Mon AlloCiné
Manon
note moyenne
3,5
80 notes dont 15 critiques
7% (1 critique)
40% (6 critiques)
53% (8 critiques)
0% (0 critique)
0% (0 critique)
0% (0 critique)
Votre avis sur Manon ?

15 critiques spectateurs

Maitre Kurosawa

Suivre son activité 171 abonnés Lire ses 1 172 critiques

3,0Pas mal
Publiée le 18/06/2016

On peut dire qu'on a connu Henri-Georges Clouzot plus inspiré ("Le Salaire de la peur", "Le Corbeau") que dans ce mélodrame trop et assez mal écrit, qui enchaîne les situations médiocres, mises en scène de façon banale. Sans que le film soit vraiment mauvais, on le regarde d'un œil détaché en comptant le nombre de très bonnes scènes, qui sont rares. Il faut attendre la dernière demi-heure et la traversée du désert des personnages pour voir une véritable intensité et plusieurs belles idées de mise en scène se dégager de "Manon"; et malgré une opposition paradis/enfer très forcée, Clouzot parvient à créer une hantise autour de son couple principal, qui doit subir l'aridité étouffante et la mort qui rôde, des sensations que le spectateur ressent parfaitement et qui lui permettent de se rapprocher des personnages dont il était tenu à distance. "Manon" est un film mineur du cinéaste, largement rehaussé par son final désertique éprouvant.

Plume231

Suivre son activité 533 abonnés Lire ses 4 605 critiques

4,0Très bien
Publiée le 16/06/2009

Réussir à transposer le roman de l'abbé Prévost de la France du XVIII ème siècle à la France d'après la Libération ce n'est déjà pas un mince exploit mais réussir à y enlever pratiquement toute parcelle de romantisme cela relève du prodige. Prodige que Henri-Georges Clouzot a réussit haut-la-main avec ce très original «Manon» en en faisant une oeuvre d'une noiceur incroyable qui permet de plus à son réalisateur de critiquer par ci par là la société française de l'après-guerre. Mais il serait injuste d'écrire que l'histoire d'amour y a été totalement occulté car même si c'est la saleté qui règne comme le dit l'héroïne «Rien n'est sale quand on s'aime !» à l'image de la scène finale morbide mais touchante. Quand au choix de la jeune débutante Cécile Aubry pour le rôle-titre, il s'est révélé excellent tellement qu'on ne peut imager personne d'autre pour l'incarner après la vision du film. Si «Manon» n'est certainement pas le meilleur film de son réalisateur, il est sans consteste sa création la plus étonnante.

NomdeZeus

Suivre son activité 36 abonnés Lire ses 1 042 critiques

3,5Bien
Publiée le 03/12/2014

Manon est une adaptation du célèbre roman de l'Abbé Prévost, Manon Lescaut, dont les évènements sont transposés à la fin de la seconde guerre mondiale. Le réalisateur en profite pour régler ses comptes avec tous ceux qui lui avaient interdit de travailler à la libération en donnant une image très sombre de la France de l'après guerre. Ici, point de héros vaillants ni de grandeur d'âme, juste des individus prêt à toutes les combines pour sortir de la misère. Aujourd'hui cela semble peut être anodin, mais dans le climat de l'époque c'était assez risqué. L'histoire de ces amants maudits s'avère extrêmement sombre et pessimiste et l'ensemble a plutôt bien résisté au passage du temps.

Benjamin A

Suivre son activité 298 abonnés Lire ses 1 897 critiques

4,0Très bien
Publiée le 25/03/2014

Dans la période d'après-guerre, alors qu'ils sont sur un bateau qui vient de partir de Marseille pour Alexandrie, un couple clandestin est découvert par un lieutenant qui les mène au capitaine, qui finira par écouter leur histoire d'amour impossible. Après Quai des Orfèvres, Henri-Georges Clouzot revient en signant Manon, où il adapte avec l'aide de Jean Ferry le roman L’Histoire du Chevalier des Grieux et de Manon Lescaut de l'abbé Prévost et datant du XVIII ème siècle. Sa première force est d'arriver à transposer cette histoire datant du moyen-âge dans la France libérée, et d'en faire une oeuvre sombre et tragique racontée avec l'aide de plusieurs flash-back qu'il gère avec brio. Comme souvent dans le cinéma de Clouzot, c'est d'abord dans l'écriture que son film se révèle intéressant et même brillant, que ce soit dans le traitement des personnages et de l'amour qui les lie, ou encore dans le déroulement de l'histoire avec un scénario bien construit proposant des rebondissements bien amenés et pensés. Il opte pour un ton assez réaliste et surtout naturel, ce qui se ressent notamment vis-à-vis des dialogues, et l'oeuvre en devient immersive, le metteur en scène du Salaire de la Peur nous donnant l'impression de vivre l'aventure avec eux. Il propose une réelle réflexion autour de la société Française d'après-guerre tout en livrant une sombre, impossible, parfois surréaliste, à l'image de leur rencontre, mais finalement magnifique et touchante histoire d'amour. Certaines scènes en deviennent mémorables, à l'image de celle du train ou la finale qui peut paraître dure et même morbide mais qui se révèle finalement touchante. Il démontre une réelle maîtrise pour bien mener son récit et en gérer les personnages, leurs apparitions et les rebondissements. Il opte pour une remarquable mise en scène capable de faire ressortir toutes les émotions et la tragédie de l'oeuvre, tandis qu'il montre une vraie maîtrise technique derrière la caméra, comme en témoigne de nombreux plans. La photographie en noir et blanc a bien vieilli et est assez belle tandis que sa direction d'acteurs est excellente, capable de rendre leurs personnages crédibles, que ce soit Cécile Aubry, Michel Auclair, ou le toujours excellent Serge Reggiani en second rôle. Henri-Georges Clouzot signe avec Manon une oeuvre remarquable, proposant une réflexion sur la société d'après-guerre tout en livrant une histoire sombre, belle et touchante, portée par d'excellents comédiens.

Lapin-54

Suivre son activité 7 abonnés Lire ses 131 critiques

4,0Très bien
Publiée le 11/01/2011

Brillante adaptation du roman, la réalisation est parfaite et particulièrement bien servie par le jeu des acteurs, notamment Cécile Aubry. Le scénario est d'une grande noirceur, il se termine par une longue séquence surréaliste pour un final marquant !

lextricable

Suivre son activité Lire ses 29 critiques

4,0Très bien
Publiée le 19/07/2009

Clouzot est plus à l’aise dans le thriller que dans le mélo. Pourtant, grâce à une mise en scène impeccable, une talentueuse direction d’acteurs (bons mais sans plus) et des dialogues enlevés, cette revisite moderne de l’histoire des personnages de l’Abbé Prévost tient fort bien la route. On oublie la naissance peu crédible de l’amour des deux tourtereaux, on passe sur le caractère plus que pénible de l’héroïne et sur ce qu’elle fait endurer au pathétique Robert… On se laisse, comme eux, embarquer…

Attila de Blois

Suivre son activité 110 abonnés Lire ses 2 830 critiques

3,0Pas mal
Publiée le 19/06/2016

Décevant ce "Manon". Je n'ai pas retrouvé le génie d'Henri-Georges Clouzot que l'on a pu voir dans "L'assassin habite au 21" et "Le salaire de la peur". Les dialogues et l'intrigue sont ici peu inspirés avec des passages franchement navrants et niais. Les deux personnages principaux sont fades et leur aspect psychologique peu travaillé. En revanche, la mise en scène relève le niveau avec une image et des plans de caméra soignés. On passe un moment plutôt agréable mais "Manon" manque d'atouts pour le rendre mémorable.

ygor parizel

Suivre son activité 71 abonnés Lire ses 2 497 critiques

3,0Pas mal
Publiée le 18/10/2010

Malgré une histoire intéressante et un scénario bien construit, je trouve ce film moyen car le couple principal (les personnages) sont pas terribles. Manon est antipathique et Robert énervant (seul personnage qui est bien celui joué par Reggiani). Le début de l'histoire d'amour ont n'y croit pas une seconde, enfin certaines séquences sont inspirées et bien réalisées surtout la fin avec les scènes dans le désert ou les personnages deviennent enfin attachant.

tomPSGcinema

Suivre son activité 110 abonnés Lire ses 2 841 critiques

4,0Très bien
Publiée le 25/10/2010

L'histoire se déroule en 1944, le jeune Robert Desgrieux tombe amoureux de Manon, un fille amorale. Il l'arrache à une maison close et l'emmenera pour la Palestine... C'est en 1948 que le cinéaste français Henri-Georges Clouzot réalise ce magnifique et troublant mélodrame, qui est servi par un excellent et touchant duo de comédiens formé de Cécile Aubry et de Michel Auclair, et par une mise en scène magnifique qui rend vraiment honneur à cette belle et grande histoire d'amour qui s'avère bien dur et émouvante à suivre. Il ne s'agit peut-être pas du meilleur film du cinéaste ( Les Diaboliques ou encore le Salaire de la peur lui sont quelques peu supérieur ), mais il ait, à n'en point douter, l'un de ses plus riches visuellement. Un excellent Clouzot et qui mériterait d'être plus reconnu

AMCHI

Suivre son activité 191 abonnés Lire ses 5 538 critiques

3,5Bien
Publiée le 04/10/2010

Je n'ai pas lu le roman de L'Abbé Prévost donc je ne serais dire si le film de Clouzot suit fidèlement la trame du roman mais moi qui avait peur d'un film mal vieilli j'ai été surpris par son ton moderne et ne montrant pas la France d'après-guerre sous un beau jour. Dénonciation de magouilles en tout genre mais surtout histoire d'amour tragique et qui confirme l'adage "L'amour rend aveugle" avec ses jeunes acteurs convaincant. Un très beau Clouzot au style noir comme cette scène forte ou le héros fait la connaissance de Manon en l'empêchant de se faire tondre par des résistants de dernière minute.

In Ciné Veritas

Suivre son activité 15 abonnés Lire ses 463 critiques

3,0Pas mal
Publiée le 21/05/2018

Bien que lauréat du Lion d’Or remis lors de la Mostra de Venise de 1949, ce film, certes imparfait, demeure assez méconnu. Henri-Georges Clouzot y aborde l’immédiat après-guerre et notamment la violence de l’épuration engagée à l’encontre de ceux qui avaient collaboré avec l’occupant. Quelques plans furtifs marquent les esprits. À travers la jeunesse mise à l’écran, il fait peu de doute que le cinéaste a utilisé ce film pour régler quelques comptes avec l’épuration dont il fut également une des victimes d’un de point de vue professionnel. La symbolique d’ouvrir et de clore Manon par deux scènes de fuite de Juifs vers la Palestine prend aussi tout son sens et sa puissance, notamment pour la scène finale qui emprunte au surréalisme pour frôler la nécrophilie. Comme Manon, film de transition dans la filmographie de Clouzot, cette période aura été aussi éminemment transitoire pour la population juive d’Europe.

TTNOUGAT

Suivre son activité 155 abonnés Lire ses 2 343 critiques

5,0Chef-d'oeuvre
Publiée le 17/02/2018

Encore un grand Clouzot, ce réalisateur est hors normes, il a toujours des idées visuelles originales et riches de sens. Manon n’en manque pas, au final en particulier (le train, le bateau, le désert) mais également au début avec l’épisode du confessionnal dans l’église de Vire, lors du débarquement en Normandie, lorsque le visage (diable sous ange) apparaît à la place de celui réservé au prêtre. Malgré la noirceur du propos, un certain romantisme se fait sentir à travers des plans expressionnistes, mais c’est un romantisme douloureux. Le massacre des réfugiés juifs par les membres d’un groupe de bédouins est aussi terrifiant qu’incompréhensible. Ce film recèle de grandes richesses psychologiques impossible à résumer. A l’inverse d’autres Clouzot dont les rôles principaux sont joués par de grands interprètes aux talents équivalents, je suis gêné par le couple Aubry/Auclair sans vraiment savoir pourquoi alors qu’avec un tel scénario je devrais être enthousiasme. Connaissant les 11 films de ce cinéaste, je me demande si ce n’est pas voulu pour nous déranger encore davantage.

Frédéric P

Suivre son activité 6 abonnés Lire ses 109 critiques

4,0Très bien
Publiée le 30/12/2017

Très intéressante transposition de la Manon Lescaut à l’époque de l’épuration et de la création d’Israel. Film de 1948 dont l’intrigue commence en 1944. Manon promise à la tonsure pour collaboration horizontale avec l’occupant allemand est sauvée in extremis. On retrouve Helena Manson (déjà vue dans Le Corbeau) en commère poussant à la vengeance contre Manon. Robert Desgrieux (Michel Auclair), en résistant FFI chargé de la garder succombe à son charme. Extraordinaire scène du confessional et du coup de foudre dans l’église dévastée avec les statues comme témoins. Michel Bouquet fait un petit rôle en tant que n°2 du bateau dans lequel le couple s’enfuit en compagnie d’émigrants juifs qui rejoignent la Palestine. Les dernières scènes dans le désert sont stupéfiantes. Serge Reggiani en frère maquereau est aussi à signaler. Difficile de rester intègre dans cette atmosphère de combines de cette période. Montage à distance avec crissement de pneu identiques évoquant les deux moments de dérapage de Desgrieux : lorsqu’il succombe à Manon plutôt que de la garder prisonnière et lorsqu’il commet un meurtre.

pysa

Suivre son activité 2 abonnés Lire ses 144 critiques

3,0Pas mal
Publiée le 27/01/2017

Libre adaptation de Manon Lescaut dans la France de la Libération, Manon raconte une histoire improbable entre un jeune homme naïf et une jeune femme arriviste. La première partie s'enlise dans les magouilles de l'après guerre mais le film décolle enfin dans le désert. Les dernières minutes sont superbes.

Bertie Quincampoix

Suivre son activité 10 abonnés Lire ses 827 critiques

3,5Bien
Publiée le 30/10/2016

Adaptation contemporaine du Manon Lescaut de l'abbé Prévost, ce film de Clouzot tourné en 1948 prend pour cadre l'immédiate après-guerre, en évoquant notamment les thèmes de la Libération et de l'immigration des Juifs européens vers la Palestine. Une œuvre d'une grande force, très dure, sur le naufrage d'un jeune couple magnifiquement porté par Cécile Aubry – superbe dans le rôle d'une femme à la fois désespérante par son comportement et attachante par ses failles impossible à résorber – et Michel Auclair. Un final un peu trop long.

Les meilleurs films de tous les temps
  • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
  • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
Back to Top