Mon AlloCiné
Koyaanisqatsi, la prophétie
note moyenne
4,2
470 notes dont 65 critiques
57% (37 critiques)
28% (18 critiques)
14% (9 critiques)
0% (0 critique)
2% (1 critique)
0% (0 critique)
Votre avis sur Koyaanisqatsi, la prophétie ?

65 critiques spectateurs

hugojiraon

Suivre son activité 5 abonnés Lire ses 347 critiques

4,0Très bien
Publiée le 19/11/2016

Très impressionnant , à visionner dans de bonnes conditions ( bonne qualité , écran assez important , noir ) car tout est dans le visuel et la musique de Philip Glass ( bluffante ; je conseille à ceux qui s'intéresse à lui le morceau "Music with changing parts" également , qu'a utilisé Quentin Dupieux pour Réalité , son dernier film ) ; Beaucoup de choses à dire sur ce que nous raconte cette oeuvre , beaucoup de gens semblent s'être déja attardés la-dessus dans les critiques , je ne vais pas les imiter . Je conseille simplement à toute personne curieuse et aimant l'atypique de se lancer dans ce film absolument exceptionnel , qu'il faut aussi revoir

Kloden

Suivre son activité 55 abonnés Lire ses 995 critiques

3,0Pas mal
Publiée le 26/08/2016

Plutôt déçu du regard anthropocentriste qui plane encore un peu trop sur ce documentaire dont j'aurais souhaité un recul total. Malgré les modulations apportées par le technique du film et son mouvement perpétuel, le regard, ici, est encore trop humain pour s'assurer à mes yeux un potentiel de fascination intact. Les soucis viennent surtout du montage parfois suggestif, qui oriente quand même pas mal le ton du film vers la fable écolo. La plupart des plans, des tableaux esquissés, sont d'ailleurs recentrés sur l'humanité moderne, sur la question du bien fondé de son mode d'existence, sur sa légitimité et sa place véritable. Encore ancré dans cette veine aussi clichée que moraliste, le film restitue de lui-même sa contemporanéité, et perd l'absence de visage qui avait rendu le début du voyage aussi spirituel. À briser les habitudes du regard et à donner à voir le temps et l'espace comme des données déformables à l'infini, Koyaanisqatsi arrive en effet par intervalles à faire vaciller l'esprit dans l'ordinaire de ses perceptions, à laisser s'esquisser en arrière-plan tous les mondes possibles quand celui que nous connaissons n'est finalement dû qu'à la rigidité de notre propre regard. En extrayant à travers notre œil même notre incapacité à nous dépasser, le film aurait pu générer une puissance souveraine et instiller profondément l'impression d'être perdu, à travers l'espace-temps et la méconnaissance qui nous sépare de lui. C'est le regard de Dieu que Reggio parait chercher à atteindre dans une manière nouvelle de chercher Dieu du regard. C'est donc dommage que son montage finisse par le trahir, en revenant à des intentions beaucoup trop prosaïques qui cassent la spirale d'infini et le vertige qui ne demandaient qu'à se mettre en place. Franchement déçu.

Ÿosikan+

Suivre son activité 8 abonnés Lire ses 17 critiques

5,0Chef-d'oeuvre
Publiée le 20/12/2015

Koyyyyaaaaa-nisqaaaatsiiiii.... La sublime musique de Philip Glass tourne dans la tête suite au visionage de ce veritable OVNI. Une reussite cinématographique a tout points. La musique : sublime , Les images et les times-lapses : merveilleux , et la réalisation , exellente. Koyaanisqatsi est le film qui m'a permis de découvrir ce veritable génie qu'est Godfrey Reggio. Ce film, très sincerment,, et pour moi (et je pense que pas uniquement) l'une des plus grandes experiences cinématographique que j'ai pu vivre. Une claque, une pure, qui nous laisse scotché, et qui nous laisse un tat de reflexions et de peur. Ou irons nous ? Jusqu'a ou la technologie va arriver ? Va-t-elle totallement envahir nos vies ? Existons-nous face a la cruelle routine quotidienne? Ce film est réelement unique, et aucun autre film du même genre ne parvient a l'egaler, non pas d'un point de vue esthétique, mais philosophique et naratif. Alors a tout les amoureux du Cinema, du vrai, je ne peut que vous conseiller de voir, ou plutot de vivre cette véritable experience unique que nous livre Godfrey Reggio a travers son film : Koyaanisqatsi

Benjamin A

Suivre son activité 295 abonnés Lire ses 1 897 critiques

4,0Très bien
Publiée le 21/11/2015

Produit par Francis Ford Coppola et mis en scène par Godfrey Reggio, Koyaanisqatsi n'est ni un film, ni un documentaire mais plutôt une expérience ainsi que plusieurs images mises en musique sans aucune voix-off, ayant pour but de symboliser les trois prophéties Hopis. Je ne savais guère à quoi m'attendre avant de me lancer dans Koyaanisqatsi, et finalement c'est captivé et même fasciné que j'en ressors. Je ne connais pas précisément ce qu'ont voulu mettre en scène les auteurs, mais j'imagine qu'il doit y avoir plusieurs interprétations possibles, de mon côté, j'y ai surtout vu une vision pessimiste de l'humain, l'impression de voir l'homme penser maitriser la nature alors que ce n'est aucunement le cas et des humains qui, à l'image des fourmis, travaillent à la chaîne et suivent les mêmes courants. L'une des forces des propos, c'est de ne jamais essayer d'imposer un message précis, mais plutôt d'essayer de faire tendre vers plusieurs réflexions. Tout passe par les images, c'est la force de l'oeuvre et l'absence de quelconques paroles ou dialogues est totalement maitrisée et bien aidée, il est vrai, par une bande-originale envoutante et dont la répétition renforce l'atmosphère. Le montage est ingénieux, les séquences bien choisies et on reste, tout le long, fasciné par ces images et il en ressort une vraie puissance où l'on passe par différentes sensations et visions, de plans sur des humains, les constructions de ces derniers ou encore l'importance de la technologie et du matérialisme durant notre ère à des images naturelles de toutes beautés. C'est donc via un savant mélange de fascinations et diverses réflexions que l'on découvre des images mettant à mal la nature humaine et son évolution, le tout sublimé par d'ingénieux choix de séquences ainsi qu'une bande-originale envoutante à souhait.

Florie Yogini

Suivre son activité 16 abonnés Lire ses 109 critiques

5,0Chef-d'oeuvre
Publiée le 23/03/2015

Ce n'est pas un simple film, on est là en face d'une expérience visuelle et sonore qui touche à la mystique du méditant. L'ensemble est profondément bouleversant, car on est livré aux images sans fil interprétatif. La musique de Philip Glass rajoute un glacis d'hallucinations à l'orgue. La filiation avec Samsara et Baraka est bien entendu évidente. A revoir encore et encore pour essayer d'en faire le tour...

Mephiless s.

Suivre son activité 27 abonnés Lire ses 697 critiques

5,0Chef-d'oeuvre
Publiée le 17/12/2014

Cela faisait longtemps que j'avais envie de voir ce film, c'est fait. Que dire? Pour moi c'est un véritable tour de force... Godfrey Reggio réalise un véritable OVNI avec aucun dialogue, une succession de plans et une musique de Philip Glass pendant 1h20, comparant l'Homme à une fourmi. Non seulement les plans sont très biens filmés, intéressants et évocateurs, je ne me suis pas ennuyé une seconde! Il fallait vraiment avoir du courage pour réaliser un film comme ça, car le public est très restreint... Ce que j'aime aussi c'est que le spectateur doit faire sa propre opinion. Un film génial mais trop peu connu hélas.

Emral Kadriov

Suivre son activité Lire ses 3 critiques

4,5Excellent
Publiée le 12/09/2014

Un très bon film à mon avis, certains répondrait que le film est incompréhensible et prétentieux, et ils ne pourraient pas plus se tromper. Koyaanisqatsi est sublime grâce aux compositions de Philip Glass. (Une d'entre elles fut d'ailleurs reprise dans Watchmen) que j'ai simplement adorée. Le film a un message, certes peu être pessimiste, mais très juste.

michmonde

Suivre son activité 5 abonnés Lire ses 15 critiques

4,5Excellent
Publiée le 26/08/2014

À part livrer ses impressions, que dire objectivement d'un film montrant une succession d'images sous tous plans et angles possibles, superbes ou dérangeantes et, le tout, sans qu'aucun mot ne soit prononcé?Ode à la beauté de la nature, en un premier temps, puis ode au génie industriel humain doublé d'une dénonciation de sa démesure constructrice et de sa capacité destructrice.Solitude et ennui dans le fourmillement, frénésie de la vie moderne puis, individualités diverses prises sur le vif, pour rompre un peu avec les aspects robotiques de la grosse machine sociétale.Une œuvre que chacun ressentira par rapport à son vécu mais, dans l'absolu, on peut dire que la manière, notamment dans l'orchestration des divers plans rythmés par la musique dite répétitive (ou minimaliste) de Philip Glass, a quelque chose de fascinant et de particulièrement hypnotique. Si bien que l'on n'éprouve aucune lassitude malgré l'uniformité de la démarche... à moins, peut-être, d'une mauvaise disposition.

Abyssarus

Suivre son activité 7 abonnés Lire ses 12 critiques

5,0Chef-d'oeuvre
Publiée le 25/08/2014

Au commencement, il y a eu la nature. Belle, verdoyante, paisible, ne vivant sous aucun dogme, selon ses propres règles et ses propres envies. Ensuite il y a eu l'Homme, être avide de pouvoir, de destruction et de guerre. Être essayant de faire mieux que son prochain,en vain, produit de la société, prostitué de la publicité. Parasite, insecte, fourmi qui suit une directive de vie, véritable inconnu dans la masse, sans personnalité, aucune, attendant son tour, attendant la mort. Arpentant les boulevards sans réel but comme sa propre vie qui n'a aucun sens, à part celui de la mort. Mettant en fonction les règles du taylorisme, travaillant à la chaîne, marchant à la chaîne, mourant à la chaîne, tel que la société le conçoit. Admirant le produit de sa propre fin, avide de la technologie qui le détruira un jour ou l'autre. "Koyaanisqatsi" est un pamphlet contre cet être. Véritable film sur la vie et la mort, propres à l'humanité. Film sur la déchéance. Film sur et contre l'Homme.

Thierry L.

Suivre son activité 3 abonnés Lire ses 2 critiques

5,0Chef-d'oeuvre
Publiée le 18/06/2014

Un grand moment de bonheur que de revisionner ce film extra-ordinairement-terrestre. Un Philip Glass particulièrement en grande forme pour cette première de la trilogie !

. m

Suivre son activité 3 abonnés Lire ses 34 critiques

4,0Très bien
Publiée le 08/03/2014

Le sujet surement novateur pour l'époque marque moins aujourd'hui on les différents procédé pillé par les clips et la TV. Mais Koyaanisqatsi c'est avant tout une multitude d'images plus marquant les une que les autres, le film film est sans doute l'une des vision les plus terrifiant de l'humanité depuis le Metropolis de Fritz Lang et pourtant la pas de fiction, Godfrey Reggio nous montre des images choc de la société moderne. On à une réel impression d'infini microscopie et une remise en question de la place de l'homme (véritable fourmis éduquer) dans le monde s’installe dans notre tête à chaque séquence. La musique du film est l'une des plus belle écrite pour le cinéma (et donne vraiment envie de lancer Watchmen dans la foulé).

Jahro

Suivre son activité 29 abonnés Lire ses 663 critiques

3,0Pas mal
Publiée le 23/02/2014

Koyaanisqatsi, l’œuvre contemplative par excellence. Une curiosité à tendance hippie, qu’on rangerait moins parmi les films qu’au rang des vidéos d’art. Qui se regarde comme on parcourt une expo, en laissant l’esprit divaguer de pièces en pièces, s’évader dans le décor, fixer un point, suivre la lumière, ressentir un regard, vivre un quotidien. Godfrey Reggio pose sa caméra partout où la beauté couve, éruptions, démolitions, explosions, incendies, inondations, cascades, routes, déserts, attroupements. Il ralentit, accélère, s’approche ou s’éloigne, assemble en un tout disparate archives et prises réelles sous le haut patronage minimaliste de Philip Glass. Quelque fois il s’aventure dans un parallèle audacieux : trafic et défilé militaire, houle et nuages, villes et circuits imprimés. Le plus souvent il admire, ouvrage et restitue. Il n’y a hélas pas grand sens à tirer de ce bel objet un peu vide. La nature est majestueuse, l’œuvre de l’homme l’est aussi, vivons dans l’entente pour assurer notre avenir. Ôm mani padme hum. Pour le reste, pas d’histoire, pas de personnage, pas de dialogue, peu de montage, des figurants essentiellement graphiques. Reste qu’esthétiquement, pas à dire, c’est beau. La Terre est belle. Nous sommes beaux.

Gdek

Suivre son activité 25 abonnés Lire ses 448 critiques

4,0Très bien
Publiée le 25/09/2013

Comme pour les deux films qui suivront, le titre est en langue Hopi (Amérindiens d'Arizona). Ko yaa nis qatsi signifie : mode de vie illogique, irréaliste, qui appel au changement (comme pour les deux autres, ces explications sont données en anglais à la fin du film). Vous l'aurez deviné, le Koyaanisqatsi, c'est notre qatsi contemporain (qatsi = mode de vie). Chaque image est une pièce du puzzle, qui forme un portrait du monde tel que nous l'avons façonné. Et selon Godfrey Reggio, il est moche. Je préfère parler des défauts des films plutots que de leurs qualités. Le problème, c'est que parler des quelques défauts de Koyaanisqatsi dégoûtera tout le monde instantanément. Pourtant, même si je vais donner l'impression de ne pas l'aimer, je vous assure qu'il est génial. Alors allons-y. Constituée exclusivement de plans de paysages des USA, la première partie sert à deux choses : à montrer que là où il n'y a pas l'homme, il règne le calme et une harmonie que jamais on ne retrouvera durant le film, et à mettre le spectateur dans le rythme et l'ambiance du film, lui faire comprendre ce qu'il s'apprête à voir. C'est un drôle de choix que de la faire durer aussi longtemps, mais c'est mieux comme ça que si c'était trop court. Vient ensuite la deuxième partie, qui représente la grosse majorité du film. Là encore, toutes les images ou presque proviennent des Etats-Unis, mais leur contenu tout à fait généralisable à l'Europe et une bonne partie de l'Asie. C'est un portrait de notre monde, où tout, absolument tout, est basé sur la quantité, la démesure, et le consommable. Des usines de productions, aux réseaux routiers, aux cités-dortoirs, tout y passe. Chaque plan est un élément de plus qui renforce le message du film. Il y a de très nombreux plans en accélérés (pas désagréables, ils sont bien fichus pas comme dans de nombreux films ou c'est fait à l'arrache) ou des gens, des voitures, des objets défilent en permanence, sans s'arrêter. Tout est présenté comme faisant parti d'une fourmilière faite d'automatique et de béton. Les hommes ne font que passer. Chaque détail de la vie quotidienne prend des proportions industrielles, donc paradoxalement la quantité folle d'humains présents déshumanise le fonctionnement de la société. Mais là vous vous demandez surement : "c'est très intéressante, mais le film alors c'est quoi, des images accélérées ? C'est tout ?" Non, c'est un ensemble cohérent, rythmé par une musique vraiment excellente. Chaque image apporte un élément différent. Mais même malgré ça, plusieurs spectateurs finiront par décrocher durant cette partie du film. C'est pour ça qu'il s'interprète très subjectivement : certains sont captivés, à chaque plan ils découvrent autre chose, et y voient une oeuvre d'une grande diversité ; a contrario, dès les premières minutes certains ne seront pas dans le rythme, et ils n'y verront qu'un bordel visuel répétitif. Je précise tout de même que peu de gens restent sceptique face à ce film : d'apparence chiante pour beaucoup, il ne l'est vraiment que pour très peu. La fin du film est vraiment troublante. C'est un plan-séquence de plusieurs minutes d'une fusée au décollage. Si le plan est aussi long, c'est pour illustrer cette métaphore simple : "plus on tombe de haut, plus la chute est longue."

Jey D

Suivre son activité 31 abonnés Lire ses 41 critiques

4,0Très bien
Publiée le 24/05/2013

Des photos animées, pas un mot, un message fort et une musique magique pour un envoutement presque physique !

Charles-Arrete

Suivre son activité 9 abonnés Lire ses 88 critiques

5,0Chef-d'oeuvre
Publiée le 15/04/2013

On reste littéralement cloué! Comme le générique de fin nous l’indique, Koyaanisqatsi, en langage Hopi, veut dire vie aliénée, tumultueuse, déséquilibrée, une existence exigeant un autre mode de vie. C’est cette trame que l’on suit de la première à la dernière image du film. Ce n’est pas un documentaire mais bien un film. Un film contemplatif ou l’on se regarde, ou l’on regarde les fondements et le devenir tout en se disant que ce n’est pas notre monde, notre premiers plans sur la nature transcendent et explorent cette nature. Le voyage est beau et l’on glisse d’un coup sur la nouvelle fonction donné à cette ancienne nature. La suite de la critique ici :

Les meilleurs films de tous les temps
  • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
  • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
Back to Top