Mon AlloCiné
  • Mes amis
  • Mes cinémas
  • Speednoter
  • Ma Collection
  • Mon compte
  • Jeux
  • Forum
  • Déconnexion
L'Ile
note moyenne
3,1
272 notes dont 38 critiques
18% (7 critiques)
32% (12 critiques)
16% (6 critiques)
24% (9 critiques)
11% (4 critiques)
0% (0 critique)
Votre avis sur L'Ile ?

38 critiques spectateurs

Gabith666
Gabith666

Suivre son activité 10 abonnés Lire ses 780 critiques

2,0
Publiée le 09/07/2014
Un film étrange avec des personnages spéciaux et cruels. J'ai pas adhéré a cette histoire tordue et sans saveurs "d'amour", si on peux appeler ça de l'amour... Malgré tout je lui met deux pour ses belles images et sa bande son.
Backpacker
Backpacker

Suivre son activité 26 abonnés Lire ses 807 critiques

2,5
Publiée le 29/01/2006
De magnifiques paysages tendant à l'onirisme interrompus par des scènes passablement cruelles ramenant à une dure réalité. Le sadisme se mêlant constamment au masochisme... Logique... Histoire de contrastes et de paradoxes voulus par le réalisateur coréen de "Printemps, été..." et des "Locataires". Malheureusement, et bien que l'idée de départ soit originale, le scénario manque non seulement de consistance mais en plus devient rapidement rébarbatif et creux. A mi-chemin entre conte et cauchemar, "L'île" déçoit mais se laisse regarder avec un certain plaisir, tout de même.
Veole
Veole

Suivre son activité Lire ses 44 critiques

3,0
Publiée le 13/01/2012
Ce sera mon dernier Kim Ki-duk… non pas qu'il soit mauvais, non, il est plein d'inventivité et même d'une sorte de génie, mais il est des choses que le prétexte de l'« art » ne peut tolérer, que rien même ne saurait légitimer, et la violence envers les animaux en est une. Tarantino, dont les films ne sont pas parmi les plus doux qui soient, a affirmé que jamais il ne ferait souffrir d'animaux pour les « besoins » de ses films : que Kim Ki-duk ne s'en inspire-t-il pas ! Je croyais (j'espérais) d'abord que ce n'étaient pas de vrais animaux qui étaient utilisés dans ses films, mais si… ! et là on dépasse les bornes. J'en conviens cependant avec Kim, il n'y a aucune différence entre le fait de faire souffrir tel animal en Corée du Sud, ou n'importe où en Asie, et le fait de faire souffrir tel autre, destiné à être mangé, dans nos contrées barbares. Et, notre barbarie, Kim a raison de la montrer, et d'y insister. La cruauté humaine est trop souvent occultée, voire simplement niée, c'est pourtant la seule spécificité de notre espèce sur les autres animaux. Cette possibilité qui nous est offerte de faire souffrir à dessein, nous en abusons. C'est la même chose et c'est aussi insupportable de voir des interprètes se nourrir d'animaux dans un film occidental que d'en voir d'autres faire souffrir d'autres animaux dans un film plus… oriental. Simplement, ça n'a pas lieu d'être. Kim n'est pas dénué de conscience, au contraire, ainsi qu'en atteste, s'il en était besoin, son Printemps, été, automne, hiver… et printemps, mais je fais une pause — au moins une pause — Kim Ki-Duk (peut-être que le piteux Samaria y est aussi pour quelque chose !).
halou
halou

Suivre son activité 41 abonnés Lire ses 1 512 critiques

3,0
Publiée le 15/11/2008
Du talent certes mais trop alambiqué.
weihnachtsmann
weihnachtsmann

Suivre son activité 63 abonnés Lire ses 2 856 critiques

2,5
Publiée le 01/06/2017
Deux âmes en détresse se découvrent. Mais elles sont torturées et tout l'art de KKD est de faire naître l'amour parmi toutes les situations scabreuses qui se produisent. Le calme avec la tête sur l'épaule aux 3/4 du film ou le malaise avec l'histoire du hameçon et la façon dont elle veut le guérir. C'est un peu étrange quand même et les deux héros ne communiquent finalement que par le silence. Ils sont tous les deux l'île déserte.
Broyax
Broyax

Suivre son activité 7 abonnés Lire ses 607 critiques

2,0
Publiée le 28/12/2016
Ouais donc... par où commencer ? par ces bidonvilles flottants de 2 m² et d'1,30 m de haut ? ou bien par la "gardienne" qui ne décroche pas une syllabe et qui fait le taxi avec sa barque (uberbarque) pour amener les "locataires" jusqu'à leur logement mais aussi transporter les prostituées jusqu'aux clients ? J'espère que c'est pas cher parce que le confort laisse à désirer. Côté commodités, c'est le tout-à-l'égoût, une trappe dans votre logement est accessible à votre convenance pour vos besoins et le tout-à-l'égoût (incroyable mais vrai). La vie, la vraie, à vous de l'inventer. Vous pouvez aussi pratiquer la pêche à la ligne et vous faire un sushi improvisé. Mais ce n'est pas que cela, il y a (aussi !) une sorte d'histoire dans ce film, il faut la deviner au fil de l'eau. Notre "gardienne" qui fait (aussi, oui, oui) la boniche mais également quelques passes impromptues est du genre possessive, jalouse et un peu sauvage. Le gars est presque aussi taré d'ailleurs mais ils sont faits pour s'entendre malgré cet amour vache. Amour très vache, car il faut voir ce qu'ils font avec les hameçons. C'est carrément sordide. Mais au cas où vous n'auriez pas percuté, il s'agit un film coréen : ils ont tous une putain d'araignée au plafond. Franchement ils font peur. Le film contre toute attente -ou plutôt- cette "chose" cinématographique n'en demeure pas moins assez regardable : on reste hypnotisé par toute cette névrose de presque une heure et demi comme devant un accident de la route lorsqu'on roule au pas pour tenter d'apercevoir les boyaux... Puis on accélère et on oublie.
DaeHanMinGuk
DaeHanMinGuk

Suivre son activité 30 abonnés Lire ses 1 166 critiques

2,0
Publiée le 03/07/2016
N'en déplaisent à des magazines comme "Les Inrockuptibles", "Télérama" ou "Première" qui estiment que "L'île" est un chef d'œuvre, moi, j'ai été plutôt déçu par ce film. Commençons par ce qui m'a plu dans le film : les beaux paysages de la Corée, l'originalité du site choisi pour l'intrigue, l'humour lié au personnage de la prostituée en vélomoteur et l'histoire d'amour originale entre les deux personnages principaux. En revanche, certains aspects de ce film m'ont beaucoup moins plu : il est très difficile de garder les yeux ouverts face au spectacle du suicide aux 5 hameçons que ce soit celui de l'homme par le haut du corps ou de la femme par le bas du corps. Quant à la scène où l'on voit un homme déféquer dans l'eau, je n'en vois pas l'intérêt même si je reconnais que la façon de la filmer est pour le moins originale. Ce film est au cinéma coréen ce que "Baise-Moi" ou "Romance" sont au cinéma français, c'est-à-dire des ovnis, des films à part. Il ne faut surtout pas considérer que ce film est représentatif de l'ensemble du cinéma coréen.
Attila de Blois
Attila de Blois

Suivre son activité 117 abonnés Lire ses 2 856 critiques

4,0
Publiée le 28/08/2015
Toujours pour notre plus grand plaisir, Kim Ki-duk fait du Kim Ki-Duk. On retrouve d'ailleurs dans "L'île" un peu de "Printemps, été, automne, hiver...et printemps" et du "Locataires". Du très grand cinéma dans lequel la romance côtoie l'horreur et le tout étant abordé de manière contemplative avec une économie de dialogues. C'est beau et effrayant à la fois, calme et mouvementé. Il n'y a que Kim Ki-Duk pour nous pondre une histoire aussi cruelle et la rendre paradoxalement aussi poétique. Ce n'est pas le meilleur long métrage du cinéaste coréen mais même alors, il nous pond un film de haute volée.
willydemon
willydemon

Suivre son activité 39 abonnés Lire ses 1 524 critiques

3,5
Publiée le 19/07/2015
Un film de Kim Ki-Duk ça ne se regarde pas en mangeant, ni en famille. Et l’île fait partie de ces films qu'il faut savourer en appréciant être mené en bateau par le réalisateur. Le film est très poétique, entre barques, sexe et violence inattendue, encadré par une photo et une réalisation sublime. S'il ne se passe pas grand chose c'est parce que l'eau dort.
Truman.
Truman.

Suivre son activité 134 abonnés Lire ses 1 350 critiques

4,0
Publiée le 18/05/2014
Kim Ki-duk offre ici un film comme il en fait si bien, un film contemplatif parlant d'amour, le tout couvert d'un brin de violence rendant l'histoire âpre et amer . L'histoire se passe dans la nature, sur l'eau avec des petites cabanes à percheur, deux âmes perdues et torturés vont alors se rencontrer . Entre une réalisation douce et flottante sur la beauté de la nature et de belles mélodies qui adoucissent le ton assez sombre de l'histoire, la caméra se dévoile comme un point clé et essentiel à la beauté du film . C'est beau mais tragique sur les bords, l'histoire est aussi dur que violente . De par son aspect contemplatif, (peu de dialogues comme souvent dans les films du réalisateur) et son coté orienté vers la nature le film fait beaucoup penser à "Printemps, été, automne, hiver... et printemps" au niveau de plusieurs plans qui s'y ressemblent . Un film magnifique, spécial et unique, toute l'effervescence du cinéma de Kim Ki-duk y est inscrit dedans .
thecrazydonut
thecrazydonut

Suivre son activité 3 abonnés Lire ses 131 critiques

1,5
Publiée le 08/12/2013
Le film a le mérité d'être atypique. Le cadre, le déroulement, l'ambiance... Passé ces aspects là, il peut être un peu difficile de s'y retrouver. Les (pseudo ?) codes (pseudo ?) intellos font que le film frise parfois le ridicule. Certain y verront une réflexion profonde sur le rôle de la sexualité dans les relations et tout le tralala qui va avec. Personnellement, je n'y vois pas grand chose à part des situations qui se prêtent bien pour faire du "trash".
Parkko
Parkko

Suivre son activité 66 abonnés Lire ses 2 012 critiques

2,5
Publiée le 15/11/2012
C'est dans un cadre atypique que se déroule l'action de ce Kim Ki-duk. Nous sommes au bord d'un lac où des frêles habitations flottent. Hee-jinn s'occupe de cet endroit, en servant notamment de passeuse, de taxi, de ravitaillement. J'ai aimé cet idée, il y a directement quelque chose d'assez mystique qui émane de cet endroit, surtout que Kim Ki-duk propose une photographie très soignée de cet endroit, qu'il montre alors comme paisible, ce qui est en complète opposition à ce qu'il s'y asse réellement. Si au début on est intrigué, on devient malheureusement par la suite agacé de l'évolution du scénario. Cela part un peu dans tous les sens, on accroche ou pas, moi le train est parti en me laissant sur le quai. Je trouve ça vraiment très écrit et le film frôle parfois avec l'absurde sans que l'on sache si c'est volontaire ou non. En tout cas cela ne m'a pas convaincu, même la mise en scène devient parfois un peu absurde et grotesque, on ne sait pas trop - du moins je ne sais pas trop - ce que veut nous dire le réalisateur à la suite de ce film. Pas un mauvais film mais au final, est-ce une œuvre avec réellement quelque chose derrière ? A voir, peut-être en poursuivant la filmographie de Kim Ki-duk.
Arthur Debussy
Arthur Debussy

Suivre son activité 70 abonnés Lire ses 593 critiques

2,5
Publiée le 19/05/2012
Artiste atypique, peu célébré dans son pays d'origine, Kim Ki-Duk est pourtant l'une des figures de proue du cinéma coréen tant par son talent que par l'originalité de son art, point de rencontre entre l'occident et l'extrême-orient, mélange d'iconoclasme, de réflexion philosophique, de violence, de sensualité et de contemplation (entre autres). Véritable autodidacte, il résiste aux diverses étiquettes, riche d'une singularité qui ne lui permet malheureusement pas toujours d'être reconnu à sa juste valeur. Il faut dire que comme nombre de ses films, «L'Île» est traversé par des fulgurances d'une violence et d'une cruauté difficilement soutenables, volontairement injustifiées rationnellement ou narrativement parlant. Le cinéma de Kim Ki-Duk fait en effet la part belle à la puissance suggestive des images : peu de dialogues, peu de musique, peu d'explications quant aux motivations des personnages, et surtout un goût fort appréciable pour le mystère. Il ne reste plus aux acteurs que leur corps et leurs gestes pour s'exprimer, ainsi toute la violence que porte en lui le cinéaste coréen passe par des extrêmes déstabilisants, alternant moments de poésie pure ou de sanglante barbarie (automutilation, massacre de poissons), truismes peu avenants ou onirisme débridé. On pourra lui reprocher un symbolisme simpliste et une fascination pour les excès de violence et de sexe, mais ce serait caricaturer et surtout priver de sens l'expression la plus profonde et la plus sincère de son art. Rien n'est gratuit : chaque élément de ses films possède un sens propre, plus ou moins équivoque, et surtout illustré de la plus belle des façons (si l'on excepte ces « images-choc »). «L'Île» est en effet caractérisé par une esthétique magnifique : photographie sublime, cadrages parfaits, mise en scène inspirée. L'interprétation est quant à elle à la hauteur, Suh Jung en tête, malgré des rôles éreintants! Subtil et grossier, horrible et superbe à la fois, un film exigeant, d'une force peu commune! [2/4] http://artetpoiesis.blogspot.fr/
Marc Vassey
Marc Vassey

Suivre son activité Lire ses 3 critiques

3,0
Publiée le 10/09/2010
Un bel objet. Une photographie réussie, envoutante, fascinante, justement servie par une musique en adéquation avec l'atmosphère. L'œuvre dérange, interroge, amuse parfois. Un film d'ambiance donc, que l'on doit vivre comme un voyage vers l'humain, décérébré, violent et impulsif. On en sort un peu étourdi. Toutefois, le film ne surprend pas. Sorte de nouvelle vague asiatique, le film enchaîne des références mille fois vues: La femme qui tombe amoureuse de celui qui tente de la violer, l'amour cruel et impossible. Sorte de huis-clos à ciel ouvert, on ne connait ni le passé des personnages, ni leurs avenir, ni même leurs prénom. On connait ça depuis les années 60-70 dans le cinéma Français. Les images, parfois franchement violentes, ont aussi un air de déjà vu. La destruction du vagin (on se souvient de Jeanne Moreau se tirant une balle, le canon du révolver sur son sexe, dans "Les Valseuses"), l'assassinat commis sans préméditation, sans scrupule, sans regret. Ce film met en scène des âmes ravagées par le passé, qui ne vivent que face à eux même et en dehors des autres. Peu de dialogue. On ressent aussi l'influence du nouveau Roman et parfois du théâtre de l'absurde. Un film réussi, personnel, beau et pertinent... mais il lui manque ce petit quelque chose qui fait qu'il se classe trop aisément dans la catégorie des films d'auteurs silencieux qui ressemblent à d'autre. Reste que la violence, mariée à un lyrisme visuel constant, restitue une fraicheur bienvenue.
ygor parizel
ygor parizel

Suivre son activité 73 abonnés Lire ses 2 499 critiques

3,5
Publiée le 04/08/2010
Une oeuvre extrêmement étrange et envoûtante. Ambiance brumeuse et aquatique, de très belles images et plusieurs scènes dures. Un récit sensuelle et cruelle mais finalement pas l'impression qu'il s'est passé grand chose dans ce film.
Les meilleurs films de tous les temps
  • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
  • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
Back to Top