Mon AlloCiné
  • Mes amis
  • Mes cinémas
  • Speednoter
  • Ma Collection
  • Mon compte
  • Jeux
  • Forum
  • Déconnexion
Tous les autres s'appellent Ali
note moyenne
3,9
224 notes dont 30 critiques
10% (3 critiques)
43% (13 critiques)
30% (9 critiques)
10% (3 critiques)
0% (0 critique)
7% (2 critiques)
Votre avis sur Tous les autres s'appellent Ali ?

30 critiques spectateurs

Kiwi98
Kiwi98

Suivre son activité 194 abonnés Lire ses 236 critiques

3,5
Publiée le 17/07/2015
19ème film pour Rainer Werner Fassbinder après « Le Monde sur Le fil », « Tous les autres s'appellent Ali » raconte une histoire de conflit racial dans une Allemagne des années 70 vraisemblablement ravagée, comme si l’amour se limitait à ses propres frontières. C’est l’histoire d' Emi Kurowski, vieille veuve seule et femme de ménage, qui rencontre Ali, un immigré Marocain de facilement vingt ans de moins qu'elle et qui travaille dans un garage. Ils se lient de liens intimes, mais Emi, qui était déjà très seule avant, s’attire les foudres du voisinage et Ali se renferme sur lui même. C’est probablement le film de Fassbinder le plus touchant, toujours très sobre mais paradoxalement diablement inspiré. Le réalisateur allemand semble plus que jamais jouer avec les couleurs, aime toujours les reflets, distille l’émotion et narre une absolue beauté se transmettant dans l’élégance de l’écriture qui elle est totale, faisant parfaitement abstraction du tire larme pour emporter dans une sublime spirale qui s’étire tout le long. Ode à l’ouverture, à la tolérance, le film semble particulièrement s’inspirer du « Tout ce que le ciel permet » de Douglas Sirk, mais tout en le remettant dans un contexte particulier qui est celui de son époque : l’Allemagne des années 70, hautement raciste. Ce qui explique en parti les personnages caricaturaux mais facilement identifiables. « Tous les autres l’appellent Ali » montre ainsi des hommes principalement égaux dans leur manière d’être, comme ces voisines jalouses, mais paradoxalement hypocrites. Mais également nappé de couleurs, à l'image de cette vieille de dame et son petit accoutrement rose qui se conjugue aux chaises, ou bien à tous ces dégradés qui offre un réel plaisir aux yeux et un décalage avec la réalité. Le film perturbe, il est beau, heureux un instant, mais son ambiance est d’une radicale tristesse. Il exhibe le fait que l’être humain est enfermé, qu’il a peur de tout sans rien connaître, qu’il ne tolère rien si ce n’est sa propre intégrité. Et le tout entre dans un système assez manichéen, rendant au tout une allure réaliste et identifiable. Bref, un film fort et attachant, RWS aiguise les tabous dans une grande puissance émotionnelle. Brisant les barrières de l’âge et de la nationalité, explorant les séquelles de l’Allemagne brisée.
gimliamideselfes
gimliamideselfes

Suivre son activité 874 abonnés Lire ses 3 692 critiques

3,5
Publiée le 12/08/2011
Derrière ce titre français assez débile, ils auraient pu faire un effort pour traduire le titre allemand, qui veut dire la peur mange l'âme, qui non seulement est un très beau titre, mais colle parfaitement au film, et pas seulement parce que cette phrase est prononcée dans le film. C'est l'histoire d'une incompréhension, de préjugés raciaux, de haine aussi un peu, mais surtout de la peur de l'autre, peur de ce qu'on ne connaît pas. Alors le film est très bien écrit là dessus, on trouve cette jalousie de l'immigré qui réussi mieux que le natif, ce préjugé de l'immigré qui ne se lave pas, qui est sale. On punit la native qui héberge l'immigré, qui vit avec l'immigré, qui se marie avec l'immigré pour des motifs puérils, idiots, comme si l'amour avec des frontières. Le film marche assez bien là dessus. Et contrairement à un autre film sur ce sujet que j'adore : Just A kiss de Loach, il n'est même pas vraiment question de religion ou de culture qui sépare les deux amoureux, mais juste cette peur/haine de l'autre. Alors certes on parle un peu des différences, Ali aime le couscous, c'est dans sa culture, mais ça n'est pas le sujet principal du film, le film montre les hommes égaux, pas dans la manière dont ils sont traités par les autres personnages, mais dans leur manière d'être. Ce qui motive la haine de l'autre c'est surtout la jalousie, les amies de la petite vieille (la flemme de retrouver son nom), sont jalouses de ne pas avoir réussi à séduire un bel arabe, musclé, pouvant porter des meubles et bander ses muscles. D'ailleurs le film répond tacitement aux préjugés, on voit l'allemand être bien plus méchant avec sa femme que ne l'est l'arabe, qui lui justement est serviable et gentil. Pour autant le film n'en est pas manichéen (on est pas du genre, oh les méchants allemands et les gentils arabes), le film est bien au dessus de tout ça. Il ne juge pas ses personnages. Au final ils ont tous bon fond. Ils sont justes peureux, et la peur mange l'âme. On se rend compte que l'être humain a peur de tout, peur de ce qui est différent, peur de l'autre, peur de perdre son travail, peur d'aimer, peur d'être aimé, peur d'être différent, peur de ne plus être aimé. Le film est scénaristiquement très intéressant, après la mise en scène est très soignée aussi, il y a des très beaux plans, je pense notamment à un moment où trois femmes de ménages parlant entre elles, laissant la nouvelle venue immigrée à l'écart, et cette distance entre elles, ces barrières sont matérialisées par les barreaux de la rampe d'escalier, dans lequel elles se trouvent. C'est pas lourd, ni même appuyé, mais ça a un sens. Après j'ai pas forcément adoré le film, j'ai pas forcément trouvé ça très émouvant, quelques scènes m'ont ému, mais peut-être pas autant que j'aurai aimé. Malgré tout ça reste un bon film voir un très bon, qui est passionnant, je dois dire que j'ai vu l'écran noir signifiant la fin du film, j'avoue que je ne m'y attendais mais pas du tout. Le final est assez beau, perturbant et triste. Vraiment un bon film.
chrischambers86
chrischambers86

Suivre son activité 1033 abonnés Lire ses 10 091 critiques

4,0
Publiée le 08/05/2010
Amour et racisme sont les maîtres-mots de "Tous les autres s'appellent Ali" de Reiner Werner Fassbinder, qui montre deux êtres solitaires et dèsavantagès (elle par son âge, son physique ingrat et sa condition de femme de mènage, lui par sa condition de travailleur immigrè arabe en Allemagne) rèunis tant par l'amour que par la solitude, mais peu à peu sèparès par le racisme ambiant, et surtout par leurs propres diffèrences! il faut savoir que le thème de toutes les rèalisations de Fassbinder, fanatique de l'oeuvre de Douglas Sirk, est celui de l'exploration! Le cinèaste allemand signe ici le remake de "Tout ce que le ciel permet" en transformant la bourgeoise en femme de mènage de soixante ans et le jardinier en arabe ouvrier baraquè! Brigitte Mira et El Hedi Ben Salem qui campent les deux protagonistes sont fantastiques de bout en bout! Du grand Fassbinder pour une oeuvre bouleversante et brutale, sincère et tendre...
stebbins
stebbins

Suivre son activité 310 abonnés Lire ses 1 782 critiques

5,0
Publiée le 08/12/2008
Une petite perle ! Tous les Autres s'appellent Ali est à ranger parmi les incontournables de Rainer Werner Fassbinder, l'un des cinéastes les plus prolifiques de l'Histoire du Cinéma ( près de 40 films en treize ans ). Il s'agit là d'une idylle amoureuse contrariée par le racisme et la jalousie. Fassbinder nous décrit la relation d'Emmi et Ali avec une sensibilité désarmante, sans jamais tomber dans le mélodramatique... Malgré leurs différences et leur entourage réciproque ( le voisinage fortement intolérant d'Emmi ; le milieu ouvrier d'Ali ), les deux personnages exprimeront leur amour sans la moindre gêne. Bien sur, c'est Emmi qui manifeste le plus son attachement pour Ali ( ce dernier, de nature assez réservé, s'avère assez mystérieux en définitive ). Mais chez Fassbinder, le choc des cultures prend également une place importante : c'est probablement pour cette raison qu'Ali, habitué au couscous, demeure plus en retrait par rapport à Emmi et qu'il se retrouve confronté au racisme de l'épicier ( qui juge bon de ne pas comprendre le discours d'Ali ). Tous les Autres s'appellent Ali est par ailleurs un film magnifiquement réalisé ( utilisation parfaitement fluide du travelling ) et savamment interprété ( on retrouve Brigitte Mira, l'héroïne de Maman Küsters s'en va au ciel ). Pas grand chose à ajouter : le résultat est admirable. Un petit chef d'oeuvre de poésie.
Maitre Kurosawa
Maitre Kurosawa

Suivre son activité 204 abonnés Lire ses 1 292 critiques

4,0
Publiée le 17/05/2019
Cinéaste hautement subversif, Rainer Werner Fassbinder le prouve une fois de plus avec "Tous les autres s'appellent Ali", film mettant en scène l'histoire d'amour entre un marocain et une allemande ayant environ trente ans de plus que lui. En ajoutant un écart d'âge conséquent à la différence d'origines, la subversion est double et le regard de la communauté environnante en devient inévitablement altéré. De femme discrète et respectable, Emmi devient le déchet qui se souille auprès du mâle noir, cette espèce qui ne se lave pas et qui baragouine l'allemand comme elle peut. La cruauté du regard des autres est mise en scène avec une froideur qui d'abord rebute mais qui très vite nous fait prendre conscience de la pensée du cinéaste : cette Allemagne des années 70 n'a pas oublié le régime hitlérien, elle en est au contraire imprégnée et n'est pas prête de s'en débarrasser. L'horreur est cliniquement décrite et l'amour entre Emmi et Ali, s'il vacille du fait du fort sentiment d'appartenance de l'homme à sa culture et de la difficulté de sa femme à l'assimiler totalement, tient par le seul sentiment de considération qu'ils se portent mutuellement. Plus mélodramatique dans son dernier mouvement et donc un peu moins fort, "Tous les autres s'appellent Ali" n'en demeure pas moins un très beau film explorant avec acuité l'opposition entre la bonté et la cruauté humaines.
Scorcm83
Scorcm83

Suivre son activité 62 abonnés Lire ses 499 critiques

4,5
Publiée le 23/05/2015
Un excellent film sur la tolérance, le racisme, mais surtout l'amour. L'amour au delà de tout, du regard des autres et de ses convictions. La première partie est magnifique, assez clichée aujourd'hui, mais celle ci est contrebalancée par une seconde partie plus nuancée dans les réactions des personnages, qui apporte au film une sorte d'ambivalence et l'empêche de rentrer dans un système manichéen. Personne n'est tout blanc (sans mauvais jeu de mot) et le film le souligne à travers une mise en scène sobre mais inspirée, composée de nombreux surcadrages, de travellings maîtrisées et d'une ambiance sonore continue, chose que je n'avais jamais encore entendu dans un film, qui procure l'impression que celui ci ne s'arrête jamais et ne possède aucun temps mort. Les deux acteurs principaux sont très bons et l'on s'attache à eux des les premières minutes tant leur personnage, dans le contraste que compose leur couple, sont forts. En clair, un film que je conseille vivement, très touchant.
S M.
S M.

Suivre son activité 19 abonnés Lire ses 553 critiques

5,0
Publiée le 18/12/2013
"Tous les autres s'appellent Ali" est un véritable hymne à la tolérance, qui traite de la relation difficile entre une sexagénaire allemande et un immigré marocain, mais aussi de leur grande différence d'âge. Les acteurs sont comme très souvent chez Fassbinder, très bons et crédibles. Une histoire touchante et qui fait réfléchir. Formidable.
Plume231
Plume231

Suivre son activité 544 abonnés Lire ses 4 607 critiques

4,0
Publiée le 17/05/2010
Avec ce film Rainer Werner Fassbinder a su très habilement adapter le mélodrame de Douglas Sirk "Tout ce que le ciel permet" au contexte de la société de l'Allemagne des années 70 où l'immigration et inévitablement le racisme ambiant sont des rouages importants. Le second rouage y est bien sûr dénoncé vertement, que même si certains personnages sont caricaturaux en particulier celui de l'épicier (qui finit même par en être drôle!), l'ensemble est très loin de manquer de subtilité et de clairvoyance dans le traitement de son sujet. Les compositions de Brigitte Mira et d'El Hedi ben Salem sont très belles et font pour beaucoup dans la grande réussite de l'oeuvre. Car "Tous les autres s'appellent Ali" est indéniablement une grande réussite.
cinevo
cinevo

Suivre son activité 3 abonnés Lire ses 69 critiques

3,5
Publiée le 12/05/2010
Si ce film se montre quelque peu maladroit sur la forme avec des personnages, des scènes et des dialogues souvent assez caricaturaux et manichéens, il apparaît passionnant sur le fond. Le racisme, l'intolérance, la mesquinerie, les préjugés et l'opportunisme décrits sont tout à fait identifiables dans notre société. Mais, malheureusement, bien que la société puisse être destructrice, on ne peut s'en passer, comme en témoigne la douleur d'Emmi (Brigitte Mira) provoquée par le rejet de son entourage (douleur qui modifie d'ailleurs son comportement envers "Ali"). Plus qu'un drame amoureux, c'est une critique sociale acérée que nous offre là Rainer Werner Fassbinder. Avec une Brigitte Mira profondément touchante de bonté. Ma conclusion: on a affaire à un film intéressant à voir, malgré ses quelques défauts.
nekourouh
nekourouh

Suivre son activité 48 abonnés Lire ses 687 critiques

4,5
Publiée le 29/06/2014
Comment sortir du cauchemar absolu, comment pardonner tant de crimes injustement commis, avons-nous seulement fait une erreur, ou sommes tous coupables, enfin peut-on guérir de telles cruautés, ne sommes-nous pas à jamais condamnés? Rarement un film n'aura traité avec autant d'humilité et de profondeur d'un mal du XXe siècle, sans même osé l'avouer, celui du totalitarisme. C'est pourtant dans une société pourtant dénazifiée que Fassbinder réalise ce chef d'oeuvre, directement inspiré de "Tout ce que le ciel permet" de Douglas Sirk, lui-même un allemand exilé aux Etats-Unis. Voilà où l'amour est détruit, est impossible, torturé par la haine de l'autre, par les résidus de darwinisme social, l'idéologie des races, la peur de la contamination. L'amour est incompris, il est attaqué de toutes parts jusqu'à ce que le mouvement le plus beau en devienne le plus destructeur, et tel est, comme chez Douglas Sirk, le sens de cet amour impossible que d'être amené à disparaître le plus tôt possible, parce que tout le monde s'y oppose, parce que l'on refuse d'aimer ceux qui aiment, ceux que l'on aime. C'est ainsi que le dialogue s'opère, lui répondant presque, entre deux chefs d'oeuvre qui semblent ici se compléter l'un et l'autre, à la douceur de l'image de Sirk, celle de la tradition coupable, des mœurs impassibles, se colle celle de Fassbinder, l'agressivité exténuée sous la couleur vibrante, le jeu provocant, la nudité assumée, le nazisme en arrière fond, la division, la haine, la société malade d'un totalitarisme qu'elle n'est pas encore parvenue à effacer, parce qu'elle avait cru à ses principes destructeurs, parce que personne n'a encore vraiment (et peut-être ne doit-il pas) pardonner. Mais l'oeuvre prend une dimension nouvelle et inattendue dans le pardon, dans l’accommodement, c'est l'homme qui renaît ici. Le nazisme n'était plus qu'une pulsion, la raison peut agir, elle est là en tout cas, proche, accessible; et quelle émotion que de voir s'écrouler peu à peu la haine au profit de l'amour, l'amour oublié mais désormais retrouvé. Ce serait trop simple si l'on devait en rester là. Le grand mérite de Fassbinder est de nous faire ressentir cette complexité, cette situation impossible. Naïf celui qui aurait omis que l'on devient aussi ce que l'on fait de nous. Et l'immigré détesté, traité en monstre, ne peut que haïr lui-même, au point que la question de la réconciliation se pose encore. De nouveau le préjugé détruit. Aussi bien chez Douglas Sirk que chez Fassbinder, nous est rappelée l'importance de la tolérance, que le bien advient du bien, et que le mal fera toujours naître le mal. N'oublions jamais que le triomphe de l'amour est notre salut.
Bruno Z.
Bruno Z.

Suivre son activité Lire sa critique

0,5
Publiée le 03/06/2014
D'un point de vue artistique, c'est une très bonne réalisation, MAIS... d'un point de vue idéologique ça vaut 0 : film ultra raciste envers les blancs. Ce film se veut de dénoncer le racisme mais à coup de clichés stéréotypés et sans nuances sur les blancs (ici les allemands) donc ce film utilise exactement la méthode du racisme qu'il veut dénoncer. C'est tout simplement le film le plus raciste que je n'ai jamais vu.
Parkko
Parkko

Suivre son activité 67 abonnés Lire ses 2 012 critiques

2,0
Publiée le 16/10/2011
Alors là j'ai pas compris ce que faisait ce film dans le top 1000. C'est limite grotesque. On voudrait faire moins subtil ce serait difficile. C'est aberrant quoi, enfin c'est pas possible, c'est trop grossier, on y croit pas une seule seconde. C'est dommage car leur histoire d'amour pouvait être sympa mais la réaction des autres est tellement si peu subtile qu'au lieu de dénoncer le racisme ça en devient assez ridicule. Il aurait fallu des personnages plus nuancés pour venir rendre le tout un peu plus crédible.
Gandaldor
Gandaldor

Suivre son activité 31 abonnés Lire ses 3 critiques

0,5
Publiée le 25/11/2010
J'ai vu des films de m.... mais à ce point là (o_0) !!!!
fooker95
fooker95

Suivre son activité Lire ses 54 critiques

4,0
Publiée le 02/09/2018
Ce film d’une humanité extraordinaire décrit l’une des plus belles histoires d’amour racontées au cinéma, grâce au génie de simplicité de RW Fassbinder. Les silences en disent plus long que les mots, quelle réalisation subtile, quels dialogues justes, et les regards si vrais à travers la caméra de Fassbinder.
Benjamin C.
Benjamin C.

Suivre son activité Lire ses 68 critiques

3,5
Publiée le 14/08/2017
Un film qui a un poil vieilli, mais qui traite avec intérêt du racisme dans l'Allemagne des années 70. Une allemande d'une certain âge, veuve, accueille chez elle un Marocain puis l'épouse.
Les meilleurs films de tous les temps
  • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
  • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
Back to Top