Mon AlloCiné
Millennium Mambo
note moyenne
3,3
354 notes dont 66 critiques
33% (22 critiques)
12% (8 critiques)
12% (8 critiques)
15% (10 critiques)
21% (14 critiques)
6% (4 critiques)
Votre avis sur Millennium Mambo ?

66 critiques spectateurs

Maitre Kurosawa

Suivre son activité 177 abonnés Lire ses 1 243 critiques

4,0
Publiée le 13/06/2017
Expérience plastique et sonore époustouflante, "Millennium Mambo" alterne moments purement expérimentaux et scènes relatant le quotidien d'un couple en crise. Le film est à vivre comme un trip, plus langoureux que planant, qui englobe la vie sentimentale de Vicky dans un ordre chronologique toutefois perturbé par une voix-off décalée, d'abord en avance sur l'image, puis dans le même temps avant d'être en retard. Ce rapport trouble image-voix est un des moteurs poétiques du film, de même que l'abondance de néons (ceux du tunnel de la séquence d'ouverture mais aussi ceux des boîtes de nuit et de l'appartement) qui participent également à une atmosphère mi-électrique mi-ouatée. Par sa mise en scène faite essentiellement de plans-séquences presque imperceptibles tant les mouvements de caméra sont lents, Hou Hsiao-hsien développe un pouvoir hypnotique singulier qui fonctionne autant dans des scènes réalistes et banales (les disputes du couple) que dans les passages rythmés par la musique électronique et composés d'images qui rappellent celles de Wong Kar-wai. "Millennium Mambo" relate le trajet d'une jeune femme désorientée, perdue entre la ville et la campagne, le jour et la nuit, la chaleur et la neige, qui ignore certainement ce qui l'attend au bout d'un tunnel où les lumières artificielles s'effaceront peut-être devant une obscurité bien réelle.
EricDebarnot

Suivre son activité 117 abonnés Lire ses 1 287 critiques

4,0
Publiée le 10/12/2006
"Millennium Mambo" séduit et déçoit à la fois. Il séduit parce que sa magnifique pertinence quant à la perte de sens de la vie moderne (le grand thème des années 60, revitalisé depuis un moment par les cinéastes Taiwanais en général) s'appuie sur la présence infiniment séduisante de Shu Qi. Il déçoit en alternant plusieurs systèmes formels, dont l'hétérogénéité finit par nuire à la beauté et à la force de l'ensemble : on passe d'un cinéma formaliste aux thèmes et à la manière furieusement "Wong kar Waiens" - sans le romantisme échevelé - à des scènes brutes de conflits physiques, qui ne sont pas sans rappeler Pialat et "A nos Amours" (sans parvenir au sentiment d'écorchement et d'élévation de ce dernier). Le meilleur est sans aucun doute quand Hou Hsiao Hsien est simplement lui-même, lors des magnifiques scènes d'hiver au Japon, d'une rare sensibilité et d'une étrange beauté. Enfin, on ne pourra que célébrer l'intelligence remarquable de l'utilisation de la musique, pour beaucoup dans la fascination que procurent les meilleurs scènes de "Millenium Mambo".
lhomme-grenouille

Suivre son activité 916 abonnés Lire ses 3 046 critiques

5,0
Publiée le 28/03/2005
Voici un film qui joue tout sur son charme, mais qui le fait avec brio. On est séduit par le charme des images aux colorations oniriques ; on est séduit aussi par une bande-son envoûtante ; enfin, on est charmé par la seule Shu Qi, rayonnante de beauté et de délicatesse. En somme, une histoire qui peut sembler banale mais qui prend tout son relief grâce à cette réalisation subtile qui nous accroche tout le long du film. Une perle.
Arthur Debussy

Suivre son activité 66 abonnés Lire ses 591 critiques

1,0
Publiée le 17/05/2012
En lisant les critiques presses d'Allociné je n'ai pu réprimer un sourire narquois doublé d'une profonde exaspération. Tant de bêtise, c'est presque inhumain. On parle d'expérimental? De Palme d'Or? D'Antonioni? Arrêtons les fantasmes. Mieux encore : « «Millennium Mambo» va encore plus loin dans une voie où l'abstraction géométrique n'empêche pas mais nourrit la précision réaliste, où l'artifice parvient à atteindre la vérité », signé Le Monde. Ou comment décrire du vide en disant du vide... «Millennium Mambo» ou de l'uniformisation des cultures. Car au fond c'est la seule vraie qualité du long métrage, montrer qu'aujourd'hui à Taïwan la vie d'une jeune fille d'une vingtaine d'années est incroyablement similaire à celle des jeunes européen(ne)s, et sans doute des jeunes américain(e)s du même âge. Hou Hsiao Hsien voulait rendre compte du mode de vie de la jeunesse de son pays, il l'a fait avec brio, simplicité et efficacité. Le style rappelle Wong-Kar Waï, sauf que là ça fonctionne : on est happé par l'histoire de la jolie Shu Qi dès les premières secondes (le meilleur moment du film), les interprètes jouent toujours juste et on échappe aux effets de style nombrilistes et répétés jusqu'à ce que mort s'ensuive. Par contre, le propos se limite à un simple constat. Dès lors, regarder pendant 1h40 ce que vous pouvez voir de vos propre yeux en sortant un peu relève de la perte de temps pure et simple. Peut-être l'« adulte » trouvera-t-il un moyen de comprendre le « jeune », à part ça, ce film n'a aucun intérêt. Ok c'est bien filmé (dans une esthétisque clipesque tendance) et la musique, pourtant pas folichonne, s'accorde bien avec le propos, mais vu que la mise en scène n'a rien de novateur ni de relativement élaboré, vers la fin du long métrage j'ai dû lutter pour rester éveillé. Et finalement je ressors dépité du visionnage. Tout ça pour ça. Pas mauvais mais beaucoup trop superficiel pour marquer le spectateur. [1/4] http://artetpoiesis.blogspot.fr/
Hotinhere

Suivre son activité 40 abonnés Lire ses 1 527 critiques

4,0
Publiée le 25/03/2013
Un film hypnotique à la beauté plastique sublime.
gimliamideselfes

Suivre son activité 841 abonnés Lire ses 3 668 critiques

4,5
Publiée le 17/11/2009
Très beau film, le plan séquence du début, l'utilisation de la musique, le travail sur l'image, en font un film très soigné, même si quelques points pourraient être améliorés, ce film n'en est pas moins très intéressant.
Tatankka69

Suivre son activité Lire ses 2 critiques

0,5
Publiée le 05/07/2007
Je suis allé voir ce film poussé par les bons échos de la presse. Grosse déception, je me suis rarement autant ennuyé au cinéma! Si je n'étais pas accompagné je serais parti avant la fin. L'histoire : on voit l'héroine trainer son mal être les 3/4 du film fumée cloppes sur cloppes et boire pendant de longues séquences ou ils se passent rien. La jolie héroine s'emmerde et nous aussi!!!! Seul point positif, la photo superbe! Sinon le film le plus chiant qu'il m'est été donné de voir (la séquence de fin est incroyable dans son genre....)
h3575

Suivre son activité Lire sa critique

0,5
Publiée le 09/07/2006
aucun fil narratif autre qu'une ligne musicale ; juste une histoire de paumés : on a déjà vu ça cent fois, et c'est pas le fait que cela se passe à Taiwan qui ajoute quelque chose.
Anaxagore

Suivre son activité 84 abonnés Lire ses 214 critiques

1,0
Publiée le 07/07/2006
Immense déception! Hou Hsiao Hsien nous parle, par l'entremise de l'histoire de Vicky, de la vacuité existentielle d'une jeunesse qui se défonce, au détour de boites branchées, dans l'alcool, le sexe et la drogue. Le problème est que son film relève du truisme. Il décrit ce que l'on voit partout! Quel intérêt y a t-il à dépeindre ce que tout le monde imagine parfaitement sans avoir à le contempler 1H40 durant? Aucun! «Millennium Mambo» (2001) s'effondre dans la quotidienneté la plus triviale sans prendre le minimum de recul requis pour la consistance esthétique intrinsèque de l'ouvrage. La seule mise à distance procède de la photographie; et il faut reconnaître au passage la qualité de celle-ci. Mais, pour le reste, on patauge dans le vomi, les mégots, les seringues et le pipi-caca des zozos chébrans de service! Si on ajoute à cela une musique omniprésente, jugée par certains «envoûtante», mais qui, non contente d'être gonflante, est surtout d'une banalité affligeante, d'une qualité déplorable et d'un mauvais goût révulsif, on comprendra que «Millennium Mambo» n'est qu'un gadget «tendance» assez vulgaire et pas vraiment de nature à accroître la gloire du réalisateur taïwanais.
pandani

Suivre son activité 21 abonnés Lire ses 388 critiques

0,5
Publiée le 02/02/2008
C'est typiquement le genre de film que certains critiques encensent par pur snobisme. En effet, trouver le moindre intérêt à ce film qui tente avec une lourdeur inouie de noyer son nihilisme sous une esthétique grossière, relève d'une sorte de mépris pour le public.
scorsesejunior54

Suivre son activité 103 abonnés Lire ses 788 critiques

0,5
Publiée le 01/04/2009
Long-métrage ayant permis à Hou-Hsiao-Hsien d'élargir son public, "Millenium Mambo" jouit comme beaucoup d'oeuvres Asiatiques élitistes d'un statut aujourd'hui quasi-intouchable chez les représentants d'un intellectualisme qui se voudrait de haute volée. Manque de pot, je ne suis pas un grand adepte de la masturbation et ne m'exalte point devant de fixes, interminables et vides plans-séquences où les acteurs se regardent sans rien dire, adoptant pour l'occasion une démarche et des gestes ralentis. Si vous connaissez des gens qui s'observent ainsi dans la vie de tous les jours (en supposant qu'ils soient dans leur état normal), faites-moi signe ! Idéal dans l'optique où vous souhaiteriez vous endormir tranquillement dans votre canapé, cette (longue) heure et demie vous fournira un justificatif incontestable. A moins d'avoir bouffé des champis et de tout capter au ralenti, il me semble inconcevable de ne pas s'impatienter. Reprenant quelques caractéristiques du style de Wong-Kar-Waï, notre Taïwanais favori lui a toutefois ôté (en partie) son côté artificiel, évitant une image léchée jusqu'à en devenir tape-à-l'oeil. Seulement, il en a gardé les couleurs criardes et les répétitions sonores en même temps qu'il a ralenti le rythme, espérant ainsi obtenir un effet mille fois utilisé, celui de parvenir à l'état de transe par le simple rythme. Usé jusqu'à la corde... De toute façon, tout dans "Millenium Mambo" respire le procédé de branleur fumeux et fumiste auto-satisfait. Qu'il s'agisse du scénario, des personnages, de la mise en scène, de la psychologie (de mes deux), on ne peut que pointer du doigt tel ou tel truc piqué à d'autres... Même s'il semble occasionnellement pouvoir décoller (une séquence m'est restée en tête) lorsqu'il abandonne enfin ses principes dépassés, le travail de Hou-Hsiao-Hsien provoque très vite l'ennui. Désolé les gens, Ozu et Mizoguchi ne m'ont jamais excité ; normal que je pense la même chose de leur digne successeur non ? Mieux qu'une berceuse.
corsicanna

Suivre son activité 8 abonnés Lire ses 227 critiques

1,5
Publiée le 21/01/2018
Alors oui c'est beau esthétiquement parlant... mais on s'ennuie devant tout le film... Je pense même que l'actrice s'ennuie... très peu d’intérêt. L’héroïne a un peu une vie de merde elle a un mec hyper jaloux qui va jusqu'à la sentir tous les jours...elle fume toute la journée et elle aide son mec sans thune...jusqu'à qu'elle rencontre un autre homme... franchement film à éviter
TTNOUGAT

Suivre son activité 158 abonnés Lire ses 2 412 critiques

2,0
Publiée le 21/11/2017
Après avoir aimé et admiré ‘’The assassin’’, j’ai voulu voir ''Millenium mambo'' connu et loué par quelques jeunes cinéphiles. Grosse déception pour moi. Avec Godard dans les années 60, nous avons eu notre compte de ce genre de film mais Godard savait éclairer l’espace. Ici, ce genre de thème fort peu cinématographique ne peut avoir qu’un public restreint cultivant la marginalité en spectacle. Nous sommes tous pareil globalement si nous nous laissons aller à notre paresse naturelle assortie d’un manque de volonté. Pas besoin de grand metteur en scène pour nous en convaincre d’autant que HHH n’est pas là dans sa meilleure forme. En dehors de la bande son, de l’actrice principale que l’on quitte heureusement fort peu, de quelques plans soignés et de quelques rares mouvement de camera empreints de beauté, tout est ennui. La voix off, qui je ne sais pourquoi, veut nous distancer des acteurs, est comme toutes les voix off très lourde, les choix des décors très laids et aucun des hommes n’est attachant. Ce film est difficile à défendre et ceux qui essayent de le faire n’ont pas d’arguments convaincant à moins de se plaire dans la sinistrose.
In Ciné Veritas

Suivre son activité 16 abonnés Lire ses 546 critiques

2,0
Publiée le 14/08/2017
Au-delà de la belle séquence d’ouverture et de quelques fulgurances visuelles sporadiques empruntant au style de Wong Kar-Waï, Millennium mambo peine à captiver au fil d’un récit allusif relevant plus d’un constat superficiel que d’un propos profond. Une profondeur qui fait aussi cruellement défaut aux personnages taïwanais peu caractérisés. La voix-off narre les évènements importants que Hsiao-hsien Hou se refuse de mettre en images préférant s’attarder sur des situations répétitives plus anodines. L’absence de variété dans la mise en scène contribue aussi à la vacuité d’une œuvre trop uniquement esthétique.
Kloden

Suivre son activité 55 abonnés Lire ses 996 critiques

3,0
Publiée le 20/03/2016
Très frustré de ne pas avoir réussi à trouver l'alchimie pour m'imprégner de cette rêverie très difficile d'accès, dont je n'ai pas su briser l'austérité de surface. Les sentiments, ici, ne sont jamais livrés dans une version facilement assimilable mais tordus par le prisme conjugué d'une narration épurée à l'extrême et d'un esthétisme qui tend vers une abstraction insaisissable. Millenium Mambo, malgré tout, peut en effet fasciner : sa modernité assumée est tellement en rupture avec le passé qu'elle parait égarée dans un futur qui n'existe pas. Le film parle ainsi de l'entrée dans un nouveau millénaire par une jeune fille dont il se veut le journal intime extrêmement compendieux, et même vide de toute chose si ce n'est l'essentiel : l'envie de vivre et la présence fantomatique du temps. Là où le film m'a malgré tout perdu, c'est dans une donnée simple : il cultive à la fois une séduction de chaque instant, presque charnelle, par le biais de son interprète, mais également le mouvement antagoniste qui voit les corps prendre quasiment le pas sur leurs habitants dans un glacis formel feutré qui donne l'impression d'une image tremblante sur le point de s'éteindre. A l'avenant de ces visuels abstraits, les personnages se perdent, en dehors de leurs accès nerveux, dans une retenue exagérée, comme lors de ces étreintes où Hao Hao fait mine d'embrasser une Vicky réticente en ritualisant ses avances à l'extrême mais sans chercher à les pousser jusqu'à finir par faire l'amour. Comme si tout était pris dans un entre-deux suspendu entre la forme et ce qu'elle représente, Millenium Mambo parait ne pas réussir à s'animer totalement. C'est ce qui le rend si indéchiffrable et par moments pourtant magnifique, car bien que j'aurais aimé voir le désir latent cultivé autour de la sublime Shu Qi s'incarner complètement, ce que Hou Hsiao-Hsien recherche est ailleurs. A travers cette image constamment sur un fil au-dessus de l'abstraction inerte et ce récit qui se vide à mesure qu'il avance, Millennium Mambo ressemble à une vie évanescente mais sait tirer de cette grâce un pouvoir incroyablement apaisant. C'est peut-être que, à contempler de façon lointaine cette belle femme et son histoire éternelle (des amours contrariés, qui n'en a pas vécu ?), on parvient à en anesthésier les douleurs et à en conserver la pureté. Comme une dernière image, presque apocalyptique (comme le disait un avisé membre de Sens Critique dont j'ai oublié le pseudo), d'une victoire ultime de la beauté juste avant que tout ne s'éteigne.
Les meilleurs films de tous les temps
  • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
  • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
Back to Top