Mon AlloCiné
M le Maudit
Séances
Bandes-annonces
Casting
Critiques spectateurs
Critiques presse
Photos
VOD
Blu-Ray, DVD
Musique
Secrets de tournage
Box Office
Récompenses
Films similaires
News
Anecdotes, potins, actus, voire secrets inavouables autour de "M le Maudit" et de son tournage !

Responsabilité et culpabilité

Une des questions que soulève ce film est celle de la justice et de la responsabilité des malades. Le criminel Hans Beckert est un malade qui dit tuer malgré lui. Mais est-il responsable des atrocités qu'il commet? Le tribunal populaire qui s'improvise pour le juger réclame la peine de mort à son encontre. Mais la police le soustrait à sa vindicte.

Et un carton mentionne "Maintenant nous devrons surveiller nos enfants". Dans son livre Cinéma et Histoire, Marc Ferro interprète cette phrase comme une méfiance de Fritz Lang à l'égard de la République de Weimar et sous-entend même qu'il aurait pu être influencé à ce sujet par sa seconde femme et scénariste Thea von Harbou. Il finira par se séparer d'elle car elle deviendra Nazie et voudra rester en Allemagne sous Hitler.

Fritz Lang était particulièrement sensibilisé aux problèmes de la justice criminelle. Sa première femme s'était suicidée en le trouvant dans les bras de Thea von Harbou. Il avait ensuite été accusé de meurtre puis disculpé.

Le titre du film

Le titre original de M le Maudit est en allemand : M - Eine Stadt sucht einen Mörder, ce qui veut dire M - Une ville cherche un meurtrier, le mot meurtrier prenant en allemand une majuscule comme tous les noms communs.

Au départ Fritz Lang avait intitulé son film Les Assassins sont parmi nous. Mais les Nazis s'étant sentis visés, il avait du transformer le titre.

Le thème musical du meurtrier

Le personnage du meurtrier siffle toujours le même thème quand il va tuer une fillette : c'est un des airs de la grande suite pour orchestre Peer Gynt de Grieg. Cette habitude va le trahir et le faire identifier.

L'exil de Fritz Lang

M le maudit est l'avant-dernier film de Fritz Lang avant son exil. Il tourne encore Le Testament du docteur Mabuse en 1933. Le réalisateur exerçant un certain ascendant sur les Nazis, Goebbels lui propose de prendre la direction du cinéma allemand bien qu'il soit Juif. Fritz Lang refuse et doit fuir l'Allemagne où il court désormais le risque d'être arrêté. Après une halte en France où il signe Liliom en 1934 avec Charles Boyer dans le rôle principal, il s'installe aux Etats-Unis où il va réaliser plus d'une vingtaine de longs métrages jusqu'à la fin des années 50 date à laquelle il retournera en Allemagne finir sa carrière.

Le fait divers

Le film est inspiré d'un fait divers. Peter Kürten aurait tué pour la première fois à l'âge de 9 ans puis il aurait entrepris une véritable série de meurtres sadiques à 20 ans en 1913 tout en se mariant et en gardant une allure de bourgeois respectable. Dans les années 20, il terrorise la ville de Düsseldorf par des crimes particulièrement atroces, la police constate des actes de vampirisme, d'où son surnom de "vampire de Düsseldorf". Il est arrêté 14 mai 1930 et guillotiné le 2 juillet 1931 pour neuf meurtres, trois viols et sept tentatives de meurtres. Mais ses victimes seraient beaucoup plus nombreuses. Le caractère sexuel de ses crimes et le fait qu'il s'attaque non seulement à des jeunes filles mais aussi à des femmes et des hommes n'a pas été repris par Fritz Lang dans M le Maudit.

Un remake de Losey

Joseph Losey a fait un remake de ce film en reprenant le même titre M le Maudit en 1951. Le rôle original de Peter Lorre est tenu par David Wayne. L'action est transposé à Los Angeles. A noter : c'est le même producteur Nebenzal Seymour qui a financé les deux films.

Censuré puis interdit par les Nazis

Ce film qui date de 1932 a été d'abord censuré avec des scènes coupées puis interdit par Goebbels, une fois Hilter au pouvoir. Le cinéaste raconte dans le livre d'Eric Leguèbe Un Siècle de cinéma américain que Goebbels avait utilisé des séquences de M le Maudit dans un documentaire édifiant sur l'art dégénéré.

Le premier film parlant de Fritz Lang

M le Maudit est le premier film parlant de Fritz Lang. Le réalisateur réussit ce premier coup d'essai grâce à une utilisation du son très maîtrisée. Ainsi il n'insère aucune musique superflue, la principale étant le thème que siffle le meurtrier.

Un remake argentin

El Vampiro negro est un remake argentin datant de 1953 et réalisé par Roman Vinoly Barreto. Nathan Pinzon tient le rôle du meurtrier.

La société allemande sous Weimar

On peut voir dans M le Maudit un miroir et une critique de la société allemande de l'entre-deux-guerres.

Le groupe des truands qui contitue un véritable monde parallèle et dont les activités sont gênées par les crimes de Hans Beckert peut être rapproché du parti Nazi, et son chef Schrenke peut être apparenté à Hitler.

La particularité de ce film est de mettre sur un pied d'égalité la contre société de la pègre et les représentants de l'Etat. Ce lien est réalisé grâce à un montage parallèle avec les deux groupes partant à la recherche de Hans Beckert. Non seulement les fonctionnaires de la République de Weimar sont comparés aux truands, mais en plus ils sont peints sous des traits peu flatteurs car ils se montrent incapables de trouver l'assassin.

Hossein s'inspire du même fait divers

Robert Hossein a signé un film inspiré du même fait divers que M le maudit : Le Vampire de Dusseldorf en 1965. Le réalisateur y tient le rôle du meurtrier.

Les différentes version du film

Il existe des versions 117 minutes et 108 minutes sorties en Allemagne, une version de 99 minutes sortie aux Etats-Unis et une version restaurée en 2000 de 105 minutes.

Peter Lorre

L'acteur allemand Peter Lorre joue ici son premier rôle au cinéma, n'ayant fait jusque là de la figuration. En revanche, il a déjà une solide carrière théâtrale derrière lui commencée à Vienne et poursuivie à Berlin. Après plusieurs longs métrages en Allemagne dans les années trente dont un dirigé par Bertolt Brecht (Homme pour hommes, 1931), il se réfugie en France en 1933 lorsqu'Hitler prend le pouvoir. Il y tourne notamment Du haut en bas de Georg Wilhelm Pabst. Puis il émigre aux Etats-Unis où il interprètera des seconds rôles dans L' homme qui en savait trop (1934), Le Faucon maltais de John Huston (1941) ou encore Casablanca de Michael Curtiz (1942). Il revient temporairement en Allemagne en 1951 pour réaliser le long métrage Der Verlorene.

L'héritage de l'expressionisme

Dans les années 20 en Allemagne, des cinéastes ont formé un courant artistique qui avait d'abord été expérimenté par des peintres : l'expressionisme. Le Cabinet du docteur Caligari (1919) est l'un des films phare de l'expressionisme. Souvent inspirés de légendes ou de la littérature fantastique, ces films se distinguent par des lumières particulièrement contrastées, des décors graphiques et une esthétique fondée sur la représentation exacerbée des sentiments et des passions. Fritz Lang a réalisé plusieurs longs métrages de cette veine : parmi eux Les Trois Lumieres (1921), Le Docteur Mabuse (1923), Les Nibelungen (1923-1924) et Metropolis (1927). Si M le maudit n'est pas un film expressioniste, on y sent tout de même l'influence de ce courant notamment au niveau des lumières et des décors.
Les secrets de tournage des films les plus populaires lors des 30 derniers jours
  • Ça (2017)
  • Le Château de verre (2017)
  • Interstellar (2014)
  • L'Expérience interdite - Flatliners (2017)
  • Night Run (2015)
  • Seven Sisters (2017)
  • Mon Garçon (2017)
  • Mother! (2017)
  • L'un dans l'autre (2016)
  • Barry Seal : American Traffic (2017)
  • 120 battements par minute (2017)
  • American Assassin (2017)
  • Ôtez-moi d'un doute (2016)
  • Les Grands Esprits (2017)
  • Faute d'amour (2017)
  • The Book Of Henry (2017)
  • Epouse-moi mon pote (2017)
  • Gauguin - Voyage de Tahiti (2017)
  • Espèces menacées (2016)
  • Blade Runner 2049 (2017)
Back to Top