Notez des films
Mon AlloCiné
    Le corps de mon ennemi
    note moyenne
    3,8
    415 notes dont 67 critiques
    répartition des 67 critiques par note
    15 critiques
    24 critiques
    20 critiques
    5 critiques
    3 critiques
    0 critique
    Votre avis sur Le corps de mon ennemi ?

    67 critiques spectateurs

    dougray
    dougray

    Suivre son activité 108 abonnés Lire ses 1 619 critiques

    3,0
    Publiée le 26 juillet 2010
    Un Belmondo un peu à part servi par un scénario bien écrit et une mise en scène adéquate (malgré un montage qui aurait pu être meilleur) qui dévoile peu à peu les motivations du héros. Moins drôle mais plus fort émotionnellement, ce film bénéficie aussi de la présence au générique de Bernard Blier (égal à lui même) et Marie-France Pisier (magnifique) qui entoure un Jean-Paul Belmondo moins Bébél que d'habitude (et parfois c'est une bonne chose).
    anonyme
    Un visiteur
    5,0
    Publiée le 22 juin 2014
    Un excellent film sur le thème de la vengeance , a l' atmosphère très noire. Après avoir purgé une peine de 7ans de prison pour un double crime qu'il n' a pas commis , François Leclercq revient dans sa ville (Cournai ) pour tirer au clair cette sombre histoire et connaitre ceux qui ont tires les ficelles de cette machination dont il se sait victime . Il se souvient alors sa fulgurante ascension sociale dans une ville entièrement dédiée a l' industrie du textile , jusqu'au crime qui le mena devant les assises . Quel magnifique scénario ! Jean Paul Belmondo interpréte merveilleusement un homme nostalgique qui veut découvrir la vérité ... Il est absolument EXTRAORDINAIRE et fascinant ( Belmondo est mon acteur préféré et j' ai toujours eu peur décrire une critique d' un de ces films de peur de ne pas être assez juste ) ...Ce film m' a rappeler ce qu' est le cinéma ,ce film m' a littéralement laissé sur le cul , j'étais émerveillé ! Pendant une semaine , ce film m' est resté en tête et je le revois encore et encore ! C'est tout simple , il figure dans mon top 10 pourtant assez avare en film français . La mise en scène de l' excellent Henri Verneuil ( 7 ème collaboration avec Bebel et dont la précédente collaboration , en 1974, " Peur sur la ville" avait était un succès commercial immense !) est tout simplement MAGIQUE ! Les flash backs , le meurtre final ... Tout cela est filmé merveilleusement ! Lui et Belmondo était faits pour faire quelques bons films ensemble ! Le reste du casting est méga cool : le MAGISTRAL Bernard Blier ( qui retrouve Bebel apres " Cent mille dollars au soleil "de Verneuil encore ) en notable sans scrupule , Marie France Lisier est magnifique , François Perrot et Daniel Ivernel sont merveilleux et que dire de Claude Brosset , en ancien camarade et employé de Belmondo reconverti en travesti (!) suite a l' incarcération de Bebel ....et Michel Beaune sans oublier Bernard Pierre Donnadieu en homme de main .. Pas une fausse note au casting ! La bande originale de Francis Lai correspond EXACTEMENT avec le sujet ( la vengeance , la nostalgie ) et que dire des dialogues ( a apprendre ) a tomber de maitre Michel Audiard , des dialogues PARFAITS et EXTRAORDINAIRES de ce dialoguiste de génie , un vrai de vrai ce monsieur Audiard , je le remercie pour tous ces dialogues cultes !!! Bref , je crois que j' ai tout dis , l' histoire est très passionnante a suivre avec cette peinture au vitriol de la bourgeoisie .. Voilà , je termine cette critique pour dire que ce film est une pure merveille du trio Belmondo- Audiard - Verneuil ... A voir et a revoir indéfiniment , un film MAGIQUE , je vous dis !
    Caine78
    Caine78

    Suivre son activité 795 abonnés Lire ses 5 023 critiques

    4,0
    Publiée le 7 novembre 2013
    J'avais quitté Jean-Paul Belmondo et Henri Verneuil sur un quai de gare à la fin d' « Un singe en hiver » : c'est à l'arrivée d'un train que je retrouve le premier, toujours devant la caméra du second et toujours avec le même plaisir. Je le répète presque à chaque fois, mais quand même : quel pied de découvrir petit à petit la filmographie de l'ami Henri, où « Le Corps de mon ennemi » figure en bonne place parmi ses plus grandes réussites. Montage d'une habileté diabolique alternant intelligemment entre passé et présent, voix-off grinçante au possible, hallucinante galerie de personnages... Pas de doute, le réalisateur fait une fois de plus preuve d'un professionnalisme impressionnant, sans jamais oublier la dimension extrêmement noire du propos. L'œuvre a beau disposer parfois d'un certain sens de l'humour, l'écriture s'avère toujours au service d'un constat très violent, peinture sans fard d'une bourgeoisie hypocrite, sans scrupules et surtout prête à tout pour sauver les apparences. A ce titre, que ce soit l'immense Bernard Blier, Daniel Ivernel ou François Perrot, tous sont remarquables de médiocrité dans leurs petits arrangements mesquins, sans pour autant éclipser les autres. De la sublime Marie-France Pisier à Claude Brosset en passant par une toute jeune Nicole Garcia, tous ont un rôle important à jouer dans cette histoire, sans oublier évidemment un Jean-Paul Belmondo sans surprise, mais d'une redoutable efficacité. Et tant pis si cela patine légèrement dans la dernière partie, l'impeccable final faisant aisément oublier ces petites lacunes. Bref, une histoire de vengeance remarquablement menée doublée d'un portrait acerbe et cynique de la haute société, le tout mené de main de maître par deux immenses professionnels, l'un à la mise en scène, l'autre à l'écriture (Audiard, what else?) : un modèle de cinéma populaire.
    soniadidierkmurgia
    soniadidierkmurgia

    Suivre son activité 208 abonnés Lire ses 2 115 critiques

    3,5
    Publiée le 16 avril 2013
    Henri Verneuil aimait se lancer des défis improbables comme celui de réaliser lui, petit arménien émigré,un western révolutionnaire avec Anthony Quinn (« La bataille de San Sebastian » 1968). Pour « Le corps de mon ennemi » il s’attache les services de Félicien Marceau et de Michel Audiard afin de livrer une critique acerbe de la société bourgeoise des Trente Glorieuses qui aimait tout à la fois s’encanailler en s’enrichissant au passage sans jamais bien sûr perdre sa respectabilité. Le ton général du film s’inspire des brûlots transalpins d’Elio Petri qui avait choqué la société bien-pensante avec son très fameux « Enquête sur un citoyen au-dessus de tout soupçon » (1970) où Gene Maria Volonte faisait merveille . "Le corps de mon ennmei" demeure assez loin du compte, Verneuil en cinéaste populaire décentrant souvent le propos à force de vouloir exposer les facéties de Belmondo affaiblissant la force du propos en cèdant quelquefois aux facilitéq que lui offre son acteur qui entame alors sa période « Bébel » qui va le voir s’engager dans des projets de moins en moins ambitieux, tournant presque à la caricature à l’aube des années 90 avec comme point d’orgue « Le solitaire » de Jacques Deray (1987). Le film est malgré tout solidement charpenté et se regarde sans déplaisir aucun, offrant une galerie de portraits savoureux de seconds rôles comme Daniel Ivernel, François Perrot ou encore Claude Brosset impayable en folle à la carrure de boxeur chez qui tout le gratin municipal vient se faire fouetter ou câliner selon ses inclinaisons. On retrouve aussi le grand Blier qui dans un rôle très court parvient encore une fois à imprimer sa patte sur ce film à qui il manque le grain de folie de Petri qui avait su ne pas courir plusieurs lièvres à la fois. Henri Verneuil qui avait décroché le jackpot avec Belmondo dans leur deux collborations précédentes ("Le casse" et "Peur sur la ville") n 'a pas complètement réussi à jeter un pont entre les deux rives du talent de son acteur fétiche.
    shmifmuf
    shmifmuf

    Suivre son activité 86 abonnés Lire ses 1 730 critiques

    3,5
    Publiée le 18 juillet 2013
    Un des meilleurs Verneuil qui n'est pourtant pas un de ses films les plus connus. Belmondo est excellent dans un registre sobre qui ne lui est pas coutumier. Un bon suspense à la réalisation efficace.
    willycopresto
    willycopresto

    Suivre son activité 47 abonnés Lire ses 285 critiques

    4,0
    Publiée le 22 août 2014
    C'est du "grand Verneuil" ! Dès sa parution, le maître avait acheté les droits du livre de Félicien Marceau et puis co-écrit le scénario de ce film avec Michel Audiard. Et mis toutes les chances de son côté en engageant un casting éblouissant : Bernard Blier, Marie-France Pisier (adorablement belle et fourbe), et bien sûr notre Bébel national qui pour une fois ne fait pas de cascades ! Les deux hommes se connaissent bien puisque Hanri Verneuil l'aura fait tourner neuf fois ! Hélas, parmi les nombreux acteurs, souvent des "seconds rôles, très peu vivent encore aujourd'huiOn regarde avec plaisir ce film et son intrigue (presque entièrement tournée dans la région lilloise) mais il a vieilli : l'empire du textile qui régnait sur l'agglomération s'est entièrement désintégré, reconverti dans la VPC, la grande distribution, voire d'autres tentatives malheureuses comme dans l'électronique, et les cheminées d'usines ont disparu du paysage comme les usines elles-même, sauf quelques unes sont conservées comme témoins du passé.Pour les amateurs de ferroviaire, la gare de Cournai est en fait celle de Tourcoing (dont j'ai été le chef de gare) et l'annonce "Cournai"que l'on entend dans le film est faite en voix off par Henri Verneuil lui-même. Les anciens de la gare se souviennent que pendant le tournage, les "vrais clients" ont abondamment été prévenus que de fausses annonces étaient diffusées dans le cadre de l'enregistrement.Quant à celle qui apparaît à la fin (son nom de Croix-Wasquehal n'a pas été transformé) et dans laquelle j'ai effectué mes premières études SNCF), elle a fait l'objet d'un incendie criminel mais a été reconstruite.De tous les films du réalisateur, ce n'est pas celui qui a fait le plus d'entrées mais celles-ci ont frôlé quand même les deux millions : le public ne s'y est pas trompé.Un excellent moment du film est de voir Claude Brosset, (une "gueule"du cinéma) transformé en travesti !willycopresto
    chrischambers86
    chrischambers86

    Suivre son activité 1571 abonnés Lire ses 8 738 critiques

    3,0
    Publiée le 19 février 2012
    Dans les annèes 70, la mode du film policier à implications sociales est telle que même des rèalisateurs qui avaient fondè leur carrière sur une production strictement commerciale viennent à ce genre! Après "Le casse" et le surpuissant "Peur sur la ville", films policiers destinès uniquement à mettre en valeur le dynamisme et le charme de Jean-Paul Belmondo, Henri Verneuil a donnè à cet acteur d'exception un rôle un peu plus dense, celui d'un homme accusè injustement d'un double meurtre et qui revient sur les lieux du crime après avoir purgè une lourde peine de prison: c'est le thème du "Corps de mon ennemi", qui nous fait revivre à travers une sèrie de flash-back les moments principaux de cette tènèbreuse affaire! Le film met en cause toute une sociètè, toute une classe sociale, avec d'excellents seconds plans tels que Bernard Blier et la regrettèe Marie-France Pisier! Entre passè et prèsent, bourgeois et truands, Verneuil signe un honnête spectacle du samedi soir...
    fandecaoch
    fandecaoch

    Suivre son activité 442 abonnés Lire ses 1 507 critiques

    4,0
    Publiée le 26 septembre 2015
    Le corps de mon ennemi : Un Belmondo a part, sans action mais avec des points d’humour grâce a de bonne réplique signé par le maitre des dialogue. Et pourquoi a part car je sais que Bebel, ce n’est pas les gros bras et l’humour mais aussi les rôles plus dramatiques et personnel. Et vraiment ce film a quelque chose de touchant et de bien ficelé, comme si on était vieux et que on regarder sa vie avec nostalgie. C’est ce que m’a inspiré la narration assez déstabilisante au départ mais très bien pensé par une mise en scène réfléchit et formidable a des moments, quand le personnage repense a une scène et on voit la scène ou il y a personne mais on entend les bruit d’époque, ça c’est juste énorme a voir car cela fait utilisé l’imagination du spectateur. Et puis, le scénario est tout aussi bien ficelé, entre passé et présent car c’est un homme qui est accusé d’un meurtre et on le découvre après 7 ans repensant a ses amis, son enfance, son procès et surtout son ennemi… Et comme je disais, le tout est bien raconté avec de très bon dialogue et des acteurs. Déjà, rien que le casting est trois étoiles : Belmondo, Bernard Blier et ils sont tous impeccables. Donc voila, un Belmondo comme on l’apprécie le voir de temps en temps et ce film a un petit truck en plus que j’apprécie : son coté temps qui passe, nostalgie.
    Yannickcinéphile
    Yannickcinéphile

    Suivre son activité 226 abonnés Lire ses 1 413 critiques

    3,0
    Publiée le 31 mars 2016
    Un film pas désagréable d’Henri Verneuil, mais qui n’est sûrement pas de ses meilleurs. On pourra lui reprocher son scénario. Certes il y a une certaine originalité dans le traitement du sujet qui se veut sobre et réaliste. Il y a des dialogues affutés, on retrouve la finesse de l’équipe qui a bossé dessus, rien à redire. Néanmoins le film se traine quand même beaucoup, avec de vraies lenteurs, la multiplication des flash-backs devient vite épuisante d’autant que les transitions ne sont jamais mises en avant et qu’il n’y a pas de différences physiques chez les acteurs. De surcroît c’est quand même parfois un peu caricatural, et cela tranche d’ailleurs avec la subtilité d’autres passages. Le casting est solide. Belmondo est très convaincant dans son rôle, et il est plutôt bien entouré, même si tous les acteurs n’ont pas forcément la présence qu’ils méritent ou des rôles aussi consistants qu’on pouvait l’espérer. Bernard Blier surprend agréablement en notable sans foi ni loi. En fait il y a beaucoup de protagonistes, et le film ne donne pas forcément une place suffisante à tous, il y a même certains personnages qui passent si subrepticement qu’on en reparle au cours du film sans pour autant qu’on se rappelle de qui il s’agissait. Sur la forme Verneuil soigne spécialement les décors. Très bon choix que le cadre de Roubaix et du Nord, ce qui change vraiment de Paris et de ce qu’on a l’habitude de voir, d’autant que ce n’est pas prétexte, le cadre de la ville est bien utilisé. Verneuil s’applique, c’est un fait, mais sa mise en scène est justement trop appliquée, trop propre, c’est un peu paresseux quand même ! La bande son agréable mais elle aussi un peu lente et contemplative ne donne pas beaucoup de peps. Vous l’aurez compris Le Corps de mon ennemi est un Verneuil sympathique mais mineur, souffrant à mon sens d’être trop long pour ce qu’il a à dire. Du coup des trous, des lenteurs, un rythme trop paresseux pour le genre. Je lui donne 3 pour ses différentes qualités soulignées.
    TTNOUGAT
    TTNOUGAT

    Suivre son activité 178 abonnés Lire ses 1 478 critiques

    3,0
    Publiée le 10 novembre 2014
    Malgré les années passées ce film reste fort agréable grâce au talent incomparable de Verneuil pour raconter des histoires. Sa mise en scène étant elle d'un académisme qui peut désespérer certains cinéphiles. Ici, il abuse des flash-backs en s'amusant car cela lui aurait paru trop simple de narrer cette fable provinciale chronologiquement mais il faut respecter son choix et imaginer parfois la tête de Belmondo plus jeune comme il le fait remarquer avec malice. L'intrigue est cousue de fils blancs mais Bébel est tellement agréable à voir et à écouter que le charme opère. Verneuil avait fait mieux et fera mieux, je ne lui connais aucun film sur ses 34 qui soit bâclé, c'est une valeur sure du cinéma typiquement français. La musique de Lai et les dialogues d'Audiard agrémentent le tout et heureusement, car les décors du Nord sont "fichtrement" débilitants. L'humour est présent dans les répliques de François Leclerc et dans la façon dont Verneuil montre ce qui se passe dans la boite de nuit…Je ne crois pas que cela ait été sa tasse de Thé comme aurait aimé le dire le chauffeur de taxi de la gare SNCF imaginaire.
    flushroyal
    flushroyal

    Suivre son activité 17 abonnés Lire ses 779 critiques

    4,0
    Publiée le 7 février 2012
    Un film policier français qui bénéficie d'un montage très astucieux. En effet, cette adaptation signée Henri Verneuil dispose d'une narration brillante, complexe ( avec des flash back dans les flash back ). La trame basée sur la vengeance d'un homme trahi et qui revient sur les traces de son passé pour découvrir ceux qui ont conçu un coup monté contre lui est très bien ficelé. Les informations sont soignement distillés et le suspense est savamment conservé jusqu'au bout. La 1ère partie peignant l'ascension sociale du héros dans le milieu de la bourgeoisie ( causant ainsi notamment préjudice à son père) est intéressante. Si l'ensemble n'est pas exempt de longueurs, la 2ème partie est un sans faute entre suspense et révélation. J-P Belmondo revenant avec ce film à un registre de jeu plus grave, excelle. La mise en scène d'Henri Verneuil, quant à elle, jongle avec les sauts dans le temps avec aisance, sans artifice. La fin, laissant soudainement de côté une certaine sobriété pour renforcer la tension dramatique est mise en scène avec maestra. En résumé, un très bon film français, polar peu connu mais qui trouve une place de choix dans la filmographie de H. Verneuil et J-P Belmondo.
    Coach Jordano
    Coach Jordano

    Suivre son activité 6 abonnés Lire ses 17 critiques

    5,0
    Publiée le 8 octobre 2017
    Quel film... un belmondo revanchard qui a pour unique but de comprendre ce complot puis organiser sa justice, un casting formidable, pas mal de flashbacks qui font qu'il est parfois difficile de comprendre lors du 1er visionnage mais il s'agit là d'un très grand film
    Thomas Bobichon
    Thomas Bobichon

    Suivre son activité

    5,0
    Publiée le 28 novembre 2019
    Pour moi un des meilleurs Belmondo, le scénario et les dialogues sont excellents,de même que les acteurs et la trame du film. Des répliques mémorables de notre bébél national.A voir et à revoir sans hésiter!
    Gonnard
    Gonnard

    Suivre son activité 111 abonnés Lire ses 1 803 critiques

    2,5
    Publiée le 30 mai 2008
    Pas évidente à suivre cette histoire, avec les incessants flashbacks. Surtout que Bébel ne prend pas une ride entre les deux périodes. Bon sang, il existe une charmante profession que l'on appelle maquilleur et dont le seul but dans la vie est de résoudre ces problèmes. Les dialogues ne sont pas trop mal. Bébel a la classe, comme toujours.
    halou
    halou

    Suivre son activité 46 abonnés Lire ses 1 178 critiques

    4,0
    Publiée le 20 décembre 2009
    Le grand Verneuil dirige à merveille Belmondo dans un de ses meilleurs roles. Un excellent policier.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top