majorité des livres sur le Japon que j'ai lus m'ont été offerts par elle : Donald Keene, Éloge de l'ombre de Junichiro Tanzaki, tous ses romans."

Faits réels

L'histoire de Silence est basée sur des faits historiques réels. L'auteur Shusaku Endo a toutefois changé le nom et la nationalité du héros. Le vrai personnage était italien et s'appelait Giuseppe Cara. Endo en a fait un portugais du nom de Rodrigues afin qu'il ait la même nationalité que son mentor, le Père Ferreira.

Le Japon à Taïwan

Après avoir considéré un temps tourner Silence au Japon, l'équipe du film a finalement jeté son dévolu sur Taïwan, où les coûts sont moindres contrairement au Pays du Soleil Levant. Alors qu’ils étudiaient la possibilité d’y tourner, Scorsese et la productrice Emma Koskoff ont contacté le réalisateur Ang Lee, qui possède une longue expérience de tournage dans ce pays. Ang Lee et ses collaborateurs, en particulier David Lee, ont apporté une aide précieuse en contribuant à rendre le tournage sur place possible.

"Nous avons envisagé différents lieux un peu partout sur la planète, mais en définitive, Taïwan possède des paysages géographiquement proches, un climat similaire, et les panoramas de montagnes ou de mer correspondant à la perfection à ce que nous cherchions", confie Scorsese.

Scorsese rencontre le Pape François

Le réalisateur de Taxi Driver, catholique fervent, est parti présenter au Vatican son dernier film, Silence, pour une première projection exceptionnelle, le 30 novembre 2016. L'occasion pour lui d'être reçu par le Pape François, le temps d’un bref entretien.

Silence a pour thème la persécution des missionnaires jésuites dans le Japon du XVIIème siècle. Le Pape François, premier Saint Père Jésuite, avait également pour vocation d’aller porter la bonne parole au Japon. Le cinéaste Martin Scorsese, quant à lui, est passé de peu à côté d’un destin sacerdotal. Il a préféré porter le projet Silence pendant 27 ans, après avoir signé La Dernière Tentation du Christ en 1988. François et Martin étaient faits pour se rencontrer ! 

Scorsese, accompagnée de sa femme et de ses deux filles, a remis au Pape des images d’archives représentant les « chrétiens cachés » du Japon. Le Souverain Pontife a ensuite offert un rosaire à chacun de ses convives. Le Pape François a assuré au cinéaste avoir déjà lu le livre éponyme dont le film Silence s’inspire, signé Shûsaku EndôSilence a ensuite été diffusé au Vatican devant une salle remplie de plusieurs centaines de prêtres jésuites ce mercredi 30 novembre 2016. C’est une première mondiale pour le dernier film de Martin Scorsese qui ne sortira que le 8 février 2017 en France et le 23 décembre dans une configuration limitée aux Etats-Unis afin de pouvoir concourir aux Oscars cette année.

Inspiration italienne

L'auteur Shusaku Endo a déclaré avoir écrit Silence en s'inspirant de La Strada de Fellini (1954), notamment concernant le personnage de Kichijiro (Yôsuke Kubozuka).

Marty revient à la pelloche

Après avoir tourné ses derniers films en numérique, Martin Scorsese revient à la pellicule en filmant Silence en 35mm.

Scorsese poursuivi en justice

En 2012, la société de production Cecchi Gori Pictures a poursuivi Martin Scorsese en justice en raison du retard de développement du film. En effet, Marty devait réaliser Silence après Kundun mais a sans cesse repoussé le projet, finalement relancé bien plus tard, au début de l'année 2014. Cecchi Gori Pictures et Scorsese ont finalement abouti à un accord, près de 20 ans après avoir amorcé le projet.

Le casting japonais

Martin Scorsese et sa directrice de casting Ellen Lewis ont travaillé sur le casting des personnages japonais dès 2007. Pour le rôle de l’Interprète, un homme rusé et perfide, Martin Scorsese a choisi Tadanobu Asano. Le cinéaste connaissait le travail de l’acteur pour l’avoir vu dans Mongol, dans lequel celui-ci incarnait Gengis Khan. Le public le reconnaîtra après ses prestations dans Thor, Battleship et Vers l'autre riveIssey Ogata, acteur aux multiples talents jouant au cinéma comme au théâtre, a notamment incarné l’empereur Hirohito dans Le Soleil d’Alexander Sokurov. Il campe ici Inoue, le vieil Inquisiteur très redouté dont les pratiques barbares sèment la terreur parmi les communautés chrétiennes clandestines.

Yosuke Kubozuka, grande star de la jeune génération japonaise, a été engagé pour jouer Kichijiro, personnage complexe et sournois qui est tantôt le guide des prêtres et tantôt leur ennemi. Yoshi Oida, qui vit en France et a travaillé avec le grand metteur en scène de théâtre Peter Brook, interprète Ichizo, le sage du village de Tomogi dont la foi et la dévotion inspirent les pères Rodrigues et Garupe. Et c’est le très respecté acteur et réalisateur Shinya Tsukamoto qui a été choisi pour jouer Mokichi, un villageois sincère et dévot. Martin Scorsese se souvient de sa surprise lorsqu’il a appris que Shinya Tsukamoto allait se présenter à l’audition :

"Quoi ? Qu’est-ce que vous dites ? Ce grand réalisateur vient ici pour passer une audition ? Je n’arrivais pas à y croire. Shinya est un auteur, un vrai, ses films m’inspirent, que ce soit Tetsuo ou A Snake of June." Shinya Tsukamoto s’est dit honoré d’auditionner pour un homme qu’il considère comme un grand maître du cinéma : "J’aurais accepté d’être figurant pour M. Scorsese !", confie-t-il.

Un producteur mythique

Silence est produit en partie par Irwin Winkler, l'homme derrière New York New York, Raging Bull, Les Affranchis et Le Loup de Wall Street. Silence est donc la 5ème collaboration entre Scorsese et le producteur.

Garfield par Garfield

Andrew Garfield analyse son personnage de Rodrigues dans Silence :

"L’histoire soulève des questions remarquablement profondes, complexes et intemporelles, d’une ampleur et d’un retentissement peu communs, et elle touche à des émotions variées et intimes. Le personnage traverse l’équivalent de toute une vie, que nous vivons avec lui. Il affronte les questions fondamentales que nous nous posons tous – comment donner un sens à notre vie, comment avoir la foi, et cela exige-t-il de vivre dans le doute ? Et tout ceci n’est que le début du commencement de la liste des raisons qui m’ont poussé à jouer ce rôle et à m’investir dans cette histoire."

Driver par Driver

Adam Driver se confie sur son rôle du Père Garupe :

"J’aimais bien l’idée qu’ils soient insatisfaits, qu’ils soient la proie du doute, de la remise en question – c’est important dans la foi. J’ai pensé à Saint Pierre. Douter est salutaire – dans tous les domaines, y compris le métier d’acteur ! Est-ce la bonne manière de gagner sa vie ? Est-ce un bon rôle ? Ai-je envie de travailler avec ces gens ? Suis-je mauvais dans ce rôle ? Tout ce qui touche à la création ouvre au doute. Le doute se glisse dans les rapports humains, dans les relations entre parents et enfants."

Adam Driver était également attiré par ce qu’il appelle « la représentation atypique des prêtres » dans l’histoire : "On imagine les prêtres comme des gens calmes et rationnels, mais ces jésuites étaient des pionniers, des hommes bruts, endurcis. Il fallait survivre, durer. Les conditions de vie étaient impitoyables à cette époque. Ces hommes étaient faits pour survivre, ils n’étaient pas raffinés, ils ne ressemblaient pas aux prêtres d’aujourd’hui. Je les vois davantage comme des explorateurs."

Neeson par Neeson

Liam Neeson s'exprime au sujet de son rôle du Père Ferreira dans Silence :

"Cela fait trente ans que je m’intéresse aux jésuites, depuis mes recherches pour le film de Roland Joffé
Mission, sorti en 1986. Le conseiller technique pour ce film était le père Daniel Berrigan, et nous sommes devenus amis. Il a marqué ma vie pour ce qui touche à l’histoire des jésuites, en particulier Saint Ignace et Saint François Xavier."

L’acteur précise : "J’ai été happé par le scénario de Silence dès les premières pages. Il a la force du dépouillement. Jay Cocks et Marty n’écrivent jamais tout un paragraphe là où une seule phrase suffit. Et cette phrase aura de la texture et du sous-texte." Liam Neeson a également été séduit par le personnage du père Ferreira : "Je me suis demandé comment cet homme, un personnage historique, un homme de grand savoir, profondément ancré dans l’Église et la culture jésuite, a pu réellement renier sa religion et devenir une source d’embarras pour l’Église."

Une équipe qui gagne

Pour créer Silence, Martin Scorsese s'est entouré de ses fidèles techniciens. En premier, Thelma Schoonmaker, monteuse du maître depuis Raging Bull. Rodrigo Prieto, chef-opérateur chez Inarritu ou Almodovar, travaille à nouveau avec le cinéaste après Le Loup de Wall Street. Quant à Dante Ferretti, il s'agit d'un chef-décorateur de légende triplement oscarisé pour Aviator, Sweeney Todd et Hugo Cabret. Il s'est aussi occupé de la création des costumes de Silence (double mission qu’il avait aussi menée à bien pour Scorsese sur Kundun).
Les secrets de tournage des films les plus populaires lors des 30 derniers jours
  • Gangsterdam (2016)
  • La Belle et la Bête (2017)
  • Baby Boss (2017)
  • Lion (2016)
  • Split (2017)
  • Ghost In The Shell (2017)
  • Sage Femme (2017)
  • Logan (2017)
  • Going To Brazil (2017)
  • Patients (2017)
  • Kong: Skull Island (2017)
  • Grave (2016)
  • The Lost City of Z (2016)
  • Transcendance (2014)
  • Brimstone (2016)
  • Telle mère, telle fille (2016)
  • Les Figures de l'ombre (2016)
  • Chacun sa vie (2017)
  • L'Embarras du choix (2016)
  • Alibi.com (2016)
Back to Top