Mon AlloCiné
A l'ombre de la haine
Note moyenne
3,4
23 titres de presse
  • Cine Libre
  • MCinéma.com
  • Novaplanet.com
  • Studio Magazine
  • Ciné Live
  • Cinopsis.com
  • Le Figaroscope
  • Le Monde
  • Le Parisien
  • Première
  • Zurban
  • Le Figaro
  • Le Nouvel Observateur
  • Les Echos
  • Les Inrockuptibles
  • L'Express
  • Libération
  • Télérama
  • Aden
  • Cahiers du Cinéma
  • Chronic'art.com
  • L'Humanité
  • Urbuz

Attention, chaque magazine ou journal ayant son propre système de notation, toutes les notes attribuées sont remises au barême de AlloCiné, de 0.5 à 5 étoiles.

23 critiques presse

Cine Libre

par Sébastien Lecordier

Un film qui vous happe dés les premières images et vous plonge dans son univers en une séquence et trente secondes. (...) En cela le réalisateur Marc Forster (...) a bien compris que la force du cinéma réside dans sa capacité d'évocation. Jamais Marc Forster ne cherche à influer le jugement du spectateur.

MCinéma.com

par Hugo de Saint Phalle

L'atmosphère pesante de ces destins croisés est parfaitement retranscrite par sa mise en scène discrète : les pleurs, les crises, les remords mais aussi les espoirs des personnages nous sont livrés sur le vif et sans artifice. Mais Marc Forster n'aurait pu nous émouvoir à ce point sans d'irréprochables interprètes. Les deux acteurs principaux livrent une prestation complice et sans fausses notes.

Novaplanet.com

par Alex Masson

Avec un duo d'acteurs étonnants (...). Halle Berry est particulièrement impressionnante en femme usée avant d'avoir vécu.

La critique complète est disponible sur le site Novaplanet.com

Studio Magazine

par Sophie Benamon

Voir la critique sur www.studiomag.com

Ciné Live

par Marc Toullec

Voir la critique sur www.cinelive.fr

Cinopsis.com

par Olivier Guéret

Magistralement mis en scène, MONSTER'S BALL bénéficie également des exceptionnelles prestations de deux acteurs qui se répondent merveilleusement. Personnages que l'on comprend ou que l'on méprise, aime ou déteste, leurs profils hors-normes mais ô combien fragiles rendent grâce à une humanité que l'on croyait perdue.

La critique complète est disponible sur le site Cinopsis.com

Le Figaroscope

par Gwen Douguet

(...) un Billy Bob Thornton (...) avec une conviction à vous glacer le sang d'admiration. Une Halle Berry totalement habitée, se frottant sans complaisance à la noirceur du personnage - sans jeu de mots.

Le Monde

par Thomas Sotinel

(Un) manque d'homogénéité finit par affaiblir le film. Pas au point d'empêcher A l'ombre de la haine d'être une des oeuvres les plus remarquables venues des Etats-Unis ces derniers mois.

La critique complète est disponible sur le site Le Monde

Le Parisien

par Pierre Vavasseur

"A l'ombre de la haine" est une oeuvre puissante, qui frôle l'univers rugueux de grands romanciers américains comme Malcolm Lowry. Une scène d'amour très intense lui donne un mystère supplémentaire.

Première

par Gérard Delorme

La mise en scène, efficace et sobre, fait également confiance à l'intelligence du spectateur en laissant une large part au non-dit. Le registre émotionnel (...) est largement redevable à l'interprétation exceptionnelle d'Halle Berry et de Billy Bob Thornton, qui se mettent mutuellement en valeur dans un rare exemple de collaboration.

La critique complète est disponible sur le site Première

Zurban

par Stéphane Brisset

La caméra de Forster trouvant le juste équilibre entre attentisme et abstraction, A l'ombre de la haine explore adroitement le mélodrame. Genre ailleurs totalement insupportable, il devient ici, puisque proprement incarné, générateur d'émotions franches.

Le Figaro

par Dominique Borde

Voir la critique sur www.lefigaro.fr

La critique complète est disponible sur le site Le Figaro

Le Nouvel Observateur

par Olivier Bonnard

(...) dès que le noeud dramatique du scénario se resserre, la mécanique de la douleur se refroidit d'un seul coup et c'est avec un détachement inattendu qu'on observe les deux rescapés de ces tragédies tenter de recoller les morceaux.

Les Echos

par Annie Coppermann

(...), autant de raisons qui peuvent ne pas dissuader de s'intéresser, malgré son sujet vraiment impossible, à ce deuxième long-métrage qui, en tout cas, annonce la naissance d'un réalisateur à suivre.

La critique complète est disponible sur le site Les Echos

Les Inrockuptibles

par Jean-Baptiste Morain

(...) le film, malgré sa mise en scène distante, manque totalement de subtilité, d'humour volontaire (...) et de point de vue réel sur ses personnages.

La critique complète est disponible sur le site Les Inrockuptibles

L'Express

par Eric Libiot

Voir la critique sur www.lexpress.fr

La critique complète est disponible sur le site L'Express

Libération

par Didier Péron

(...) le critique Jonathan Rosenbaum avoue avoir été touché par le film mais se demande si ce n'est pas pour de très mauvaises raisons, par exemple parce que le scénario dit ce que les Américains ont toujours eu envie d'entendre: que les péchés fondateurs du pays (esclavagisme, haine raciale) commis par la collectivité peuvent être lavés d'un coup d'un seul par la rencontre miraculeuse et rédemptrice de deux individus, par exemple un homme blanc et une femme noire. (...) A l'arrivée, non, tout n'est pas pardonné. Ou alors l'hostie a un drôle de goût...

La critique complète est disponible sur le site Libération

Télérama

par François Gorin

Il va sans dire que leur love story phagocyte le film ; mais la conviction que mettent Halle et Billy Bob à jouer le vieux standard du couple-imprévu-au-départ lui donne, à défaut d'un souffle, une seconde chance.

La critique complète est disponible sur le site Télérama

Aden

par Phiippe Piazzo

(...) des acteurs qui, à l'image de Billy Bob Thornton (...), pèsent tant leurs mots qu'ils semblent finir par les lâcher à contrecoeur. Et on étouffe bel et bien dans cette atmosphère à la Tennessee Williams, qui oscille entre l'hypnose et l'ennui.

Cahiers du Cinéma

par Vincent Malausa

Dans A l'ombre de la haine, les bourreaux sont des pères de famille esseulés qui recueillent de pauvres femmes, basanées mais pas trop, que leurs maris hors-la-loi ont laissé sur la paille. (...) On décerne par avance à A l'ombre de la Haine l'Oscar du film le plus hypocrite de l'année.

Chronic'art.com

par David Vincent

(...) on aimera toujours plus la beauté "monstrifiée" de la Gwyneth Paltrow du film des frères Farrelly que celle, au glamour faussement naturel, de la Halle Berry d'une telle daube fascisante et pompière.

La critique complète est disponible sur le site Chronic'art.com

L'Humanité

par Vincent Ostria

Un film qui suinte l'hypocrisie par tous ses pores, tellement cette histoire de rédemption résulte d'un racolage sans bornes, sous couvert d'antiracisme et de dénonciation de la peine de mort.

La critique complète est disponible sur le site L'Humanité

Urbuz

par Jean-Philippe Tessé

Exercice pratique : dans la série "Sauvons la face des salauds", concoctez une rédemption en bonne et due forme pour Mr Grotowski (...) qui l'absoudra intégralement des tares citées plus haut et en fera un brave type aimable, comme on les aime.

La critique complète est disponible sur le site Urbuz
Les meilleurs films de tous les temps
  • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
  • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
Back to Top