Notez des films
Mon AlloCiné
    L'Homme du Sud
    note moyenne
    3,4
    41 notes dont 9 critiques
    répartition des 9 critiques par note
    2 critiques
    2 critiques
    5 critiques
    0 critique
    0 critique
    0 critique
    Votre avis sur L'Homme du Sud ?

    9 critiques spectateurs

    anonyme
    Un visiteur
    3,0
    Publiée le 22 janvier 2014
    Ce n'est pas la période ou Renoir réalise ses films les plus excitants mais il nous donne à voir le petit peuple américain avec son réalisme et son humanité habituels et donc son espérance communicative.
    tietie007
    tietie007

    Suivre son activité 31 abonnés Lire ses 161 critiques

    5,0
    Publiée le 29 septembre 2006
    Un film méconnu de Renoir, dans la lignée "Des raisins de la colère", sur les difficultés des petits paysans dans l'Amérique profonde ! Magnifique !
    Buzz063
    Buzz063

    Suivre son activité 41 abonnés Lire ses 919 critiques

    3,0
    Publiée le 15 janvier 2011
    En voyant le film de Renoir, il est difficile de ne pas penser à certains métrages de John Ford, et en premier lieu à Qu'elle était verte ma vallée. On y retrouve certains thèmes en commun comme une description de personnages dignes malgré leur misère ou leur attachement à la terre. Comme l'indique le titre, le sujet du film est l'américain moyen qui vit - ou plutôt survit - dans ces états du Sud des Etats-Unis, à l'époque déjà moins développés et plus pauvres que le Nord du pays. Renoir prît d'ailleurs pour le premier rôle Zachary Scott, un pur produit du texas. Compte tenu de ses convictions politiques, il n'y a rien d'étonnant à ce que le metteur en scène de la Bête humaine se soit interessé au sort de cette population et à la description de la rude vie de cette famille de modestes paysans dont on suit le pénible travail pendant une année rythmée par le cycle des saisons. Leur solidarité et leur abnégation leur permetra finalement de triompher des obstacles et de faire face à la fatalité. Renoir s'interesse non seulement aux habitants du Sud mais également à la région elle-même. Il en décrit l'atmosphère, l'état d'esprit, les moeurs, l'importance de la terre dans la vie des habitants et les paysages. A ce titre, son utilisation de la profondeur de champ est éloquente, le paysage ayant toujours son rôle à l'écran. Renoir insista d'ailleurs pour tourner sur les lieux mêmes où l'histoire se déroule. Si le film n'atteint pas les sommets du cinéaste dans les années 30 et 50, il n'en demeure pas moins une oeuvre interessante et constitue même peut-être le meilleur film qu'il est tourné en Amérique.
    Caine78
    Caine78

    Suivre son activité 2042 abonnés Lire ses 6 878 critiques

    4,0
    Publiée le 27 avril 2007
    Sans atteindre le niveau des Raisins de la colère, Jean Renoir signe néanmoins un fort bon film social, décrivant la vie au jour le jour d'un couple d'agriculteurs. Très bien filmé, l'ensemble arrive à donner un réel souffle à l'ensemble, plus que certaines sont très réussies. De plus, le coté humain est lui aussi très bien développé, et c'est donc assez enthousiaste que l'on ressort de ce film méconnu de Renoir, et qui mérite d'être redécouvert.
    kinophil
    kinophil

    Suivre son activité 16 abonnés Lire ses 258 critiques

    3,5
    Publiée le 18 septembre 2012
    Sans atteindre au niveau des chefs-d’œuvre renoiriens des années 30, ni des Raisins de la colère auquel le sujet et l’ambiance de ce film renvoie, l’homme du Sud est un bon film social et lyrique très bien filmé, avec du souffle et un coté humain bien développé. Renoir aborde des thèmes qui lui sont chers (attention aux petites gens, conflits sociaux, opposition de classe entre un patron exploiteur et des journaliers agricoles travaillant pour une misère…) mais on sent qu’Hollywood veille en faisant déboucher l’histoire sur une ode à l’initiative personnelle et la réussite individuelle interprétée par un couple de séduisants jeunes gens tournant amoureusement leur regard clair vers un avenir radieux. Film méconnu à découvrir.
    ronny1
    ronny1

    Suivre son activité 11 abonnés Lire ses 541 critiques

    3,0
    Publiée le 19 mars 2019
    Par ce qu’il se passe dans les champs de coton, au plus près des fermiers et travailleurs de la terre, « The Southerner » renvoie inévitablement à « Grape of Wrath ». De plus, pour l’écriture du scénario, Renoir fut aidé par Faulkner et Nunnally Johnson (tous les deux non crédités), ce dernier avait adapté le roman de Steinbeck. Et d’en conclure que comme John Ford, il s’est surtout attaché à l’humain, ce qui est exact. Mais d’en faire aussi un film social, comme son illustre prédécesseur (2 oscars et 4 nominations) semble un contre sens complet. Le travail de la terre n’est jamais simple car fait de sueur, de craintes et de misère. Mais aussi d’espérances, ce qui est peu flagrant dans le film de Ford, à l’inverse de celui de Renoir. Quant à la critique sociale, thème Fordien majeur (il vouait une haine profonde aux financiers de l’Est) qu’une immense majorité attribue à « L’homme du sud », elle est inexistante. Le patron est plutôt sympa, l’ami Tim gagne bien sa vie à l’usine et le discours du héros est une apologie de l’entreprise individuelle, spoiler: qui de plus finit par triompher à la fin. Comme quoi dans l’hexagone trop de gens en réfèrent à Karl Marx sans en avoir lu le moindre chapitre. En oubliant qu’après avoir donné dans le social propagandiste, le cinéaste a fait une telle volte face, le film est bien réalisé avec un vrai sens de la naturalité et comme toujours, une manière de filmer la rivière comme aucun autre. Les acteurs sont crédibles même si granny (Beulah Bondi) finit par être pesante. Renoir, nominé Best Director pour ce film, partage aussi avec Ford, une incapacité à filmer une bagarre.
    William Dardeau
    William Dardeau

    Suivre son activité 12 abonnés Lire ses 92 critiques

    3,0
    Publiée le 20 février 2020
    L'homme du sud fait partie de la période "américaine" de Jean Renoir; tourné en 1945 le film fait évidemment penser au John Ford de Qu'elle était verte ma vallée par exemple. A noter que William Faulkner a participé à l'écriture du film. Il s'agit d'une sorte d'ode aux fermiers qui tentent de dompter une nature rétive, à la sueur de leur front. Sam Tucker veut cultiver lui même sa terre et être indépendant; il va devoir affronter les éléments, les maladies (son fils), un voisin malveillant. Il n'y a pas d'intrigue, à proprement parler, dans L'homme du sud, Renoir s'attache plus à la description de la famille, à ses heurts et malheurs, mais aussi à ses bons moments. On est plus proche du documentaire, et certains spectateurs peuvent "décrocher", ou du moins s'intéresser moyennement à cette description de la ruralité. Sans être un grand Renoir (à mon avis), L'homme du sud mérite quand même une vision attentive, car il s'agit certainement du plus "renoirien" de la période américaine du cinéaste.
    Spookfactory
    Spookfactory

    Suivre son activité 6 abonnés Lire ses 148 critiques

    5,0
    Publiée le 9 février 2010
    Du courage des fermiers devant l'appel de la terre, malgré les difficultés à surmonter. Un très bon film.
    accro_salles_obscures
    accro_salles_obscures

    Suivre son activité 1 abonné Lire ses 36 critiques

    4,0
    Publiée le 29 septembre 2006
    Renoir parvient à nous plonger si bien dans la vie de cette famille de paysans qui luttent pour manger et cultivent leur terre avec l'énergie du désespoir que chaque peine nous écorche, chaque joie nous irradie de bonheur. On vit le quotidien des personnages comme si c'était le nôtre. Mais il reste Le défaut que je n'arrive pas à pardonner à tous les films de Renoir : son misogynisme permanent. La mère de famille participe au travail des champs et s'occupe de tout ce qui concerne le foyer mais elle ne reçoit aucune reconnaissance et n'a aucun pouvoir décisionnel. Elle n'est considérée que comme une enfant irresponsable présente pour le réconfort de son si important mari !
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top