Mon AlloCiné
    Seuls sont les indomptés
    note moyenne
    4,1
    182 notes dont 39 critiques
    26% (10 critiques)
    46% (18 critiques)
    15% (6 critiques)
    8% (3 critiques)
    3% (1 critique)
    3% (1 critique)
    Votre avis sur Seuls sont les indomptés ?

    39 critiques spectateurs

    chrischambers86
    chrischambers86

    Suivre son activité 1514 abonnés Lire ses 8 666 critiques

    4,5
    Publiée le 21 juillet 2019
    Sur un scènario admirable de Dalton Trumbo, cette oeuvre nous raconte la rèvolte et le dèsespoir d'un homme! Un cowboy de la vieille ècole, solitaire, romantique, un peu anarchiste, nommè Jack Burns (dont le rôle est magnifiquement interprètè par Kirk Douglas) voit sa vie menacèe par les progrès de la civilisation industrielle, qui restreint peu à peu sa libertè et contrecarre sans cesse son besoin d'indèpendance! Le dècor des grands espaces de l'Ouest, fait certes rêver, mais n'est plus celui d'une nature sauvage ouverte à l'action civilisatrice de l'homme blanc ; au contraire, ce dernier mutile la nature en la couvrant de clôtures de fils de fer barbelès! Cheval contre autos et hèlipcotère, la lutte s'avère inègal! Mais personne n'oubliera ce final poignant sous une pluie battante! La mort du western se trouve en quelque sorte sur cette route 66 près de Tijeras Canyon! Chef d'oeuvre...
    gimliamideselfes
    gimliamideselfes

    Suivre son activité 917 abonnés Lire ses 2 630 critiques

    4,5
    Publiée le 17 octobre 2016
    Ce film là on ne pourrait même pas le qualifier de western crépusculaire, la nuit est déjà tombée, les vachers n'existent plus, il n'y a plus que Jack et peut-être son ami Paul qui aspirent encore au grand air, mais on se rend bien vite compte que ce dernier a lui aussi abandonné la liberté pour se conformer à la société. Jack est seul, avec sa jument, il refuse d'écouter, il refuse de se soumettre, de se conformer, il est libre, il va là où il veut, quand il veut, ni la société, ni ses prisons ne sont des limites pour lui. Et ça c'est beau. Aussi beau que le retour à la réalité est dur et extrêmement triste, sans jamais trop en faire. La musique sait s'arrêter pour ne faire entre plus que les cris du cheval et le clapotis de la pluie... c'est déchirant. Ce film c'est la quête, que l'on sait impossible d'échapper à la société, de vivre comme on l'entend, avec ses propres valeurs, sans que l'on vienne l'emmerder. Le héros solitaire, qui va et vient... le punk à chien américain des années 60... j'aime cette figure, mais je la trouve parfois assez mal traitée, notamment dans des films comme Easy Rider, mais c'est peut-être car j'aurai sans doute plus d'attachement à un cheval qu'à une moto, et que parcourir le mode à dos de canasson me vend bien plus du rêve qu'en enfourchant une pétrolette. Reste que l'idée est la même, un type qui veut vire hors de la société, mais que la société ne veut pas laisser en paix. Encore que, là, j'ai trouvé le personnage du shérif joué par Matthau vraiment intéressant, on est loin du flic haineux qui veut absolument trouver sa proie et le traquer sans répit, il le fait car c'est son travail, sans réelle passion, sans plaisir et il semblerait même parfois vouloir que ce fugitif parvienne à s'enfuir, qu'il l'envie. Peut-être que les représentants de la société sont juste jaloux... Enfin, dans tous les cas, même si la fin est connue, le film réussi à faire naître une forte tension, on s'attache au personnage de Douglas, à sa jument et lorsqu'il pense à l'abandonner car il s'en sortirait mieux sans elle, c'est déchirant. Et c'est permis par la simplicité du dispositif, un homme et son cheval, traqués dans la montagne. D'ailleurs toute la partie avant cette traque est très intéressante elle aussi. Je pense notamment aux discutions avec Gena Rowlands, où elle dit qu'elle ne veut rien avoir à faire avec les hommes, mais qu'elle a besoin d'eux pour avec de enfants. On voit également l'évolution qu'elle permet chez le personnage de Paul, son mari, qui devait être comme Douglas auparavant, mais qui s'est attaché, conformé et qui accepte la sentence que la société lui impose. Ce que ça dit en toile de fond est assez beau puisque ça dit que la femme est à la base de la société, que c'est elle qui attache l'homme à un lieu, une terre et des règles, puisqu'elle a besoin de lui pour élever leurs enfants, pour bâtir quelque chose qui ne peut être bâti et où elle et ses enfants seraient des boulets s'ils allaient où le vent les guidaient. D'où finalement les deux figures du cowboy, le cowboy solitaire qui chevauche vers le Soleil couchant en fin de film et celui qui s'installe avec sa dulcinée à cultiver une terre. Sauf que peu importe lequel on est, la société nous rattrape quoique l'on fasse, sauf que celui qui cultive sa terre a quelque chose à perdre et peut donc être assimilé, civilisé, l'autre nom, il restera l'un des derniers mustangs sauvages que tentera d'attraper avec violence et après un long combat Gable dans les désaxés...
    cylon86
    cylon86

    Suivre son activité 478 abonnés Lire ses 2 991 critiques

    5,0
    Publiée le 16 janvier 2014
    Film préféré de Kirk Douglas, "Seuls sont les indomptés" est en effet une très belle ode à la liberté et à l'individualisme. Jack Burns, vivant encore comme un cowboy tout droit sorti des westerns de John Ford ou d'Howard Hawks, est un homme qui ne se fait pas au monde moderne et à ses valeurs, plein de barrières et d'interdits. On sent bien que Dalton Trumbo met un peu de lui dans ce magnifique scénario, transformant l'évasion de Burns en une dernière balade aux allures de western, un adieu à un mode de vie happé par le modernisme des années 60. Dans le rôle principal, Kirk Douglas est parfait, semblant également se sentir proche de ce personnage solitaire mais romantique. En shérif qui organise les recherches pour Burns sans pour autant vouloir vraiment l'attraper, Walter Matthau est également très bon et la mise en scène de David Miller (ou de Kirk Douglas à ce que raconte certaines personnes comme quoi Douglas, producteur du film aurait été énervé par la lenteur de Miller et aurait pris les rênes de la mise en scène) correspond parfaitement à son sujet. Que ce soit avec un peu d'humour lors de la scène d'introduction ou avec beaucoup de tristesse et de pessimisme lors de la scène finale, le film est prenant de bout en bout et son propos, même bien des années après, reste d'actualité.
    Henrico
    Henrico

    Suivre son activité 42 abonnés Lire ses 595 critiques

    5,0
    Publiée le 17 juin 2015
    Tout rend ce "Lonely Are The Brave" élligible pour le label de film culte. D'abord, sa distribution. Kirk Douglas est admirable et sa prestation d'acteur est supportée par toute une pléiade de petits et moyens rôles absolument extraordinaires, y compris celui de la rétive jument. Il est étonnant que l'acteur n'ai pas reçu cette année-là l'oscar pour sa performance. Une performance à laquelle il faut ajouter l'ensemble du projet, car c'est Douglas en personne qui a fini une bonne partie de la réalisation. Et c'est aussi lui qui assurait la production du film. "Seul Sont Les Indomptés" est aussi formidable en raison de sa portée philosophique, mise en relief par une succession de situations et de dialogues, en apparence simples, mais qui sont empreints d'un puissant symbolisme. Entre autres, une traversée compromise d'un désert, coupé en deux par une nationale, incarnant un urbanisme intrusif et fatidique. Ou encore, un chapeau rejeté sur la route par une pluie impitoyable indiquant la tournure irrémédiable que prend le destin du héros. Ou bien, des non-dits entre une femme et un homme qui dévoilent, plus que leurs phrases, la nature de leur amour, et la raison de la paternité non assumée du héros. Autant de beautés révélées, à la lumière de paysages grandioses.
    dagrey1
    dagrey1

    Suivre son activité 58 abonnés Lire ses 179 critiques

    3,5
    Publiée le 16 janvier 2016
    Seuls sont les indomptés (Lonely are the brave) est un film de David Miller tourné en 1962. Jack Burns interprété par Kirk Douglas est un "sans domicile fixe à cheval" qui vit de l'air du temps dans une Amérique qui a lancé à pleine vitesse la société de consommation. Il décide de rendre visite à son vieil ami Paul incarcéré pour délit d'opinion. Pour se faire, il se fait incarcérer lui même... Avec ce film, le réalisateur aborde le changement de société que vivent les Etats Unis et les conséquences pour ceux qui ne suivent pas la voie tracée...Jack Burns est un personnage au bon fond, qui a eu une enfance difficile et qui veut s'affranchir de la vie moderne...cela lui coûtera cher. Dans le rôle principal, Kirk Douglas tout sourire et au mieux de sa forme, est très bon. On saluera également la performance de Gena Rowlands dans le rôle de Jerri Bondy, l'épouse de Paul et de Walter Matthau toujours un peu décalé qui apporte un peu de légèreté au film.
    Estonius
    Estonius

    Suivre son activité 227 abonnés Lire ses 1 031 critiques

    4,0
    Publiée le 7 avril 2018
    L'histoire est très linaire, voire simpliste (pour ne pas dire cucul), mais fonctionne parfaitement, grâce à une direction d'acteur impeccable. Si on peut regretter les scènes de bagarre un peu grotesques, celles impliquant Douglas et sa jument sont simplement fabuleuses. Côté interprétation, il convient de souligner le second rôle extraordinaire de Walter Matthau, il est rarissime qu'un second rôle soit aussi bien travaillé, on pourrait dire aussi la même chose de celui de Gene Rowland. Miller nous dresse un portrait terrifiant de ce qu'est devenu le monde, brisant les rêveurs mais laissant les sadiques s'exprimer. Le point de vue sexuel est également intéressant, Douglas rêve de prendre la place de son ami auprès de Rowland, il est d'ailleurs à deux doigts de la faire, mais refuse de sacrifier son amitié… Chef d'œuvre : non ! Mais très grand film, oui assurément !
    Buzz063
    Buzz063

    Suivre son activité 37 abonnés Lire ses 919 critiques

    3,5
    Publiée le 25 août 2010
    Très beau film, malheureusement trop méconnu. Film assez mélancolique que ce western où Kirk Douglas court après une époque rêvée qui n'existe plus et tente d'échapper au monde moderne comme en témoigne la première scène: un cowboy allongé sur le sol, qui contemple le ciel. Le spectateur peut penser que l'action se déroule à la grande époque de l'ouest jusqu'a ce qu'un avion vienne déchirer le silence. Film sur la place de l'individu dans une société qu'il rejette, sur la liberté de mener son existence comme on l'entend. Fin magnifique et tragique où le héros est une dernière fois ratrappé par la modernité.
    Guillaume182
    Guillaume182

    Suivre son activité 91 abonnés Lire ses 1 189 critiques

    4,5
    Publiée le 21 janvier 2013
    Voilà le genre de film que j'aime. Simple, classe, Beau et tellement vrai. Une critique du mode de vie Américain. Tout y passe. Le concept de propriété illustrer ici par Douglas sur son cheval qui tombe sur une clôture. L'immigration, le vagabondage, les indiens emprisonner (sans doute pour alcoolisme). La guerre de Corée est évoquer avec cet ancien combattant alcoolique et violent. La police pas toujours irréprochable surtout quand on vois l'ignoble flic qui provoque Kirk. Le mode de vie américain contemporain confronter au mode de vie des cowboys. Les temps on changé et la vie est dure pour les indomptés que ce soit les cowboys et les Indiens. Un beau film plein de nostalgie, politique, mais aussi poétique avec la mise en scène contemplative et la relation particulière entre Kirk et le cheval. Mise en scène magnifique, des scènes techniquement remarquables. Des acteurs excellents, un cheval qui en à vu de toutes les couleurs. Un scénario remarquable. Un classique.
    jeyfr59
    jeyfr59

    Suivre son activité 1 abonné Lire ses 44 critiques

    5,0
    Publiée le 21 mars 2013
    Mieux vaut tard que jamais. Je suis tombé dessus par hasard. J'en suis sorti silencieux, marqué, ému. Kirk Douglas incarne à la perfection un rôle génial. Le personnage est une ode à la pureté, l'optimisme, la vie simple. Ce film laisse un sentiment indéfinissable, c'est tout. Je me rêve dans les paysages montagneux, avec kirk et son cheval.
    Lucile67
    Lucile67

    Suivre son activité 18 abonnés Lire sa critique

    4,0
    Publiée le 19 novembre 2014
    "Lonely are the brave" est un film d'une vivacité remarquable. Comment peut-on ne pas apprécier Kirk Douglas dans le rôle de Jack, cowboy, perdu dans le monde moderne aspirant à la liberté éternelle où il n'y aurait plus de frontière? L'authenticité du personnage nous plonge inlassablement dans les fabuleux délices de l'inconnu, cet homme affranchi de toute responsabilité qui mène sa vie de son plein gré, sans se soucier de la modernité qui devient de plus en plus omniprésente et qui contient des effets pervers, comme on le constatera à la fin du film spoiler: avec l'accident et la mort du cheval (la modernité triomphe, analyse personnelle évidemment).
    Biehn
    Biehn

    Suivre son activité 9 abonnés Lire ses 153 critiques

    4,0
    Publiée le 2 septembre 2008
    Bon western. Beaucoup de surprises dans le scénario. Beaux décors. Bonne interprétation de Kirk Douglas. Le dénouement est inattendu.
    ygor parizel
    ygor parizel

    Suivre son activité 74 abonnés Lire ses 2 503 critiques

    4,0
    Publiée le 2 avril 2013
    L'idée du film est très bien (Rambo: First blood ne serait pas inspiré un peu de ce film ?). Kirk Douglas et son cheval forment un beau duo, la poursuite est bien filmée et dans de magnifiques décors naturels. Mais ce film vaut le détour pour le choc des cultures entre un cow-boy à l'ancienne et l'Amérique des années 50 qui se modernise.
    Let's Go Everybody Reset
    Let's Go Everybody Reset

    Suivre son activité 20 abonnés Lire ses 55 critiques

    0,5
    Publiée le 19 février 2018
    Le film me déçoit, les grands espaces ne m'ont pas fait rêvé, le style de la narration me paraît désuète, par l'idéalisme du héros, la conservation de la nature, la rébellion éternelle, en solitaire, un triste personnage qui enchaîne les tribulations sans lendemain, tout est démodé dans le mode de vie des cows boys.
    Caine78
    Caine78

    Suivre son activité 782 abonnés Lire ses 4 997 critiques

    4,0
    Publiée le 4 novembre 2007
    Du beau cinéma, amer et désenchanté, comme il arrivia à Hollywood de les faire dans les années 50. Cette opposition entre un cowboy refusant de se plier à l'évolution "technologique" du pays est il est vrai parfois un peu languissante, mais n'en reste pas moins que l'ensemble garde une réelle authenticité, et c'est tout de même un bien beau personnage qui nous est offert ici, d'autant plus que certaines scènes sont d'une justesse incroyable, et que le film se révèle au final profondément touchant. Kirk Douglas est une nouvelle fois remarquable, et tire incontestablement ce film vers le haut. Une réussite.
    brianpatrick
    brianpatrick

    Suivre son activité 28 abonnés Lire ses 712 critiques

    4,0
    Publiée le 19 novembre 2016
    On ne sait pas si le scénariste a voulut faire un film pour qu'il devienne un chef d'oeuvre. En fait c'est très absurde, ils recherchent un homme seul, ils mettent beaucoup de moyens pour un homme qui n'est accusé de rien, pis cela dégénère, on dirait un préambule du premier opus de Rambo.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top