Mon AlloCiné
  • Mes amis
  • Mes cinémas
  • Speednoter
  • Ma Collection
  • Mon compte
  • Jeux
  • Forum
  • Déconnexion
La Taverne de l'Irlandais
note moyenne
3,1
119 notes dont 19 critiques
16% (3 critiques)
21% (4 critiques)
21% (4 critiques)
42% (8 critiques)
0% (0 critique)
0% (0 critique)
Votre avis sur La Taverne de l'Irlandais ?

19 critiques spectateurs

TTNOUGAT
TTNOUGAT

Suivre son activité 165 abonnés Lire ses 2 462 critiques

5,0
Publiée le 13/09/2014
Ce n'est pas le Ford le plus réussi, ce n'est pas non plus celui qu'il faut voir lorsqu'on ne connait pas ce réalisateur car le scénario insipide n'est qu'un prétexte à la bonne humeur, à la joie de vivre et sans doute au tournage dans des lieux si agréables. Il y a quelques déchets, le début qui parait bizarre, la mélange malheureux de Hawaï et de la Polynésie française , la différence d'âge entre Donovan et Amelia, quelques plans de trop comme le curé sur le toit de l'église avec la foudre en toile de fond. Mais, le talent de Ford est si grand, les moments forts si touchants que ce film fait pour moi partie de ses trente meilleurs parlants. Jamais en effet Ford n'a autant montré son amour des hommes, jamais il n'a dévoilé une aussi grande tolérance envers les façons de vivre de chacun tant qu'elles ne nuisent à quiconque, jamais il n'a autant témoigné du prix de la reconnaissance, jamais il n'a porté un regard plus tendre sur les enfants. Dés que Amelia pose ses fesses dans l'eau nous sommes en permanence dans l'émotion pour qui veut bien faire l'effort de la ressentir, cela n'ira qu'en augmentant. La perfection n'existant pas le Marquis André de Lage est là, mais sa nuisance s'arrête à la ''goujaterie'' c'est dire si nous sommes dans le rêve. ''Donovan 's reef'' est aussi l'occasion d'apprécier la direction d'acteurs chez Ford; d'une actrice belle mais pas spécialement bonne comédienne il arrive à en tirer un maximum grâce aux situations humoristiques dans lesquelles il l'a fait évoluer, quand elle tombe une ultime fois sur ses fesses lorsque la jeep franchit un cassis, il est impossible de ne pas éclater de rire. L'année suivante Ford fera appel à elle pour ''les cheyennes''.
soniadidierkmurgia
soniadidierkmurgia

Suivre son activité 194 abonnés Lire ses 3 145 critiques

3,5
Publiée le 05/04/2012
En 1963, John Ford et John Wayne sont sur le point de conclure leur collaboration, « La taverne de l’irlandais » étant leur dernier film en commun. Ils se retrouveront quand Ford donnera un coup de main la même année à Andrew McLaglen sur le « Grand Mac Lintock ». Quinze films ont permis de sceller une solide amitié entre les deux hommes. Tout le monde a un peu vieilli en 1963 et les aventuriers de l’Ouest sont désormais partis se ressourcer après bien des exploits dans une île lointaine du Pacifique. Un peu vieillis peut-être, mais l’envie d’en découdre à poings nus comme autrefois dans les saloons du grand Ouest est toujours là, chevillée au corps. C’est donc Lee Marvin l’homme qui monte, dit Gilhooley, baroudeur au front étroit qui se charge de dégourdir les articulations un peu rouillées du Duke afin de lui permettre de conserver une forme acceptable pour être encore capable de conter fleurette à miss Amelia Dedham. Chef d’entreprise à Boston, cette dernière est venue vérifier sur place, dans le cadre d’une succession, que son père médecin qu’elle n’a jamais connu mène une vie dans l’ordre moral. Même transposé dans une île paradisiaque, l’univers de Ford reste bien présent et le vieux réalisateur parvient encore à insuffler à cette gentille aventure l’atmosphère et l’imagerie de ses plus grands westerns, le souffle épique en moins. Même à un âge avancé, Ford reste un optimiste convaincu qui croit en la capacité de l’homme à vivre en harmonie avec la nature et ses semblables dans le contexte de petites communautés retranchées, dans un fort de garnison avec « Massacre de Fort Apache » ou dans une île avec « La taverne de l’irlandais ». Cette vision idéale est forcément un peu naïve et artificielle mais elle réchauffe le cœur et c’est bien la fonction du cinéma que de nous faire rêver. L’ensemble un peu anarchique se déroule dans une bonne humeur communicative mais un peu machiste clairement exprimée par la fessée finale donnée par John Wayne à sa future femme pour lui rappeler qui portera la culotte. Sans que Ford en soit réellement conscient, son film dégage parfois un parfum de colonialisme tant les indigènes ne sont là que pour assurer la logistique des aventures picaresques de tous ces blancs qui en réalité ne sont que des intrus sur une terre qui n’est pas leur. Cesar Romero figure emblématique du diplomate sûr de lui et de sa domination montre que Ford n’est pas complètement naïf sur cette question là. Le vétéran d’Hollywood a suffisamment démontré son attachement à la cause indienne dans ses westerns pour que l’on ne vienne pas ici le taxer de racisme . Le film est simplement le reflet d’un état d’esprit tellement ancré dans l’imaginaire populaire que plus personne n’y prête attention. « La taverne de l’irlandais » c’est un peu la retraite des révoltés du Bounty à Pitcairn qui se serait prolongée. C’est l’occasion de revoir des acteurs un peu oubliés à l’époque comme Dorothy Lamour , Cesar Romero ou Marcel Dalio. Très rafraîchissant si on consent à retrouver son âme d’enfant quand on croyait que c’est ainsi que seraient nos vies d’adultes.
keating
keating

Suivre son activité 40 abonnés Lire ses 650 critiques

2,5
Publiée le 07/02/2015
L’un des derniers Ford, qui cherche surtout à se faire plaisir, et ça se sent. Mais du coup, il y a beaucoup de côtés brouillons je trouve : des personnages qui ne servent pas à grand-chose (Lee Marvin par exemple, à part pour venir participer aux bagarres !), des moments ennuyeux ou prévisibles, quelques clichés faciles sur les nationalités. J’ai un peu de mal à croire à l’intrigue familiale. Mais sinon, on a quelques belles scènes de paysages idylliques, et une vraie grande séquence de comédie et d’émotions : la messe sous la pluie ; là j’ai vraiment vécu le film, là j’ai senti une tendresse pour tous les personnages, toutes les communautés. Quel dommage que tout le film ne soit pas de ce niveau. Bref, à voir surtout pour les inconditionnels de Ford-Wayne.
Benjamin A
Benjamin A

Suivre son activité 317 abonnés Lire ses 1 900 critiques

2,5
Publiée le 09/03/2014
Des duos réalisateur/acteur au cinéma il y en a eu quelques-uns de très marquants mais, parmi les plus prolifique, on trouve évidemment celui composé par John Ford derrière la caméra et John Wayne devant. Cette collaboration commença en 1928 et se termina 35 ans plus tard en 1963 avec "La taverne de l'Irlandais", dommage que cette dernière s'avère un brin décevante… S'il n'y a rien de honteux et que le film se regarde sans ennui, ce n'est jamais transcendant et l'oeuvre manque clairement d'une quelconque sensation (que ce soit le rire, la mélancolie, l'émotion etc). C'est dommage car il y a tout de même quelques bonnes idées, notamment sur le choc des cultures, le charme des bagares irlandaises ou encore le cadre de l'histoire en Polynésie, en plus sublimées par de belles couleurs et paysages. C'est donc d'autant plus regrettable que les personnages manquent parfois de consistances ou que le scénario parte un peu dans tous les sens sans cohérence ou sans servir une ambiance ou autre. Bref, venant du duo qui nous a offert "La Prisonnière du Désert", "Le Massacre de Fort Apache" ou encore "L'homme qui tua Liberty Valence", c'est un peu décevant bien que ça reste tout de même un minimum agréable à suivre…
chrischambers86
chrischambers86

Suivre son activité 1034 abonnés Lire ses 10 110 critiques

3,5
Publiée le 09/05/2008
Après la tempête vient le beau temps...Excellente comèdie qui marque la dernière collaboration entre John Ford et John Wayne!Le film se dèroule dans un cadre enchanteur aux couleurs variantes dans l'univers paradisiaque des îles de la Polynésie!Les relations entre Donovan (intrèpide John Wayne!) et Amelia rappellent volontiers celles du couple de "The Quiet Man"!L'arrivée de la dèlirante et autoritaire Elisabeth Allen va quelque peu bouleverser ce petit monde qui vit au rythme des vagues!Au milieu de tout ça,John Ford nous gratifie de bagarres aussi musclées qu'amicales entre John Wayne et Lee Marvin,qui se retrouvent chaque annèe pour une rituelle bagarre dans la magnifique île de Haleakaloa!Une plongée dans un univers fantasque animèe par de grandes bagarres,par un casting parfait et par une inoubliable Dorothy Lamour qui chante "Holy Night,Silent Night" en plein orage...
Plume231
Plume231

Suivre son activité 544 abonnés Lire ses 4 609 critiques

2,0
Publiée le 17/06/2013
Dernier tour de piste ensemble d'un des duos acteur-réalisateur les plus mythiques de l'Histoire du cinéma à savoir ce bon vieux John Wayne et ce bon vieux John Ford pour un film mineur dans l'oeuvre du cinéaste pour ne pas dire un chouia mauvais. Ce n'est pas que "La Taverne de l'irlandais" soit désagréable à regarder, il y a de beaux paysages, il y a de belles couleurs, il y a un beau casting, il y a une petite idée de départ pas inintéressante, et puis voilà... Mais entre le catalogue de poncifs sur les nationalités et les origines (les polynésiens passent leur temps à danser sur la plage, les français à gueuler, etc...!!!), un scénario totalement décousu (on peut se demander à quoi sert le personnage de Lee Marvin à part se bagarrer avec Johnny au début !!!) et prévisible au possible, franchement difficile de ne regarder ça d'un œil un peu morne. D'un tâcheron, ça passerait comme une lettre à la poste, mais du type qui a donné "L'Homme qui tua Liberty Valance" ou "Je n'ai pas tué Lincoln", c'est une nette déception.
weihnachtsmann
weihnachtsmann

Suivre son activité 67 abonnés Lire ses 2 894 critiques

2,5
Publiée le 31/01/2018
Le film ne démérite pas. Il est sympathique et bon enfant mais il est cousu de fil blanc et un peu ennuyeux malgré les paysages et les décors agréables.
lilybelle91
lilybelle91

Suivre son activité 18 abonnés Lire ses 912 critiques

3,0
Publiée le 08/03/2011
Une comédie très marqué par son époque, c'est à dire les années 60, avec un john Wayne en grande forme,clope au bec, bière à la main et plus macho que jamais ! Le duke est très bien accompagné par une belle brochette de second rôle : Lee Marvin, Jack Warden, Dorothy Malone... Mais l'atout principale de cette gentille comédie de vacances de John Ford viens des somptueux décors naturels Tahitiens !
this is my movies
this is my movies

Suivre son activité 151 abonnés Lire ses 2 983 critiques

4,0
Publiée le 02/10/2014
Certains argueront qu'il s'agit là d'un film mineur dans la filmo de J. Ford et qu'il s'agit d'une triste fin pour le duo Wayne-Ford mais en soi, il constitue aussi un film qui correspond parfaitement avec le cinéma de ce géant de la mise en scène. Tous ses thèmes fétiches sont là, le casting est excellent et l'ambiance tout comme la mise en scène sont typiques du réalisateur. Les paysages magnifiques sont superbement filmés, le rythme du film s'écoule tranquillement et même si on baigne en plein burlesque, certaines scènes sont assez chargées en émotion et le thème central reste très intéressant et aurait fait un superbe drame avec un traitement un poil différent. Mais là, Ford privilégie la bonne humeur et la franche camaraderie, avec quelques gags et des répliques bien senties. J. Wayne est au bord du cabotinage et L. Marvin en fait trop aussi mais le film est néanmoins riche de quelques pépites. C'est un bon film de divertissement, avec quelques faiblesses certes mais qui reste assez au-dessus du tout venant. C'est même plutôt une bonne introduction à l'oeuvre du cinéaste. D'autres critiques sur
NeσLaiη
NeσLaiη

Suivre son activité 165 abonnés Lire ses 4 731 critiques

2,5
Publiée le 02/08/2014
C'est la dernière collaboration de John Wayne avec John Ford, son réalisateur fétiche. On y trouve aussi Lee Marvin, que l'on voit pas beaucoup dedans, heureusement que les passages lui concernant sont punchy. Ce qui amène à voir c'est deux monstres sacré du cinéma se mettant des bègnes dans une taverne, c'est comme un rituel. Pas mal d'humour on s'y attend d'ailleurs. La dernière partie est plus mollassonne, trop reposer. En somme, une flânerie.
ygor parizel
ygor parizel

Suivre son activité 73 abonnés Lire ses 2 500 critiques

4,0
Publiée le 15/11/2012
Une sympathique comédie. Exotique et un peu (beaucoup) cliché mais les bagarres et un humour simple font que ce film est réussi. Lee Marvin plus cabot que jamais pique la vedette a John Wayne.
loulou451
loulou451

Suivre son activité 58 abonnés Lire ses 1 498 critiques

4,0
Publiée le 05/02/2009
Certes, on est ici loin des grands classiques de John Ford, mais la "Taverne de l'Irlandais" a au moins le mérite d'aborder un thème plutôt difficile (le racisme et les préjugés) d'une manière à la fois tendre et ludique. En prime, l'interprétation sans faille de John Wayne qui trouve en Lee Marvin un faire-valoir à sa hauteur.
NicoMyers
NicoMyers

Suivre son activité 42 abonnés Lire ses 302 critiques

4,0
Publiée le 22/01/2009
John Ford fait son Hatari ! Dans ce film comme dans celui de Hawks, la mode est au dépaysement et à l'exotisme, avec John Wayne en tête d'affiche. Mais celui de Ford est moins bête et longuet que celui de Hawks. On retrouve le traitement fordien de la communauté, de la vie sociale : l'arrivée d'un personnage dans une communauté depuis longtemps soudée, qui, par son arrivée, va tout bouleverser. Le film rappelle également L'homme tranquille par sa gaieté, sa légereté et la "joie de vivre" qu'y s'en dégage, mais aussi par le couple Donovan-Amelia et les bagarres d'Irlandais dans les bars.
thigaelle
thigaelle

Suivre son activité 4 abonnés Lire ses 200 critiques

2,5
Publiée le 14/12/2009
Les acteurs sont excellents, les paysages très beaux. C'est un film divertissant mais bon....
enzolior
enzolior

Suivre son activité Lire ses 40 critiques

2,5
Publiée le 13/01/2008
Film sympathique mais dépassé, on a du mal à comprendre à l'heure du multiculturalisme et de mai 68 en quoi des enfants métisses hors mariages posent un tel problème
Les meilleurs films de tous les temps
  • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
  • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
Back to Top