Mon AlloCiné
Phase IV
Séances
Bandes-annonces
Casting
Critiques spectateurs
Critiques presse
Photos
VOD
Blu-Ray, DVD
Musique
Secrets de tournage
Box Office
Récompenses
Films similaires
News
note moyenne
3,3
111 notes dont 23 critiques
4% (1 critique)
39% (9 critiques)
43% (10 critiques)
9% (2 critiques)
4% (1 critique)
0% (0 critique)
Votre avis sur Phase IV ?

23 critiques spectateurs

Léa H.

Suivre son activité 14 abonnés Lire ses 225 critiques

3,5Bien
Publiée le 13/02/2014

A quoi peut bien ressembler un film de Saul Bass ? Evidemment à rien de connu. A mi-chemin entre SF, fable écologique et film expérimental, « Phase IV » raconte l’affrontement entre deux scientifiques et… des fourmis. La grande réussite du film est de parvenir à donner une dimension cosmique à ce conflit (la place de l’homme dans l’univers est aussi relative que celle des fourmis sur terre) et à charger les petites bestioles d’une vraie dangerosité (les prises de vue macro de la fourmilière sont toujours aussi hallucinantes et donnent au film un étrange climat anxiogène). Phase IV n’est certes pas parfait (des problèmes de rythme et un personnage féminin complètement improbable), mais il reste une vraie proposition de SF adulte, une étrange et troublante parabole sur la vanité de l’homme à vouloir contrôler la nature, alors qu’il n’en est qu’un maillon.

Raw Moon Show

Suivre son activité 71 abonnés Lire ses 801 critiques

4,0Très bien
Publiée le 26/12/2013

Phase IV contient nombre de défauts... Criant manque de moyens, atmosphère psychédélique forcément datée, mais il faut le voir ou l'avoir vu. D'abord parce qu'il est le seul film de son auteur Saul Bass, génial créateur de génériques pour Hitchcock. Ensuite parce qu'il tire sa substance et son génie de son minimalisme. Des survivants d'un monde post-apocalyptique doivent affronter maintenant le plus grand des dangers... Des dragons capables d'ouvrir les portes ? Des zombies courant le 100 mètres en moins de 5 secondes ? Mais pas du tout, de simples fourmis tout simplement. 2 séquences mythiques parmi d'autres : une scène torride, érotique, dans laquelle une fourmi éclaireuse se glisse sous le chandail de l'héroïne, parcourt son ventre chaud, ses seins, pour achever sa course sur son épaule. Elle ouvre les yeux. Echange de regard. Elle est effrayée comme si venait d'apparaître sous ses yeux Michael Myers en personne. Autre scène qui résume le génie du film : au terme d'une séquence magistrale, la reine des fourmis finit par pondre un oeuf de la couleur du produit censé détruire sa colonie. Preuve qu'à l'instar des rats, bien des espèces animales, plus adaptables, nous survivront. De quoi repenser notre ethnocentrisme tellement humain...

http://lesfilmsderamuntxo.blogspot.fr/2013/12/phase-iv-saul-bass.html

necrid

Suivre son activité 10 abonnés Lire ses 1 255 critiques

1,0Très mauvais
Publiée le 24/06/2009

Un film très lent qu'il en devient vite inintéressant malgré un sujet qui aurait pu être mieux exploité. On s'ennuie même si on est fans de fourmis ( pas mal de plans à la microcosmos sont présents ), dommage.

moonboots

Suivre son activité 13 abonnés Lire ses 1 291 critiques

4,0Très bien
Publiée le 14/07/2009

Un film sympa, bien psyché et bien barré comme les 70's savaient si bien en faire, qui arrive à nous captiver avec pas grand chose, ce n'est pas le chef d'œuvre comme j'ai pu le lire ici ou là, mais il vaut vraiment le coup d'œil

Cyril J.

Suivre son activité 1 abonné Lire ses 419 critiques

4,5Excellent
Publiée le 11/09/2016

Partant de l’hypothèse de rayonnements stellaires altérant certaines colonies de ces véritables terriennes et doyennes de notre planète, les fourmis, et en particulier celles d’un site en Arizona, celles-ci semblent avoir franchi un seuil redoutable dans leur intelligence. Alliance des espèces, destruction méthodique de leurs gêneurs et prédateurs naturels, parmi lesquels les quelques fermes environnantes, exploitation optimale du soleil, des éléments et de l’environnement, constructions récentes d’étranges monolithes, et reproduction exponentielle sont autant de signes précurseurs d’une expansion affichée. Deux chercheurs, issues de l’humanité, espèce toute neuve dans l’histoire de la vie, fragile et ô combien orgueilleuse, installent leur laboratoire sur place pour les étudier et les éduquer. Dans un conflit expérimental entre une intelligence collective où les individus ne sont que des cellules conscientes constituant un tout, et une espèce fonctionnant dans l’individualité polluée par le sentiment et l’abstraction, on réalise bien vite l’inversion des rôles prévus entre les analystes et les sujets. Reste à décrypter la finalité ambitionnée par le vainqueur si l’on souhaiter un espoir de survie. En contradiction avec l’affiche racoleuse annonçant un film d’horreur, ce film est une aventure expérimentale et philosophique montrant ce que pourraient faire les fourmis si elles savaient exploiter à fond leur potentiel, remettant ainsi l’arrogant homo-sapiens à sa place. Le rythme un peu lent d’un film de 1973 (au générique, et non 1974 comme on voit partout) mériterait sans doute un bon remake. Il conserve néanmoins son intelligence en déployant les sujets fondamentaux tels que la mutation, l’adaptation, la conscience et l’ignorance de la collectivité et du monde, l’éternelle guerre de domination des espèces et de la survie.

GermanMax

Suivre son activité 50 abonnés Lire ses 1 277 critiques

4,0Très bien
Publiée le 26/02/2013

Au cinéma, il y a eu de véritables OVNI, des oeuvres rares et uniques qui sont tombées progressivement dans l'oubli. Ce film fait parti de ces oeuvres oubliées. Réalisé en 1974, «Phase IV» qui est d'ailleurs la seule mise en scène de Saul Bass est un film impossible à classer. Contrairement à ce que pourrait laisser penser l'affiche, ce n'est pas un film d'épouvante, ni un film d'horreur bien que certaines scènes réussissent à créer une tension bien palpable. Il y a effectivement un peu de science-fiction, mais seulement durant les premières minutes. Expérimental serait le terme le plus exact pour qualifier ce film. On y suit 2 scientifiques dans le désert de l'Arizona effectuer de nombreux tests et expériences sur des fourmis équatoriales rendues tueuses par un signal venant de l'espace. A noter qu'il n'y a pas de générique de début: la première chose que l'on voit c'est un ciel étoilé avec un bourdonnement comme fond sonore. «Phase IV» est un film qui mise tout sur son ambiance oppressante, sur ses couleurs rougeoyantes. L'observation du comportement et des agissements des fourmis est si réaliste que l'on en vient à appréhender leurs moindres faits et gestes. Une oeuvre étrange à découvrir d'urgence.

Ells

Suivre son activité 8 abonnés Lire ses 134 critiques

4,5Excellent
Publiée le 22/10/2010

Dommage que le titre et l'affiche ne soit pas les bons sur allocine . Un bon film pas prise de tete, on va de surprise en suprise, légérement psychédélique . J'ai bien rigolé ( c'est pas un film d'humour ) mais j'ai aussi trouvé les réflections intérréssantes et que pour un film de sf ( car c'est de la sf ) on est loin des habituelles gros caca .

Le comptoir du cinéphage

Suivre son activité 16 abonnés Lire ses 351 critiques

4,0Très bien
Publiée le 23/12/2009

Premier et seul film du genial saul bass (createur des generiques d'hitchcock entre autres). Des fourmis attaquent les humains et ca fait flipper. Bravo.

karkarian

Suivre son activité 14 abonnés Lire ses 247 critiques

4,5Excellent
Publiée le 15/10/2008

Toujours inconnu (hélas !!!) de nos jours, ce chef d'œuvre se doit d'être vu et reconnu au plus vite par le public français. Réalisé par l'homme responsable entre autres des génériques de "Psychose", "La mort aux trousses" et j'en passe, ce film montre comment deux scientifiques isolés dans un laboratoire en plein désert étudient l'avènement d'une menace grandissante pour l'humanité : les fourmis. Avec ses couleurs saturées, son rythme quasi documentaire et son ambiance pessimiste, "Phase IV" est un oublié des années 70 à découvrir au plus vite si vous le trouvez (bonne chance !!!).

S M.

Suivre son activité 15 abonnés Lire ses 552 critiques

5,0Chef-d'oeuvre
Publiée le 19/10/2013

Film génial, réalisé par Saul Bass (Son unique film) et malheureusement méconnu en France, "Phase IV" est un chef-d'œuvre qui se doit d'être vu par tout cinéphile qui se respecte. Il montre comment deux scientifiques isolés dans un laboratoire en plein désert étudient l'avènement d'une menace grandissante pour l'humanité : les fourmis. Avec ses couleurs saturées, sa musique psychédélique (Pink Floyd), son style quasi documentaire et son ambiance pessimiste, "Phase IV" est une véritable perle. Un film aussi excellent que rare.

ocelot

Suivre son activité 9 abonnés Lire ses 995 critiques

3,0Pas mal
Publiée le 05/02/2016

Un très bon premier long-métrage de SF: histoire intéressante, musique dérangeante et acteurs tenant la route.

AMCHI

Suivre son activité 176 abonnés Lire ses 5 383 critiques

2,0Pas terrible
Publiée le 06/11/2010

Au vu des critiques dithyrambiques lus ici et là sur Phase IV je m'attendais à un oeuvre des plus singulière ; certes elle l'est d'une certaine façon mais Phase IV donne parfois plus l'impression d'être un documentaire sur les fourmis que d'un film de SF/fantastique. Si l'ensemble du film garde constamment une atmosphère qu'on pourrait qualifier d'inquiétante Phase IV bien que durant seulement 1h22 contient quelques longueurs. Film intéressant mais pas réellement passionnant, son côté expérimental en fait une curiosité à découvrir néanmoins.

stebbins

Suivre son activité 288 abonnés Lire ses 1 782 critiques

4,5Excellent
Publiée le 11/02/2013

L'unique film du graphiste Saul Bass est un chef d'oeuvre : créateur de formes aux talents inouïs, l'auteur des célèbres génériques hitchcockiens reste avec Phase IV fidèle à ses figures abstraites, ses couleurs ambrées et autres explorations géométriques d'un univers mathématique, angoissant et proprement mental, projeté, tel un désert assassin tenant lieu d'échiquier fatal. Ne serait-ce que pour ses images, techniquement parfaites en plus de servir un excellent scénario ( Saul Bass lorgne beaucoup sur la science-fiction du cinéma de série B des années 50 ) Phase IV mérite le détour, accompagné d'une bande-son anxiogène et remarquablement élaborée. Le trio de comédiens est impeccable quant à lui, installant ce film méconnu au rang des incontournables du genre. On retiendra d'ores et déjà la magnifique introduction s'attardant sur les colonies de fourmis, évoquant inéluctablement la peur primale d'une mort rampante, grouillante et putréfiée. L'un de mes derniers grands chocs personnels...

Peter Franckson

Suivre son activité 7 abonnés Lire ses 495 critiques

3,0Pas mal
Publiée le 02/08/2017

C'est l’unique film de Saul BASS à 54 ans. Il est d’abord connu pour avoir révolutionné le générique de film : il en a réalisé 50, de « Carmen Jones » (1954) d’Otto Preminger à « Casino » (1995) de Martin Scorsese, en passant par 3 films d’Alfred Hitchcock [« Sueurs froides » (1954), « La mort aux trousses » (1959) et « Psychose » (1960)] et 5 autres films de Preminger dont « L’homme au bras d’or » (1955). Il s’agit d’un film rare et dont le négatif était endommagé. Il a été tourné à Londres et au Kenya. Intrigués par le changement de comportement des fourmis en Arizona, 3 chercheurs découvrent leur montée en puissance progressive, la phase IV correspondant à leur domination de la planète. Un film attachant en raison de son côté un peu expérimental, à petit budget (il n’y a que 6 acteurs) mais efficace, aux superbes images de fourmis, dignes d’un documentaire et qui est fortement influencé par « 2001, l’odyssée de l’espace » (1968) Stanley Kubrick (cf. les 7 colonnes qui abritent les fourmis et qui font penser au monolithe noir de Kubrick ainsi que certaines scènes un peu absconses rappelant la fin de « 2001 »). C’est un peu lent et long au début et même si le film ne dure que 1h24, un moyen métrage aurait suffi. .

ManoCornuta

Suivre son activité 21 abonnés Lire ses 1 234 critiques

2,5Moyen
Publiée le 15/10/2016

Le parti pris quasi documentaire pouvait laisser craindre le pire dans cette histoire au schéma finalement très minimaliste: deux scientifiques dans une base isolée encerclés par une colonie de fourmis aux intentions pas très claires. C'est d'ailleurs là que réside tout le problème du film: les moyens sont limités mais bien employés, le propos se veut profond sur les problématiques de communication entre les races, mais le final apparaît un peu en contradiction avec tout ce qui a précédé: Spoiler: pourquoi les fourmis auraient-elles tué tout le monde (hommes et animaux compris) sauf notre heureux couple final qui se met à faire n'importe quoi mais se sauve quand même et ouvre la promesse d'une nouvelle ère pour l'humanité à l'issue d'un "croisement" avec les fourmis? Un final balancé à la hussarde qui ne va pas à mon sens au bout de la démarche purement nihiliste qui était celle du film jusque-là. L'interprétation est tout juste correcte et, si le film n'est pas dénué d'intérêt, il manque cruellement de tension nerveuse, contrairement à ce que le slogan sur l'affiche voudrait faire croire.

Les meilleurs films de tous les temps
Back to Top